Enquête santé en Champagne-Ardenne : obésité et hygiène de vie

De
Publié par

Les Champardennais souffrent plus souvent d'obésité que l'ensemble des habitants de métropole. La surcharge pondérale augmente fortement avec l'âge et est aussi beaucoup plus fréquente chez les non-diplômés. Malgré une proportion d'adultes en surpoids dans la région, plus de huit sur dix estiment manger équilibré. Les Champardennais mangent plus régulièrement de la viande : 80 % en mangent tous les jours ou presque contre seulement 69 % des Français. La pratique régulière d'une activité physique concerne 38 % des Champardennais et diminue passé un certain âge. Un adulte de moins de trente ans sur deux fait du sport mais seulement un tiers des soixante ans ou plus.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
FLASH
CHAMPAGNE-ARDENNE
Nº 58 - Décembre 2005 - Prix : 2,20d
Enquête santé en Champagne-Ardenne
Obésité et hygiène de vieO
LesChampardennaissouffrentplussouventd'obé-
Plus de personnes obèses en Champagne-Ardenne
sitéquel'ensembledeshabitantsdemétropole.Les
femmes sont plus particulièrement touchées dans
%
larégion.Passélacinquantaine,l'obésitéconcerne 70
Champagne-Ardenne Franceplus d'une personne sur cinq. Elle est aussi beau- 60
coup plus fréquente chez les non-diplômés. De
50
manièregénérale,lescatégoriessocialesdéfavori-
40sées sont plus touchées. Les pratiques limitant les
30risques (sport, alimentation équilibrée, régime) y
sont moins développées. La plus grande préva- 20
lence de l'obésité en Champagne-Ardenne en dé- 10
coule.
0
Embonpoint ObésitéPas de surpoidsEnChampagne-Ardenne,plusdecentmilleadultesde20
Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003à64anssouffrentd'obésité,soit13%decettetranched'âge
contre seulement 10 % en France. A cela s'ajoutent près de
30%d'adultesprésentantunembonpoint(voirencadré).Au
total43%desadultesde20à64anssontensurpoids,contre
39 % au niveau national.
Corpulence des adultes âgés de 20 à 64 ans
La surcharge pondérale augmente fortement avec l'âge. En
effet, la part des individus présentant un embonpoint passe
Champagne- FranceUnité %de 20 % chez les 20-29 ans à 40 % après 50 ans. L'obésité Ardenne métropolitaine
quant à elle touche seulement 9 % des adultes de moins de
Hommes Femmes Hommes Femmes50ansmais22,5%des50-64ans.Ainsilephénomèneplus
Poids insuffisant 1,5 4,2 1,4 6,3aiguquereprésentel'obésitédevientbeaucoupplusfréquent
passé la cinquantaine. Poids normal 48,1 60,4 52,2 61,5
La corpulence des hommes et des femmes se distingue sur
Embonpoint 37,9 21,4 36,3 21,7
deux points : la maigreur concerne plus les femmes et l'em-
Obésité 12,5 14,0 10,1 10,5bonpoint beaucoup plus les hommes. Ce constat vaut aussi
bienpourlarégionquepourlaFrance.Ainsi,unhommesur Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003
deuxâgéde20à64ansestensurpoidsdanslarégion,contre
seulement 35 % des femmes.
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº58Si les situations de surpoids chez les hommes sont plus fré-
Définition de l'indice de masse corporelle (IMC)
quentes en Champagne-Ardenne qu'en France, elles tien-
nent aussi bien de l'embonpoint que de l'obésité. En
L'indicedemassecorporelle(IMC),ouencorel'indicedecorpulence,
revanche, les Champardennaises souffrent plus souvent
permetdedéfinirlestatutpondéral,permettant dereconnaîtrelamai-
d'obésitéqu'auniveaunationalmaislaproportiondecelles
greur comme l'obésité.
présentant un embonpoint n'est pas plus élevée dans la ré-
L'IMC est basé sur le calcul suivant :
gionqu'enFrance.EnChampagne-Ardenne,lesfemmessont
IMC = poids (kg) / taille² (m) (élever la taille au carré)
plustouchéesparl'obésitéqueleshommes,essentiellement
Attention:l'interprétationdel'IMCestvalidechezl'adulteâgéde20à
chez les 20-29 ans.
64 ans. Elle n'est pas valable pour les femmes enceintes et certaines
personnes très musclées. Par ailleurs, il n'existe pas de définition
consensuelle de l'obésité chez les personnes âgées.
Une prévalence de l'obésité passé la cinquantaine Interprétation des résultats :
- IMC < 18.5, on parle de maigreur
- 18.5 <= IMC < 25, le poids est considéré comme normal%
- 25 <= IMC < 30, on parle d'embonpoint80
- IMC >= 30, on parle d'obésité
20-29 ans 30-49 ans 50-64 ans
Définitiondel'indicedemassecorporelle(IMC)chezl'enfantetl'ado-
60
lescent :
L'IMCchezl'enfantetl'adolescentsecalculesurlamêmebasequece-
40 lui des adultes mais le résultat est à reporter sur des courbes de
corpulence de référence pour permettre de situer la corpulence d'un
enfantselonl'âgeetlesexe.Decefait,soncalculnécessitedemobili-20
serdesdonnéesparsexeetâgedétaillés.Comptetenudesfaibleseffec-
tifsderépondants,l'incertitudestatistiqueaffectantlecalculd'unIMC
0
chez les jeunes est plus grande.ObésitéPas de surpoids Embonpoint
Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003
39%à46%endescendantdansl'échelledesrevenus.Ilap-
paraîtainsiquel'obésitéestplusuneaffaired'éducationque
de moyens financiers.Plus de femmes obèses chez les jeunes
Par ailleurs, les chômeurs ne sont pas plus souvent en sur-
chargepondéralequelespersonnesoccupantunemploi.En%
revanche, près d'une femme au foyer sur quatre souffre25
d'obésité. Elles sont aussi surreprésentées parmi les person-Hommes Femmes
nes peu ou pas diplômées.20
15
Etre obèse n'est pas ressenti
10 comme une maladie
5
L'obésité ne semble pas perçue comme une pathologie. En
effet,seuls8%desadultesde20à64anssouffrantd'obésité
0
déclarent être en mauvaise ou très mauvaise santé. Près de20-29 ans 30-49 ans 50-64 ans
deux sur trois s'estiment au contraire être en bonne ou très
Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003 bonne santé. Néanmoins, ces personnes déclarent près de
deux fois plus souvent que les sans surpoids un
état de santé moyen. Il en va de même au niveau national.L'absence de diplôme : une influence
Silaperceptiondel'étatdesantén'estpasfortementaltérée
importante en cas d'obésité, en revanche le recours au médecin aug-
mente fortement. Le nombre de annuel moyen à un
médecin généraliste ou spécialiste s'élève à 5,2 pour uneEtre sans diplôme est un facteur de risque important de sur-
personne de poids normal en Champagne-Ardenne, mais àcharge pondérale et notamment d'obésité. En effet, quatre
6,8pourcellesouffrantd'obésité.Auniveaunational,l'écartadultes sur dix peu ou pas diplômés sont en surpoids. Ils ne
estencoreplusmarquécaronpassede4,8à6,8.Cesvisitessont que deux sur dix chez les diplômés de l'enseignement
supplémentaires représentent un surcroît de consommationsupérieur long. Ils souffrent aussi beaucoup plus d'obésité.
médicale tout à fait significatif.Deux adultes peu diplômés sur dix sont obèses alors qu'à
peineundiplômédel'enseignementsupérieurlongsurcent
l'est.Ilestvraiquelapartdesnon-diplômésparmiles50-64
ans est plus importante que parmi les jeunes.
Posséderdefaiblesrevenusamoinsd'influencesurl'obésité
que le manque de diplôme. Si 17 % des personnes vivant Laproportiond'enfantsetd'adolescentssouffrantd'obésitéen
danslequartdesménageslesmoinsaiséssouffrentd'obésité, Champagne-Ardenne est également un peu plus élevée qu'au
elles sont encore 10 % parmi celles vivant dans le quart le niveau national.
plus aisé. La proportion de personnes en surpoids passe de
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº58mangertouslesjoursoupresque.LespersonnesseulesdansPlus de huit adultes sur dix estiment
la région ne sont que deux sur trois dans ce cas.
manger équilibré Lesadultessouffrantd'obésitéenconsommenttouslesjours
oupresquedans87%descas,ceuxdepoidsnormaloupré-
sentant un embonpoint font de même pour huit sur dixMalgréuneproportiond'adultesensurpoidsplusélevéedans
d'entreeux.Lasurconsommationdeviandechezlesperson-larégion,lesChampardennaisn'ontpasuneopinionpluscri-
nesobèsess'observeégalementauniveaunational:troissurtique vis à vis de leur alimentation. En effet, seuls 17 % la
quatreenmangentrégulièrementcontreseulementdeuxsurconsidèrent peu ou pas du tout équilibrée, 44 % plutôt équi-
trois chez les adultes de poids normal. En Cham-libréeet39%bienéquilibrée.Ilenestdemêmeauniveauna-
pagne-Ardenne, la surconsommation de viande par rapporttional.
au niveau national s'observe quelle que soit la corpulence.La perception de la qualité de l'alimentation se dégrade en
LesChampardennaisconsommentégalementunpeuplusré-descendantdansl'échellesociale.Ainsi,siseulement5%des
gulièrementdesféculents:61%enmangenttouslesjoursoucadres déclarent manger peu ou pas du tout équilibré, 20 %
presquecontre56%auniveaunational.Laconsommationdedes ouvriers sont dans ce cas. De même, une personne non
pain, de charcuterie, et de sodas est plus fréquente chez lesdiplôméesurcinqdéclaremangerpeuoupasdutoutéquili-
hommesquechezlesfemmes.Al'inverse,cesdernièrespren-bré. Par ailleurs, les familles monoparentales sont plus criti-
nent plus de fruits, de légumes verts, de lait, de poisson etques vis à vis de leur alimentation : une sur trois dit ne
d'eau en bouteille. Il en est de même pour les seniors.manger que peu, voire pas du tout, équilibré. Les couples
Laconsommationpluscourantedecharcuterieetdeproduitssans enfant ont une perception plus positive. Seuls 10 %
de restauration rapide est surtout le fait des 30-44 ans. Led'entre eux estiment manger peu ou pas équilibré.
manquedetempsexpliqueenpartiecephénomène,lestauxCette perception s'améliore avec l'âge. En effet, les seniors
d'activité étant en effet plus élevés dans cette tranche d'âge.déclarentmoinssouventmangerpeuoupaséquilibré.Ilsne
Leschoixalimentairessefontrarementauhasard.EnCham-sont que 12 % dans ce cas, contre 26 % chez les moins de
pagne-Ardenne,46%desadultesfontceschoixparsoucidetrenteans.Cesontpourtantlesseniorslesplustouchésparla
santé. En France, un adulte sur deux fait de même.surcharge pondérale.
Exception faite des seniors, manger peu ou pas équilibré est
plussouventdéclaréparlesindividusprésentantdesfacteurs
En Champagne-Ardenne, la consommation régulière d'eau en bouteille
de risque d'obésité. Une personne obèse sur trois déclare
est sensiblement plus fréquente : 87 % des adultes en boivent " tous les
être dans ce cas en Champagne-Ardenne, contre seulement
joursoupresque"contre75%dansl'ensembledupays.Cetteconsom-
16 % des personnes de poids normal. Au niveau national, à
mation plus fréquente s'observe aussi parmi les ménages à revenus mo-
peineplusd'unindividuobèsesurquatreestimemangerpeu
destes.
ou pas équilibré.
Les femmes et les seniors se mettent
Un sentiment de mal se nourrir plus fort chez les obèses
champardennais plus souvent au régime
%
Unadultemajeursurdixsuitunrégime,aussibiendanslaré-40
gionqu'enFrance.LesseniorsensuiventunplusfréquemmentFranceChampagne-Ardenne
que les jeunes, mais un peu moins souvent en Cham-30
pagne-Ardenne:12%contre14,5%enFrance.Ilestvraique
lesrégimessanssel,ceuxcontrelediabèteetcontrelecholesté-20
rol concernent beaucoup moins les 20-29 ans.
Lesfemmessont12%àsuivreunrégimecontreseulement7%
10
des hommes. Elles sont toujours plus nombreuses à suivre un
régime,quelqu'ensoitletype,exceptépourlerégimeanti-cho-
0
lestéroloùellessontàégalitéavecleshommes(2,8%).Leré-Poids normal Embonpoint Obésité TotalPoids insuf.
gimeamaigrissantlesconcerneparticulièrement:plusde6%
d'entreellesensuiventuncontre2%seulementdeshommes.Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003
Proportion d'adultes suivant un régime
selon la corpulenceUne alimentation plus riche en viande
%
Laconsommationdesdifférentsproduitsalimentairessedif- 20
férencie peu entre les Champardennais et l'ensemble des Champagne-Ardenne France métropolitaine
Français sauf pour la viande. 15
Les Champardennais mangent plus régulièrement de la
10viande : 80 % en mangent tous les jours ou presque contre
seulement 69 % des Français. Cette surconsommation s'ob-
5servequelquesoitl'âge,lacatégoriesocialeoulerevenu.Les
femmes en consomment moins régulièrement que les hom-
0mes. La consommation de viande est moins régulière aussi Poids insuf. Poids normal Embonpoint Obésité
dans les familles monoparentales qui ont plus souvent une
femme comme chef de ménage. Elles ne sont que 70%àen Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº58Une pratique du sport moins fréquenteLe régime amaigrissant est le plus suivi, mais dans trois cas
quel que soit le diplômesur quatre sans avis médical. Les prescriptions concernent
d'abordlesrégimescontrelecholestéroletcontrelediabète. %
60Les personnes souffrant d'obésité sont 18 % à suivre un ré-
Champagne-Ardenne France métropolitainegime en Champagne-Ardenne, presque aussi souvent qu'au
50
niveaunational.Lespersonnesdepoidsnormalnesontque
7%danscecas.Parmilespersonnesobèses,letauxdesuivi 40
d'un régime anti-cholestérol atteint près de6%au niveau
30national. Il est sensiblement plus faible en Cham-
pagne-Ardenne.
20
10
Près de quatre Champardennais sur dix
0font du sport Pas ou très CAP, BEP Baccalauréat Diplômés
peu diplômés du supérieur
Proportion de personnes pratiquant régulièrement un sport ou
une activité physique selon le diplômeLes Champardennais sont 38 % à pratiquer un sport ou une
activitéphysiquerégulièrecontre43%desFrançais.Sicette
Source : INSEE enquête décennale de santé 2002-2003pratique est moins répandue en Champagne-Ardenne, c'est
qu'elledépendfortementdelacatégoriesociale.Eneffet,ce
Ceuxquinepratiquentpasdesportrégulièrementinvoquentsont les agriculteurs qui pratiquent le moins (29 %) alors
qu'ilssontsurreprésentésdanslarégion.Lescadressont60% d'abordlemanquedetemps(40%),puislemanqued'envie
(38 %), l'impossibilité physique dans 20 % des cas et enfinàpratiqueruneactivitésportivequandlesouvriersnesontque
l'interdictionpourraisonmédicale.Lemanquedetempsest32 % dans ce cas.
surtoutcitéchezleshommes,lescadres,lesjeunes,lesfamil-Parailleurs,àpeineunepersonnesansdiplômesurtroispra-
les avec enfants et les actifs en général. Le manque d'envietiqueunsport,alorsqu'undiplômédusupérieursurdeuxest
dans ce cas. Avoir de bons revenus favorise la pratique d'un l'esttrèsfortementchezlesnondiplômés,fortementconcer-
nésparl'obésité.Lespersonnesâgéesinvoquentprincipale-sport.LesChampardennaisappartenantauquartdesménages
ment l'impossibilité physique.les plus aisés financièrement pratiquent dans 47 % des cas,
contre seulement 28 % pour ceux du quart le moins riche.
Enfin, la pratique d'une activité physique régulière diminue
passé un certain âge : un adulte de moins de trente ans sur Les enquêtes Santé sont réalisées tous les dix ans par l'Insee depuis
deuxfaitdusportmaisseulementuntiersdessoixanteansou 1960auprèsdesménagesordinaires.Ellesontpourbutderepéreretde
mesurerlesconsommationsmédicalesetl'étatdesantédesindividus,plus.Quelquesoitl'âge,leshommespratiquentplusqueles
femmes (44 % contre 33 %). etcherchentàévaluerlescomportementsindividuelsdansledomaine
delasantéetdessoinsmédicaux.Ladernièreenquêteadébutéenoc-Si 38 % des Champardennais pratiquent une activité phy-
tobre2002ets'estterminéedébutoctobre2003.Elleabénéficiéd'ex-sique régulière, c'est par préoccupation de leur santé pour
tensions régionales en Nord-Pas-de-Calais, Picardie,45%d'entreeux.Cesontsurtoutlesfemmesetlesperson-
Champagne-Ardenne, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur.nes âgées qui ont ce souci, ainsi que les cadres, beaucoup
Autotal,environ40000personnesontréponduàl'enquête,dont2500moins touchés par le surpoids. Dans leur cas, le sport n'est
encorrespondantàunpeuplusde1000ména-donc pas vu seulement comme un loisir.
ges. L'extension de l'échantillon en Champagne-Ardenne a fait l'objetEnChampagne-Ardenne,lesadultessouffrantd'obésitépra-
d'un cofinancement par la Direction Régionale des Affaires Sanitairestiquent deux fois moins souvent que les personnes de poids
et Sociales (DRASS), l'Union Régionale des Caisses d'Assurance Ma-normal : 23 % contre 47 %. En France, la pratique passe de
ladie (URCAM) et l'Agence d'Hospitalisation (ARH).30%chezlesobèsesà48%chezlesindividusdepoidsnor-
mal. La situation est donc plus critique en Cham-
pagne-Ardenne pour les adultes obèses. La pratique
Sylvain Monnot - INSEErégulière d'une activité physique est également moins ré-
Clarisse Lefèvre - DRASSpandue chez les personnes présentant un embonpoint dans
la région (36 % contre 43 % au niveau national). Edwige Oliviero - URCAM
Pierre-Louis Molitor -
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.60.00
Directeur de la publication : Michel Gaudey, Directeur régional de l’INSEE
Chef du Service Etudes et Diffusion : Marie-Thérèse Tourneux
Rédacteur en chef : Jeanny Naulot - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Jeanny Naulot - Abonnements : Liliane Decombe
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Lenuméro:2,20euros Abonnement:11numéros19euros(France),23eurospourl’étranger,ou11numéros+dossier“Bilanécono-
mique” : 24 euros (France), 30 euros pour l’étranger
© INSEE-2005 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA055860 Dépot légal : Décembre 2005
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº58

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.