511 000 Aquitains hospitalisés dans les services de médecine ou chirurgie

De
Publié par

Au 1er janvier 2009, en Aquitaine, une centaine d'établissements publics et privés dispensent des soins de court séjour. Plus d'un million de séjours y ont été effectués en 2008, soit une progression de 17 % depuis 2001. Quelque 511 000 Aquitains ont été hospitalisés dans les services de médecine et chirurgie pour un total de plus de 789 000 séjours en 2008. En hospitalisation complète, ils y sont restés 6 jours en moyenne. Le recours à l'hospitalisation est plus fréquent aux âges extrêmes. Un quart des séjours en médecine sont liés à des pathologies digestives. Une activité en augmentation permanente 789 000 séjours réalisés par des Aquitains Sept patients sur dix effectuent un seul séjour Fort recours à l'hospitalisation aux âges extrêmes Un Aquitain sur six hospitalisé au moins une fois en 2008 L'hospitalisation pour quel motif ? Encadré SAE et PMSI, deux sources complémentaires
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

SANTÉ
511 000 Aquitains hospitalisés dans les services de médecine ou chirurgie
erAu 1 janvier 2009, en Aquitaine, une centaine d’établissements publics et privés dispensent des soins de court sé-
jour. Plus d’un million de séjours y ont été effectués en 2008, soit une progression de 17 % depuis 2001. Quelque
511 000 Aquitains ont été hospitalisés dans les services de médecine et chirurgie pour un total de plus de 789 000 sé-
jours en 2008. En hospitalisation complète, ils y sont restés 6 jours en moyenne. Le recours à l’hospitalisation est plus
fréquent aux âges extrêmes. Un quart des séjours en médecine sont liés à des pathologies digestives.
Les soins de court séjour comprennent les soins de médecine, due entièrement à la hausse de l’activité en hospitalisation
de chirurgie et d’obstétrique (MCO). En Aquitaine, 37 établis- partielle, portée par la médecine et la chirurgie.
sements publics et 59 établissements privés les dispensent. Entre 2001 et 2008, la médecine affiche la plus forte croissance
L’hospitalisation à temps complet, principal mode de fonction- du nombre de séjours : + 23,7 %, résultat d’un accroissement de
nement, diminue dans le temps, au profit de l’hospitalisation l’activité à temps partiel (+ 75 % des venues) compensant très
ambulatoire, en particulier en chirurgie. Ainsi, entre fin 2001 et largement la baisse de 2,3 % des entrées totales en hospitalisa-
fin 2008, le nombre de lits dédiés aux activités de MCO en tion complète. L’activité de chirurgie s’accroît de 13 % sur la
court séjour se réduit de 764 pour atteindre 11 928 lits en fin de même période. Le nombre de venues en chirurgie ambulatoire
période. Les établissements privés sont les plus touchés. Cette notamment connaît une hausse de 85 % sur ces sept années.
baisse est compensée en partie par le développement de l’hos- Enfin, les séjours classés en obstétrique augmentent de 3 %.
pitalisation partielle qui offre 1 046 places, soit une augmenta-
Les activités de médecine et d’obstétrique sont principalement
tion de 43 % depuis 2001. Les trois quarts des places
prises en charge par les établissements de santé publics, les cli-
d’anesthésie ou de chirurgie ambulatoire se situent dans les éta-
niques privées étant plutôt spécialisées en chirurgie.
blissements privés à but lucratif et 70 % des places de
médecine dans les établissements publics.
789 000 séjours réalisés par des Aquitains■
Une activité en augmentation permanente Plus de 789 000 séjours hospitaliers (hors séances), en méde-■
cine et chirurgie, ont été effectués par des Aquitains dans les
Plus d’un million de séjours de courte durée et séances
établissements de santé français, dont 36 300 hors de la région.
(490 000 en médecine, 452 000 en chirurgie et 72 000 en obs-
Bien qu’en fort développement, l’hospitalisation partielle restetétrique) ont été effectués dans les établissements de santé aqui-
minoritaire : 38,6 % des séjours durent moins d’un jour. En chi-tains en 2008, soit + 17 % depuis 2001. Cette progression est
rurgie, elle l’est encore plus (37 % des séjours). Les deux tiers
des séjours chirurgicaux sont réalisés dans les établissements
SAE et PMSI, deux sources complémentaires privés à but lucratif. En outre, l’hospitalisation partielle y est la
L’enquête SAE (statistique annuelle des établissements de santé), réa- plus développée : 4 séjours ambulatoires sur 10, contre un
lisée auprès de tous les établissements sanitaires fournit des données sur
quart dans les publics et un tiers dans les privés non lucratifs.
les capacités, l’équipement, le personnel et l’activité des établissements.
Elle permet de chiffrer le volume global de séjours par grande discipline. Le nombre de séjours médicaux des Aquitains s’établit à 466 000
Le PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d'information) dé- pour l’année 2008. Les établissements publics prennent en
crit les séjours en termes médicaux et permet d’étudier l’hospitalisation charge 63 % de cette activité. L’hospitalisation partielle y est aus-
selon les pathologies et les caractéristiquesdes personnes hospitalisées.
si plus développée qu’en chirurgie : 34 % dans le public, 38 %
L’OAP, Outil d’Analyse PMSI, a pour objet de regrouper les séjours dans
dans le privé non lucratif, 51 % dans le privé lucratif.des segments ou Pôles d’activité , selon un algorithme de classement
dont la finalité est de permettre une description des pôles d’activité des Tous statuts et toutes activités confondus, la durée moyenne de
établissements de court séjour, à l’origine à des fins de planification. séjours en hospitalisation complète est de 5,9 jours pour
Chaque séjour est classé selon son type médical ou chirurgical et la lour-
l’année 2008. Comme au niveau national, elle est la plus
deur des prises en charge qui le caractérise. Les séjours sont ensuite re-
longue dans les services de chirurgie des hôpitaux publicsgroupés en lignes de produits, caractérisées par des gammes de
compétences médicales et de moyens techniques communs. Les lignes (7,5 jours).
de produits sont enfin classées dans des pôles d’activité correspondant Dans les cliniques privées à but lucratif, elle est plus courte que
pour la plupart à des spécialités d’organe.
dans les autres établissements : 4,6 jours contre 6,1 jours dans
60 % des séjours effectués dans les services de médecine
Hospitalisation en médecine Hospitalisation en chirurgie Hospitalisation
Établissements Total médecine Total chirurgie Total
complète partielle complète partielle complète partielle
Publics. . . . . . . . . . . . . 193 413 100 940 294 353 73 623 24 306 97 929 267 036 125 246 392 282
Privés lucratifs . . . . . . . 70 715 73 612 144 327 115 850 88 911 204 761 186 565 162 523 349 088
Privés non lucratifs. . . . 17 321 10 687 28 008 13 475 6 450 19 925 30 796 17 137 47 933
Ensemble . . . . . . . . . . . 281 449 185 239 466 688 202 948 119 667 322 615 484 397 304 906 789 303
Les séjours en médecine et chirurgie des patients aquitains en 2008
Source : PMSI MCO 2008
Exploitation : Drass Aquitaine - ARS et Service études et statistiques
INSEE AQUITAINE 14 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINESANTÉ
les privés à but non lucratif et 6,8 jours dans les publics. La des territoires où le taux d’hospitalisation est inférieur au niveau
durée de séjour est la même en médecine et en chirurgie dans le régional : centre et nord de la Dordogne, est des Pyré-
privé, alors que dans le public, elle est plus longue en chirurgie nées-Atlantiques et Pays basque intérieur. À l’inverse, 30 % des
qu’en médecine. Aquitains résident dans des zones de forts taux (jusqu’à 1 habi-
tant sur 5 hospitalisé dans l’année) : principalement nord de la
Gironde et quart nord-est du Lot-et-Garonne. Pour les 46 % res-Sept patients sur dix effectuent un seul séjour■
tants, le taux d’hospitalisation est proche du niveau régional.
Tous modes d’hospitalisation confondus, les 789 303 séjours
correspondent à 511 000 patients différents. L’hospitalisation
L’hospitalisation pour quel motif ?■
des femmes est plus fréquente : 263 800 contre 247 200 hom-
mes. La majorité des patients n’est hospitalisée qu’une seule Les motifs de recours aux soins sont très variés dans leur totalité,
fois en court séjour au cours de l’année (72 %). Près d’un pa- mais dix “familles de pathologies” regroupent 80 % de l’activi-
tient sur cinq séjourne deux fois à l’hôpital et 11% des patients té hospitalière régionale et quatre familles la moitié des séjours.
viennent 3 fois ou plus, toutes durées et types d’hospitalisation La “concentration” est encore plus visible en examinant séparé-
confondus. Les recours multiples à l’hôpital ne touchent pas ment la médecine et la chirurgie : Ainsi, en médecine, neuf seg-
toutes les classes d’âge de manière uniforme. Chez les jeunes ments totalisent 80 % de l’activité, tandis qu’en chirurgie, six
de moins de 15 ans, la part des hospitalisations multiples est re- segments regroupent 80 % de l’activité régionale.
lativement faible (15 %). En revanche, elle est plus que doublée
pour les plus de 50 ans, avec un pic chez les personnes âgées Une plus forte concentration de l'activité en chirurgie
de 70 ans ou plus : 39,3 % sont ré-hospitalisées dans l’année. Nbre deSegments d'activité OAP en Médecine %
séjours
Digestif (endoscopies, gastro-entérites, affections tube digestif...). . 108 820 23,3Fort recours à l’hospitalisation aux âges extrêmes■ Autres prises en charge (bilans, transferts, soins palliatifs...) . . . 86 910 18,6
Cardiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 256 8,8Les enfants de moins de 1 an et les personnes âgées de 60 ans
Pneumologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 055 7,1ou plus ont un recours à l’hospitalisation plus fréquent. Chez les
Systèmes nerveux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 632 5,7
enfants, un tiers des nourrissons de la région sont hospitalisés
Uro-Néphrologie 26 245 5,6
reau cours de la 1 année de vie. À partir de 1 an et jusqu’à l’âge Hématologie 21 743 4,7
adulte, le taux de recours à l’hôpital des enfants est plus faible Orthopédie Rhumatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 892 4,5
que celui des autres groupes d’âge, particulièrement pour les Cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels . . . 20 344 4,4
6-14 ans (inférieur à 10 %).
Nbre de
Segments d'activité OAP en Chirurgie %séjours
Orthopédie Rhumatologie 85 354 26,5
Ophtalmologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 148 14,9
ORL Stomatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 051 13,3
Digestif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 192 10,9
Gynécologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 530 7,9
Uro-Néphrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 501 6,7
Source : PMSI MCO 2008 - Traitement Drass Aquitaine
Cette activité diffère aussi selon l’âge du patient. Un tiers des
moins de 20 ans sont hospitalisés pour des pathologies ORL et
stomatologique. À l’âge adulte, un patient sur cinq l’est pour
pathologies digestives.❒
Charlotte ROLLAND
À partir de 60 ans, le taux d’hospitalisation augmente forte-
Docteur Isabelle JAMET
ment ; en moyenne, une personne sur trois est hospitalisée dans
ARS Aquitaine
l’année. D’autre part, les hommes de plus de 55 ans ont un re-
cours à l’hospitalisation en médecine et chirurgie plus fréquent
que les femmes du même âge.
Le taux d’hospitalisation diminue très fortement à partir de
Définitions
88 ans. Cela correspond à l’âge moyen d’entrée en maison de
Taux d’hospitalisation : rapport du nombre de personnes hospitalisées
retraite, structure de plus en plus médicalisée.
une année à la population résidente.
Un Aquitain sur six hospitalisé au moins une fois en 2008■
POUR EN SAVOIR PLUS...
Un Aquitain sur six a été au moins une fois au cours
Les sites Internet d'accès aux diffusions de l'enquête SAE etde l’année 2008, soit un taux brut d’hospitalisation de 16,4 %,
du PMSI :tous âges et tous sexes confondus. Ce taux varie selon le terri-
www.sae-diffusion.sante.gouv.frtoire de proximité, reflétant les différences dans le recours à
www.atih.sante.frl’hospitalisation. Un quart de la population régionale vit dans
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINE 15 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.