Un renouvellement des entreprises inégal entre le Nord et le Sud

Publié par

La structure du tissu productif s'est profondément renouvelée depuis 10 ans, même si le nombre d'établissements est resté stable de 1995 à 2000. Le nombre de commerces de détail alimentaire et d'activités industrielles a décliné tandis que les services aux entreprises, à la personne et les établissements du secteur santé-action sociale se sont multipliés. Depuis 2000, les nouvelles implantations ont fait progresser le parc de plus de 5% avec un dynamisme plus important dans le sud de la région que dans le nord de l'Aisne.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

DYNAMIQUES
CROISSANCE SYSTÈME RÉGIONALE PRODUCTIF 2ÉCONOMIQUES
Un renouvellement des entreprises
inégal entre le Nord et le Sud
La structure du tissu productif s'est
profondément renouvelée depuis 10 ans,
même si le nombre d'établissements
est resté stable de 1995 à 2000. Le nombre
de commerces de détail alimentaire
et d'activités industrielles a décliné
tandis que les services aux entreprises,
à la personne et les établissements
du secteur santé-action sociale
se sont multipliés. Depuis 2000,
les nouvelles implantations ont fait
progresser le parc de plus de 5 %
avec un dynamisme plus important
dans le sud de la région que dans le nord
de l'Aisne.
La région, plutôt rurale et industrielle se situe au dernier rang pour la dynamique
entrepreneuriale mais les entreprises nouvelles ont une meilleure survie qu'en moyenne.
En lien avec les structures de l'appareil productif plus industrielles et de grande taille,
les Picards se tournent plus fréquemment vers la reprise d'entreprises qu'en moyenne.
Ce mouvement devrait s'accroître dans les 10 années à venir avec le départ à la retraite
de nombreux dirigeants.
Au cours des dix dernières années, le tissu Un tissu productif
productif picard a connu un profond renouvelle- en complète recomposition
ment. Entre 1995 et 2000, les implantations d'éta-
blissements ont eu lieu au même rythme que les Le déclin démographique de certains secteurs
disparitions ce qui s'est traduit par une stabilité du comme le commerce de détail alimentaire ou cer-
parc. Depuis 2000, le nombre d'implantations tains secteurs industriels en difficulté s'est pour-
d'établissements dans la région est reparti à la suivi depuis 1995. À l'opposé, des secteurs comme
hausse entraînant une forte progression du parc le commerce de gros, les services informatiques
(+5,3 % depuis 2000). En 2005, 4 établissements et plus généralement les services rendus aux en-
sur 10 ont moins de cinq ans ; ils emploient 30 % treprises ont continué de profiter de la réorgani-
des salariés des secteurs de l'industrie, du com- sation des relations entre les entreprises et des
merce et des services. changements technologiques. Les secteurs des
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
69DYNAMIQUESSYSTÈME PRODUCTIF2 ÉCONOMIQUES
services à la personne et des activités d'éduca- Un renouvellement inégal
tion, santé action sociale ont fait également preuve selon les territoires
d'un dynamisme démographique important. En
même temps que la structure d'activités du parc La démographie du tissu productif picard laisse
s'est modifiée, les entreprises organisées sous apparaître un clivage nord-sud et un moindre dy-
forme de sociétés se sont progressivement subs- namisme du département de l'Aisne. Au cours
tituées à celles organisées en entreprises indivi- des dix dernières années, les zones d'emploi du
duelles. Entre 1995 et 2005, leur part est passée Sud-Oise, de Beauvais, de Compiègne et de
de 33 % à 42 %, ce qui reste toutefois inférieure à Château-Thierry ont enregistré une progression
la moyenne nationale (48 % en 2005). de leur parc d'établissements supérieure à 6 %.
Dans le même temps, le nombre d'établissements
implantés dans l'Aisne n'a progressé que de
0,8 % en dépit du rebond des zones d'emploi de # #
% 22% Château-Thierry, de Saint-Quentin et du
Laonnois. Quatre zones d'emploi sont en repli"
1 depuis 10 ans : la Thiérache, Chauny-Tergnier-
%
La Fère, Soissons et le Vimeu.
"
AF
" Un retard en matière de création
" (
d'entreprises difficile à combler%--
’ ,
’ Chaque année, plus de 5 000 personnes décident
- , , de créer leur entreprise en Picardie. Même si les
+
évolutions récentes montrent un regain d'intérêt’ , ?
% pour la création d'entreprises dans la région, la
’ , * I propension des Picards à se lancer dans l'aven-


ture reste modeste et nettement plus faible que= 6
88 dans les autres régions françaises. On ne compte
en effet que 68,6 créations d'entreprises pour
10 000 actifs contre 113,8 en moyenne, ce qui
# #
place la Picardie au dernier rang des régions fran- ) % 22%
eçaises. Par ailleurs, la Picardie arrive au 18 rang
10 0 pour son taux de création (11,1 % contre 12 % en
"0 ) 1 ( 2 / France métropolitaine), suivie seulement par la
’ Bourgogne, la région Champagne-Ardenne, le Li-
#
mousin et l'Auvergne.’ .
’ 3
’ ’ Cependant, dans une région comme la Picardie
2 où l'espace rural est important, où l'industrie garde
- encore une place importante et où il existe de nom-
"05 10 )
breuses structures de production de grande taille,- , 0
" /( cette situation n'est pas étonnante. En effet, la
4 , création d'entreprises est principalement le fait de
’ . petites structures souvent tournées vers le tertiaire


et intervient plus souvent dans les villes qu'en mi-
= 6 lieu rural. 88
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
70
DYNAMIQUES
CROISSANCE SYSTÈME RÉGIONALE PRODUCTIF 2ÉCONOMIQUES
Une survie des nouvelles La dynamique de créations d'entreprises en 2005
entreprises supérieure à la moyenne Nombre de créations Taux de
pour 10 000 actifs création
Plus des deux tiers des nouvelles entreprises pi-
Corse 229,5 12,8
cardes sont encore en activité trois ans après
Provence-Alpes-Côte-d'Azur 188,2 13,5
leur création contre 64 % en moyenne. La Picar-
Languedoc-Roussillon 186,8 14,5
edie se classe ainsi au 11 rang pour la survie de
Île-de-France 131,4 11,9
ses entreprises. En Picardie, bien plus que dans Aquitaine 131,1 12,5
les autres régions françaises, les caractéristiques Midi-Pyrénées 127,1 11,9
du créateur priment sur celles du projet. En par- Rhône-Alpes 124,6 12,1
ticulier, la détention du baccalauréat confère un Poitou-Charentes 103,0 11,9
avantage bien plus fort en Picardie, ce qui peut Bretagne 98,3 11,4
tenir à la relative rareté des diplômes les plus Pays de la Loire 96,8 12,3
élevés dans la région. Par rapport à un créateur Basse-Normandie 88,6 11,2
sans diplôme, un créateur titulaire d'un bac gé- Limousin 88,2 10,2
néral multiplie par 5,3 les chances de pérenniser Franche-Comté 87,7 11,5
son entreprise ; ses chances sont même multi- Bourgogne 84,5 10,6
pliées par 5,7 s'il détient un diplôme supérieur à Auvergne 83,5 9,4
Bac+3. Reflet à la fois de la meilleure pérennité Alsace 83,3 11,2
des nouvelles entreprises et d'un plus faible taux Centre 83,3 11,5
de création, la Picardie figure parmi les cinq ré- Lorraine 76,5 11,4
gions ayant le plus faible pourcentage d'entre- Haute-Normandie 75,1 11,3
prises de moins de cinq ans (34,6 % contre Nord - Pas-de-Calais 73,7 11,6
37,2 % en moyenne). Champagne-Ardenne 70,6 10,4
Picardie 68,6 11,1
Un impact limité sur l'emploi Source : Insee, REE Sirène
On associe souvent création d'emploi et créa- La Picardie
tion d'entreprise. Cependant, la moitié des créa- en retrait pour la création
teurs d'entreprises ne se placent pas dans une d'entreprises innovantes
logique entrepreneuriale, déclarant n'avoir
comme objectif que d'assurer leur propre emploi. La création d'entreprises est souvent perçue
Les trois quarts des nouveaux projets démarrent comme un moyen de diffuser l'innovation au sein
sans salarié. L'essentiel de la progression de du tissu productif. En termes de création d'entre-
l'emploi salarié dans les nouvelles entreprises prises innovantes, la Picardie est en retrait par
intervient au cours des trois premières années rapport à la moyenne nationale. Celles-ci ne re-
d'activité mais seules un peu plus d'un tiers des présentaient que 3 % des nouveaux projets en
entreprises, toujours en activité trois ans après 2005, contre 5 % au niveau national.
leur création, voient leur emploi progresser. Glo-
balement, l'emploi salarié est multiplié par 1,7 Davantage de reprises
au cours des trois premières années d'existence. d'entreprises qu’en moyenne
Cependant, les emplois créés dans les entrepri-
ses qui survivent compensent pratiquement les S'ils choisissent majoritairement de démarrer un
projet complètement nouveau, les nouveaux en-pertes de celles qui disparaissent si bien que l'im-
trepreneurs picards sont plus nombreux que danspact de la création d'entreprises sur l'emploi ap-
le reste de la France à choisir de reprendre uneparaît très limité.
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
71DYNAMIQUESSYSTÈME PRODUCTIF2 ÉCONOMIQUES
entreprise existante (17 % contre 13 % en contre seulement 10 % des créations. Les volu-
moyenne nationale). Ceci tient aux structures de mes d'emploi concernés sont également plus im-
l'appareil productif picard, où les unités industriel- portants : 11 % des unités reprises comptent plus
les et celles de grande taille, qui font plus souvent de 5 emplois contre 2 % des créations ex nihilo.
l'objet de reprises, sont davantage représentées. L'intérêt porté à la reprise d'entreprises par les dé-
Les modalités de reprise sont différentes de la cideurs est grandissant tant celle-ci est porteuse
création ex nihilo. Les moyens engagés au dé- d'enjeux. Dans les 10 années à venir, un grand
marrage sont plus importants : 40 % des projets nombre d'entreprises devraient changer de main
de reprise démarrent avec plus de 40 000 euros en raison du départ à la retraite de leur dirigeant.
Les dynamiques territoriales influencent fortement la création d'entreprises
Les contrastes entre les zones d'emploi apparaissent lorsqu'on taux de survie faibles en raison surtout de la nature des
observe les deux critères que sont : le taux de création et projets principalement tournés vers les services aux entreprises.
le taux de survie des nouvelles entreprises. Les zones de A l'opposé, la zone d'emploi d'Amiens affiche un taux de
l'Oise affichent à la fois des taux de création forts et des créations plus faible mais un taux de survie plus élevé.
, ) , 22 )
- ,
0 - ,
* ) ) )+ * ) ) )+ 0
##
- - ’ ’ 10 0 10 0
’ ’ 3 3
’ ’
( )* ( )*
"0 ) "0 )
1 ( 1 ( ’ . 2 ’ . 2 / 2 / 2
4 , 4 , " /( " /(
’ ’
’ . ’ .
+ , ) + , )
"05 - - "05 10 ) . ) )/ 10 ). ) )/

$ %&! % $ %&! % *8 ! ! *8 ! !
Les évolutions récentes de la création d'entreprises
En Picardie comme en France, le nombre de créations d'entreprises
a reculé dans les années 90 puis a connu une vive remontée
à partir de 2003. La baisse a cependant été bien plus marquée
dans la région : de 1990 à 2002, le nombre de créations
d'entreprises a chuté de 26 % en Picardie au lieu de 12 %
en moyenne. En dépit du regain enregistré depuis 2003, le
niveau de la création d'entreprises en Picardie reste 10 %
en deçà de celui enregistré en 1990. Si au niveau national,

la croissance du nombre de créations d'entreprises a marqué
le pas en 2005 (-1 % par rapport à 2004), en revanche la
dynamique de la création d'entreprises s'est poursuivie en
Picardie (+3 %). En 2005, 5 759 entreprises ont été créées

) en Picardie.
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
72

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.