Troisième trimestre 2006 : l'économie bretonne maintient le cap (Flash d'Octant n° 123)

De
Publié par

Au troisième trimestre 2006, dans un environnement international un peu moins dynamique, la croissance de l'économie française marque le pas, dans un contexte de déstockage et de déficit du commerce extérieur. Toutefois dans ce contexte l'économie bretonne continue d'aller de l'avant. L'activité demeure soutenue dans les services et elle s'intensifie dans le secteur du bâtiment comme au trimestre précédent. L'appréciation des détaillants sur leur activité est nettement plus favorable qu'auparavant et les industriels estiment que l'activité reste dynamique. Le chômage poursuit sa décrue au troisième trimestre dans la région comme au niveau national. Au deuxième trimestre, l'emploi salarié privé breton a progressé de 0,3 % et de 1,2 % sur un an.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 123 - Décembre 2006conjoncturelle
Troisième trimestre 2006 :
l'économie bretonne maintient le cap
Au troisième trimestre 2006, dans un environnement international un peu moins
dynamique, la croissance de l'économie française marque le pas, dans un contexte
de déstockage et de déficit du commerce extérieur.
Toutefois dans ce contexte l'économie bretonne continue d'aller de l'avant.
L'activité demeure soutenue dans les services et elle s'intensifie dans le secteur
du bâtiment comme au trimestre précédent. L'appréciation des détaillants
sur leur activité est nettement plus favorable qu'auparavant et les industriels
estiment que l'activité reste dynamique.
Le chômage poursuit sa décrue au troisième trimestre dans la région
comme au niveau national.
Au deuxième trimestre, l'emploi salarié privé breton a progressé de 0,3 %
et de 1,2 % sur un an.
Contexte national : la croissance marque le pas
France entière, le PIB (Produit Intérieur Brut) reste Globalement la production industrielle diminue de
stable au troisième trimestre 2006 après une 0,5 %. Elle se replie dans tous les secteurs sauf dans
ceux des biens d'équipement et de l'énergie où elleprogression de 1,2 % au deuxième.
s'accroît, puis dans les industries agricoles etLa demande intérieure hors stocks contribue à
alimentaires où elle stagne.l'évolution du PIB (à hauteur de 0,5 point) plus
modérément qu'au premier semestre. L'été est L'emploi salarié privé progresse de 0,1 % ce
également marqué par un mouvement de trimestre, soit 14 500 emplois supplémentaires. La
construction comme le tertiaire continuent de créerdéstockage : les variations de stocks pèsent
des emplois (respectivement + 0,8 % et + 0,2 %).négativement sur l'évolution du PIB, à hauteur de
- 0,3 point. La variation de la demande intérieure Les effectifs sont toujours en baisse dans l'industrie
totale (+ 0,2 %) compense tout juste le solde du (- 0,5 %).
commerce extérieur (- 0,2 %). En effet, les importa- Fin septembre, 2 172 300 demandeurs d'emploi de
tions stagnent et les exportations se replient catégorie 1 sont inscrits à l'ANPE (Agence Nationale
(respectivement 0,0 % et - 0,7 %). Pour l'Emploi), soit 10,7 % de moins qu'un an plus
L'investissement des entreprises non financières tôt.
ralentit (+ 0,8 % après + 2,2 %) par rapport au Le taux de chômage au sens du BIT (Bureau
trimestre précédent. Celui des ménages croît un peu International du Travail) s'élève à 8,8 % au 30
plus (+ 0,7 % après + 0,5 %) et leurs dépenses de septembre. Il diminue de 0,2 point sur le trimestre et
consommation augmentent de 0,6 % après + 0,7 %. de 1 point sur l'année.
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS12364 - PRIX : 2,30€dites diverses (du poisson, des conserves deAgriculture :
Cours du porc charcutier breton - classe E fruits et légumes, les boulangeries,(Euros / kilo) hausse du cours du porc
2,00 biscuiteries…) qui participent le plus à cet
essor. Leur production et leur demande sont1,90 Au troisième trimestre 2006, les livraisons de
en expansion.lait sont pratiquement stables par rapport à
1,70 l'été 2005. Le prix moyen du lait payé au Grâce à une reprise de la demande étrangère
après la levée de l'embargo sur la volaille,producteur est de 0,28€/l, soit 3,4 % de
Tendance l'activité de l'industrie des viandes a retrouvé1,50 moins que l'année passée à la même période.
des couleurs. En revanche, les industrielsEn hausse depuis mai, le cours du porc
trouvent que l'activité est atone dans le1,30 atteint un maximum en août avant de baisser.
e travail du grain-fabrication d'aliments pourAu 3 trimestre, il s'établit en moyenne à
animaux et qu'elle se dégrade dans
1,10 1,57€/kg, soit 13,8 % de plus qu'un an plus
l'industrie du lait. A court terme, lestôt. Les abattages de porcs sont quasiSérie brute
dirigeants de l'agroalimentaire anticipent un
0,90 stationnaires sur la même période.
2002 2003 2004 2005 2006 repli d'activité.
Bien que la France ait été reconnue indemneSource : Ofival et SNM - Insee La production est stationnaire dans les
de grippe aviaire au mois de juin, le marché
industries des biens d'équipement et des
breton de la volaille de chair n'a pas retrouvé
biens de consommation. La demande et lesson niveau antérieur. Les abattages de
Avis des industriels sur la tendance de la production carnets de commandes diminuentvolailles toutes catégories confondues(Soldes d’opinions - en %)
e légèrement et les stocks s'alourdissent. Dans
30 diminuent de 7,7 % comparés au 3 trimestre
l'industrie des biens intermédiaires, l'activité2005. La hausse des abattages de dindes
et la demande globale, un peu en retrait sur le(5,4 %) ne suffit pas à compenser la chute des20 trimestre, se maintiennent au-dessus de leurabattages de poulets (- 14,4 %).
2niveau moyen . La demande étrangère resteProduction passée
Les abattages de veaux de boucherie se
10 très dynamique. Le niveau des carnets de
réduisent de 4,8 % par rapport à l'été 2005. A
commandes stagne et les stocks sont plus
5,21 €/kg, le cours du veau recule sur le légers.0
trimestre mais reste plus élevé qu'un an plus
Production prévue Pour la fin d'année, les entrepreneurstôt (+ 13,3 %).
envisagent un rebond de leur activité. En 2
-10 Les cotations des principales productions ans, leur perception du climat général dans
ebovines sont supérieures à celles du 3 l'industrie n'a jamais été aussi optimiste.
-20 trimestre 2005, hormis celle des jeunes
2002 2003 2004 2005 2006 1
bovins O , en net repli sur un an. Les
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
abattages de gros bovins augmentent sur le Bâtiment :
trimestre comme sur l'année. intensification de l'activité
La récolte de céréales de l'été 2006 estAvis des professionnels du bâtiment
Selon les professionnels du bâtiment,inférieure de 2,2 % à celle de l'été précédent.sur la tendance de l'activité (Soldes d’opinions - en %)
l'activité continue de s'intensifier pendantLes volumes de blé produits diminuent de30
l'été. Leur appréciation est meilleure dans1,6 % par rapport à 2005.
tous les segments, plus particulièrement dans20 Les quantités débarquées de poissons,
les bâtiments non résidentiels.crustacés et mollusques sont inférieures de
10 Par rapport au troisième trimestre 2005,9,6 % à celles de l'été 2005. En revanche le
l'activité est en nette hausse dans le second-prix moyen progresse de 4,3 %.Activité prévue
0 œuvre et progresse plus modérément dans le
gros-œuvre.
-10 L'activité reste dynamique Début octobre, les dirigeants tablent sur une
nouvelle accélération de l'activité pour lesdans l'industrie
-20 trois mois à venir. Ils sont également assezActivité passée
Au troisième trimestre 2006, sous l'effet optimistes concernant l'évolution globale du
-30 d'une demande quelque peu ralentie, les2002 2003 2004 2005 2006 secteur du bâtiment. Les carnets de
industriels bretons font état d'une activitéSource : Insee, enquêtes de conjoncture commandes se remplissent à nouveau : la
moins soutenue qu'au printemps mais charge de travail est évaluée à 6,7 mois de
encore dynamique. Le niveau des carnets de travail par salarié, contre 6,1 au trimestre
commandes demeure convenable et les précédent. Par ailleurs, 71 % des entrepre-Nombre de logements neufs en chantier en Bretagne stocks restent stables. neurs affirment avoir des difficultés deMoyenne 1996 - 20052004 2005 2006
4 000 Après une reprise hésitante au trimestre recrutement soit 2 points de moins sur le
précédent, l'activité de l'industrie agroali- trimestre comme sur l'année. Par contre, ils
3 500 mentaire continue de progresser. Les sont nettement plus nombreux qu'un an plus
tôt à ne pas pouvoir accroître leur productiondirigeants estiment la demande vigoureuse,
3 000 (70 % contre 59 %).en particulier celle en provenance de
l'étranger. Les carnets de commandes se Au troisième trimestre, la construction de
2 500 regarnissent légèrement et les stocks
s'allègent. Ce sont les industries alimentaires
2 000 Enquête réalisée avec l'aide de la
1 - Il s’agit de la catégorie selon la grille
1 500
communautaire de classement des carcasses
de bovins (6 classes de conformation : S, E, U, R, O et P).
1 000 2 - Il s'agit des moyennes calculées à partir des soldessept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août
BRETAGNEd'opinions sur la production passée puis sur la demande FFB
Source : DRE - Sitadel FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENTglobale depuis 1996. On parle de moyenne de long terme.
Insee Bretagne - Flash d'OCTANT - N° 123 - Décembre 20062logements neufs reste soutenue : avec 8 200 dans l'intérim. En revanche, les Avis des détaillants sur la tendance des ventes
(Soldes d’opinions - en %) mis en chantier, l'activité dépasse professionnels de l'immobilier et des services
10de 20 % la moyenne des cinq derniers étés. aux particuliers estiment que leur activité
La construction de maisons individuelles est s'est développée.
un peu moins importante qu'au trimestre 0Les dirigeants pensent que les résultats
Ventes réaliséesprécédent et celle de logements collectifs se d'exploitation sont en hausse mais tablent
maintient. sur une baisse au quatrième trimestre 2006. -10
A court terme, la demande de logements Selon eux, les prix, en légère augmentation,
neufs poursuivrait sa progression : 11 000 devraient progresser un peu plus en fin
-20
logements ont été autorisés, soit 21 % de d'année et l'emploi resterait stable à court
plus que la moyenne sur cinq ans. Sur le terme. Pour le quatrième trimestre 2006, ils
-30marché des bâtiments professionnels, le pressentent un ralentissement de l'activité
Intentions de commandes
nombre de mètres carrés autorisés est dans les services.
3
supérieur de 8 % à son niveau moyen . -40
2002 2003 2004 2005 2006
Source : Insee, enquêtes de conjonctureActivité estivale
Commerce de gros : en baisse dans l'hôtellerie
des ventes de nouveau en baisse et en hausse dans les campings
Selon les négociants bretons interrogés en Au troisième trimestre 2006, 2 707 600 Avis des professionnels des services
septembre, les ventes dans l'ensemble du 4nuitées ont été comptabilisées dans les sur la tendance de l'activité (Soldes d’opinions - CVS - en %)
commerce de gros ont diminué en juillet- 40hôtels bretons, soit 4,6 % de moins qu'à l'été
août après le redressement des deux mois 2005. Les fréquentations des clientèles
précédents. L'appréciation des profes- 30française et étrangère diminuent d'autant.
sionnels sur leur activité s'est détériorée dans Par rapport à l'été précédent, c'est en août Activité prévue
tous les secteurs excepté celui des biens de que la baisse de fréquentation est la plus 20
consommation alimentaires. importante, quel que soit le type de clientèle.
Toutefois leurs prévisions sont optimistes : les Sur l'ensemble du trimestre le taux 10intentions de commandes sont plus d'occupation est inférieur de 0,9 point à Activité passée
nombreuses pour tous les secteurs du com- celui du troisième trimestre 2005.
0merce de gros. Et ils sont nettement plus
Dans les campings, pour la deuxième année
confiants concernant les perspectives géné-
consécutive, les résultats du troisièmerales d'activité que précédemment. -10
trimestre sont en hausse : 8 715 000 nuitées 2002 2003 2004 2005 2006
ont été comptabilisées pendant l'été 2006, Source : Insee, enquêtes de conjoncture
soit 4,5 % de plus qu'à l'été 2005. C'estRedressement
l'augmentation de la fréquentation de la
dans le commerce de détail clientèle française (+ 6,3 %) qui tire l'activité
vers le haut. La fréquentation de la clientèleLes détaillants, interrogés en septembre, Évolution du taux d'occupation des hôtels en Bretagne
étrangère stagne sur la période. Par rapport à (en %)estiment que leurs ventes se sont nettement
1002005, c'est en juillet que l'amélioration de laredressées en juillet-août. Cet avis concerne 2005 2006
fréquentation globale est la plus fortetous les secteurs et plus particulièrement le
(+ 8,1 %). 80commerce généraliste.
Les intentions de commandes pour les deux
mois à venir sont jugées stables et les stocks 60La construction
plus légers.
reste le moteur de l'emploi
Durant l'été, le marché des véhicules neufs 40
eenregistre un repli comme habituellement à Au cours du 2 trimestre 2006, l'emploi
cette période de l'année. Dans la région, salarié dans le secteur concurrentiel
20
15 731 voitures particulières et com- progresse de 0,3 %. Par rapport au trimestre
merciales ont été immatriculées soit 28 % de précédent, la baisse de l'emploi industriel
0moins qu'au printemps. Le marché demeure ralentit et dans le secteur de la construction la jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
en recul de 7,9 % sur un an. progression est de 0,6 %. Source : direction du Tourisme - Insee - Réseau Morgoat module hôtellerie
Au cours des 12 derniers mois, de juillet
Note : suite à la rénovation de l'enquête dans l'hôtellerie,
2005 à juin 2006, l'emploi salarié privé il y a une rupture de série. La nouvelle série commence enL'activité demeure soutenue
breton, intérim compris, a augmenté de 2005 et n'est pas strictement comparable à la précédente.
dans les services
Dans les services, les dirigeants interrogés en
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole)
octobre font à nouveau état d'une activité
soutenue sur le trimestre. Variation de juillet 2005 à juin 2006 (en %)*
Dans les services aux entreprises l'activité
Ensemble Industrie Construction Commerce Services
reste stationnaire, malgré un repli assez net
Côtes-d'Armor 1,4 - 1,2 5,2 1,7 1,2
Finistère3 - Il s'agit de la moyenne sur cinq ans 1,1 - 0,2 5,3 1,3 0,6
à la même période de l'année. Ille-et-Vilaine 1,4 - 2,4 6,6 1,7 2,3
4 - Suite à la rénovation de l'enquête dans l'hôtellerie,
Morbihan 1,4 - 0,2 4,0 1,6 2,0il y a une rupture de série. La nouvelle série commence
Bretagne 5,3 1,6 1,61,2 - 1,2en 2005 et n'est pas strictement comparable à la
précédente. *en données CVS, y compris intérim Source : Insee-Urssaf
Insee Bretagne - Flash d'OCTANT - N° 123 - Décembre 2006 31,2 % en données CVS (Corrigées des Évolution du nombre des demandeurs Évolution trimestrielle de l'emploi salarié
Variations Saisonnières). Secteur privé non agricole (intérim compris)d'emploi de catégorie 1
(% - CVS)(CVS - Base 100 janvier 2000)La lente érosion de l'emploi industriel se
0,8110poursuit (- 1,2 %). Les deux secteurs
principalement touchés sont l'auto-
0,6100mobile et la chimie, caoutchouc,
France
plastique.
0,490
La croissance de l'emploi dans le secteur Bretagne
de la construction se poursuit au même 80 0,2
rythme que précédemment.
70Dans les activités tertiaires, la légère 0,0
e ee er e e er e3 t.04 3 t.054 t.04 1 t.05 2 t.05 4 t.05 1 t.06 2 t.06embellie du début 2006 se confirme avec
Source : Insee - Urssaf60+ 1,6 % pour le commerce. 2002 2003 2004 2005 2006
Lecture : l'emploi salarié privé non agricole, intérim compris, aSource : DRTEFPDans le Finistère, la croissance de
progressé de 0,3 % au cours du deuxième trimestre 2006 et de
l'emploi est de 1,1 % contre 1,4 % dans 0,4 % au cours du premier trimestre 2006.
les autres départements. recherche d'un emploi en Bretagne, soit
eLe recul de l'emploi dans l'industrie est 9,6 % de moins qu'au 3 trimestre 2005.
plus important en Ille-et-Vilaine. Fin septembre, 47 700 femmes sont Chômage au 30 septembre 2006
Concernant la construction, le rythme de inscrites à l'ANPE, soit 6,5 % de moins
TauxDEFM catégorie 1progression de l'emploi est moindre dans sur un an. Le chômage breton de longue de chômage
le Morbihan et s'accélère dans les Côtes- durée recule également par rapport à Variation sur BIT (CVS )Série brute
un an (en %)d'Armor. septembre 2005. Toutefois, comme celui
- 7,2 7,4Côtes-d'Armor 16 158des jeunes et celui des femmes, ilC'est dans le Finistère que l'augmen-
- 8,5 7,8Finistère 26 364diminue moins qu'au niveau national.tation des effectifs dans le commerce et
Ille-et-Vilaine 27 939 - 6,5 6,6les services est la plus faible. Dans la région, à la fin du troisième
Morbihan 21 615 - 6,3 7,8trimestre 2006, le taux de chômage
Bretagne - 7,2 7,392 076s'établit à 7,3 %. Il baisse de 0,1 point sur
Chômage : Source : DRTEFP - Inseele trimestre et de 0,7 point sur l'année.
la baisse se poursuit
Tableau de bord Bretagne
Fin septembre 2006, 92 100 demandeurs
Variation en %d'emploi de catégorie 1 sont inscrits à Valeur au
el'ANPE en Bretagne, soit 7,2 % de moins Indicateurs trimestriels 3 trimestre Région France
qu'un an plus tôt. France entière, leur 2006 sur un ansur un trimestre sur un an
nombre a diminué de 10,7 %. En
données CVS et comparé à juin 2006, le ACTIVITÉ
nombre de demandeurs d'emploi décroît Agriculture (Source : Draf)
de 1 % dans la région et de 2,6 % au Livraisons de lait (en milliers d'hl) 11 236 - 11,9 0,3 - 1,6
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,28 12,0 - 3,4 - 1,8niveau national.
Abattages de porcs (en tonnes) 278 236 2,0 0,3 - 0,7
eA la fin du 3 trimestre 2006, 19400 Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,57 11,3 13,8 12,5
jeunes de moins de 25 ans sont à la Construction (Source : DRE)
Logements autorisés 11 028 1,9 - 2,2 3,7
Logements commencés 8 227 - 4,3 0,9 3,9
2Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés) 1 073 053 2,5 - 0,6 3,2
Directeur de la Publication Hôtellerie (Source : ORTB - Insee)
Bernard LE CALVEZ Nombre de nuitées (en milliers) 2 708 /// - 4,6 - 1,5
(3) (3) (3)
69,3 12,6 - 0,9 0,9Taux d’occupation moyen (en %)
Rédactrice en chef
DEMANDE
Ludivine NEVEU-CHÉRAMY
Commerce extérieur (Source : Douanes)
Composition Importations (en millions d'euros) 1 786 - 6,9 - 2,1 5,9
Exportations 2 172 - 4,3 21,9 5,1Jean-Paul MER, Éric MONTEIL
Immatriculations de véhicules neufs (Source : OST)
Cette note a été rédigée par :
Voitures particulières et commerciales 15 731 - 28,0 - 7,9 - 6,8Dominique BERTIER, Lucile CROS,
Jean-Luc NATIVEL et Isabelle ROISEAU ENTREPRISES
Créations pures d'entreprises (Source : Insee)
Ensemble 1 865 - 14,0 5,3 - 0,4
INSEE Bretagne Industrie 118 - 16,3 12,4 0,0
Construction 388 - 16,2 6,3 3,136, place du Colombier
Commerce 404 - 24,3 5,8 - 4,0CS 94439
Services 955 - 7,3 3,9 0,135044 RENNES Cedex
Défaillances d'entreprises (Source : Insee-Bodacc)Tél. : 02 99 29 33 33
(1)Ensemble 355 - 8,5 1,7 - 12,1Fax : 02 99 29 33 90
MARCHÉ DU TRAVAIL
Pour tout renseignement (3) (3) (3)
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) (Source : Insee) 7,3 - 0,1 - 0,7 - 1,0
statistique :
Demandeurs d'emploi en fin de trimestre
Tél. : 0 825 889 452 (0,15€ la minute)
(données brutes) (Source : DRTEFP)
(2)- 1,0de catégorie 1 92 076 - 7,2 - 10,7
///© Insee 2006 de moins de 25 ans 19 351 - 9,6 - 11,5
e ///de longue durée 26 495 - 6,7 - 9,8Dépôt légal : 4 trimestre 2006
eImprimerie Média Graphic (1) au 2 trimestre 2006
(2) en données CVS.Rennes
(3) écart en nombre de points
Insee Bretagne - Flash d'OCTANT - N° 123 - Décembre 20064

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.