Statistique et évaluation des politiques : quarante ans d'enquêtes Formation et Qualification Professionnelle

De
Publié par

Parce qu’elles portent sur des aspects très divers de l’itinéraire de mobilité des personnes interrogées, les enquêtes sur la Formation et la Qualification Professionnelle (FQP) ont été employées, depuis plus de 40 ans, à dresser des tableaux généraux de la société française, à porter des jugements sur son évolution et à nourrir des débats sur les politiques publiques. L’exploitation qui en est faite ici est quelque peu différente: on s’intéresse à la série longue des questionnaires et des études exploitant ces enquêtes selon diverses thématiques de recherche, afin d’y découvrir l’évolution des questionnements sur la société française et ses politiques. On identifie ainsi quatre problématiques relativement cohérentes au regard des politiques, des outils statistiques et des théories scientifiques qui s’y rapportent: inégalités sociales, besoins en qualifications, capital humain, discriminations.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

Statistique et évaluation des politiques :
quarante ans d’enquêtes « Formation
et Qualification Professionnelle »
! Laurent Thévenot* et Olivier Monso**
Parce qu’elles portent sur des aspects très divers de l’itinéraire de mobilité des personnes interrogées, les enquêtes sur
la Formation et la Qualification Professionnelle (FQP) ont été employées, depuis plus de 40 ans, à dresser des tableaux
généraux de la société française, à porter des jugements sur son évolution et à nourrir des débats sur les politiques
publiques. L’exploitation qui en est faite ici est quelque peu différente : on s’intéresse à la série longue des question-
naires et des études exploitant ces enquêtes selon diverses thématiques de recherche, afin d’y découvrir l’évolution
des questionnements sur la société française et ses politiques. On identifie ainsi quatre problématiques relativement
cohérentes au regard des politiques, des outils statistiques et des théories scientifiques qui s’y rapportent : inégalités
sociales, besoins en qualifications, capital humain, discriminations.
n dépit de leur dénomination res-Etrictive, les enquêtes « Formation
et Qualification Professionnelle »
(FQP) portent sur des aspects très
divers de l’itinéraire de mobilité des
personnes interrogées. Ces derniè-
res sont questionnées sur les gran-
des étapes de leur vie à l’école (avec
un grand détail depuis la maternelle),
dans leur premier emploi puis dans
leur activité ou leur chômage, en
remontant jusqu’à leurs ascendants
(diplôme, profession, divorce). En
raison de l’ampleur de cette inter-
rogation, les enquêtes FQP ont
constamment servi à dresser des
tableaux généraux de la société
française, à porter des jugements
sur son évolution, et à nourrir des
débats sur les politiques publiques.
Ces enquêtes ont été réalisées six
Centre de formation professionnelle
fois sur une période de 40 ans. On
peut donc les exploiter pour produire
des séries longues de données. Le
présent article propose la synthèse
tion de données statistiques, il n’est des historiens et sociologues. Elle a d’une exploitation plus originale, de
pas inutile de prendre un recul his- donné lieu récemment aux « Journées second ordre en quelque sorte. Il
d’Histoire de la Statistique ».s’intéresse à la série longue des torique afin de situer les thèmes
et les méthodes actuels dans une questionnaires et des études exploi-
perspective plus longue. tant les réponses selon diverses
thématiques de recherche, afin d’y * Laurent Thévenot est membre du Centre de
recherche en économie et en statistique (Crest) La réflexion historique et sociologi-découvrir l’évolution des question-
et directeur d’études à l’École des hautes étu-
que sur les outils statistiques et leurs nements sur la société française des en sciences sociales (EHESS, Groupe de
Sociologie Politique et Morale)et ses politiques. En un temps où transformations se situe dans une
** Au moment où il menait cette étude, Olivier
l’évaluation des politiques a pris une lignée de recherches menées à l’Insee
Monso appartenait à la division Emploi de
place considérable dans l’exploita- depuis les années 70, en relation avec l’Insee.
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 13
Source : Photos gratuitesLaurent Thévenot et Olivier Monso
du point de vue des théories socio- Thévenot, 1991) justifie les politiques Notre méthode : identifier
logiques, quant à son adéquation à d’éducation scolaire ainsi que la for-des problématiques
des concepts théoriques tels que la mation continue destinée à favoriser reliant politiques, outils
classe sociale. la promotion sociale. statistiques et théories
économiques, sociales
Pour mettre en œuvre cette démar- b. Les outils statistiques associés à et politiques
che, nous sommes partis d’un corpus ce questionnement tournent autour
constitué de la série des question- des PCS, outil de caractérisation des Située dans une perspective histori-
naires des enquêtes FQP (de 1964 à personnes à partir de leur apparte-que longue de quarante ans, l’éva-
2003), de la bibliographie la plus large nance à des groupes sociaux, aux-luation de politiques à l’aide de sta-
possible des travaux exploitant ces quelles s’ajoutent des matrices de tistiques est à entendre dans un sens
enquêtes (Monso et Thévenot, 2008) mobilité qui figurent une dépendance large, sans se limiter à la configuration
et des entretiens menés auprès des temporelle exprimée comme hérédité que nous lui connaissons aujourd’hui
1responsables de l’enquête et des et qui vise à établir une causalité entre sociale . En outre, l’analyse des cor-
des variables servant d’instruments à chercheurs l’ayant exploitée. respondances a été abondamment
la politique et des objectifs de résul- utilisée pour faire ressortir et figurer
Notre méthode consiste à mettre en tats mesurables. Comment caractéri- des proximités et distances entre
1 relation les trois composantes afin ser les évolutions observées ? milieux sociaux.
d’identifier des problématiques rela-
Nous avons procédé à la mise en tivement cohérentes entre politiques, c. Plusieurs théories sociologiques
relation de trois composantes. La outils statistiques et théories scientifi- proposent des cadres explicatifs à la
première, à laquelle se rattachent les ques. L’étude sur les enquêtes FQP a reproduction des inégalités, depuis
parties désignées par « a » dans la permis de mettre en évidence quatre les perspectives marxistes sur les
suite de l’article, est celle du juge- problématiques, qui sont représen- classes jusqu’aux approches par
ment sur les politiques, par exemple tées sur la figure 1 à partir des trois Bourdieu et Passeron de la reproduc-
sur les inégalités sociales entretenues composantes introduites précédem- tion sociale (Bourdieu et Passeron,
ou corrigées par le système scolaire. ment. Ces composantes sont par la 1964). L’outil statistique des PCS est
suite détaillées dans le texte selon la questionné, dans le premier cas, sur
La composante désignée par « c » est même décomposition. sa capacité à approcher des classes
celle des modèles explicatifs dévelop- sociales rapportées à des rapports
pés par les sciences économiques, de production et, dans le second,
sociales et politiques, qui s’appuient sur sa capacité à saisir différentes I. Inégalités sociales
sur des concepts tels que classe formes de capital (économique, cultu-
sociale ou capital culturel, pour conti- Deux orientations politiques relati- rel). Cette orientation théorique se
nuer avec le même exemple. vement différentes conduisent à retrouve dans les travaux utilisant les
construire et exploiter des données premières enquêtes FQP (Bertaux,
Entre les deux, la composante dési- sur l’ascendance sociale, en rela- 1970 ; Baudelot 1974). L’interrogation
gnée par « b » est celle des outils tion avec des théories sociales elles- sur l’hérédité sociale s’est poursui-
d’analyse : questionnaires, catégo- vie (Thélot, 1982 ; Gollac et Laulhé, mêmes distinctes. Elles se rejoignent
ries, variables et exploitations statis-
sur certaines thématiques (inégalités 1987) jusqu’à aujourd’hui, notamment
tiques, ces dernières contribuant à
sociales) et outils statistiques com- dans les travaux autour des inégalités
figurer des interdépendances entre
muns (catégorisations sociales, matri- dans le système scolaire (Duru-Bellat
variables. Suivant le même exemple,
ces de mobilité). et Kieffer, 2008).
cette composante intermédiaire com-
prend les Professions et Catégories
I.1. Lutte contre les inégalités I.2. Ouverture des sociétés Socioprofessionnelles (PCS). Pour
et politiques de solidarité et mise en valeur des capacités autant, elle ne se confond avec
collective individuellesaucune des deux autres. La catégorie
des PCS peut ainsi être discutée à la
a. La première perspective politique a. La seconde perspective politique fois du point de vue de l’évaluation,
est orientée vers l’intérêt général sou- est orientée vers le degré d’ouverture quant à sa pertinence pour porter
tenu par des politiques de solidarité des sociétés, au sens des possibilités un diagnostic sur des politiques, et
collective contribuant à la réduction de mise en valeur des capacités indi-
des inégalités sociales. On s’inquiète viduelles. Ce sont les chances d’as-
1. Initialement, cette hérédité sociale appuyée
du fait que le milieu social d’origine cension individuelle, plus que l’amé-sur les tables de mobilité était conçue comme
une hérédité génétique (Galton, 1972 [1869]) et a des effets injustes sur la scolarité, lioration relative de la position d’un
donc associée à un questionnement politique
l’insertion ou les carrières profession- groupe social par rapport aux autres, eugéniste sur la production des personnes
les plus « utilisables » (serviceable) (Thévenot, nelles, en raison d’héritages sociaux qui fournissent le critère permettant
1990). Une autre approche en amont de celles
ou de handicaps sociaux. Cette soli- d’évaluer ce degré d’ouverture. Cette
présentées ici fut celle de la « circulation des éli-
tes », autour de Vilfredo Pareto (Merllié, 1994). darité d’ordre civique (Boltanski et perspective, ancrée dans une tradition
14Statistique et évaluation des politiques : quarante ans d’enquêtes « Formation et Qualification Professionnelle »
Figure 1 – Quatre problématiques figurant la relation entre politiques, outils statistiques et théories économiques, sociales et politiques
II. BESOINS EN QUALIFICATIONS
a. Ajustement des formations aux besoins du système productif
b. Comptes socio-démographiques par niveaux de qualification
c. Théories d’économie politique sur la qualification ou la
déqualification résultant du progrès technique
IV. DISCRIMINATIONS
I. INEGALITES SOCIALES
a. Assimilation, intégration / lutte
a. Réduction des inégalités sociales / ouverture
contre les discriminations
de la société
b. Pays de naissance, nationalitéb. PCS, matrices de mobilité sociale et analyse
factorielle c. Théories culturalistes, du racisme, de
la discrimination
c. Théories sociologiques des classes sociales
et de la reproduction sociale / de l’ouverture
III. CAPITAL HUMAIN
des sociétés
a. Efficacité des investissements de formation
b. Durée de formation, salaire, économétrie,
expérimentation
c.Théories économiques de l’accumulation et du
rendement du capital humain
politique libérale, notamment nord- ment tendanciel lent de la « fluidité » relation selon des niveaux de qualifi-
américaine, conduit à une comparai- entre groupes sociaux (Vallet, 1999). cation. Cette correspondance permet
son avec des sociétés européennes de construire des « comptes sociodé-
menacées par des corporatismes qui mographiques » associant les sorties
freineraient l’émancipation libérale. du système scolaire avec les structu-II. Besoins en qualifications
res d’emploi dans l’appareil productif.
b. Les outils d’analyses mobilisés La deuxième problématique corres- Les premières enquêtes FQP ont été
demeurent les nomenclatures socia- pond à une interrogation nettement mobilisées à ce dessein.
les avec une attention particulière différente sur la société souhaitable
à l’évolution des structures sociales c. En économie et sociologie du tra-et sur les politiques à mettre en œuvre
(marges des matrices de mobilité) vail, les débats théoriques liés à cette pour y parvenir. Elle est cette fois
pour faire ressortir la « fluidité » des problématique se polarisent sur deux marquée par l’économie, dans une
sociétés. thèses. L’une voit dans le progrès perspective orientée sur le système
technique l’origine de besoins de for-productif.
c. Les théories reliées à cette ques- mation plus élevés, tendant à élever le
tion de la « fluidité » se sont confron- a. L’interrogation politique porte sur la niveau de qualification global. L’autre
tées autour de la thèse du « flux réponse que le système de formation associe au contraire au développe-
constant » (cf. par exemple Erikson doit apporter aux besoins de l’écono- ment des techniques une déqualifica-
et Goldthorpe, 1992). Des comparai- mie. Elle est directement à l’origine tion des emplois.
sons internationales ont été menées des premières enquêtes FQP asso-
dans une telle perspective, prenant Le débat de société sur l’évalua-ciées à une politique de planification
notamment appui sur l’enquête FQP tion des politiques est, dans cette des besoins de formation satisfaits
de 1970 achetée à cette fin par les deuxième problématique, circonscrit par le système scolaire.
universités de Bloomington, dans l’In- dans une arène politique particulière.
diana et d’Oxford. Les travaux fran- b. Au cœur de l’outillage statistique Les données statistiques et les figura-
çais à partir de FQP ont donné des se trouve l’articulation entre formation tions comptables de comptes sociodé-
éléments allant à l’encontre de cette et emploi. Un travail d’harmonisation mographiques (Thévenot, 1976) et de
thèse du « flux constant », au moins et de correspondance est réalisé pour « bilans formation-emploi » (Affichard,
pour ce qui est de la France, et faisant que des nomenclatures de formation 1976) sont destinées à un débat entre
au contraire apparaître un accroisse- et d’emploi puissent être mises en « socioprofessionnels » réunis au sein
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 15Laurent Thévenot et Olivier Monso
des commissions du commissariat c. La théorie sous-jacente, dans la a. Ces prises de position s’appuient
général du Plan pour discuter des lignée des travaux de Gary Becker sur deux conceptions. La première,
orientations politiques. (1964) puis Jacob Mincer (1974), défi- qui a fondé la thématique de l’« assi-
nit le « capital humain » comme milation » ou de l’« intégration », met
l’ensemble des connaissances et des l’accent sur la cohésion de la commu-
savoir-faire pouvant être valorisés sur nauté nationale orientée par un idéal III. Capital humain
le marché du travail. Ce capital est civique d’égalité unitaire. Elle conduit
Dans cette troisième problématique, associé à un investissement indivi- à disqualifier tout fractionnement de
le questionnement politique est à duel occasionnant un coût et motivé l’intérêt général en intérêts particu-
nouveau centré sur l’économie et lié par un rendement. La décomposition liers et s’inquiète de la reconnais-
à la relation entre formation et emploi. théorique et causale des relations sance, ne serait-ce que dans les clas-
Cependant, la formulation des poli- entre choix de formation et consé- sifications statistiques, de différences
tiques, la définition des outils statis- quences en termes de rendements pouvant distinguer des communautés
tiques et les modèles économiques s’articule avec les outils d’estimation à partir d’une appartenance ethnico-
de référence sont complètement dif- économétriques. Elle a ainsi contri- culturelle.
férents de ceux qui caractérisent la bué à la diffusion conjointe de cette
2problématique précédente. théorie économique et de l’écono- La seconde conception, d’inspiration
métrie permettant sa mise en œuvre. libérale anglaise et aujourd’hui portée
a. À la différence des politiques pla- Le calcul des « rendements » de la par le droit européen, s’inquiète de ce
nifiées d’orientation du système de formation, initiale ou continue, a fait que la position précédente empêche-
formation par rapport à des besoins l’objet de plusieurs travaux utilisant rait la mise en évidence des discrimi-
agrégés du système productif, l’inter- les enquêtes FQP, à partir des années nations et gênerait la lutte pour les
rogation politique sur l’« efficacité » soixante-dix, notamment ceux de éradiquer. Cette seconde conception
des politiques de formation porte, Louis Lévy-Garboua (1973), Michelle induit la mise en place d’un dispositif
dans cette nouvelle problématique, politique d’autorité indépendante qui Riboud (1975) et Alain Mingat (Lévy-
sur les rendements des investisse- contraste avec les dispositifs politi-Garboua et Mingat, 1979).
ments de formation pour l’individu et ques impliqués dans les problémati-
sa productivité pour l’entreprise. À la différence des problématiques ques précédentes.
précédentes, ce sont des orientations
b. Les variables associées à cette b. Les deux perspectives politi-théoriques qui ont, dans celle-ci, eu
forme d’évaluation s’inscrivent dans ques précédentes conduisent à des un rôle moteur en marquant profon-
une démarche de quantification de la positions antinomiques quant à la dément les méthodes statistiques uti-
formation et de ses résultats (nombre construction de catégories spécifi-lisées et la formulation des politiques
et durée des formations dans FQP). ques. Les chercheurs les plus réti-et de leurs objectifs, tant au niveau
Ces variables sont mises au regard cents à ces dernières leur opposeront français qu’au niveau européen. Les
de la hausse de la productivité ou la pertinence des catégories sociales économistes qui se réfèrent à la théo-
de l’employabilité qu’elles permettent existantes. Il n’en demeure pas moins rie du capital humain attendent ainsi
d’escompter. Cette mise en relation que des questions exploitables sur de l’amélioration et de la systémati-
repose principalement sur un traite- le pays de naissance et la nationalité sation de ces méthodes qu’elles four-
ment économétrique des variables. sont présentes d’assez longue date nissent une base pour l’évaluation
L’évolution des méthodes économé- dans les sources statistiques : c’est et l’orientation des politiques. Cet
triques et le souhait de se rapprocher le cas dans l’enquête FQP depuis objectif a par exemple été clairement
le plus possible de situations « expéri- 1985. Elles permettent de distinguer formulé dans le cadre de la politique
mentales » visent à mettre en évidence des parcours migratoires sans entrer de formation continue par Cahuc et
les facteurs causaux les plus « purs » directement dans le débat sur la per-Zylberberg (2006).
possibles, associés à des leviers d’ac- tinence de catégorisations « ethni-
tion politique. Cette recherche de fac- ques ». Ces distinctions peuvent
teurs causaux a par exemple été mise donner lieu à des types d’exploitation IV. Discriminations
en œuvre à partir de FQP concernant et à des figurations qui les inscrivent
la formation continue (Fougère, Goux Cette dernière problématique n’est dans des modèles très différents.
et Maurin, 2001). pas, à la différence des deux précé- Dans une première orientation métho-
dentes, immédiatement économique dologique, plutôt partagée par les
2. Le travail le plus systématique sur le sujet mais touche à la conception même de sociologues, la catégorie identifiant
a été réalisé par Joan Stavo-Debauge dans sa la communauté politique. Loin d’être le passé migratoire est utilisée à la
thèse plus largement consacrée à la question
stabilisée, cette problématique se pré- façon d’une catégorie sociale (cf. pro-« Venir à la communauté : une sociologie de
l’hospitalité et de l’appartenance », École des sente en France comme un espace de blématique « Inégalités sociales »),
hautes études en sciences sociales, 2009. Sur
controverses qui vont jusqu’à susciter c’est-à-dire qu’elle est rapportée à la controverse statistique, voir : Stavo-Debauge
(2003). Sur les difficultés soulevées par les des avis opposés quant à l’opportu- un complexe de propriétés issues
variables d’origine (« sociale » aussi bien que
nité de catégorisations dites « cultu- d’une appartenance collective et qu’il
« ethnique ») pour le statisticien, voir : Thévenot
2(2006). relles » ou « ethniques » . n’est pas pertinent de dissocier. La
16Statistique et évaluation des politiques : quarante ans d’enquêtes « Formation et Qualification Professionnelle »
seconde orientation méthodologique la reconnaissance positive de diffé- tique « Besoins en qualifications »,
est toute différente, apparentée à pas du tout dans la problématique rences culturelles, mais sur des com-
« Capital humain ». Elle est d’ailleurs celle que nous avons vue précédem- portements discriminatoires prenant
entrée en tension avec cette der-ment dans la problématique « Capital appui sur des traits stigmatisants.
nière lorsque les travaux sur le capital humain ». Les outils économétriques Cette seconde orientation, fortement
humain ont commencé à émerger sont alors employés à dissocier des développée à partir de la dernière
dans les études à partir de FQP dès facteurs causaux, par opposition à enquête FQP, s’appuie majoritaire-
la fin des années 1970. la recherche de cohérence d’ensem- ment sur le modèle théorique que
ble qui vient d’être mentionnée. La nous avons déjà examiné dans la pro-
Cette tension continue à traverser discrimination est mesurée à travers blématique du capital humain. Dans
les questionnements politiques mais la part de l’écart entre groupe de ce modèle inspiré par les travaux de
aussi les méthodes de traitement des référence et groupe discriminé qui Gary Becker (1957), la discrimination
données, et jusque dans la détermina-n’est pas expliquée par les variables est une déficience de valorisation du
tion de ce qui vaut comme fait scien-de capital humain, auxquelles s’ajou- capital humain qui nuit à l’efficacité
tifique. En effet, alors que l’approche tent d’autres variables pouvant entrer des entreprises.
« Inégalités sociales » orientée politi-dans les déterminants du salaire ou
Enfin, la lutte contre les discrimina- quement vers la solidarité civique part encore de l’accès à l’emploi (cf. par
tions se trouve aujourd’hui largement de la recherche de similitudes et d’es-exemple Aeberhardt et al., 2007, à
soutenue par le droit européen, lui- paces de cohérence (ce qui renvoie par partir de FQP 2003).
même inspiré du droit libéral anglais. exemple aux méthodes d’analyse des
c. Des théories très diverses de scien- Or, cette perspective juridique plus données), la problématique « Capital
ces politiques, économiques et socia- fondamentale que celle émanant humain » s’appuie sur une approche
les, sont mobilisées pour s’opposer à des économistes réclame l’appui de causale et des méthodes cherchant
ces catégorisations ou en montrer la données statistiques en raison de à purifier les variables causales (à
nécessité. l’extension ouverte par la notion de partir notamment des variables ins-
« discrimination indirecte » (non inten- trumentales). Dans la problématique
Les différenciations sociales que nous tionnelle). Remarquons que, même « Discriminations », la construction
avons vues, dans la problématique dans cette perspective qui vise une politique civique ne sous-tend que les
« Inégalités sociales », soutenir des positions hostiles à la construction de égalité fondamentale entre les êtres
3modèles sociologiques de la repro- catégories correspondantes. humains, le marché du travail occupe
duction d’inégalités sociales, sont encore une place importante pour
Une seconde construction prend opposées aux différenciations « eth- spécifier le genre d’épreuve faisant
appui sur un libéralisme politique niques » selon trois argumentations apparaître des inégalités de traite-
peu développé en France jusqu’à qui peuvent d’ailleurs être associées. ment (accès à l’emploi, rémunération,
la période récente, et fréquemment La première s’inquiète de ce que la promotion…).
associé aux sociétés anglo-saxonnes. différenciation dite ethnique puisse
Elle interroge les conditions dans les-masquer la réalité de déterminations
quelles les capacités individuelles sociales. La deuxième se préoccupe Conclusion
peuvent être valorisées et de ce fait, de ce qu’une catégorisation ethnique
est compatible avec la problémati-inscrite dans les statistiques officiel- Au terme de ce parcours, il appa-
que « Capital humain » ainsi qu’avec les puisse légitimer des distinctions raît que les quatre problématiques
les approches de la problématique entretenant des préjugés racistes. La que nous avons identifiées ne distin-
« Discriminations » qui mettent en troisième voit dans ces guent pas seulement des politiques et
avant une lutte contre des discrimi-un vecteur de renforcement d’iden- leurs outils statistiques et théoriques
nations empêchant cette valorisation tités communautaires menaçant la d’évaluation, mais font apparaître des
individuelle. Cependant, la lutte contre visée égalitaire civique déjà mention- différences plus profondes dans la
3 les discriminations passe, dans les née dans les politiques de la problé- construction même du politique .
pays où elle est la plus développée, matique « Inégalités sociales ».
par la construction politique d’auto-La problématique « Inégalités socia-
Des théories peuvent être favorables rités indépendantes qui incluent des les » se dédouble déjà au regard des
à ces catégorisations pour deux rai- personnes appartenant aux catégo-implications politiques des outils et
sons bien différentes. D’une part, ries discriminées et qui incitent à la des études. Une première construc-
elles peuvent s’appuyer sur la valori- mise en œuvre du droit antidiscrimi-tion civique vise à favoriser l’égalité
sation d’une identité collective d’ori- natoire, notamment à partir de don-entre citoyens à partir de politiques
gine à partir d’orientations cultura- nées statistiques adéquates. publiques de solidarité, notamment
listes associant des comportements dans le domaine de l’éducation.
à une origine ou une appartenance 3. Pour une typologie historique de longue
durée des relations entre État et statistique met-culturelle partagée. D’autre part, Cette construction est souvent asso-
tant en regard les façons de penser la société et
elles peuvent se référer à de tout ciée à un modèle républicain français.
l’économie, les modes d’action et les formes de
autres modèles qui portent, non sur On la retrouve peu dans la probléma- statistique, voir Desrosières 2008a, p. 56.
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 17Laurent Thévenot et Olivier Monso
La problématique « Besoins en quali- discutés au sein de commissions du rités indépendantes elles-mêmes
fications » repose quant à elle sur une commissariat général du Plan, elles- demandeuses de statistiques.
construction du politique profondé- mêmes constituées selon une repré-
ment différente de celles qui viennent sentation de « socioprofessionnels ». La place des producteurs de données
d’être évoquées. En effet, la relation statistiques dans la décision politique
formation-emploi nouée autour de On remarquera que cette représenta- que nous connaissons aujourd’hui est
la notion de qualification profession- tion socioprofessionnelle de la com- encore différente de toutes les précé-
nelle prenait appui sur des dispositifs munauté politique, que l’on retrouve dentes. Dans celle-ci, les économis-
juridiques et institutionnels de négo- aussi au conseil économique, social tes, prenant appui sur des modèles
ciation entre partenaires sociaux. Des et environnemental, s’écarte nota- théoriques et des exploitations éco-
conventions collectives régissaient blement de la représentation parle- nométriques de ces données, propo-
des correspondances entre niveaux mentaire, qui reste première dans la sent aux gouvernants une validation,
de formation et d’emploi. D’autre part, construction civique. Elle se distingue qu’ils envisagent comme scientifique
les comptes sociodémographiques tout autant d’une construction politi- et neutre, des facteurs efficaces pour
destinés à débattre des politiques que libérale qui, méfiante à l’égard de les politiques. n
de formation étaient destinés à être l’État, prône la mise en place d’auto-
18Statistique et évaluation des politiques : quarante ans d’enquêtes « Formation et Qualification Professionnelle »
Bibliographie
Aeberhardt R., Fougère D., Pouget J. et Rathelot R., 2007, « Wages and employment of French workers with African origin »,
IZA Discussion Paper, n° 2898.
Affichard J. (sous la dir.), 1987, Pour une histoire de la statistique, Paris, Insee-Economica.
Affichard, J., 1976, « Bilan de l’emploi par profession », Économie et statistique, n° 81-82, pp. 45-55.
Baudelot C., 1974, La petite bourgeoisie en France, Paris : Maspéro.
Becker G. S., 1957, The Economics of Discrimination, Chicago, University of Chicago Press.G. S., 1964, Human Capital, A Theoretical and Empirical Analysis, New York : National Bureau of Economic Research,
Chicago, Univ. of Chicago Press.
Bertaux D., 1969, « Sur l’analyse des tables de mobilité sociale », Revue française de Sociologie, vol. 10, n° 4, pp. 448-490.
Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris : Gallimard.
Bourdieu P. et Passeron J.-C., 1964, Les héritiers ; les étudiants et la culture, Paris : Éditions de Minuit.
Cahuc P. et Zylberberg A., 2006, La formation continue : un système à la dérive, rapport pour le centre d’observation éco-
nomique de la CCIP.
Desrosières A., 1993, La politique des grands nombres ; histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.
Desrosières, A., 2008a, Pour une sociologie historique de la quantification, L’argument statistique, Vol. 1, Paris, Presses de
l’École des Mines de Paris.
Desrosières, A., 2008b, Gouverner par les nombres, L’argument statistique, Vol. 2, Paris, Presses de l’École des Mines de
Paris.
Duru-Bellat M. et Kieffer A., 2008, « Du baccalauréat à l’enseignement supérieur en France : déplacement et recomposition
des inégalités », Population, vol. 63, n° 1, pp. 123-158.
Erikson R. et Goldthorpe J. H., 1992, The constant flux. A study of class mobility in industrial societies, Clarendon Press.
Fougère D., Goux D. et Maurin É., 2001, « Formation continue et carrières salariales : une évaluation sur données individuel-
les », Annales d’Économie et de Statistique, n° 62, 2001, pp. 49-71.
Galton F., 1972 (1869), Hereditary Genius, Gloucester, Mass., Peter Smith (introduction de C.D. Darlington, première édition,
1869).
Gollac M., Laulhé P., 1987, « Les composantes de l’hérédité sociale », Économie et Statistique, n° 199-200, pp. 95-105.
Lévy-Garboua L., 1973, Recherche sur les rendements de l’éducation en France, Paris : CNRS, Col. A.T.P., n° 1.L. et Mingat A., 1979, « Les taux de rendement de l’éducation », Économique de l’éducation, Economica,
Paris, pp. 104-143.
Merllié D., 1994, Les enquêtes de mobilité sociale, Paris : Presses Universitaires de France.
Mincer J., 1974, Schooling, Experience and Earnings, Columbia University Press.
Monso, O. et Thévenot, L., 2008, « Des milieux sociaux au marché du travail : les questionnements sur la société française
pendant quarante ans d’enquêtes « Formation et Qualification Professionnelle », Document de travail du Crest, n° 2008-20.
Riboud M., 1975, « Étude de l’accumulation du capital humain en France », Revue économique, vol. 26, n° 2, pp. 220-244.
Stavo-Debauge, J., 2003, « Prendre position contre l’usage de catégories ‘ethniques’ dans la statistique publique », in P.
Laborier et D. Trom (dir.) Historicités de l’action publique, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 293-327.J., 2009, « Venir à la communauté : une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance », thèse de doctorat,
EHESS.
Thélot C., 1982, Tel père, tel fils ?, Paris : Hachette.
Thévenot L., 1976, « Les disponibilités de main-d’œuvre par profession », Économie et Statistique, n° 81-82, pp. 27-43.L., 1990, « La politique des statistiques : les origines sociales des enquêtes de mobilité sociale », Annales E.S.C.,
vol.45 n° 6, pp. 1275-1300.
Thévenot, L., 2006, « Droit et bonnes pratiques statistiques en matière de discrimination, Jalons historiques d’un questionne-
ment sur les origines », communication aux Journées d’Histoire de la Statistique, Paris, Insee, 15-16 février 2006,
http ://www.insee.fr/fr/nom_def_met/colloques/jhs/jhs2006.htm
Vallet L.-A., 1999, « Quarante années de mobilité sociale en France : l’évolution de la fluidité sociale à la lumière de modèles
récents », Revue Française de Sociologie, vol. 40, n° 1, pp. 5-64.
L’ensemble des textes présentés lors des Journées d’Histoire de la Statistique de 2006 et 2008 peuvent être téléchargés
à l’adresse suivante :
http ://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/default.asp ?page = colloques/jhs/jhs.htm .
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.