Synthèse nationale

De
Publié par

onjonctureC ynthèse nationaleS En2010 leproduitintérieur brutaugmentede 1,5 %aprèsavoirrecu- l'emploi à la baisse de l'activité a été moins fort qu'attendu. La reprise de l'emploi début 2010 a,léde2,5%l'année précédente.Cette croissance est portée par les dé- quant à elle, été plus rapide que les comporte-penses de consommation des ménages (+ 1,7 %) mais leur pouvoir ments passés le laissaient attendre. Cette bonned'achat,entachépar lahaussedesprixde find'annéeprogressemoins tenue, relative, de l'emploi s'est traduite par unefortement (+ 1,2 %). L'investissement diminue de 1,6 % mais forte baisse de la productivité bien en deçà duqu'en2009 (- 7,0 %).Cette baisseresteplussensiblepour lesménages niveau prévalant avant la crise. (- 2,2 %) que les entreprises (- 1,3 %). L'emploi marchand redémarre Si elles se sont nettement accentuées pendant la sans compenser encore les nombreuses pertes d'emplois de 2009. récession, les pertes d'emploi dans l'industrie ont retrouvé début 2010 un rythme proche de celui erqui prévalait avant la crise (– 41 000 postes au 1 semestre 2010). Elles ont été moins nombreuses au second semestre (– 20 000), avec le redresse-Les chocs passent, l'activité résiste ment de l'activité industrielle.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

onjonctureC
ynthèse nationaleS
En2010 leproduitintérieur brutaugmentede 1,5 %aprèsavoirrecu- l'emploi à la baisse de l'activité a été moins fort
qu'attendu. La reprise de l'emploi début 2010 a,léde2,5%l'année précédente.Cette croissance est portée par les dé-
quant à elle, été plus rapide que les comporte-penses de consommation des ménages (+ 1,7 %) mais leur pouvoir
ments passés le laissaient attendre. Cette bonned'achat,entachépar lahaussedesprixde find'annéeprogressemoins
tenue, relative, de l'emploi s'est traduite par unefortement (+ 1,2 %). L'investissement diminue de 1,6 % mais
forte baisse de la productivité bien en deçà duqu'en2009 (- 7,0 %).Cette baisseresteplussensiblepour lesménages niveau prévalant avant la crise.
(- 2,2 %) que les entreprises (- 1,3 %). L'emploi marchand redémarre Si elles se sont nettement accentuées pendant la
sans compenser encore les nombreuses pertes d'emplois de 2009. récession, les pertes d'emploi dans l'industrie ont
retrouvé début 2010 un rythme proche de celui
erqui prévalait avant la crise (– 41 000 postes au 1
semestre 2010). Elles ont été moins nombreuses
au second semestre (– 20 000), avec le redresse-Les chocs passent, l'activité résiste
ment de l'activité industrielle.Au total,la baisse des
En moyenne, sur l'année 2010, le produit intérieur effectifs a donc été nettement moins marquée en
brut (PIB) en volume* augmente de 1,5 %, après la 2010 que l'année précédente : – 61 000 emplois
plus forte baisse depuis l'après-guerre en 2009 (– 1,8 %),après – 172 000 (– 4,9 %).L'amélioration
(– 2,5 %). Les exportations progressent de 10,1 % de la conjoncture de l'emploi dans l'industrie est
(– 12,1 % en 2009) tandis que les importations aug- également visible dans l'évolution du nombre d'in-
mentent de 7,8 % (après - 10,6 %). Ainsi, le solde térimaires en mission dans le secteur.Celui-ci avait
commercial contribue à la croissance à hauteur de chuté pendant la crise,mais il a rebondi début 2009.
+ 0,4 point (– 0,2 point en 2009).En 2010,les varia- Toutefois, le nombre d'intérimaires industriels
tions de stocks contribuent pour + 0,1 point à l'é- reste, fin 2010, inférieur à son niveau d'avant-crise.
volution du PIB, alors qu'elles ont très fortement Au total, le volume d'emplois utilisés dans l'in-
contribué à la récession de 2009 (– 1,8 point). dustrie, y compris intérimaires, a progressé en
2010 (+ 8 000 postes, soit + 0,2 %).
Une consommation des ménages dynamique L'emploi dans la construction a reculé au cours de
Les dépenses de consommation des ménages pro- l'année 2010 (– 10 000 postes soit – 0,7 %).Il s'était
gressent en 2010, + 1,7 %, après + 0,6 % en 2009. déjà fortement contracté en 2009 (– 46 000 em-
Les achats d'automobiles ont fortement accéléré plois, soit – 3,1 %).
eau 4 trimestre avant la fin programmée du disposi- L'emploi intérimaire est comptabilisé dans le sec-
tif de prime à la casse. La fin d'année a également teur tertiaire indépendamment du secteur dans le-
été marquée par une très nette accélération des quel sont réalisées les missions d'intérim. Avec la
dépenses en énergie (+ 2,7 %). reprise de l'intérim,le secteur tertiaire a ainsi été le
premier secteur à créer à nouveau des emplois,dèsLe pouvoir d'achat des ménages a moins ele 4 trimestre 2009. En 2010, l'emploi dans le ter-
progressé tiaire marchand a été très dynamique : 195 000
Le pouvoir d'achat des ménages progresse de postes ont été créés (+ 1,8 %),dont 97 000 en inté-
1,2 % en moyenne annuelle. En 2009, l'augmenta- rim,après 115 000 destructions de postes en 2009
tion avait été plus forte (+ 1,6 %).La progression du (– 1,0 %).
pouvoir d'achat par unité de consommation, qui
Des échanges extérieurs dynamiquespermet de le ramener à un niveau individuel
moyen,passe de + 0,8 % en 2009 à + 0,4 % en 2010. Après la chute de 2009, les échanges repartent en
2010. Ils sont tirés par les biens intermédiaires,Le revenu disponible brut (RDB) nominal des mé-
nages accélére sensiblement (+ 2,4 % ; + 1,1 % en dans un contexte de hausse du cours des matières
premières industrielles, et les biens d'équipements.2009) avec le redressement des revenus d'activité.
Mais cette progression est entachée par la Les exportations bénéficient plus particulièrement
du dynamisme exceptionnel de l'aéronautique ethausse des prix à la consommation (+ 1,2 % ;
– 0,6 % en 2009). du regain de l'automobile. Toutefois l'alourdisse-
ment de la facture énergétique, lié à la hausse du
La contraction de l'investissement se réduit prix du pétrole et du gaz, explique le creusement
En 2010, l'investissement diminue de 1,6 % alors du déficit nominal d'environ 8 milliards.
qu'il reculait de 7,0 % l'année précédente L'investis-
*Les volumessontmesurésauxprixde l'annéeprécédentechaî-sement des ménages se contracte de 2,2 % alors
nés et corrigés des variations saisonnières et des effets des joursqu'il enregistrait un recul de 8,7 % en 2009.L'inves-
ouvrables (CVS-CJO).tissement des entreprises a légèrement baissé, de
1,3 % en moyenne annuelle, après une forte chute
en 2009 (– 7,9 %).Le recul significatif des dépenses Extraits de :
en construction (– 11,0 %) a plus que compensé la
«Les chocs passent,l'activité résiste »,reprise des investissements productifs (+ 3,5 %) et
Note de conjoncture,mars 2011, Inseeen services (+ 1,2 %),qui est survenue dès le début
« Comptes nationaux trimestriels -de l'année 2010.
ePremiers résultats du 4 trimestre 2010 »,
L'emploi marchand s'améliore Informations rapides,n°40,février 2011, Insee marchand a redémarré en 2010 (+ 0,8 %) « Comptes nationaux trimestriels -
compensant pour plus du tiers les pertes d'emplois eRésultats détaillés du 4 trimestre 2010 »,
de 2009 (– 2,1 %). Pendant la crise, l'ajustement de Informations rapides,n° 77,mars 2011, Insee
INSEE Auveergn n° 32 L'année économique et sociale Mai 2011
2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.