Un mieux à consolider : premier bilan 2004

De
Publié par

'activité économique régionale a connu une amélioration au cours desL neuf premiers mois de l'année 2004. La production industrielle dans son ensemble a été relativement soutenue mais demeure plus que jamais dépendante du contexte national et international. Les conditions climatiques ont permis un retour à la normale des productions agricoles. Les résultats passables du tourisme régional reflètent la tendance nationale. L'emploi salarié est stable mais le chômage a légèrement augmenté. À la veille de 2005, la reprise est encore fragile et reste à confirmer. Alain BATIFOULIER Rédaction achevée le 31décembre 2004 u cours des neuf premiers mois de rité euro/dollar a défavorisé les entre-Optimisme tempéré A2004, le tissu industriel auvergnat prises exportatrices. dans l'industrie a connu de nombreuses difficultés. En dépit de ce contexte, selon l'opi- Certaines zones d'emploi ont été nion des dirigeants d'entreprises, les soumises à rude épreuve : Vichy, résultats de l'activité industrielle ré- confrontée à la cessation d'activité gionale ont été plus encourageants du site de Polyflex et à la menace de que ceux de 2003. Avant l'été, le ni- fermeture de Sédiver ; Aurillac avec veau croissant des demandes inté- la disparition de Cantal confection. rieure et étrangère a permis une aug- Des plans de sauvegarde pour l'em- mentation de la production.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

'activité économique régionale a connu une amélioration au cours desL neuf premiers mois de l'année 2004.
La production industrielle dans son ensemble a été relativement soutenue
mais demeure plus que jamais dépendante du contexte national
et international. Les conditions climatiques ont permis un retour à la
normale des productions agricoles. Les résultats passables du tourisme
régional reflètent la tendance nationale. L'emploi salarié est stable mais le
chômage a légèrement augmenté.
À la veille de 2005, la reprise est encore fragile et reste à confirmer.
Alain BATIFOULIER
Rédaction achevée le 31décembre 2004
u cours des neuf premiers mois de rité euro/dollar a défavorisé les entre-Optimisme tempéré A2004, le tissu industriel auvergnat prises exportatrices.
dans l'industrie a connu de nombreuses difficultés. En dépit de ce contexte, selon l'opi-
Certaines zones d'emploi ont été nion des dirigeants d'entreprises, les
soumises à rude épreuve : Vichy, résultats de l'activité industrielle ré-
confrontée à la cessation d'activité gionale ont été plus encourageants
du site de Polyflex et à la menace de que ceux de 2003. Avant l'été, le ni-
fermeture de Sédiver ; Aurillac avec veau croissant des demandes inté-
la disparition de Cantal confection. rieure et étrangère a permis une aug-
Des plans de sauvegarde pour l'em- mentation de la production. Par la
ploi ont été mis en place pour plu- suite, ce rythme a été contrarié par
sieurs entreprises (Aubert et Duval, les difficultés de certains secteurs, en
Couzon). Des secteurs, tels que le raison de la hausse du coût des matiè-
caoutchouc et la plasturgie, ont été res premières. Sans être très
confrontés à une hausse croissante du importants, les stocks ont été encore
prix de leurs matières premières. La pa- suffisants pour faire face à la demande.Le volume des commandes enregis- continu des effectifs salariés. tières premières ont été plus percep-
trées ne permet pas d'envisager un Dans l'activité du caoutchouc, les de- tibles :après un début d'année satisfai-
volant d'activité suffisant pour les mandes intérieure et étrangère sont sant, le niveau de la production s'est
mois à venir. Au final, les industriels aussi restées orientées à la hausse,ex- replié plus sévèrement que dans le
apparaissent raisonnablement opti- cepté un ralentissement passager au reste de l'industrie avant d'amorcer
mistes sur l'évolution future de ces deuxième trimestre. Mais les difficul- une reprise à l'automne.
différents indicateurs malgré le recul tés engendrées par le cours des ma-
Bâtiment : des chantiers présents et à venir
es enquêtes trimestrielles de mois de 2004, la tendance s'est ments générateurs d'un climat de
Lconjoncture, effectuées auprès des confirmée en dépit d'une légère baisse confiance chez les professionnels. Les
professionnels régionaux du bâti- de régime au deuxième trimestre. effets induits par diverses mesures
ment, témoignent d'une assez bonne Dans ce secteur,les entreprises dispo- gouvernementales ne sont sans doute
tenue du secteur. sent toujours en moyenne d'un carnet pas étrangers à l'établissement de ce
En fin d'année 2003, les prémices d'un de commandes garantissant une acti- climat favorable. Ainsi le nouveau dis-
redressement de l'activité étaient déjà vité de cinq mois ; le niveau des effec- positif fiscal mis en place en direction
perceptibles. Lors des neuf premiers tifs a crû légèrement : autant d'élé- de l'investissement locatif semble
avoir porté ses premiers fruits dans la
région.Le nombre de logements auto-
Logements autorisés en France et en Auvergne risés pour les neuf premiers mois a
Des résultats prometteurs fortement augmenté (+ 34,0 %) par
rapport au résultat de 2003 en don-Indice base 100 au 1er trimestre 1997 (tendance CVS)
nées corrigées des variations saison-160
nières -CVS- (France : + 21,8 %). Si150
dans le logement individuel,les autori-140
sations ont été substantielles (+ 16 %130
CVS ; France : + 14,7 %), dans le sec-France120
teur collectif elles ont presque doublé110
(+ 98,4 % CVS ;France :+ 35,1 %). En100
Auvergne ce qui concerne les logements mis en90
construction, les résultats cumulés80
des trois trimestres écoulés reflètent70
1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. eux aussi la bonne conjoncture du
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
moment (+ 26,8 % CVS par rapport à
Source : Ministère de l'Équipement, des Transports, du Logement et de la Mer
2003).
Agriculture : retour à la normale
n 2004, les conditions climatiques moyenne un rendement respectif de tare, soit le niveau de la moyenne
Ese sont révélées nettement plus 64 et 90 quintaux à l'hectare. Les va- quinquennale 1998-2002. Le chiffre
tempérées que les excès observés leurs 2003 étaient de 42 quintaux 2003 s'était établi à 549 quintaux
l'année précédente. Alors que 2003 pour le blé et 65 pour le maïs-grain. l'hectare.
avait été marquée par une période Globalement la production régio- Enfin, l'état des stocks des ressources
de sécheresse et de canicule, les nale de céréales pourrait atteindre fourragères laisse augurer d'un bon
températures enregistrées cette plus de 14 millions de quintaux, ni- hivernage des animaux.
année correspondent à la normale veau voisin des meilleures années de Dans le domaine des productions
d'un été qui fut bien arrosé. la dernière décennie. Il en va de animales, on soulignera le nouvel ac-
Conséquence immédiate : les pro- même pour les oléagineux, pour les- cès de faiblesse de la production lai-
ductions végétales ont retrouvé leur quels le rendement est bon, environ tière, en repli de 4 % (en valeur),
niveau de l'année d'avant séche- 30 quintaux à l'hectare, à la fois pour comme l'année précédente, en rai-
resse, tant en ce qui concerne les le colza et pour le tournesol. Pour son des baisses conjuguées des li-
rendements des grandes cultures leur part, les betteraves industriel- vraisons et des prix. En termes de
que ceux des prairies. Ainsi le blé et les, qui alimentent la seule sucrerie du production de viande bovine, les ré-
le maïs-grain, cultures emblémati- sud de la Loire, devraient enregistrer sultats sont en dents de scie. Avec
ques des Limagnes atteignent en un rendement de 740 quintaux l'hec- desprixdeventedesgrosbovinsenhausse de 6,5 %, le secteur de la maigres baissent de 7 %.De plus,des cours restent stables. Ceux du sec-
viande finie enregistre de bonnes difficultés d'écoulement apparais- teur porcin progressent de 8 % sur
performances. sent, en particulier à l'export vers l'année 2003.
En revanche, les cours des animaux l'Italie. Dans le secteur ovin, les
Forte demande de services
mais consommation hésitante
ans le secteur des services, les venir. Conséquence pour les effectifs, en constitue un bon exemple.
Dchefs d'entreprises interrogés la tendance à la hausse constatée jus- Quoique moins forte qu'en 2003, la
dans le cadre de l'enquête trimes- qu'en septembre, risquerait alors de baisse des immatriculations de voi-
trielle d'octobre 2004, font état d'une s'inverser. tures particulières et commerciales
certaine reprise dans leur domaine En dépit d'une croissance offrant des neuves s'est poursuivie au cours des
d'activité. La demande est restée perspectives plus optimistes et de troispremierstrimestres(-1,5 %
forte tout au long des trois premiers taux d'épargne s'affichant à la baisse,la CVS ; France : - 1,4 %). Les immatri-
trimestres. Paradoxalement l'activité consommation des ménages auver- culations des véhicules d'occasion
a été fluctuante. Un possible ralentis- gnats en biens durables reste encore ont progressé, tant au niveau régio-
sement est envisagé pour les mois à hésitante. Le marché de l'automobile nal (+ 3,0 %) que national (+ 2,0 %).
Les touristes ont aussi boudé l'Auvergne
rès de 3,2 millions de nuitées trois étoiles. Le « bonus piscine » est des emplacements nus (47 % contre
Ppour 1,8 million de séjours, tels moins marqué pour les deux étoiles. 22 % sur la saison). Avec une durée
sont les résultats peu favorables ob- Par rapport à 2003, comme dans la de séjour plus longue, un nombre
servés au cours des dix premiers majorité des régions françaises, la fré- moyen de personnes par emplace-
mois de 2004 dans l'hôtellerie auver- quentation des campings est en baisse ment plus élevé, les emplacements lo-
*gnate. La baisse de la fréquentation a notable cet été (- 8,3 %) . Plus de catifs totalisent 21 % des nuitées réali-
porté aussi bien sur la clientèle fran- 417 000 personnes ont passé 1,8 mil- sées sur la saison alors qu'ils
çaise (- 4 %) qu'étrangère (- 9 %). La lion de nuits sur les terrains de la ré- constituent seulement 9 % de l'offre
fréquentation des mois de mars et gion, un niveau malgré tout supérieur du parc.
juin, excellente en 2003, est en très à 2002. Après un bon mois de mai, la
nette diminution. Celle du cœur de fréquentation s'est effondrée en juin
l'été n'a pas inversé cette tendance, et n'a pas redressé la barre au cœur * Avertissement :
avec des diminutions de 8 % en août de l'été. En septembre cependant,elle
L'enquête camping a fait l'objet d'uneet septembre. Les hôtels avec piscine redevient positive. En 2004 les taux
refonte en 2004. Afin de pouvoir établir uneenregistrent, au plus fort de la saison, d'occupation des emplacements équi-
comparaison, les données de l'année 2003des taux d'occupation supérieurs à pés d'un hébergement de type locatif
ont fait l'objet d'une nouvelle exploitationceux qui n'en possèdent pas. L'écart léger (mobil home, chalets…) sont
tenant compte de la méthodologie.
atteint 17 points en août pour les plus de deux fois supérieurs à ceux
Créations d'entreprises :
- « Note de conjoncture nationale »la tendance de 2003 se confirme
décembre 2004
omme sur l'ensemble du terri- (+ 12,9 %), mais demeure toujours en
- www.insee.fr/auvergneCtoire national, les effets de la loi retrait comparé à la moyenne natio- cliquez sur
pour l'initiative économique de 2003 nale (+ 14 %). Le phénomène est cons- conjoncture
(dite loi « Dutreil ») semblent donc taté dans tous les départements auver-
s'être prolongés en Auvergne. À gnats sauf en Haute-Loire où le
l'issue des neuf premiers mois de nombre de créations a peu évolué sur
l'année, 3 040 entreprises ont été l'ensemble des deux dernières années.
créées de toutes pièces (créations pu- La bonne tenue antérieure des créa-
res) ou reprises en Auvergne. Le ré- tions pures s'est confirmée (+ 15,3 %).
sultat positif enregistré en 2003 à la En recul en 2003, les reprises se sont
même époque s'est donc conforté réorientées à la hausse (+ 6,2 %).Ont contribué à la rédaction de cet article : J.P. MORVILLER (DRAF)
pour le volet agricole - D. BOILON (INSEE) pour le volet tourisme.
Dans le secteur de la construction, vices fait pâle figure avec une hausse le niveau des créations n'a cessé de
l'augmentation du nombre des créa- de 1,2 % seulement. Après un recul grimper. Le taux de progression dans
tions (+ 36,4 %) est à rapprocher de assez net en 2003, les créations dans les transports n'est pas négligeable,
l'activité croissante des trois premiers les services aux entreprises ont re- même s'il ne concerne qu'une petite
trimestres, supérieure à la moyenne trouvé leur volume habituel (+ 10,8 %). centaine d'entreprises (+ 20,8 %).
nationale (+ 20,2 %). Dans le com- Le constat est inverse pour les ser- Le nombre de défaillances d'entre-
merce (+ 16,9 %) et l'industrie vices aux ménages (- 7,3 %) et les prise enregistrées en Auvergne au
(+ 14,9 %), les créations régionales hôtels-cafés-restaurants (- 5,0 %). cours du premier semestre (292) s'a-
ont dépassé la tendance nationale. Dans la branche immobilière, signe vère en très nette augmentation sur celui
Comparativement le secteur des ser- d'un marché en pleine effervescence, du premier semestre 2003 (+ 20 %).
BTP et tertiaire soutiennent l'emploi salarié
'industrie auvergnate a continué de
Emploi salarié des secteurs privés marchands non agricoles Lperdre des emplois (- 2,6 % entre
Stabilité des effectifs la fin septembre 2003 et la fin sep-
Indice base 100 au 1er trimestre 1997 (CVS) tembre 2004). Mais, dans le même120
temps, le gain d'effectifs dans les sec-
France
115 teurs du BTP (+ 1,6 %) et du tertiaire
(+ 1,1 %) a permis de compenser ces
110 pertes et d'assurer ainsi le maintien de
Auvergne l'emploi salarié régional, à l'image de la105
tendance nationale.
100 Dans les quatre départements, le com-
portement de l'emploi total repose sur
95 les mêmes observations. Les résultats1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr.
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 positifs du BTP et du tertiaire induisent
Source : UNEDIC
une légère augmentation d'ensemble
dans le Cantal (+ 1,5 %), ainsi qu'en
Demandeurs d'emploi en fin de mois de catégorie 1* Haute-Loire (+ 0,7 %). Dans l'Allier, ils
Augmentation régionale préoccupante en 2004 permettent de stabiliser l'emploi salarié
Indice base 100 au 1er trimestre 1998 (CVS) total (+ 0,1 %). Dans le Puy-de-Dôme,
105
l'évolution est légèrement négative100
(- 0,5 %), en raison d'une progression95
plus modeste des effectifs de la cons-90
truction et du tertiaire, face à des pertes85
France
80 industrielles plus marquées (- 3,1 %).
75 Le chômage a atteint 8,6 % fin sep-
Auvergne
70 tembre 2004, contre 8,4 % un an plus
65 tôt. Malgré cette hausse, l'Auvergne
60 conserve un taux plus faible que celui1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr. 1er tr.
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 de l'ensemble de la France (9,9 %),
Source : DRTEFP
comme en septembre 2003.
Fin septembre 2004, la région Au-
vergne comptait 42 420 demandeurs
Directeur *d'emploi de catégorie 1 en données
de la publication CVS. En un an, ce nombre de deman-
> René JEAN deurs d'emploi a augmenté de 2,7 %
Directeur régional de l'INSEE en Auvergne, contre 0,4 % pour la3, place Charles de Gaulle
Rédaction en chef France qui totalise 2 446 200 deman-BP 120
> Pierre VALADOU 63403 Chamalières Cedex deurs d'emploi de catégorie 1. Au
> Nicole MARCZAK Tél.:0473197800 sein de la région, l'évolution la plus
Fax : 04 73 19 78 09Composition préoccupante est constatée dans
et mise en page l'Allier (+ 5,2 %), et à un degré
> INSEE moindre dans le Puy-de-Dôme
(+ 3,7 %).Dans les deux autres dépar-www.insee.fr/auvergne
tements, les résultats font apparaître> Toutes les publications accessibles en ligne
une baisse : Haute-Loire (- 3,6 %) etCréation maquette
Cantal (- 1,5 %).> Free Mouse 06 87 18 23 90
Impression * Demandeurs d'emploi de catégorie 1 : personnes
> Imprimerie IMC sans emploi, immédiatement disponibles, à la recherche
d'un emploi à durée indéterminée et à temps plein, tenuesCrédit photo
d'accomplir des actes positifs de recherche d'emploi.> INSEE Auvergne
ISSN : 1633-2768 - Dépôt légal : 1er trimestre 2005
© INSEE 2005 - Code SAGE : LET052512
>Vente
Tél.:0473197873
Prix du numéro : 2,2€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.