Troisième trimestre 2008. Recul de l'activité et baisse de l'emploi salarié s'accentuent.

De
Publié par

Troisième trimestre 2008 : Recul de l'activité et baisse de l'emploi salarié s'accentuent CONTEXTE NATIONAL Au troisième trimestre, le PIB français augmente en volume de + 0,1%, après une forte baisse, - 0,3%, au deuxième trimestre. Au troisième trimestre l’activité économique en Basse-Normandie recule un peu Malgré le contexte difficile, la pré- plus. La baisse de la production s’est accentuée, notamment dans l’automobile, vision de croissance pour 2008 mais les autres secteurs industriels pâtissent du manque de commandes, en parti- demeure toujours positive, aux culier les biens intermédiaires. L’emploi industriel se contracte sensiblement, le ter- alentours de 1%. Le redresse- tiaire diminue aussi et la faible hausse des effectifs de la construction ne compense ment est le résultat d’une légère pas ces pertes, ce qui donne au total pour la Basse-Normandie, en données corri- reprise de la demande intérieure gées de variations saisonnières, une baisse de - 0,4% de l’emploi salarié des sec- (+ 0,2%) et d’un rebond des ex- teurs marchands. portations au troisième trimestre (+ 1,9%). Le recul de l’industrie régionale concerne l’ensemble des secteurs, à l’exception de l’agroalimentaire. Les carnets de commandes ont continué de se dégarnir au troi- L’emploi salarié des secteurs sième trimestre, en diminution d’un tiers à un an d’écart.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Troisième trimestre 2008 :
Recul de l'activité
et baisse de l'emploi
salarié s'accentuent
CONTEXTE
NATIONAL
Au troisième trimestre, le PIB
français augmente en volume de
+ 0,1%, après une forte baisse,
- 0,3%, au deuxième trimestre. Au troisième trimestre l’activité économique en Basse-Normandie recule un peu
Malgré le contexte difficile, la pré- plus. La baisse de la production s’est accentuée, notamment dans l’automobile,
vision de croissance pour 2008 mais les autres secteurs industriels pâtissent du manque de commandes, en parti-
demeure toujours positive, aux culier les biens intermédiaires. L’emploi industriel se contracte sensiblement, le ter-
alentours de 1%. Le redresse- tiaire diminue aussi et la faible hausse des effectifs de la construction ne compense
ment est le résultat d’une légère pas ces pertes, ce qui donne au total pour la Basse-Normandie, en données corri-
reprise de la demande intérieure gées de variations saisonnières, une baisse de - 0,4% de l’emploi salarié des sec-
(+ 0,2%) et d’un rebond des ex- teurs marchands.
portations au troisième trimestre
(+ 1,9%).
Le recul de l’industrie régionale concerne l’ensemble des secteurs, à l’exception de
l’agroalimentaire. Les carnets de commandes ont continué de se dégarnir au troi-
L’emploi salarié des secteurs sième trimestre, en diminution d’un tiers à un an d’écart. L’industrie automobile est
principalement marchands enre- de loin le secteur le plus touché par la crise, plusieurs sites annonçant des fermetu-
gistre une baisse de - 0,3% au res pour la fin de l’année. Seuls les secteurs des biens d'équipement et l’agroalimen-
troisième trimestre. 47 800 em- taire affichaient début octobre des plans de charge jugés encore suffisants.
plois ont été détruits en France
métropolitaine, principalement
dans secteur tertiaire (- 0,5%), Le recul de l’activité industrielle et le repli de la construction se répercutent dans les
l’emploi industriel diminuant au services aux entreprises. L’appel à l’intérim diminue de quelques six cents équiva-
même rythme (- 0,4%), seul le lents temps complet par rapport au deuxième trimestre, principalement dans l’in-
secteur de la construction étant dustrie et dans la construction.
encore créateur d’emplois.
Le taux de chômage régional s’établit au troisième trimestre à 6,9%, en hausse de
Le taux de chômage au sens du 0,2 point par rapport au deuxième trimestre. Le nombre de demandeurs d’emploi
BIT s’établit au troisième trimestre de catégorie 1 fin octobre s'élève à 45 500 (+ 9% sur un an).
à 7,3% en France métropolitaine,
avec 2 035 milliers de chômeurs,
en hausse de 9 000 personnes sur
un trimestre.
Dragos IOANCarine JUPIN
InseeBanque de France
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 186Production régionale en forte baisse
Le recul de la production industrielle s’accentue au troisième
trimestre et reflète une dégradation marquée de l'activité. Le
taux moyen d’utilisation des capacités de production baisse
de près de deux points par rapport au trimestre précédent,
au niveau le plus bas depuis quatre ans. Cette dégradation
est la conséquence directe de la crise de l’automobile, la pro-
duction du secteur ayant chuté d’un quart depuis le début de
l’année. À l’exception de l’agroalimentaire, les autres secteurs
industriels sont aussi en repli : biens intermédiaires, métal-
lurgie et composants électriques et électroniques sont pénali-
sés par la forte baisse des commandes pour l’industrie
automobile.
Des carnets industriels très dégarnis
Les carnets de commandes se dégradent encore au cours du troi-
sième trimestre. Ils couvrent en moyenne deux mois et demi,
contre quatre mois il y a un an. Ce recul est à imputer à la crise de
l’automobile et à ses répercussions sur les autres secteurs, notam-
ment celui des biens intermédiaires, soit au total plus de la moitié
de l’industrie régionale.
Les stocks de produits finis sont jugés conformes aux besoins de
production, mais devraient baisser au quatrième trimestre, tout
comme la production.
Le coût des approvisionnements diminue dans les biens d’équipe-
ment, les biens intermédiaires et dans l’agroalimentaire, en liaison
avec la baisse du prix de l’énergie et des métaux, alors que les prix
des produits finis sont globalement stables.
L’agroalimentaire résiste
L’activité de l’industrie agroalimentaire régionale contraste avec
la situation générale de l’industrie. La production a connu une
baisse saisonnière pendant le mois d’août, mais les commandes
ont repris avec la rentrée. La demande reste bien orientée et les
commandes assurent une bonne visibilité pour les mois à venir,
tant pour les produits laitiers que pour la viande. Les effectifs sont
stables au troisième trimestre. A un an d'écart, le recours à l'inté-
rim est toutefois en recul.
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 186Conjoncture régionale
décembre 2008
Léger recul de l'activité dans la construction
Après un début d’année hésitant, le secteur connaît un recul de
l’activité au troisième trimestre, avec un repli de la demande tant
privée que publique (le nombre de permis de construction baisse
de - 11% en année glissante). Conséquence du climat écono-
mique dégradé, les entrepreneurs du bâtiment revoient à la
baisse les prévisions d’activité, bien que les mises en chantier se
mantiennent et qu'un effet rassurant soit escompté pour certains
dispositifs mis en oeuvre par le Gouvernement.
Les carnets de commandes s’érodent légèrement, passant à
4,7 mois. Le gros œuvre est en repli, à 5 mois contre 5,4 au
premier trimestre, les carnets du second oeuvre se resserrent
aussi à 4,6 mois. Si les embauches se poursuivent encore dans
les entreprises du gros œuvre, l’appel à l’intérim faiblit sensible-
ment au cours de ce dernier trimestre (- 6% à un an d’écart).
Activité en baisse dans le commerce
et les services marchands
Dans la région, l’indice du chiffre d’affaires des grandes surfaces à pré-
dominance alimentaire baisse encore de 1% au troisième trimestre,
dans le prolongement d’une tendance observée depuis six mois environ.
Le commerce de gros affiche, lui aussi, des résultats mitigés en
cette période, avec des chiffres d’affaires en retrait à un d’écart.
Les ventes du commerce de détail résistent un peu mieux en ré-
gion qu’au niveau national, mais avec des disparités entre les ca-
tégories de produits.
Les immatriculations neuves de voitures particulières augmentent
sensiblement en région au troisième trimestre (+ 3% contre seule-
ment + 0,4% en moyenne nationale). Les services marchands en-
registrent globalement un recul d’activité au troisième trimestre, à
l’exception du compartiment du nettoyage. L’activité dans le trans-
port de marchandises apparaît en retrait à un an d’écart, de même
que l’hôtellerie-restauration.
Une fréquentation touristique en retrait
La saison touristique au troisième trimestre enregistre une forte
baisse en termes de fréquentation touristique (- 3,7% à un an
d’écart). Cette dégradation touche fortement le département de
l’Orne (- 15%), beaucoup moins que la Manche (- 5%) et le Calva-
dos (- 1,2%).
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE N° 186Contraction de l’emploi salarié
au troisième trimestre
Dans le prolongement de l’inflexion observée au deuxième tri-
mestre, l’emploi régional des secteurs marchands enregistre une
baisse marquée au troisième trimestre, - 0,4%, plus forte qu’au
niveau national (- 0,3%). L’emploi industriel se contracte au ni-
veau régional de plus de 600 postes permanents, alors que les
services et le commerce perdent environ 400 emplois. Le travail
intérimaire diminue fortement aussi, de - 5% à un d’écart en
équivalents temps complet, l’industrie et la construction étant
directement concernées.
Évolution du taux de chômage trimestriel
en pourcentage
11 Le chômage régional poursuit sa hausse
Taux de chômage au sens du Bureau International du Travail
10
Le taux de chômage régional au sens du Bureau International
du Travail s’établit en moyenne au troisième trimestre à9
6,9% de la population active.Lenombrededemandeurs
d’emplois de catégorie 1 s’établissait à 45 500 personnes en8
données CVS à la fin du troisième trimestre, en forte hausse
surunan(+9%, contre +4,5%auniveaunational).Cette7
tendance concerne quasiment tous les types de demandeurs
6 d’emploi et touche davantage l’Orne, + 14%, que la Manche,
+8,5%etleCalvados, +8,6%.
5
2004 2005 2006 2007 2008
Basse-Normandie France
de quoi parle-t-on?
Le taux d’utilisation des capacités de production, le niveau des carnetsDIRECTION
de commandes et des stocks sont calculés à partir de l’enquête conjonctureREGIONALE DE L'INSEE
réalisée tous les mois par la Banque de France. Le premier indicateur est une
DE BASSE-NORMANDIE
moyenne d’une variable numérique, les deux autres sont des soldes d’opinions
(une valeur proche de 0 indique une relative égalité des réponses à la hausse93, rue de Geôle
14052 CAEN CEDEX 4 par rapport aux réponses à la baisse). L’agrégation des est faite selon
Tél. : 02.31.15.11.00 le poids de chaque unité répondante au sein de la branche (en termes d’ef-
Fax : 02.31.15.11.80 fectifs et de chiffre d’affaires), ensuite par le poids respectif du secteur dans le
total. Cette enquête de conjoncture est réalisée chaque mois auprès de 150 en-
www.insee.fr/basse-normandie
treprises représentatives de l'industrie régionale.
Directeur de la publication : Les indices de chiffre d’affaires sont calculés à partir des déclarations fisca-
Michel GUILLEMET les mensuelles (source CA3) des entreprises dont le siège ou une partie im-
portante de leur activité sont situées dans la région. Les courbes représentent la
Service études et diffusion :
tendance après desaisonalisation des valeurs brutes.
Julien BECHTEL
L’évolution des effectifs salariés est calculée à partir des données trimestriel-
Rédacteur en Chef : les Urssaf. Les indices de variation sont exprimés en données désaisonalisées.
Didier BERTHELOT
Le taux de chômage, calculé en moyenne trimestrielle, est estimé au sens du
Bureau International du Travail (BIT) à partir de la nouvelle enquête emploi enSecrétaire de Rédaction :
Charles DESFOREST continu et en adoptant les critères européens plus restrictifs. Est définie comme
chômeur toute personne qui déclare ne pas avoir travaillé au cours d’une se-
Composition PAO : maine déterminée, être à la recherche active d’emploi et être disponible dans les
Marie-Isabelle LARDET, Françoise LEROND
15 jours qui suivent pour prendre un travail.
Crédit photos :
Comité régional du tourisme ; Chambre régio-
nale d'agriculture ; Comité départemental du
Les membres du Pôle de Gestion Publique et de Développement Économique,regroupanttourisme de la Manche ;
sous la responsabilité du Trésorier-Payeur Général, les services économiques de l’État en région,
ainsi que des institutions telles que la Caisse des Dépôts et Consignations et la Banque de France,
Attaché de presse :
ont décidé en 2007 de s’associer pour réaliser conjointement une note de conjoncture trimes-Philippe LEMARCHAND
trielle.02.31.15.11.14
La conduite de cette action a été plus particulièrement confiée à la Banque de France et à l’INSEE,
à partir de données collectées auprès des différents partenaires.© INSEE 2008
Source : Insee, enquête emploi en continu

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.