Une reprise encore timide

De
Publié par

Après un premier semestre 2003 en quasi-récession, l’économie française a renoué avec la croissance au second semestre. Le produit intérieur brut a progressé de 0,7 % aux troisième et quatrième trimestres. Cette reprise s’appuie essentiellement sur les exportations et les investissements de la part des entreprises et des ménages. Les Pays de la Loire ont profité de cet environnement plus porteur. L’emploi salarié a ainsi progressé de nouveau au quatrième trimestre après un troisième trimestre en recul. Le taux de chômage ligérien s’est stabilisé en fin d’année.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 26. Mai 2004
Une reprise
encore timide
ANNÉE 2003 a été marquée par encore vigoureuse malgré un taux deAprès un premier semestre
une croissance sans éclat. En chômage en progression et un recul de2003 en quasi-récession,
moyenne annuelle, le produit inté- la confiance des ménages. La consom-l’économie française L’ rieur brut a progressé de 0,5 %. mation en produits manufacturés a étéa renoué avec la croissance
Cette augmentation est la plus faible particulièrement vive. Elle est restée plus
au second semestre. depuis 1993. Elle résulte d’un premier modérée dans les services en raison
Le produit intérieur brut semestre en quasi-récession et d’un de la diminution de la consommation
a progressé de 0,7 % second semestre avec un taux de crois- en hôtellerie, cafés et restaurants au
aux troisième et quatrième sance modéré. quatrième trimestre. Les dépenses de
trimestres. Cette reprise consommation (non-marchande) desÀ partir de l’été 2003, l’économie
administrations publiques ont ralenti aus’appuie essentiellement française s’est inscrite dans un contexte
second semestre par rapport au premier.sur les exportations et les international en forte expansion. Les
investissements de la part exportations ont renoué avec la crois- L’investissement des entreprises est
sance. Cette augmentation résulte prin-des entreprises et des reparti à la hausse au quatrième trimestre,
cipalement de la demande adressée àménages. Les Pays de la après trois trimestres de stagnation.
la France par les États-Unis, l’Allemagne Cette reprise est imputable au dynamis-Loire ont profité de cet
et le Royaume-Uni. Elle est essentielle- me de la demande étrangère. Elle a étéenvironnement plus porteur.
ment imputable aux exportations en favorisée par des conditions de finance-L’emploi salarié a ainsi produits manufacturés et notamment en ments favorables (maintien des tauxprogressé de nouveau au biens d’équipement (Airbus notamment). d’intérêts à un faible niveau). Mais elle a
quatrième trimestre après Les importations se sont redressées au été pénalisée par la dégradation des
un troisième trimestre quatrième trimestre après trois trimes- conditions d’autofinancement, le taux de
tres de stagnation.en recul. Le taux marge des entreprises ayant atteint son
de chômage ligérien s’est plus bas niveau depuis 1985. L’investis-Les dépenses de consommation des
stabilisé en fin d’année. sement des ménages en logements estménages ont progressé respective-
reparti à la hausse au quatrième trimestrement de 0,5 % et 0,3 % aux troisième
et quatrième trimestres 2003, prolon- alors que celui des administrations
publiques connaissait une croissancegeant la tendance du début de l’année.
Aline CLÉMOT
ralentie au second semestre par rapportCette hausse s’explique, pour partie,Laurence HAUTBOIS
par une croissance du pouvoir d’achat au premier.Agnès LERENARDConjonture
Une reprise encore timide
Dans ce contexte de redressement de Ces deux facteurs de risque limiteraient la croissante, le taux de chômage resterait
la demande, la production de toutes les capacité des entreprises à profiter de la stable, à 9,8 % de la population active
branches s’est améliorée au second croissance mondiale. Enfin, le troisième jusqu’en juin 2004.
semestre par rapport au premier. L’indus- provient des doutes des entrepreneurs
trie manufacturière a renoué avec la sur la capacité à rebondir de certains En 2003, le déficit public français
croissance au troisième trimestre après pays de la Zone Euro. s’est creusé
trois trimestres en recul. Sa production
Cette croissance modérée s’appuierait En 2003, l’atonie de l’activité économique aa augmenté de 0,2 % et 0,4 % aux troi-
aussi sur une demande interne plus fa- contribué au creusement du déficit des
sième et quatrième trimestres. Seule
administrations publiques. Celui-ci s’est élevévorable au premier semestre 2004 que
l’agroalimentaire a poursuivi son mouve- à 63,2 milliards d’euros et représente 4,1 %sur l’ensemble de l’année 2003. Ainsi,
ment de baisse. La production des sec- du produit intérieur brut contre 3,2 % un an
l’accélération des dépenses d’investisse-
auparavant. La moindre croissance desteurs de la construction, du commerce
ment des entreprises devrait se poursuivre recettes (+ 2,4 % en 2003 contre + 2,8 %et des transports, en repli en début
aux premier et deuxième trimestres 2004 en 2002) a joué un rôle prépondérant dans
d’année, est repartie à la hausse. Enfin,
cette dégradation alors que le rythme(respectivement + 1,3 % et + 1,1 %). Le
dans les services, la croissance a été plus des dépenses est resté soutenu.matériel informatique contribuerait pour
vive sur la deuxième moitié de l’année.
la moitié à cette augmentation de l’inves-
Le raffermissement de l’économie fran- tissement, celle-ci résultant de l’amélio-
Reprise de l’emploi ligérien
çaise s’est répercuté sur l’emploi salarié ration des perspectives de la demande
en fin d’année
des secteurs marchands non agricoles et des conditions de financement exter-
au quatrième trimestre. Les effectifs ont nes favorables. Du côté des ménages, L’amorce de reprise économique ressen-
progressé de 0,1 % après trois trimes- l’investissement en logements s’accélé- tie dans la région au second semestre
tres de recul. Cette évolution est essen- rerait aussi au premier semestre 2004. 2003 s’est répercutée sur l’évolution de
tiellement due au tertiaire marchand Les dépenses de consommation, quant à l’emploi en fin d’année. Ainsi, au quatrième
(+ 0,4 %). L’industrie a continué à perdre elles, évolueraient sur un rythme d’environ trimestre 2003, l’emploi salarié des
des emplois au quatrième trimestre. La 0,4 % par trimestre. Cette croissance secteurs marchands non agricoles a
diminution régulière de l’emploi industriel serait favorisée par le prolongement
eUne amélioration au 4 trimestretout au long de l’année 2003 prolonge des effets de la hausse du pouvoir
celles de 2002 et 2001. d’achat du revenu disponible de 2003. 128
Évolution de l'emploi salarié par département
eElle serait toutefois limitée par le regain 124 depuis le 4 trimestre 1997 en données corrigées
des variations saisonnièresd’inflation de l’hiver 2004 et par la stabi-Une croissance encore limitée 120
lisation du taux de chômage à un niveauau premier semestre 2004
116
élevé.
112Le pre 2004 devrait être
Dans ce contexte légèrement plus favo-marqué par une croissance modérée. Loire-Atlantique108
Maine-et-Loirerable, l’impact de la reprise économiqueLe produit intérieur brut progresserait de Mayenne
104 Sarthe
resterait limité sur le marché du travail. Vendéeprès de 2 % en moyenne annuelle au 100
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003Au cours du premier semestre, l’emploicours des deux premiers trimestres.
Sourse : INSEE, exploitation des bordereaux URSSAFsalarié dans les secteurs concurrentiels
Le contexte international resterait favo- augmenterait de 0,1 %. Il se replierait
rable, avec une activité vigoureuse aux de nouveau dans l’industrie et progres- À l’exception de la Sarthe, tous les
États-Unis, au Royaume-Uni et en Asie, départements de la région ont profitéserait à un rythme toujours ralenti dans
conjuguée à une reprise au sein de la de cette embellie.le tertiaire. Dans le secteur non mar-
Zone Euro. Toutefois, trois aléas pèsent
chand, l’emploi salarié continuerait de Parmi ces nouvelles créations, la moitié
sur cet environnement international. Le appartient au secteur du commerce oureculer en raison de la diminution du
premier réside dans une éventuelle des services aux entreprises. Par ailleurs,nombre de bénéficiaires de dispositifs
nouvelle baisse du dollar et le deuxième la proportion de créations nouvellesd’aide à l’emploi non marchand (emplois
dans l’ensemble des créations s’accroît.sur une forte hausse du prix du pétrole. jeunes, Contrats Emploi Solidarité…). Elle est passée de 58 % au second
Compte tenu d’une population active semestre 2001 à 63 % sur la deuxièmeLa croissance du PIB
moitié de l’année 2003.et les contributions à son évolution
Forte augmentation des créationsau quatrième trimestre 2003
L’embellie des créations d’entreprises nouvelles au second
d’entreprises nouvelles se poursuit semestre 2003Commerce
extérieur (en point)
Au second semestre 2003, plus de 5 900 France entière
Investissement
(en point) entreprises ont été créées, réactivées ou Loire-Atlantique
reprises dans la région, soit 7 % de plus
Pays de la Loire
Dépenses de qu’au second semestre 2002.
consommation Maine-et-Loire
L’augmentation est encore plus forte pour(en point)
Vendée
Produit intérieur les créations d’entreprises nouvelles : 3 700
brut (en %) Taux de croissance du nombre Mayenneont vu le jour, soit une progression de 10 %
de créations "pures" entre
- 1 - 0,5 0 0,5 1 1,5 2 par rapport au même semestre 2002. Sarthe le second semestre 2003 et 2002 (en %)
Toutefois, cette hausse est inférieure à celleSource : INSEE-Comptes nationaux - 5 0 5 10 15 20
Note de lecture : le produit intérieur brut a progressé de 0,7 % enregistrée au niveau national.e Source : INSEE-Sirèneau 4 trimestre 2003. L’investissement a contribué
pour 0,2 point de PIB
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE REPRISE ENCORE TIMIDE - MAI 2004progressé de 0,7 % dans les Pays de la Stabilité du taux de chômage au entreprises en produits manufacturés
Loire après un recul au troisième trimestre quatrième trimestre 2003 s’est installé au quatrième trimestre,
(- 0,6 %). Ce regain de dynamisme en fin après un arrêt de la dégradation au
13 Taux de chômage corrigé des variations saisonnières
d’année permet une évolution positive de en fin de chaque trimestre (en % des actifs) troisième trimestre. Toutefois, malgré12
l’emploi salarié ligérien sur l’ensemble de une stabilité en fin d’année, les entrepri-
11
2003 (+ 0,2 %). ses ont de nouveau puisé dans leurs
10
stocks à partir du troisième trimestre.
FranceAu quatrième trimestre 2003, l’industrie
9
ligérienne a de nouveau perdu des em- La production industrielle a bénéficié de
8
plois (- 0,4 %) mais à un rythme moindre Pays de la Loire cette embellie de la demande et elle s’est
7qu’au trimestre précédent (- 0,8 %). Le redressée en fin d’année. Son rythme
6recul est particulièrement fort dans les de croissance a retrouvé, au quatrième
1998 1999 2000 2001 2002 2003
industries des biens de consommation trimestre 2003, sa moyenne enregistrée
Source : INSEE, taux de chômage calculés selon la définition du Bureau(- 1,5 %), avec une baisse comparable à International du Travail au cours des sept dernières années. Au
celle enregistrée au trimestre précé- troisième trimestre, des prémices de
de 8,1 % en 2003 alors que la haussedent (- 1,6 %). Les difficultés rencon- reprise s’étaient déjà fait sentir. Ils se
du chômage féminin n’a été que detrées dans les secteurs de l’habillement sont donc confirmés en fin d’année. Les
3,9 %. Le chômage des jeunes de moinscuir et des équipements du foyer, parti- contraintes de production se sont stabi-
culièrement bien implantés dans la ré- de 25 ans a crû plus vite dans la région lisées en fin d’année 2003 : 86 % des
gion, expliquent en grande partie cette qu’au niveau national au cours de l’année chefs d’entreprise ont déclaré pouvoir
2003 (+ 8,4 % demandeurs d’emploisdiminution. Dans ces secteurs, la baisse produire davantage.
s’inscrit dans une tendance de long ter- contre 7,2 %). La hausse a concerné
Pour le début de l’année 2004, les pers-me, mais elle est plus marquée en fin surtout le second semestre. La baisse
d’année 2003 qu’en début d’année. Les pectives des chefs d’entreprise ligé-des contrats en alternance et la fin du
riens sont bien orientées. La demandeautres secteurs de l’industrie ligérienne dispositif emploi-jeunes expliqueraient,
se situerait toujours à la hausse. De ceparviennent, en fin d’année, à stabiliser en partie, cette montée du chômage
leurs effectifs. des jeunes. Le chômage des 25-49 ans
a progressé au même rythme dans laLes services ont enregistré une crois- La demande et la production
région qu’au niveau national. Cepen- ligériennes se redressent fortementsance de leurs effectifs au quatrième
dant, la hausse régionale s’est concen- au second semestre 2003trimestre 2003 (+ 1 %) après un léger
trée sur le second semestre (+ 14 %).recul au trimestre précédent. Cette 40
Entre décembre 2002 et décembrehausse est principalement imputable 30
Production2003, le chômage des plus de 50 ansaux activités immobilières, qui ont vu
20recule dans la région alors qu’il a aug- Prévisionscroître leurs effectifs de 5,2 %, après
10menté, certes, de façon modeste, surune légère baisse au troisième trimestre.
l’ensemble de l’Hexagone. Le nombre de 0Quant à eux, le commerce et la construc-
Demandedemandeurs d’emplois inscrits depuistion enregistrent les plus importantes - 10
Écart entre le pourcentage de chefs plus d’un an à l’ANPE a augmenté de 2,1 %augmentations d’effectifs, avec respec- d'entreprises estimant l'activité en hausse - 20
et le pourcentage de ceux la jugeant en baisse sur un an. Cette hausse est toutefoistivement + 1,2 % et + 1,1 % au quatrième en données corrigées des variations saisonnières
- 30
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004moins forte dans la région qu’au niveau2003 par rapport au trimestre précédent.
national. La part des chômeurs de longue Source : INSEE-Enquêtes de conjoncture nationales repondérées
selon la structure de la masse salariale régionale
durée dans l’ensemble des demandeursHausse sensible
d’emplois reste inférieure à la moyennedu chômage des jeunes
Des difficultés en fin d’annéenationale (26,1 % contre 29,4 %). Les
pour l’agroalimentaire, secteurAu quatrième trimestre 2003, le taux de Pays de la Loire se situent parmi les
bien implanté en Pays de la Loire chômage ligérien est resté quasiment sta- cinq régions françaises présentant la
ble, à 8,4 % de la population active, après plus faible proportion de chômeurs de Pour l’ensemble de la France, la
une légère augmentation au trimestre pré- production des industries agricoles etlongue durée.
cédent. En un an, la progression a été alimentaires (IAA) a diminué au quatrième
trimestre 2003 (- 0,4 % par rapport auplus lente dans la région qu’en France Une fin d’annéee précédent), après avoirmétropolitaine (0,5 contre 0,6 point). plus favorable enregistré une forte hausse au troisième
pour l’industrie ligérienne trimestre (+ 1,7 %). Ces difficultés ontFin décembre 2003, la région comptait
surtout été ressenties dans les activités117 700 demandeurs d’emplois ins- Au second semestre 2003, selon les de la viande et du lait. Elles s’expliquentcrits en catégorie 1, soit 5,9 % de plus
chefs d’entreprises, le rythme de crois- par la baisse des exportations, ainsi que
qu’un an auparavant. Cette évolution est par celle des dépenses de consommationsance de la demande adressée aux indus-
comparable à celle enregistrée pour des ménages en produits des industriestriels ligériens s’est nettement redressée,
l’ensemble de la France. Cette hausse agroalimentaires.
pour atteindre sa moyenne de long terme
du nombre de demandeurs d’emplois a
Cette évolution de la production a entraînéen fin d’année. Ce résultat s’explique,
été surtout ressentie en Loire-Atlantique, une baisse de 0,4 % au quatrièmedans un premier temps, par la reprise
en Mayenne et en Vendée. trimestre 2003 du chiffre d’affaires
des exportations tout au long du second
des entreprises du secteur, après une
Elle touche particulièrement les hommes. semestre 2003. De plus, un mouve- hausse de 0,9 % au trimestre précédent.
En effet, le chômage masculin a progressé ment de reprise de l’investissement des
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE REPRISE ENCORE TIMIDE - MAI 2004Une reprise encore timide
Tableau de bord (données au quatrième trimestre 2003)
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003
Éévolution de l'emploi salari
aeuq)uatrièmt*rimestre (en % +*0,1 + 0,1 + 0,4 + 0,7+90,2+20, -30,+60,+40,+40,+20,+20,+71, + 0,
Nombre d'équivalents temps plein
d7ans l'intérim au mois de décembre 5927 18 547 83 37 467 38 146113 785143 457944767738363318603479016852 6 71
Taux de chômage fin décembre CVS
(3en % des actifs) 99, 9, 7,9 8,4 84,7 93, 86, 85, 50, 67, 70, 89, 64, 7,
C0réations d'entreprises au second semestre1626 68 141 47 5 493 5 86628320215412091916 376 329 721 7111700 1 04
-7dont créations pures 824 18 97 74 3 376 3 727185031373 698 744 252 233 493 432 563 57
Nombre de logements ordinaires commencés
asuseeconde0mestr 1845 88 154 67 11 355 11 93540678433919792625 833 844172814362676 3 07
Nombre de logements autorisés
auu cours dsrecondseemest 1576 694 198 18 12 455 15 22247406559329302129 834 960195217963437 4 11
Immatriculations de voitures neuves
asu cours duecondeemest 9086 680 939 80 39 378 36 989185 918145 197455617925622042638865226940 6 34
Nombre de nuitées dans l'hôtellerie
d/e mai à septembre en (milliers) /// // 2 930 2 986172901628 590 550 163 123 392 376 657 68
Nombre de nuitées dans les campingse mai à septembre (en milliers)/ // 9 039 9 9328692001 550 488 8494279 3826928 7 00
Sources : INSEE, MES-DARES
* La source utilisée pour la France métropolitaine n’est pas identique à celle utilisée pour la région et les 5 départements
CVS : corrigé des variations saisonnières
Toutes ces données sont issues du tableau de bord économique sur internet à l’adresse www.insee.fr/pays-de-la-loire à la rubrique «conjoncture».
fait, la production continuerait sa pro- troisième trimestre 2003 dans les chan- Nette amélioration dans le bâtiment
gression. Toutefois, les effectifs indus- tiers privés et seulement au quatrième au dernier trimestre 2003
triels ligériens continueraient leur mou- trimestre dans les chantiers publics.
50 Travaux entretien-amélioration
vement de baisse. 40La construction de logements neufs a
30
tiré l’ensemble de l’activité du bâtiment 20Bâtiment : net redressement
au second semestre, soutenue par le 10
d’activité en fin d’année
0bon niveau d’investissement des ména- Bâtiments neufs
- 10ges. Ainsi, près de 12 000 logementsDans les Pays de la Loire, entre le premier Logements neufs
- 20ont été mis en chantier, soit une augmen-trimestre 2001 et le troisième trimestre
- 30
Écart entre le pourcentage de chefs d'entreprises estimant tation de 5 % par rapport au second2003, l’activité du bâtiment n’a cessé de l'activité en hausse et le pourcentage de ceux la jugeant en baisse - 40
en données corrigées des variations saisonnières
semestre 2002. Par ailleurs, la construc-ralentir. Ensuite, elle s’est vivement re- - 50
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
tion de locaux non résidentiels, plutôtdressée au dernier trimestre 2003. Ce
Source : INSEE-Enquêtes de conjoncture nationales repondéréesterne jusqu’au troisième trimestre 2003,rebond de l’activité s’est amorcé au selon la structure de la masse salariale régionale
a retrouvé des couleurs en fin d’année.
La reprise de l’investissement des entre-
prises au quatrième trimestre explique
Une forte demande en biens
cette progression. Le secteur des travaux
d’équipement au second
d’entretien a suivi la même tendance
semestre 2003
avec l’annonce de la prolongation d’un
Au niveau national, le second semestre taux de TVA à 5,5 % pour ces travaux
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION2003 a été très favorable pour les biens jusqu’en décembre 2005. Malgré la Pierre MULLER
d’équipement et se situe dans le
RÉDACTRICE EN CHEFcroissance des effectifs au quatrième
prolongement du début d’année. La Emmanuelle WALRAETtrimestre, les tensions sur le marché duproduction a augmenté de 1,9 % au
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONtravail sont toujours persistantes : 72 %quatrième trimestre 2003 et de 1,7 % au Gabrielle BRIZARD
trimestre précédent. Toutes les des entrepreneurs ont déclaré rencon- SECRÉTAIRE DE FABRICATION
composantes de la demande ont été Hélène VERRONtrer des difficultés de recrutement (en
orientées favorablement. En effet, au MISE EN PAGEmoyenne annuelle 2003) contre 63 %
quatrième trimestre, les exportations en Marie-Annick BRICARD
seulement en moyenne au cours desbiens d’équipement ont augmenté de IMPRIMEUR
sept dernières années.près de 5 %. La consommation des La Contemporaine - Nantes
ménages, malgré un léger
Prix : 2,20 €Pour le premier semestre de 2004, lesralentissement, est restée soutenue
Photo : INSEEchefs d’entreprises ressentent une amé-(+ 2,8 %) et les investissements se sont eDépôt légal 2 trimestre 2004 - ISSN 1633-6283
accélérés (+ 1,9 %). lioration sensible de leurs perspectives CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU026044
© INSEE Pays de la Loire - mai 2004générales. Le niveau des carnets de com-
Dans la construction navale, aéronautique
Abonnement annuel complet :mandes (5 mois) est le plus élevé depuiset ferroviaire, le chiffre d’affaires s’est Études (mensuel) + Dossiers : 60 €
redressé en fin d’année, grâce sept ans. La demande en logements neufs Abonnement annuel Études : 20 €
notamment à la livraison du « Queen demeure forte : le nombre de permis de
Mary 2 », après un troisième trimestre en INSEE Pays de la Loireconstruire a progressé de 22 % au second
recul. Pourtant, en dépit de la
semestre 2003 par rapport au même 105, rue des Français Libres
commande publique d’un ferry et de deuxe de 2002. Cette augmentation BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2méthaniers, les carnets de commandes
des chantiers de l’Atlantique peinent à se de l’activité devrait permettre aux chefs Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39
remplir. d’entreprises d’envisager de nouveaux Informations statistiques au 0825 889 452
€ la minute)(0,15 recrutements.
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE REPRISE ENCORE TIMIDE - MAI 2004
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.