Synthèse régionale : bonne résistance de l'économie bretonne en 2005 (Octant n° 105)

De
Publié par

Après le regain de 2004, l'économie bretonne offre une bonne résistance dans un climat industriel fragile. L'agriculture affiche une situation plus sereine et l'activité dans le bâtiment atteint des sommets. Dans le secteur tertiaire, les services restent vigoureux mais le commerce se révèle maussade. Malgré des signes encourageants, l'activité touristique ne repart pas. Les créations d'entreprises n'augmentent plus mais gardent un très bon niveau. Enfin, l'emploi progresse modérément et le chômage diminue un peu plus.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Synthèse
régionale
Bonne résistance
de l’économie bretonne en 2005
Après le regain de 2004, l’économie bretonne offre tonne témoignent d’une fragili-
té dans ce secteur : la baisse desune bonne résistance dans un climat industriel
investissements se poursuit,
fragile. L’agriculture affiche une situation plus l’emploi se replie, et la hausse
sereine et l’activité dans le bâtiment atteint des du chiffre d’affaires annoncée
par les industriels bretons est ensommets. Dans le secteur tertiaire, les services
perte de vitesse.
restent vigoureux mais le commerce se révèle
maussade. Malgré des signes encourageants, Les industries agroalimentaires
et automobiles voient leur acti-l’activité touristique ne repart pas. Les créations
vité fléchir. On observe un ra-
d’entreprises n’augmentent plus mais gardent un lentissement dans les biens in-
très bon niveau. Enfin, l’emploi progresse termédiaires et les biens
d’équipement progressent plusmodérément et le chômage diminue un peu plus.
modérément. Par contre, la si-
tuation se consolide pour l’in-
dustrie des biens de consom-n 2005, la croissance de compensée par l’aide directeEl’économie française qui laitière. Les productions légu- mation.
s’établit à 1,4 % comme dans la mières affichent une conjonc-
zone euro, a été moins forte ture plus favorable, loin des ten-
La prospéritéqu’en 2004. Le commerce exté- sions observées en 2004 sur le
rieur grève cette croissance par marché du chou-fleur. Pour les dans la construction
la forte hausse des importations, céréales, les rendements sont ne se dément pas
en réponse à une demande inté- dans la moyenne. La filière por-
rieure toujours soutenue. La cine connaît une année calme :
Dans le domaine du bâtiment,modeste croissance du dernier l’écoulement de la production
l’activité poursuit son essor ettrimestre souligne la fragilité de est facilité par une demande
l’optimisme est de mise dansl’activité dans l’industrie. L’in- soutenue et les prix augmen-
l’ensemble des secteurs. Lesdustrie bretonne présente, elle tent. En revanche, l’avenir de la
professionnels ont jugé leursaussi, des indicateurs témoi- filière avicole s’assombrit en-
carnets de commandes biengnant de telles difficultés. Les core en fin d’année, face aux
garnis, mais toujours au prix deautres domaines de l’économie craintes générées par la grippe
tensions sur l’appareil de pro-bretonne sont globalement aviaire.
duction. Le besoin demieux orientés, même s’ils ne
main-d’œuvre est donc tou-confirment pas tous le regain de
jours perceptible, malgré un2004. Industrie :
taux de croissance de l’emploi
l’activité s’essouffle dans ce secteur qui a triplé en
deux ans pour s’établirà6%enAgriculture :
2005.Tant en Bretagne qu’au niveaudes signes d’embellie
national, l’activité industrielle
La construction de logementsen 2005 n’a pas confirmé la re-
En 2005, la baisse du prix du prise amorcée en 2004. Les in- neufs a de nouveau battu son
record : avec 33 000 logementslait se poursuit mais elle est dicateurs de l’industrie bre-
4 Octant n° 105 - Avril 2006 Bilan économique 2005Synthèse régionale
mis en chantier, la progression en baisse. Le département du en Bretagne, notamment les ser-
atteint 22 % contre 12 % France Finistère résiste bien mais le vices aux particuliers. Au
entière. Cette évolution est tirée Morbihan est en recul. Avec 3 niveau départemental, les Cô-
vers le haut par l’exceptionnelle créations sur 4, le domaine ter- tes-d’Armor s’inscrivent en lé-
vigueur du logement collectif tiaire reste le plus porteur, avec ger retrait des autres, qui affi-
(+ 50 %), qui se vérifie dans en tête le secteur des services chent des progressions
tous les départements. Parallè- puis le commerce. d’emplois similaires.
lement, la construction de lo-
caux non-résidentiels est enfin Le nombre de défaillances d’en-
orientée à la hausse, après six treprises augmente légèrement 2 000 demandeurs
années consécutives de baisse. tout en restant peu élevé au re- d’emploi de moins
gard du tissu productif de la ré-
gion. Le taux de défaillances
Fin 2005, la Bretagne compteCommerce morose, demeure ainsi l’un des plus fai-
2 000 demandeurs d’emploi debles en France.services vigoureux
moins qu’un an auparavant.
Après une hausse début 2005,
L’activité dans les secteurs du la demande d’emploi a forte-Une saison touristique
tertiaire présente des résultats ment diminué au second se-en demi-teinte
hétérogènes. Dans le com- mestre. La baisse de 2 % est
merce, l’année 2005 est mar- moins marquée qu’au niveau
quée par un climat morose. De mai à septembre 2005, la national (- 5,2 %). Le taux de
Dans le commerce de gros fréquentation des hôtels et cam- chômage correspondant s’éta-
comme dans le commerce de pings bretons n’a pas connu la blit à 7,9 % de la population ac-
détail, les opinions des profes- reprise enregistrée au niveau tive bretonne contre 9,5 % en
sionnels témoignent d’un ni- national, malgré une météo clé- France. Ce sont les personnes
veau d’activité peu dynamique mente. Dans les hôtels bretons, les plus qualifiées qui bénéfi-
et de prix de vente globalement la fréquentation est très proche cient le plus de la baisse ; les
peu favorables. L’emploi a de celle de 2004, les nuitées re- nombres de chômeurs de
pourtant progressé dans les culent de 0,3 % du fait d’un re- longue durée et de jeunes chô-
deux branches commerciales. pli de la clientèle étrangère. meurs diminuent également. La
Par ailleurs, les ventes d’auto- Dans les campings, les touristes demande d’emploi globale,
mobiles repartent à la hausse étrangers étaient au ren- comme celle des jeunes, varie
après une baisse continue de- dez-vous, mais pas les touristes néanmoins de manière inégale
puis 2001 : les immatriculations français : l’activité globale ra- selon le département : nette-
progressent de 6 % en Bretagne lentit alors de 0,7 %. Le tou- ment moins forte dans le Finis-
contre 2,7 % au niveau na- risme breton révèle donc un bi- tère, elle augmente en Ille-
tional. lan contrasté, suivant l’origine et-Vilaine.
de la clientèle mais aussi au ni-
Dans les services, l’activité est veau départemental : le Morbi-
Valérie MARIETTErestée vigoureuse. Le chiffre han réalise une belle saison,
d’affaires a globalement pro- quel que soit le mode d’héber-
gressé et les résultats d’exploita- gement. Par ailleurs, la clientèle
tion se sont maintenus à un bon britannique reste fidèle à la
niveau, avec une augmentation région.
des prix équivalente aux années
précédentes. A un rythme certes
Emploi :moins soutenu qu’en 2004,
l’emploi continue également sa croissance modérée
progression.
L’emploi salarié privé non agri-
cole, intérim compris, pro-La création d’entreprises
gresse de 1,4 % en 2005. Lagarde un bon niveau
croissance de l’emploi perd
donc un point par rapport à
Après une année record, la celle de 2004. L’emploi indus-
création d’entreprises marque triel perd à nouveau des em-
le pas en 2005 tout en restant au plois, notamment l’agroalimen-
niveau très élevé de 12 400 taire - principal employeur
créations. Toutes les régions industriel breton - mais aussi
présentent un tassement qui l’industrie automobile. En re-
reste moins élevé en Bretagne vanche, la construction se dé-
qu’au niveau national. Parmi marque par un fort dynamisme.
ces créations, les reprises pro- Dans le tertiaire, la progression
gressent plus faiblement qu’en diminue de moitié par rapport à
2004 tandis que les créations 2004, mais ce secteur contribue
pures et les réactivations sont toujours à la création d’emplois
Bilan économique 2005 Octant n° 105 - Avril 2006 5
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.