Un poids important de l'économie résidentielle en Aquitaine

De
Publié par

Fin 2004, avec 43 % des emplois salariés dans la sphère de «l'économie résidentielle», l'Aquitaine se distingue de la moyenne nationale. Dans certaines zones comme le pays basque, la moitié des emplois relève de ce type d'économie. La sphère productive regroupe un tiers des emplois et offre des rémunérations plus élevées. Les pôles urbains concentrent l'emploi, en particulier celui de l'économie résidentielle et de l'emploi public, tandis que l'espace rural est davantage industrialisé.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
UN POIDS IMPORTANT DE L'ÉCONOMIE
RÉSIDENTIELLE EN AQUITAINE
Fin 2004, avec 43 % des emplois salariés
dans la sphère de “l'économie résidentielle”,
l'industrie sur son cœur de métier a stimulé la croissancel'Aquitaine se distingue
des services opérationnels. Par ailleurs, le besoin d'excel-
de la moyenne nationale. lence justifie la demande adressée aux cabinets de conseil
Dans certaines zones comme le pays basque, et assistance - plus de 40 000 emplois. Enfin, la généralisa-
tion du “juste à temps” explique le rôle croissant de lala moitié des emplois relève
logistique : commerce de gros et transports mobilisentde ce type d'économie.
ensemble environ 80 000 personnes en Aquitaine.
La sphère productive regroupe un tiers des emplois
L’économie résidentielle présente sur le littoralet offre des rémunérations plus élevées.
et dans les pôles urbains
Les pôles urbains concentrent l'emploi,
en particulier celui de l'économie résidentielle Lesparre-
Médoc
PÉRIGUEUXet de l'emploi public,
Sarlat-tandis que l'espace rural est BORDEAUX Bergerac la-Canéda
davantage industrialisé.
Arcachon
AGEN
L'Aquitaine fait partie, avec la Corse, le Languedoc-Rous-
MONT-DE-
MARSAN © INSEE-IGN 2006sillon et Provence - Alpes - Côte d'Azur des quatre régions
Dax
de métropole dont l'économie résidentielle est le plus
Bayonne
Écarts à la moyenne régionaledéveloppée. En effet, 43 % de ses salariés travaillent dans
Économie résidentiellePAU
Oloron-
+ + + +l'un ou l'autre des secteurs dont l'activité dépend principa- Ste-Marie
+ + +
+ +lement de la population résidente. La croissance démogra- +
-
- -phique soutenue dès les années 90 et plus encore au cours
- - -
- - - -
Source : Insee - Clap 2004des années récentes, mais aussi la vocation touristique
affirmée de la région ont contribué à soutenir le dévelop-
L'emploi public dépend de l'organisation administrative
pement du commerce, des services aux particuliers et du
de la France et, au plan local, de besoins liés à la popula-secteur de la construction. Cette tendance semble même
tion résidente. Au total, le secteur public relevant de l'une
s'amplifier depuis quelques années d'après le rythme
ou l'autre des trois fonctions publiques - État, Collectivités
exceptionnel de mises en chantier de logements.
locales et Hôpitaux - fournit 24 % des emplois salariés de
Le poids élevé de l'économie résidentielle a pour corol-
la région. Cela situe l'Aquitaine dans une position médianelaire la place plus limitée de la sphère productive qui offre
entre des régions très administrées du fait de leur faibleseulement un emploi salarié sur trois. Cela situe la région
taille, telles que la Corse et le Limousin, et celles qui le sont
assez près de la Bretagne ou de Midi-Pyrénées, mais loin
assez peu comme l'Alsace et l'Île-de-France.
derrière l'Alsace, la Franche-Comté, la Haute-Normandie
ou les Pays de la Loire. Cette situation résulte de la sous Le pôle de Bordeaux, 40 % des rémunérations
représentation de l'industrie qui devrait employer
Les pôles urbains concentrent 72 % de l'emploi salarié20 000 salariés supplémentaires dans la région pour occu-
aquitain, bien davantage que leur poids en termes deper une place comparable à la moyenne de métropole.
population (55 %). Economie résidentielle et emploiLes autres activités relevant de la sphère productive, prin-
public y occupent une place nettement plus importantecipalement les services aux entreprises, la logistique et le
que dans les autres types d'espace. En contrepartie, lacommerce de gros, ont maintenant dépassé l'industrie en
sphère productive représente une part inférieure de cinqimportance. Elles emploient une proportion de salariés
points à ce qu'elle est dans le reste du territoire. Cesconforme à la moyenne de métropole. Le recentrage deINSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 158
SEPTEMBRE 200643 % des emplois dans l'économie résidentielle 35 000 emplois environ, mais se
Aquitaine France métropolitaine différencient par la spécialisation. À Péri-
gueux, économie résidentielle et emploiEffectifs au Masse Effectifs au Masse
31/12 salariale 31/12 salariale public prédominent, alors que la sphère pro-
Sphère “productive”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33,1 39,3 37,0 44,2 ductive offre un emploi sur trois à Agen. Ber-
dont : Services aux entreprises . . . . . . . . . . . . . 9,9 12,8 11,9 16,1 gerac et Mont-de-Marsan frôlent les
Commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5,2 5,6 4,8 5,6 20 000 emplois et se comparent ainsi à
Industrie des biens intermédiaires . . . . . . 5,0 5,7 6,3 6,8
Vienne dans l'Isère ou au Puy-en-Velay en
Industrie des biens d'équipement 3,8 5,2 3,6 4,4
Haute-Loire.
Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,9 2,8 2,8 2,7
Le reste de l'espace urbain représente moins
Industries agricoles et alimentaires . . . . . 2,2 2,2 1,9 1,9
de 7 % des emplois de l'Aquitaine. Les cou-Industrie des biens de consommation . . . 2,1 2,4 2,9 3,3
ronnes périurbaines et l'espace urbain multi
Sphère “économie résidentielle” . . . . . . . . . . . 42,7 36,2 40,4 34,1
polarisé qui le composent ressemblent aux
dont : Commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10,6 8,2 9,1 6,7 pôles urbains pour ce qui concerne l'impor-
Éducation, santé, action sociale . . . . . . . 9,1 7,2 7,6 5,6
tance relative de la sphère résidentielle,
Construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6,8 5,6 6,1 4,8
mais sont beaucoup plus proches de
Services aux particuliers . . . . . . . . . . . . . 5,8 4,3 5,9 4,3
l'espace rural de par la proportion d'emploisActivités financières . . . . . . . . . . . . . . . . 2,7 3,7 3,3 5,0
relevant de la sphère productive.Administration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,1 2,3 2,7 2,6
Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,7 1,7 2,3 2,4
Le tiers des emplois industriels
Sphère “fonction publique” . . . . . . . . . . . . . . . 24,2 24,5 22,6 21,7 dans le rural
dont : Éducation, santé, action sociale . . . . . . . 13,6 14,9 12,4 12,9
Pôles ruraux et reste de l'espace rural pèsent
Administration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10,0 9,2 9,7 8,4
un poids économique équivalent en Aqui-
Répartition des effectifs et de la masse salariale par secteur d'activité (%)
taine, environ 10 % chacun en termesSource : Insee - Clap 2004
d'emploi. L'importance relative de ces terri-
35 %. Il s'agit là d'une position médiane entre toires est cependant bien plus grandeL’activité répartie en trois sphères
Toulouse, très dépendant de sa sphère pro- lorsqu'on se cantonne à l'industrie, puisqueLa sphère “productive” est composée de l’in-
ductive, et Nice, dont la sphère résidentielledustrie, du secteur de l’énergie, des services aux l'espace rural accueille le tiers des emplois
entreprises, de la logistique, du commerce de constitue la colonne vertébrale de l'économie industriels de la région. Il convient par sur-
gros et plus généralement des établissements locale. Au plan régional, Bordeaux se dis- croît d'ajouter que le rural est relativement
dont l’activité économique est orientée vers les
tingue des autres pôles non seulement par sa spécialisé dans ce domaine. En effet, près demarchés extérieurs au territoire local ;
taille, mais également par la structure de sesLa sphère de “l’économie résidentielle” contient la moitié des emplois des industries agrico-
principalement les services aux particuliers, la activités. La sphère productive apparaît relati- les et alimentaires et des biens intermédiai-
construction, la santé, l’action sociale, le com- vement développée dans le contexte local, res y sont localisés. Tout au contraire, lesmerce de détail, les activités financières et le
mais relève pour plus des deux tiers d'activitéstransport de voyageurs. Pour ces activités de industries fabriquant des biens d'équipe-
non industrielles. En conséquence, le pôleproximité, l’emploi suit la population ; ment restent pour l'essentiel implantées
La sphère “publique“ comprend les administra- concentre plus de la moitié des emplois régio- dans l'espace urbain.tions et collectivités publiques. Sont comptabili-
naux relevant de la logistique et des services Très sous représenté en périphérie des pôlessés les agents en poste dans les établissements
aux entreprises et à l'opposé à peine unrecrutant sur la base du droit public : administra- urbains, l'emploi public tient en revanche
tions de l’Etat, collectivités territoriales, établis- emploi industriel sur trois. une place presque équivalente à la
sements publics à caractère administratif
Derrière Bordeaux, deux pôles dépassent le moyenne régionale dans l'espace rural. En(hôpitaux, universités, ...).
seuil des 50 000 emplois dans la région : Pau réalité, la nature des emplois s'y révèle spé-
caractéristiques constituent une illustration et Bayonne. Pau est “proche” de Brest avec cifique avec un poste public sur deux rele-
à grands traits de l'analyse conduite à plus de 75 000 salariés. La structure de ses vant des collectivités territoriales. Et cette
activités est à grands traits peu différente de lal'échelle nationale sur les fonctions écono- configuration est plus marquée encore dans
moyenne régionale. Bayonne, associé à l'espace rural périphérique que dans lesmiques des territoires.
À lui seul, le pôle de Bordeaux, composé de la Anglet, Biarritz et 38 autres communes bas- pôles d'emploi ruraux. Maintien des effec-
capitale régionale et de cinquante communes ques ou landaises, constitue le troisième pôle tifs communaux et poussée de l'intercom-
aquitain, avec un peu plus de 65 000 salariés.périphériques, représente 350 000 emplois et munalité expliquent cet état de fait.
Le “BAB” talonne ainsi Perpignan, à peine en La place occupée par la fonction publiqueverse un peu plus de 40 % des rémunérations
perçues par des salariés aquitains. Bordeaux deçà de Poitiers. L'attrait touristique d'État est moindre, mais cependant compa-
se situe ainsi entre les pôles de Toulouse qu'exerce le pays basque explique qu'un rable à ce qu'elle est dans l'espace urbain
emploi salarié sur deux du BAB relève de la- environ 385 000 salariés - et de Nice, situé à la périphérie des pôles. Enfin, la pro-
sphère résidentielle. Quatre autres pôles portion d'emplois relevant de la fonction330 000. La structure de ses activités le rap-
proche de Rennes et Nantes, avec une éco- jouent un rôle de premier plan dans le mail- publique hospitalière est en retrait de celle
nomie résidentielle qui regroupe 42 % des lage du territoire régional. Agen et Périgueux qui prévaut en milieu urbain. Dans le rural
sont très voisins par la taille avecemplois et la sphère productive autour de diffus, en particulier, le schéma
oN 158
SEPTEMBRE 2006Zoom sur les territoires
Clap permet de définir l’économie des territoires qui composent une région. L’Aquitaine se caractérise par la très grande diversité des pays
du point de vue des emplois offerts et de la masse des rémunérations versées. Le Pays Basque et le Pays du Grand Pau, qui bénéficient de la
présence des deux plus grosses agglomérations urbaines après Bordeaux, emploient chacun plus de 80 000 salariés et versent ensemble
plus du sixième des rémunérations régionales. A l’opposé, les Pays du Haut entre-deux-Mers, d’Albret Porte de Gascogne, de Dropt et du
Val d’Adour offrent chacun moins de 10 000 emplois. Les différences entre pays ne se limitent pas à des questions de poids dans l’éco-
nomie aquitaine, mais tiennent aussi à la spécialisation sectorielle. Le Pays Basque, le Médoc, le Bassin d’Arcachon et Val de Leyre sont
tournés vers l’économie résidentielle. Graves et Landes de Cernès, Adour Chalosse Tursan ou Lacq Orthez Béarn des Gaves se démar-
quent par la prédominance de l’appareil productif. A l’Isle en Périgord, Val d’Adour, Périgord Vert ou Libournais, la fonction publique
occupe une place importante. Enfin le pays du Grand Pau dispose d’un portefeuille d’activités qui le rapproche de la moyenne régionale.
Le Pays Basque : la moitié des emplois dans l’économie résidentielle
Le montant des salaires bruts distribués en 2004 sur le territoire du Pays Basque atteint 1, 926 milliard d’euros le situant presque à égalité
avec le Grand Pau. L’économie résidentielle fournit à elle seule un peu plus de la moitié des emplois « basques », contre à peine 43 % en
Aquitaine. L’immobilier, les transports, l’hôtellerie-restauration, les activités récréatives, culturelles et sportives et le secteur privé de la
santé sont particulièrement représentés au Pays Basque. Ces activités, qui bénéficient du dynamisme démographique de la zone et de
l’attrait touristique qu’elle exerce, se concentrent essentiellement sur le littoral. L’agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz et les com-
munes de St-Jean-de-Luz, Hendaye et Urrugne regroupent 70 % de l’emploi relevant de l’économie résidentielle. Ces six communes abri-
tent les vingt structures les plus importantes du secteur résidentiel “basque” : hôtels, mais aussi établissements de remise en forme ou de
loisirs. Parmi les plus emblématiques, on peut citer, à Biarritz, le Sofitel Thalassa Miramar, le Palais de Biarritz et le casino Barrière, à
Hendaye, le Complexe de thalassothérapie Serge Blanco, à St-Jean-de-Luz Helianthal et à Anglet Atlanthal. Ensemble, ces quelques éta-
blissements emploient plus de 1 100 personnes. De même, les cinq plus grandes cliniques privées du pays sont implantées sur la côte.
Cette sur-représentation de l’économie résidentielle se traduit par une proportion d’employés dans l’emploi salarié privé du pays (35 %) plus
élevée qu’en moyenne régionale (32 %). Elle pèse à l’opposé sur le taux d’encadrement compte tenu du degré de féminisation des activités de
services à la population, la proportion de femmes dans l’emploi salarié est plus forte au Pays Basque que dans le reste de l’Aquitaine.
Une sphère productive spécifique
La sphère “productive” basque concentre à peine 29 % des emplois pour un peu plus de 34 % des rémunérations. Moins représentée qu’en
Aquitaine, elle se distingue par la présence plus marquée de l’industrie de l’habillement avec l’implantation à St-Jean-de-Luz de la société
Na pali, siège social pour l’Europe du grand groupe mondial de glisse Quicksilver. L’industrie du textile - linge basque oblige - et celle des
équipements du foyer sont également plus implantées qu’en Aquitaine. La métallurgie et la transformation des métaux restent une spécifi-
cité en Aquitaine avec trois employeurs importants : Signature SA, Aciérie de l’Atlantique et la Société des anciennes fonderies Ateliers
Mousserolles. La côte basque garde toutefois sa vocation aéronautique. Au premier rang des employeurs privés du littoral figure Dassault à
Anglet. L’établissement emploie près de 1 000 salariés et participe au montage des chasseurs Rafale et des avions d’affaires Falcon.
Également concentrée sur les six communes du littoral basque (65 % de ses emplois y sont localisés), la sphère productive est toutefois un
peu plus présente dans l’arrière-pays que les activités relevant de l’économie résidentielle. Les trois principaux établissements des indus-
tries agricoles et alimentaires y sont ainsi implantés : Pierre Gueracague à Herrère, Maison Boncolac à Bonloc et Pyrénéfrom à Larceveau.
Des activités agro-alimentaires dans l’arrière-pays
Acierie de l’Atlantique
Dassault Aviation
Plastitube SATelerad
Ste anc. fonderies Ateliers Mousserolles
Sagem SATechnoflex NombrePierre Gueracague Industries agricoles et alimentaires
Na Pali de salariés
Quicksilver et Roxy
Bonnet Neve B. Braun medical S.A.S Industrie des biens de consommation400
Maison BoncolacSignature SASokoa
Industrie des biens d’équipement
170
Laboratoire Renaudin
100 Industrie des biens intermédiaires
Pyrenefrom
@INSEE-IGN 2006
Les principaux établissements employeurs de l’industrie au Pays Basque
Source : Insee - Clap 2004
L’emploi public moins présent
Le Pays Basque ne bénéficie pas des emplois publics qu’offre le statut de chef-lieu de département. Conséquence logique, avec
20 % d’emplois salariés publics, ce territoire se situe nettement en dessous de la moyenne régionale. De fait, bien que prédominante, la
fonction publique d’Etat ne rassemble que 43 % de l’emploi public contre 45 % dans le Pays du Grand Pau. De même, la fonction publique
territoriale est bien moins présente sur le territoire basque. Il en va de même pour la fonction publique hospitalière, malgré la présence du
centre hospitalier de la côte basque et de ses 1 800 salariés. L’emploi public est lui aussi essentiellement concentré sur les six communes
du littoral qui occupent près de trois fonctionnaires du Pays Basque sur quatre.
oN 158
SEPTEMBRE 2006oN 158
SEPTEMBRE 2006
d'organisation sanitaire et sociale, fondé sur façonner le profil des départements aquitains. du caoutchouc ou encore productrices de
des critères associant sécurité et optimisation La Gironde, avec près d'un salarié de la région biens de consommation. La part dévolue aux
des dépenses, limite la présence d'emplois hos- sur deux, s'éloigne peu des caractéristiques différentes sphères d'activité confère une
pitaliers. régionales puisqu'elle les dessine en grande position équilibrée au département de
Loin d'être un tout homogène, l'économie partie. L'économie des Pyrénées-Atlantiques Lot-et-Garonne. Ainsi, dans le contexte
régionale est faite d'une grande diversité de s'en distingue au contraire nettement. Avec régional, aucune sphère d'activité n'occupe
situations découlant des fonctions complémen- environ 200 000 salariés, une taille voisine de une place prépondérante. Il convient cepen-
taires jouées par les différents types d'espaces. celle de la Marne ou du Morbihan, ce dépar- dant de souligner l'importance des industries
Importance de l'économie résidentielle, sur tement est très tourné vers l'économie rési- agricoles alimentaires très diversifiées et de
représentation des fonctions publiques d'Etat et dentielle. Cette sphère bénéficie de la l'industrie de la pharmacie, quatre fois plus
hospitalière, mais aussi implantation d'activités demande de services émanant des particuliers représentée qu'en moyenne régionale.
de services aux entreprises, notamment dédiées ainsi que du dynamisme des activités immobi-
Le rôle moteurdesactivitésproductivesaux industries de pointe, constituent les princi- lières. L'industrie, certes peu développée glo-
pales spécificités des pôles urbains. Davantage balement, est représentée par des activités Depuis quelque temps déjà, face à l'émer-
industrialisé, le rural reste orienté vers des activi- emblématiques et significatives telles que gence d'une nouvelle et redoutable concur-
tés plus traditionnelles telles que le commerce l'aéronautique, la production d'énergie et la rence internationale, face aux risques accrus
de gros ou les transports et dépend, au delà des chimie. À terme rapproché, ces deux derniers de délocalisations, un nouveau débat s'est ins-
besoins liés à son administration proprement secteurs devraient bénéficier du développe- tauré. Pourquoi, lorsque le contexte démogra-
dite, des emplois offerts par la fonction publique ment des bio-carburants auxquels les pou- phique est porteur et la région attractive du
territoriale. voirs publics apportent leur soutien. point de vue touristique, ne pas se spécialiser
Ces traits dominants, mais aussi l'histoire et le dans les activités aux services de la popula-
La sphère publique très présentepositionnement géographique, contribuent à tion, plutôt que d'opter pour une économieen Dordogne
exposée aux risques conjoncturels et concur-
Méthode Troisième en termes d'emplois en Aqui- rentiels ? La traduction concrète d'une telle
CLAP - Connaissance Locale de l’Appareil Pro- taine, la Dordogne ressemble globalement à option, si elle était viable, reviendrait à tout
ductif - permet d’obtenir chaque année une
la Haute-Vienne voisine, tant du point de miser sur la sphère résidentielle, quitte à
image de l’activité économique locale, de quali-
vue de l'importance que de la nature des accepter le repli de la sphère productive.té explicitée, à partir de la synthèse de sources
administratives. emplois. Comme dans le département chef S'il est bien difficile de trancher dans ce débat,
Quelle que soit la région, Clap fournit une infor- lieu du Limousin, la sphère publique y est il convient de souligner le rôle moteur des
mation homogène sur la localisation des établis-
très sur-représentée. En effet, 27,7 % des activités productives, compte tenu de l'effet
sements, l’emploi et la masse des rémunérations
emplois en dépendent, soit cinq points de richesse qu'elles génèrent. Les rémunéra-versées pour le croisement zone d’emploi - no-
menclature de synthèse économique en au-delà de la moyenne de province. Cela tions par poste salarié dépassent en effet en
114 postes. La source CLAP est destinée à l’ana-
résulte surtout du poids relatif élevé de la moyenne de 40 % celles qui sont offertes dans
lyse économique localisée du facteur travail :
fonction publique territoriale. Par ailleurs, la la sphère résidentielle. Cela résulte tout à lac’est pourquoi on évalue le nombre de postes de
travail des établissements implantés dans une forte proportion de personnes âgées justifie fois d'un niveau de qualification plus élevé, la
zone et la masse salariale qu’ils versent. Clap ne l'importance des emplois hospitaliers. proportion de cadres étant supérieure de cinq
se substitue donc pas aux estimations d’emploi
Le département des Landes se révèle le plus points à celle de l'économie résidentielle,qui privilégient l’évaluation du nombre de per-
lié aux activités de la sphère productive ; son mais aussi de conditions d'emploi plus avan-sonnes en emploi sur une zone.
Cette étude couvre l’ensemble de l’emploi sala- industrie fournit un emploi sur cinq, bien tageuses pour les salariés du fait d'un recours
rié, hormis les emplois domestiques, et, pour
davantage donc qu'en moyenne régionale. moins fréquent au temps partiel.
des raisons de qualité d’information, l’agricul-
L'activité ne se résume pas aux productionsture et la défense. Les non-salariés, comme les
artisans et les professions libérales, ne sont pas agricoles et alimentaires, mais apparaît très
comptabilisés. Seuls sont pris en compte les éta- Jean-Pierre DUBANdiversifiée comme en témoigne la présence
blissements employeurs.
d'industries du bois, de biens d'équipement, Nadia WOJCIECHOWSKI
POUR EN SAVOIR PLUS ...
“La répartition spatiale de l’emploi et
des salaires“
Insee Première n° 1100-septembre 2006
Directeur de la publication : François Elissalt
Rédacteur en chef : Élisabeth Nadeau - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e
© INSEE 2006 - n° ISSN 1283-6036 - Dépôt légal 3 trimestre 2006
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA15808
Prix : 2,3€ - Abonnement : France : 12 numéros 23€ - Étranger : 28€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.