Âge au premier enfant et niveau d'études : une analyse comparée entre la France, la Grande-Bretagne et la Norvège

De
Publié par

Parmi les femmes nées dans les années cinquante, les trois quarts des Françaises et Norvégiennes étaient déjà mères à 29 ans. Les Anglaises et Galloises ont leurs enfants plus tard. Ce n'est qu'à 32 ans que les trois quarts d'entre elles étaient déjà mères. Elles sont aussi moins souvent mères : 84 % contre 90 % pour les deux autres pays. D'une génération à l'autre, les comportements des Françaises et Norvégiennes se sont rapprochés, les distinguant encore plus nettement des Anglaises et Galloises. Mais des différences demeurent : forte ressemblance entre Françaises et Norvégiennes qualifiées, mais forte dissemblance aux âges jeunes pour les femmes peu qualifiées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille 1
Âge au premier enfant et niveau d’études :
une analyse comparée entre la France,
la Grande-Bretagne et la Norvège
Isabelle Robert-Bobée, Michael Rendall, Christine Couet, Trude Lappegard
Marit Rønsen, Steve Smallwood*
Parmi les femmes nées dans les années cinquante, les trois quarts des
Françaises et Norvégiennes étaient déjà mères à 29 ans. Les Anglaises
et Galloises ont leurs enfants plus tard. Ce n’est qu’à 32 ans que les trois
quarts d’entre elles étaient déjà mères. Elles sont aussi moins souvent
mères : 84 % contre 90 % pour les deux autres pays.
D’une génération à l’autre, les comportements des Françaises
et Norvégiennes se sont rapprochés, les distinguant encore plus nettement
des Anglaises et Galloises. Mais des différences demeurent :
forte ressemblance entre Françaises et Norvégiennes qualifiées,
mais forte dissemblance aux âges jeunes pour les femmes peu qualifiées.
es différences en termes et la Norvège, l’âge moyen à la les pays anglo-saxons, la fécondi-
d’âges à la maternité, ou maternité a augmenté pour les té des adolescentes et des jeunesL calendrier de fécondité, générations nées après 1945 femmes reste élevée, alors même
sont très marquées entre pays. même si la fécondité reste très que l’âge moyen à la maternité y
Dans la plupart des pays d’Eu- concentrée entre 20 et 35 ans a fortement augmenté (Chandola
rope continentale, dont la France (Freijka et Sardon, 2004). Dans et al., 1999). Dans certains pays,
* Christine Couet et Isabelle Robert-Bobée font partie de l’Insee, Trude Lappegard et Marit Røsen de Statistic Norway, Michael Rendall et
Steve Smallwood de l’Office for national statistics. Cet article est une adaptation, avec l’aimable autorisation de Population Trends et de
l’ensemble des auteurs, de la version originale publiée par l’Office national de statistiques britannique (ONS) : Rendall M., Couet C.,
Lappegard T., Rønsen M., Robert-Bobée I., Smallwood S. (2005), « First births by age and education in 1950s and 1960s birth cohort in
Britain, France and Norway », Population Trends n° 121, autumn 2005. Cet article original est disponible sous :
http://www.statistics.gov.uk/downloads/theme_population/PT121_V1.pdf
Données sociales - La société française 69 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:12Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille1
comme la Grande-Bretagne, l’inter- 29 ans (figure 2). Une femme sur L’âge au premier enfant :
vention de l’État demeure limitée deux a eu son premier enfant entre des profils proches
et très ciblée sur des populations 21 et 29 ans pour la première gé-
en France et Norvège,
démunies ; dans d’autres, comme nération, et entre 23 et 31 ans
excepté pour les trèsla France et la Norvège, l’aide pu- pour la deuxième. En Angleterre et
jeunes femmesblique envers la famille est beau- au Pays de Galles, l’arrivée du pre-
coup plus universelle (Cnaf 2002, mier enfant est moins concentrée.
Neyer 2003). Mais établir un lien Ce n’est qu’à 32 ans que les trois Pour les deux groupes de géné-
entre les politiques familiales me- quartsdesfemmesnéesdansles rations, à âge donné et à partir
nées et les calendriers de fécondité années cinquante et les deux tiers de 25 ans, les probabilités d’a-
demeure difficile. de celles nées dans les années voir un enfant, pour les fem-
soixante sont déjà mères. Seules mesn’enayant pasencore,
Il s’agit ici, plus simplement, de dé- 40 % des femmes nées dans les sont très proches en France et
crire les similitudes et différences années cinquante ont leur premier en Norvège (encadré 2 et fi-
dans les âges à la première mater- enfant entre 21 et 29 ans. gure 1).
nité selonleniveaud’étudesetla
Figure 1 - Probabilités de première naissance par âge en France,génération des femmes dans trois
Grande-Bretagne et Norvège selon la générationpays aux politiques familiales et so-
1ciales différentes : la France, la Générations cinquante
en %Grande-Bretagne (plus précisément,
16Angleterre et Pays de Galles) et la
Norvège. Des études récentes me- 14
nées séparément en France, en
12
Grande-Bretagne et en Norvège ap-
10portent un premier éclairage sur les
différences de fécondité (Ro- 8
bert-Bobée, 2004 ; Rendall et Small-
6
wood, 2003 ; Lappegard et Rønsen,
42005). Mais dans ces travaux, les
sources, les méthodes et les 2
concepts diffèrent, ce qui rend diffi-
0
ciles les comparaisons entre pays. 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 âge
Desoutilsplushomogènessont uti- Angleterre et Pays de Galles France Norvège
lisés ici. L’analyse porte, pour cha- 1
Générations soixante
cun des pays, sur deux cohortes de en %
femmes, l’une née « dans les an- 16
nées cinquante », l’autre « dans les
14
années soixante » (encadré 1).
12
10
Une concentration
8
des premières naissances
6
toujours plus forte
4en France et Norvège
2
0En France et en Norvège, les pre-
14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 âge
mières naissances sont très Angleterre et Pays de Galles France Norvège
concentrées sur les âges où la fé-
1. Voir encadré 1.
condité est maximale (figure 1). Lecture : à 28 ans, 13,8 % des femmes françaises, non encore mères à cet âge, ont une chance d'avoir
Dans ces deux pays, les trois leur premier enfant.
Sources : pour la France : Insee, échantillon démographique permanent, résultats ajustés aux probabilités dequartsdesfemmesnéesdansles
premières naissances par âge de l’enquête Étude de l’histoire familiale de 1999 ; pour l’Angleterre et le Paysannées cinquante et les deux tiers
de Galles : ONS, Longitudinal Study ajustés aux probabilités nationales de premières naissances par âge ;
de celles nées dans les années
pour la Norvège : Statistics Norway, registre central de la population et statistiques de l’éducation.
soixante étaient déjà mères à
Données sociales - La société française 70 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:13Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille 1
Encadré 1
Sources et méthode
Pour disposer de données les plus parmi les femmes qui ne sont pas le niveau d’études observé en 1981
comparables possibles entre les encore mères à cet âge (quotient de et des femmes nées entre 1964 et
trois pays, l’accent a été mis sur premières naissances) ont été esti- 1968, selon le niveau d’études en
l’utilisation de sources et concepts mées pour les trois pays, pour l’en- 1991. Pour la Norvège, l’informa-
les plus voisins possible. semble de la population féminine tion sur les niveaux d’études est
d’une part, et par niveau de diplôme disponible chaque année. Ont été
Sources d’autre part. Pour la France et la retenues alors les femmes nées en
Grande-Bretagne, elles ont été calées 1955 et 1959 pour la première co-
La comparaison des âges à la nais- sur des tables de fécondité par âge horte, et celles nées dix ans plus
sance du premier enfant selon le et rang de naissances (établies à par- tard, entre 1965 et 1969, pour la
niveau d’études des mères a été tir de l’enquête Étude de l’histoire fa- deuxième cohorte.
menée, pour les trois pays, à partir miliale pour la France).
de données issues de registres. Les dernières générations étudiées,
Pour la France, les données pro- Les profils des âges à la première « nées dans les années soixante »,
viennent de l’échantillon démogra- naissance peuvent être parfois un n’ont pas achevé leur vie féconde à
phique permanent (EDP), pour la peu plus heurtés pour la France que la date de fin d’observation des
Grande-Bretagne (Angleterre et pour la Grande-Bretagne et la Nor- naissances (2002 pour la France et
Pays de Galles), du Longitudinal vège, du fait d’une taille d’échantil- la Norvège, 2001 pour l’Angleterre
Study (LS). Il s’agit de panels com- lon moindre. et le Pays de Galles). Mais l’évolu-
binant des données des recense- tion des comportements avant
ments (dont les niveaux d’études) Femmes nées dans les « années l’âge de 33 ans est analysée entre
et des données émanant des regis- cinquante » et femmes « nées ces deux cohortes, pour mettre en
tres d’état civil (dont les dates de dans les années soixante », et ni- évidence des similitudes et diver-
naissances des enfants). Pour la veau d’étude à 25 ans gences entre les pays, selon que l’a-
Norvège, les données sont issues nalyse se centre sur les niveaux de
d’un registre de population ex- L’EDP et le LS sont des sources fécondité par âge ou leur évolution
haustif, contenant à la fois les adaptées pour étudier l’âge des fem- au fil des générations. Pour la pre-
naissances et les niveaux d’études mes à l’arrivée de leur premier en- mière cohorte, l’analyse s’arrête à
des personnes (registre central de fant, pour celles qui n’étaient pas 42 ans, et porte donc sur la qua-
la population norvégienne et re- encore mères en 1968 ou 1971. L’a- si-totalité de la vie féconde.
gistre de l’éducation). nalyse commence donc aux généra-
tions nées « dans les années Champ de l’étude
L’échantillon démographique per- cinquante ». Leur situation est com-
manent a été mis en place à l’Insee parée à celle des femmes nées dix La fécondité est susceptible de
en 1968. Il couvre 1/100 de la po- ans plus tard, « dans les années varier, pour les personnes ayant
pulation résidant en France métro- soixante ». connu des migrations interna-
politaine. Cependant, entre 1982 et tionales, selon leur parcours ré-
1997, l’information sur les naissan- Pour chacune des cohortes, l’analyse sidentiel et la date d’arrivée sur
ces des enfants n’a été récupérée privilégie le niveau d’études atteint à le territoire, et de manière diffé-
que pour la moitié des personnes un même âge, 25 ans. Les niveaux renciée selon les trois pays étu-
du panel. De ce fait, c’est un d’études sont disponibles chaque diés. Ces liens entre migration
échantillon au 1/200 qui est utilisé année pour la Norvège, et aux dates et fécondité n’ont pas été pris
ici. Le Longitudinal Study est éla- de recensements pour la France, en compte ici : seules les fem-
boré par l’ONS (Office national l’Angleterre et le Pays de Galles. mes nées dans le pays étudié et
des statistiques britannique). Il Pour disposer des niveaux d’études à ayant toujours résidé sur le ter-
démarre au recensement de 1971 25 ans, on retient donc les généra- ritoire national font partie du
et couvre 1/100 de la population tions suivantes : pour la France, les champ de l’étude. Pour la
résidant en Angleterre ou au Pays femmes « nées dans les années cin- France, il s’agit plus précisé-
de Galles. quante » sont les femmes nées entre ment des femmes nées en
1955 et 1959, réparties selon le ni- France métropolitaine, pour
L’utilisation d’échantillons de veau d’études atteint en 1982 ; les lesquelles l’information sur les
grande taille (voire exhaustif pour femmes « nées dans les années naissances d’enfants dans l’EDP
la Norvège) permet de différencier soixante » sont les femmes nées est de bonne qualité. Le critère
la fécondité à la fois par âge, géné- entre 1963 et 1967, réparties selon le de résidence renvoie à la pré-
rations (regroupement de cinq gé- niveau d’études atteint en 1990. sence aux recensements de 1968
nérations en pratique) et niveau Pour l’Angleterre et le Pays de Gal- à 1999 pour la première cohorte
d’études. Les probabilités d’avoir les, il s’agit respectivement des fem- et aux recensements de 1975 à
un premier enfant, à chaque âge, mes nées entre 1954 et 1958, selon 1999 pour la deuxième.
Données sociales - La société française 71 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:14Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille1
Dans ces trois pays, la probabilité tagne (plus précisément, Angle- La France et la Norvège
d’avoir un premier enfant pour terre et Pays de Galles). s’écartent de plus en plus
les femmes nées dans les années
du profil anglo-saxon
cinquante est maximale vers En France, les chances d’avoir
26-27 ans. Le niveau maximal at- un premier enfant augmentent
teint est le plus élevé en France : très régulièrement avec l’âge. Le En Angleterre et au Pays de
14,9 % desfemmesencorenon profil est plus irrégulier en Nor- Galles, la fécondité des femmes
mères de cette génération ont une vège et en Grande-Bretagne en nées dans les années soixante est
chance d’avoir leur premier enfant raison de la fécondité plus élevée plus faible et plus tardive que
à ces âges, contre 13,6 % en Nor- desjeunesfemmesjusquevers pour celles nées dans les années
vège et 10,8 % en Grande-Bre- 19-21 ans. cinquante. Leur fécondité est
Figure 2 - Proportion de femmes ayant déjà un enfant à différents âges, par génération, en France,
Grande-Bretagne et Norvège
en %
1 1
Générations cinquante Générations soixante
Âge
Angleterre et Pays Angleterre et Pays
France Norvège France Norvège
de Galles de Galles
19 10,3 13,7 13,4 6,3 9,3 6,5
21 23,8 24,4 27,7 15,1 18,4 16,9
25 55,7 47,6 54,3 42,1 38,2 43,1
29 75,6 66,7 74,1 67,4 57,5 66,9
33 84,4 77,4 83,5 79,9 70,9 80,2
42 89,7 84,1* 89,1 /// /// ///
1. Voir encadré 1.
* Après extrapolation des probabilités aux âges les plus élevés pour l'Angleterre et le Pays de Galles.
Note : les dernières générations étudiées nées dans les années soixante n'ont pas achevé leur vie féconde ; la comparaison n'est possible que jusqu'à l'âge de 33
ans.
Lecture : les données correspondent à la proportion de femmes qui ont eu leur premier enfant avant la fin de l'année civile au cours de laquelle elles ont atteint
el'âge indiqué. Ainsi, 75,6 % des femmes françaises nées dans les années cinquante étaient déjà mères avant l'année de leur 29 anniversaire.
Sources : pour la France : Insee, enquête Étude de l'histoire familiale de 1999 ; pour l'Angleterre et le Pays de Galles : ONS, statistiques d'état civil ajustées pour
tenir compte des premières naissances hors mariage (Smallwood 2002) ; pour la Norvège : Statistics Norway, registre central de la population.
Encadré 2
Définitions
Les âges sont les âges atteints dans pas déjà mères ; elles s’interprètent, nombre de premières naissances
l’année, obtenus par différence de pour lesfemmesn’ayant pasencore est maximum (mode). Par
millésimes. L’âge 22 ans par d’enfant, comme les chances d’avoir exemple, pour les Françaises les
exemple renvoie à l’année au cours un premier enfant à cet âge. Elles moins diplômées nées dans les an-
ede laquelle le 22 anniversaire est permettent de comparer les com- nées cinquante, c’est à 26 ans que
fêté. portements de différentes cohortes lesfemmessansenfantont la pro-
de femmes au regard des premières babilité la plus élevée d’avoir leur
Âge médian au premier enfant : naissances, selon leur niveau d’étu- premier enfant, mais c’est à
une femme sur deux est déjà mère des, et de calculer la proportion de 23 ansque lesfemmespeu diplô-
à cet âge, et une sur deux a son femmes déjà mères à différents mées de cette cohorte ont été les
premier enfant plus tard ou n’a pas âges. Comme ces probabilités ne se plus nombreuses à donner nais-
d’enfant. rapportent qu’aux seules femmes sance à leur premier enfant. En
sans enfant, la lecture est particu- effet, près des deux tiers d’entre
Probabilités d’avoir un premier lière. En effet, il ne faut pas elles avaient déjà eu un enfant
enfant par âge : elles rapportent confondre l’âge auquel la probabili- avant 26 ans et la probabilité la
le nombre de femmes qui ont leur té d’avoir un premier enfant pour plus élevée de devenir mère ne
premier enfant à cet âge au lesfemmesn’enayant pasencore s’applique qu’au tiers des femmes
nombre de femmes qui n’étaient est maximale avec l’âge auquel le restées sans enfant à cet âge.
Données sociales - La société française 72 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:15Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille 1
Figure 3 - Probabilités de première naissance par âge, en France, maximale à 30 ans (contre
Grande-Bretagne et Norvège, selon le niveau de diplôme des 26-27 ans) et à cet âge, 9,5 %
femmes et la génération d’entre elles ont une chance d’a-
voir leur premier enfant (contre
France :femmes des générations cinquante (1955-1959) et soixante (1963-1967) 10,8 %). Toutefois, la fécondité
en % destrèsjeunesfemmesautourde
18
19 ans reste élevée, mais à un ni-
16 veau cependant moindre que
14 dans le passé.
12
10 La première maternité a aussi
8 étéretardéechezles femmes
6 françaises et norvégiennes. La fé-
condité a fortement diminué4
chez lestrèsjeunesfemmes,2
de moins de 20 ans, contraire-0
âge16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 ment à ce qui s’observe en
diplôme faible diplôme moyen diplôme supérieur Grande-Bretagne (Angleterre et
génération 1955-1959 génération 1955-1959 génération 1955-1959ation 1963-1967 Pays de Galles). Elle est maxi-ation 1963-1967ation 1963-1967
male à 28-29 ans (contre
Angleterre et Pays de Galles :femmes des générations cinquante (1954-1958) et soixante (1964-1968)
26-27 ans pour la première co-en %
horte). La fécondité maximale at-18
teinte alors en France et en16
Norvège reste toujours nettement14
supérieure au maximum observé
12
en Grande-Bretagne : 13,8 % et
10
13,2 %, contre 9,5 %.
8
6
4 L’âge à la naissance
2 du premier enfant
0
20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 âge en Grande-Bretagne :16 18
diplôme faible diplôme supérieurdiplôme moyen de fortes différences
génération 1954-1958 génération 1954-1958 génération 1954-1958
génération 1964-1968 génération 1964-1968 génération 1964-1968 selon le niveau d’études
des mèresNorvège :femmes des générations cinquante (1955-1959) et soixante (1965-1969)
en %
18 L’évolution des différentiels de fé-
16 condité entre pays s’est produite
14 àunmomentoùlavie desfem-
12 mes s’est profondément modifiée.
10 Elles ont notamment bénéficié
dans les trois pays d’un plus8
large accès à l’éducation, ce qui6
n’a pas été sans effet sur les4
changements de comportement
2
observés entre les générations.
0
âge16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 La prolongation des études a cer-
diplôme faible diplôme supérieurdiplôme moyen tes retardé l’âge de la première
génération 1955-1959 génération 1955-1959 génération 1955-1959 maternité, mais son impact estgénération 1965-1969génération 1965-1969 génération 1965-1969
très différent selon les pays.
Sources : pour la France : Insee, échantillon démographique permanent, résultats ajustés aux probabilités de
premières naissances par âge de l’enquête Étude de l’histoire familiale de 1999 ; pour l’Angleterre et le Pays En Angleterre et au Pays de Gal-
de Galles : ONS, Longitudinal Study ajustés aux probabilités nationales de premières naissances par âge ;
les, l’âge à la première maternité
pour la Norvège : Statistics Norway, registre central de la population et statistiques de l’éducation.
a le plus reculé pour les femmes
Données sociales - La société française 73 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:17Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille1
dont le niveau d’études est inter- 26 ans pour les femmes nées dif pour les Anglaises et Galloises
médiaire ou élevé (figure 3, enca- dans les années soixante. Cet âge diplômées du supérieur : l’âge
dré 3). Pour les femmes de médian a augmenté de deux ans médian est de 30 ans pour celles
niveau d’études intermédiaire, pour lesfemmesdeniveaux d’é- nées dans les années cinquante,
l’âge de fécondité maximale s’est tudes faibles ou intermédiaires, et 32 ans pour celles nées dans
décalé de trois ans : il passe de mais d’une seule année pour les les années soixante. À l’inverse,
26 ans pour les femmes nées diplômées de l’enseignement su- les différences entre ces deux
dans les années cinquante à périeur (figure 4). pays subsistent pour les femmes
29 ans pour celles nées dans les peu diplômées, même si elles se
années soixante. Pour les plus di- Les femmes les plus diplômées sont atténuées : les Norvégiennes
plômées, il recule de 30 ans à au donnent naissance à leur premier peu diplômées ont toujours leur
moins 33 ans : les femmes les enfant à des âges très proches en premier enfant plus tôt que les
plus jeunes nées dans les années France et en Norvège : l’âge mé- Françaises. Au total, la Norvège
soixante n’ayant pas encore ache- dian à la première maternité est se trouve dans une situation in-
vé leur vie féconde, la hausse identique pour les deux cohortes termédiaire entre la France et la
pourrait se poursuivre. Parmi les et lesdeuxpays(28 anset Grande-Bretagne (Angleterre et
femmes les moins diplômées, le 29 ans). Il est beaucoup plus tar- Pays de Galles).
maximum reste toujours atteint
vers 21-22 ans. Ainsi, pour les
femmes nées dans les années
soixante, onze années au moins
Encadré 3
séparent les âges des maxima de
fécondité pour la première nais-
Niveau d’études :
sance entre les femmes très di-
analyse selon trois groupes et croisement
plômées et les peu diplômées ;
des informations à différentes dates
cet écart est de sept années au
moins entre les femmes moyen-
Les niveaux d’études sont répartis 2001. Pour disposer de données
nement diplômées et les peu di- en trois niveaux, à partir de la no- comparables entre la France, la
plômées. menclature internationale usuelle Norvège et la Grande-Bretagne,
(ISCED : The International Stan- la classification selon le niveau
dard Classification of Education). d’études est donc établie enEn France, la situation est très dif-
Le premier niveau comprend les deux étapes. Le niveau d’études
férente : ces âges sont identiques femmes sans diplôme, ou titulaires à 25 ans est tout d’abord privilé-
pour lesfemmespeuoumoyen- d’un CEP ou d’un BEPC : ce sont gié, en distinguant les femmes
donc des niveaux d’études faibles, diplômées du supérieur à 25 ansnement diplômées (27 ans), et
ou sanctionnant une durée de sco- de celles qui ont un niveau d’é-l’écart avec les plus diplômées est
larisation courte dans le secon- tudes plus faible à cet âge.
seulement de deux ans.
daire (« primary and low Ensuite, parmi celles qui ne
secondary qualifications »). Le ni- sont pas diplômées du supérieur
En revanche, la Norvège est très veau intermédiaire comprend les à 25 ans, deux groupes sont
titulaires d’un CAP ou BEP ainsi distingués selon l’informationproche de la situation britan-
que les bachelières (BAC technique la plus récente disponible (re-nique : l’écart est de six ans entre
ou général) (« upper secondary censement de 1999 en France,
les femmes peu et moyennement qualifications »). Ce niveau corres- 2001 en Grande-Bretagne et
diplômées et de huit ans entre les pond à des durées de scolarisation données de 2001 en Norvège).
dans le secondaire un peu plus lon- Pour la France, quelques amé-femmes peu et très diplômées.
gues que le précédent. Le niveau nagements ont été adoptés
supérieur comprend les femmes pour tenir compte des don-
ayant un diplôme de niveau nées manquantes et des éven-
Un premier enfant BAC+2 ou plus (« tertiary qualifi- tuelles incohérences entre les
cations »). informations disponibles auxplus tard, sauf pour les
divers recensements. La défi-
Britanniques les moins En Grande-Bretagne, seule une dis- nition des niveaux d’études est
tinction entre les niveaux d’études alors parfaitement homogènediplômées
supérieurs (« BAC + 2 ») et des ni- entre les trois pays pour le ni-
veaux d’études plus faibles, sans dé- veau supérieur, mais diffère
tail, est disponible avant le légèrement pour la distinctionEn France, la moitié des fem-
recensement de 2001. L’information entre les niveaux faible et in-mes nées dans les années cin-
a été détaillée au recensement de termédiaire.
quante ont eu leur premier
enfant avant 24 ans, contre
Données sociales - La société française 74 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:18Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille 1
1Figure4- Âges médians des femmes à la naissance de leur premier enfant selon leur niveau d'études ,
par génération, en France, Grande-Bretagne et Norvège
en %
1 1Générations cinquante Générations soixante
Niveau d'études
Angleterre et Pays Angleterre et Pays
France Norvège France Norvège
de Galles de Galles
Faible 22 22 21 24 22 22
Intermédiaire 24 26 24 26 27 25
Élevé 283028293229
1. Voir encadré 1.
Sources : pour la France : Insee, échantillon démographique permanent, résultats ajustés aux probabilités de premières naissances par âge de l’enquête Étude de
l’histoire familiale de 1999 ; pour l’Angleterre et le Pays de Galles : ONS, Longitudinal Study ajustés aux probabilités nationales de premières naissances par âge ;
pour la Norvège : Statistics Norway, registre central de la population et statistiques de l’éducation.
1Figure 5 - Proportion de femmes déjà mères à différents âges selon leur niveau d'études , par
génération, en France, Grande-Bretagne et Norvège
en %
1 1
Générations cinquante Générations soixante
Niveau d'études
Angleterre et Pays Angleterre et Pays
France Norvège France Norvège
de Galles de Galles
Faible
19 ans 17,8 23,8 32,3 13,3 23,6 21,9
21 ans 37,6 41,8 53,8 28,6 42,6 42,0
25 ans 69,5 66,0 76,0 59,9 67,0 69,6
29 ans 83,2 80,3 84,8 80,2 78,0 81,7
33 ans 88,4 84,1 88,8 89,1 82,3 87,1
42 ans 91,0 87,0* 91,0 /// /// ///
Intermédiaire
19 ans 8,0 10 ,0 13,6 5,0 8,0 7,7
21 ans 21,1 20,3 29,5 15,1 17,0 20,4
25 ans 55,5 45,9 58,4 45,8 38,2 50,2
29 ans 76,5 66,5 76,1 70,9 58,7 71,3
33 ans 85,0 76,9 84,4 82,4 72,1 82,1
42 ans 90,1 83,4* 89,4 /// /// ///
Élevé
19 ans 0,6 0,4 1,1 0,2 0,0 0,6
21 ans 4,1 1,8 3,6 1,1 0,2 2,3
25 ans 28,9 16,9 25,1 17,8 9,9 18,4
29 ans 58,5 50,9 59,0 50,7 37,5 51,4
33 ans 75,6 65,3 76,4 70,2 53,8 73,1
42 ans 86,6 77,4* 86,6 /// /// ///
1. Voir encadré 1.
* Extrapolation pour l'Angleterre et le Pays de Galles, les données n'étant pas encore disponibles pour cet âge.
Sources : pour la France : Insee, échantillon démographique permanent, résultats ajustés aux probabilités de premières naissances par âge de l’enquête Étude de
l’histoire familiale de 1999 ; pour l’Angleterre et le Pays de Galles : ONS, Longitudinal Study ajustés aux probabilités nationales de premières naissances par âge ;
pour la Norvège : Statistics Norway, registre central de la population et statistiques de l’éducation.
Données sociales - La société française 75 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:19Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Population, famille1
Norvège - figure 2)résulte ici de sont aussi plus souvent sans en-Pour tous les niveaux
la différence de qualifications des fant que les autres femmes.d’études, la Norvège
femmes entre ces deux pays. La
se distingue par une
proportion de femmes peu diplô- Quel que soit le niveau d’études,
proportion élevée de mées, qui ont des maternités pré- la part desfemmessansenfantà
mères à 21 ans coces plus fréquentes, est en effet la fin de leur vie féconde est
plus forte en Grande-Bretagne semblable en France et en Nor-
Devenir mère à l’adolescence ou qu’en Norvège (13 % contre 7 % vège et inférieure à celle de
à un jeune âge était surtout l’a- des femmes nées dans les années Grande-Bretagne (après extrapo-
panage des jeunes Norvégiennes soixante ont un faible niveau d’é- lation des probabilités aux âges
peu diplômées : 54 % des Norvé- tudes) et la proportion des fem- les plus élevés pour la
giennes peu diplômées nées dans mes diplômées du supérieur, Grande-Bretagne) (figure 5). La
les années cinquante étaient déjà rarement mères avant 21 ans, y différence entre la France et la
mères à 21 ans, contre 42 % des est au contraire plus faible (14 % Norvège d’une part, et l’Angle-
Anglaises et Galloises et 38 % contre 26 %). terre et le Pays de Galles d’autre
des Françaises (figure 5).Mais, part, est la plus forte pour les
en dix ans, la fécondité « juvé- femmes les plus diplômées. Par-
nile » des femmes peu diplômées Ne pas avoir d’enfant : mi les femmes britanniques nées
a fortement diminué en Norvège, dans les années cinquante, 23 %moins fréquent
suivant une évolution proche de de celles qui ont suivi des étudesen France et Norvège
celle de la France. En valeur tou- supérieures n’ont pas eu d’enfant,
qu’en Grande-Bretagne
tefois, elle s’est rapprochée du ni- contre 13 % pour les Françaises
veau britannique, qui est resté et Norvégiennes les plus quali-
stable aux alentours de 42 % Dans les trois pays, ce sont les fiées. Pour les moins diplômées,
pour les deux cohortes, contre femmes les plus diplômées qui cette proportion est de 13 % en
29 % en France. donnent le plus tardivement nais- Grande-Bretagne contre 9 %
sance à leur premier enfant. Elles pour les deux autres pays.
Pour les femmes moyennement di-
plômées, la fécondité avant 21 ans
est nettement plus faible. Elle reste
toujours la plus élevée en Norvège :
Pour en savoir plus
30 % des Norvégiennes ont leur
premier enfant avant 21 ans pour
Chandola T., Coleman D. A., et tries », Max Planck Institute forla première cohorte et 20 % pour
Hiorns R. W., « Recent European Demographic Research, Workingla deuxième. Mais les différences
fertility patterns: fitting curves to paper, n° 2003-021, juillet 2003
entrelaFranceetlaGrande-Bre- “distorted” distributions », Popula- (disponible sous :
tagne sont faibles (autour de tion Studies, n° 53, p. 317-329, 1999. http://www.demogr.mpg.de/pa-
pers/working/wp-2003-021.pdf).20-21 % pour la première cohorte,
Cnaf, « Politiques familiales enet 15-17 % pour la seconde).
Europe », Informations Sociales,
n° 102, 2002. Rendall M., Smallwood S.,
Lesfemmestrèsdiplôméesont, « Higher qualifications, first birth
quant à elles, rarement leur pre- Freika T. et Sardon J.P., « Childbea- timing, and further childbearing in
ring Trends and Prospects in Low-Fer- England and Wales », ONS,mier enfant à un âge très jeune,
tility Countries: a cohort Analysis », Population Trends, n° 111, p. 18-26,même en Norvège.
European Studies of Population, n° 13, 2003.
Kluwer Academic Publishers.
La part des femmes déjà mères à Robert-Bobée I., « Les femmes les
Lappergard T. and Rønsen M., plus diplômées vivent plus long-21 ans est nettement plus élevée
« The multifaceted impact of edu- temps en couple avant d’avoir unen Norvège mais elle décroît for-
cation on entry into motherhood », enfant », Insee Première, n° 956,
tement avec le niveau d’études.
European Journal of Popula- 2004.
Le niveau plus élevé des naissan- tion/Revue européenne de Démo-
ces précoces en Grande-Bretagne graphie, n° 21(1), p. 31-49, 2005. Smallwood S., « New estimates of
trends of births by birth order in(Angleterre et Pays de Galles)
England and Wales », PopulationNeyer G., « Family Policies andpour l’ensemble de la population
Trends, n° 108, p. 32-48, 2002.Low Fertility in Western Coun-
féminine née dans les années
soixante (18 % contre 17 % en
Données sociales - La société française 76 édition 2006
057web.ps
N:\H256\PREARCH.SIL\DonnØes Sociales\Articles\057\057web.vp
mardi 9 mai 2006 16:21:20

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.