Les disparités d'offre de généralistes libéraux entre départements s'accentuent

De
Publié par

Début 2004, les Pays de la Loire se situent dans le troisième quart des régions françaises par leur densité de médecins généralistes libéraux. Leur nombre n'a cependant jamais été aussi élevé et continue de progresser. Entre départements, les disparités sont marquées et tendent à s'accentuer.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 171. Juin 2005
Les disparités d’offre de généralistes
libéraux entre départements s’accentuent
ERU 1 JANVIER 2004, les Pays de la Loire, de stabilisation des effectifs régionaux, prélude àDébut 2004, les Pays
cinquième région de France par sa popu- une diminution des effectifs à compter de 2007.de la Loire se situent
eA lation, se situent au 16 rang des 22 ré- Cette diminution a pour origine des départs endans le troisième quart
gions de métropole en matière de densité de retraite à venir. En effet, 18 % des généralistesdes régions françaises
généralistes libéraux, la Mayenne se situant en libéraux ont au moins 55 ans en 2004. De plus, lepar leur densité de
avant-dernière position des départements français. numerus clausus, qui fixe le nombre de places
médecins généralistes
Le nombre des médecins n’a cependant jamais ouvertes en deuxième année de médecine, a bais-
libéraux. Leur nombre
été aussi élevé dans la région. Entre 2000 et sé de moitié entre les années soixante-dix et les
n’a cependant jamais 2004, la progression du nombre des médecins années quatre-vingt-dix (de plus de 8 000 à moins
été aussi élevé et est de 1,8 % par an en Pays de la Loire, identique de 4 000 au niveau national). Compte-tenu de la
continue de progresser. à celle observée entre 1990 et 2000. Ce résultat durée des études médicales, de huit à douze ans,
Entre départements, recouvre cependant des évolutions contrastées les conséquences apparaissent aujourd’hui.
les disparités sont entre catégories de médecins d’une part et zones
C’est en Mayenne que la densité de médecins
géographiques d’autre part.marquées et tendent
généralistes libéraux est la plus faible de la région :
à s’accentuer. La progression est légèrement plus élevée pour 83 pour 100 000 habitants, suivie par la Sarthe :
les spécialistes (+ 2,0 %) que pour les généralistes 89 pour 100 000 habitants. La situation est la plus
(+ 1,6 %) et en particulier les généralistes libéraux favorable en Loire-Atlantique : 114 généralistesOlivier JEAN (DRASS)
Anne LEBEAUPIN (INSEE) (+ 0,7 %). Pour ces derniers, il s’agit d’une période libéraux pour 100 000 habitants. Ces disparités,
Évolution du nombre de médecins en Pays de la LoireSources : Direction de la Recherche, des
Études, de l’Évaluation et des Statistiques. Evolution Evolution
Densité 2004Effectifs redressés. annuelle annuelle
(pour 100 0001990 2000 2004 moyenne entre moyenne entre
habitants)
2000 et 2004 1990 et 2000INSEE Pays de la Loire
(en %) (en %)105 rue des Français Libres
BP 67401 Ensemble des médecins 7 214 8 586 9 226 1,8 1,8 279
44274 Nantes cedex 2
Médecins spécialistes 3 081 4 070 4 409 2,0 2,8 133Tél . : 02 40 41 75 75
Pays de la LoireFax. : 02 40 41 79 39 Médecins généralistes 4 133 4 516 4 817 1,6 0,9 145
www.insee.fr
dont généralistes libéraux 3 075 3 358 3 454 0,7 0,9 104
Directeur de la publication : Pierre MULLER
Loire-Atlantique 1 132 1 250 1 340 1,8 1,0 114
Rédacteur en chef : Emmanuelle WALRAET
Contact presse : Andrée RICOLLEAU Maine-et-Loire 712 797 817 0,6 1,1 110
Tél. : 02 40 41 77 83
Mayenne Généralistes libéraux 237 242 241 -0,1 0,2 83
Mise en page : Jean Marc CHÉNÉ
Sarthe 478 504 480 -1,2 0,5 89
© INSEE-2005
Vendée 516 565 576 0,5 0,9 102qui existaient déjà en 1990, se sont accentuées meilleure information sur la médecine générale pen-
au cours des quinze dernières années, la Loire- dant la formation, mesures incitatives, en particu-
Atlantique connaissant notamment la progression lier financières, au moment de l’installation,
la plus forte du nombre de médecins généralistes. mesures à prendre aussi dans l’exercice des
En Sarthe, le nombre de ces médecins a diminué médecins en activité (maisons médicales, cabinets
entre 2000 et 2004, tandis qu’il se stabilise en secondaires, temps partiels…).■
Mayenne.
Définitions :
Les praticiens sont classés en libéraux ou en salariés en fonction
Pour faire face à ces évolutions, des premières de leur activité déclarée à titre principal.
Praticien libéral : praticien exerçant au moins une activité enmesures, comme la création, dans les zones rurales
clientèle privée à l’exception des médecins hospitaliers assurant
et semi-rurales, de centres d’accueil et de perma- des consultations privées à l’hôpital.
Praticien salarié : praticien exerçant exclusivement ennence des soins se mettent en place. D’autres
établissement d’hospitalisation, en établissement médico-social,
mesures, pour attirer et fidéliser les médecins dans en centre de soins ou en centre de recherche ou d’enseignement.
les zones aujourd’hui déficitaires, sont en projet :

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.