Langues régionales, langues étrangères : de l'héritage à la pratique

De
Publié par

Au fil du siècle, la transmission des langues régionales s'est beaucoup affaiblie ; ce n'est pas le cas des langues étrangères, du fait de l'immigration. Seuls un tiers des adultes qui ont reçu de leurs parents une langue autre que le français l'ont retransmise à leurs propres enfants.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 830 - FÉVRIER 2002
PRIX : 2,20€
Langues régionales,
langues étrangères :
de l’héritage à la pratique
François Clanché, division Enquêtes et études démographiques, Insee
n adulte sur quatre avait des parents langue(s) ils leur parlaient quand ces enfants
avaient cinq ans. Enfin les personnes étaientqui dans sa petite enfance lui
interrogées sur les langues autres que le fran-Uparlaient une autre langue que le
çais qu’il leur arrive d’utiliser avec leurs pro-
français, mais dans 8% seulement des cas
ches (source).
ils ne lui parlaient pas du tout français. Dans leur petite enfance, les trois quarts des
Ainsi 5,5 millions de personnes déclarent adultes parlaient uniquement le français avec
que leurs parents leur parlaient une langue leurs parents (tableau 1). Pour 18% des adul-
tes, la communication avec les parents passaitrégionale, et autant une langue étrangère.
par le français mais aussi par une autre langue,Au fil du siècle, la transmission des langues
régionale ou étrangère : occasionnellement
régionales s’est beaucoup affaiblie ; ce
pour 10% d’entre eux, habituellement pour 8%.
n’est pas le cas des langues étrangères, Les situations où deux langues étaient utilisées
du fait de l’immigration. Seuls un tiers des de façon habituelle sont rares. Enfin 8% des
adultes qui ont reçu de leurs parents une adultes n’ont pas du tout été élevés en fran-
çais ; les deux tiers sont nés et ont été élevés àlangue autre que le français l’ont retrans-
l’étranger.mise à leurs propres enfants. Un adulte
La « mixité linguistique » est rare:5%des
sur cinq utilise actuellement de temps en
adultes parlaient des langues différentes avec
temps une langue autre que le français leurs deux parents. Quand les enfants ont reçu
pour discuter avec des proches. Une fois deux langues dans leur enfance, c’est le plus
sur trois, il s’agit d’une langue étrangère souvent parce que leur père et leur mère par-
laient eux-mêmes ces deux langues.qu’il n’a pas reçue de ses parents.
A l’occasion du recensement de 1999, 380 000 La place du français
adultes ont été interrogés sur la transmission a progressé
familiale des langues : « quelle(s) langue(s),
tout au long du siècle
dialecte(s) ou patois vous parlaient, quand vous
aviez cinq ans, votre père et votre mère », en La transmission des langues étrangères et
distinguant les usages habituels et les usages régionales a fortement diminué avec les géné-
occasionnels. Symétriquement, on demandait rations. Parmi les personnes nées avant 1930
à ceux qui avaient eu des enfants en quelle(s) (qui avaient donc plus de 70 ans en 1999) une
Langues parlées par les parents pendant la petite enfance
Adultes Adultes
Ensemble
nés ou élevés nés et élevés
des adultes
en métropole hors de métropole
Uniquement le français 74 79 25
Habituellement le français, occasionnellement une autre langue 10 11 8
Habituellement le français et habituellement une autre langue 2 2 4
Habituellement une autre langue, occasionnellement le français 6 5 15
Pas du tout le français 8 3 48
Ensemble 100 100 100
Champ : adultes vivant en métropole
Lecture : Parmi l’ensemble des adultes, 74% déclarent que leurs parents, quand ils avaient 5 ans, leurs parlaient uniquement en français, 10% di-
sent qu’ils leur parlaient d’habitude en français mais qu’il leur arrivait aussi d’utiliser une autre langue.
Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee
INSEE
PREMIEREsur trois déclare que ses parents lui par- guisme a diminué, mais quand il s’est L’immigration, vecteur
laient une autre langue que le français maintenu, le français est en général de la transmission
dans sa petite enfance ; la proportion devenu la langue habituelle ; dans la
des langues étrangères
descend à une sur quatre pour les géné- première moitié du siècle, quand deux
rations des années cinquante et une sur langues étaient pratiquées, le français Plus des trois quarts des personnes
cinq chez les personnes nées dans les n’était utilisé qu’occasionnellement. nées à l’étranger, et la majorité de celles
années soixante-dix (graphique 1). qui ont été élevées en France par deux
Ce recul s’explique notamment par la parents nés à l’étranger déclarent que
faible retransmission des langues d’une leurs parents leur parlaient, au moins
génération à l’autre : parmi les adultes occasionnellement, une langue que l’onLes langues reçues
qui indiquent que leurs parents leur par- qualifie ici d’« étrangère » même si c’estsont aussi souvent régionales
laient une autre langue que le français et en général celle de leur pays de nais-
qu’étrangères
qui ont eu des enfants, 35% seulement sance ou d’origine. Or du fait de l’impor-
ont fait de même avec leurs enfants. La transmission a évolué différemment tance des courants migratoires tout au
Ainsi, au fil du siècle et malgré la perma- pour les langues « régionales » et les long du siècle, et malgré le retour dans
nence de l’immigration, le français s’est langues « étrangères ». Les premières leurs pays de certains immigrés, la pro-
imposé comme langue habituelle au sont historiquement utilisées sur certai- portions d’adultes issus de l’immigration
sein des familles. Non seulement le bilin- nes parties du territoire métropolitain, et vivant actuellement en France a légè-
même si leur usage s’étend parfois rement augmenté à partir des généra-
au-delà des frontières (basque et cata- tions nées après 1940 : la proportion
Une langue autre que le français lan par exemple). Les principales lan- d’adultes élevés à l’étranger ou élevés
Proportion d’adultes par génération à qui gues régionales citées dans l’enquête en France par deux parents nés à
les parents parlaient durant leur petite sont l’alsacien, le breton, le basque, le l’étranger est passée, en un siècle, de
enfance une autre langue que le français corse, le platt mosellan, le franco-pro- 15% à 18%. La fréquence d’utilisation
En %
vençal, le flamand, le catalan et les lan- des langues étrangères en famille a
30
gues romanes d’oc et d’oïl. Les langues suivi cette tendance, passant pour
25 étrangères sont utilisées essentielle- l’usage régulier de 8% dans les années
ment à la suite de mouvements migratoi- trente à 11% dans les20
… habituellement res des personnes elles-mêmes ou de soixante-dix, et pour les usages occa-
15
leur famille ; les plus fréquemment citées sionnels de 2% à 4% (graphique 2).
10 comme langues transmises en famille La quasi-totalité des personnes à qui
… occasionnellement
sont l’arabe, l’espagnol, le portugais et leurs parents parlaient habituellement
5
l’italien, suivies de l’allemand, du polo- une langue « étrangère » dans leur
0 nais et du turc (pour le détail des lan- enfance sont arrivées en France après
gues, voir Héran, Filhon, Deprez, 2002). l’âge de 5 ans ou avaient deux parents
Générations Langues régionales et langues étrangè- eux-mêmes nés à l’étranger. En
Champ : adultes vivant en métropole res font pratiquement jeu égal dans revanche, dès que l’un des parents est
Lecture : Parmi les adultes nés avant 1920, 25% avaient des
l’enfance des adultes actuellement rési- né en France et que l’éducation a lieu enparents qui leur parlaient d’habitude une autre langue et 11%
avaient des parents qui leur parlaient occasionnellement dant en métropole : elles concernent un France, la langue d’origine est souvent
une autre langue que le français. adulte sur 7, soit 5,5 millions de person- utilisée de façon occasionnelle, le français
Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee
nes chacune. Cependant, les langues étant la langue habituelle.
étrangères ont plus souvent été parlées
Les langues étrangères par les parents à leurs enfants de façon
Proportion d’adultes à qui les parents La retransmission des langueshabituelle (10%) que de façon occasion-
parlaient une langue étrangère
nelle (4%). C’est l’inverse pour les lan- étrangères aux enfants
gues régionales (tableau 2).En %
Les adultes d’origine étrangère aux-15
quels leurs parents ne parlaient pas du
tout le français ont majoritairement élevé
10
…habituellement
Proportion d’adultes à qui les parents parlaient des langues étrangères
5 et régionales
...occasionnellement
Langues Langues
Ensemble0
étrangères régionales
… de façon habituelle 9,8 6,1 15,8
Générations …seulement de façon occasionnelle 3,6 7,2 10,4
Ensemble 13,4 13,3 26,2
Champ : adultes vivant en métropole Champ : adultes vivant en métropole
Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Avant 1920
1920-1924
1925-1929
1930-1934
1935-1939
1940-1944
1945-1949
1950-1954
1955-1959
1960-1964
1965-1969
1970-1974
1975-1980
Avant 1920
1920-1924
1925-1929
1930-1934
1935-1939
1940-1944
1945-1949
1950-1954
1955-1959
1960-1964
1965-1969
1970-1974
1975-1980
INSEE
PREMIEREleurs enfants en français, en particulier parler leur langue d’origine que de façon du Finistère ou des Côtes- d’Armor. Le
s’ils vivaient en France quand ils étaient occasionnelle, ils ne sont plus qu’un sur simple fait d’être né dans le même départe-
jeunes parents. Ainsi, seule la moitié des deux à utiliser encore parfois cette ment que ses deux parents augmente
parents élevés exclusivement dans une langue. aussi la probabilité d’avoir reçu d’eux une
langue étrangère l’ont utilisée de façon langue régionale, de même que le fait
habituelle pour élever leurs enfants (gra- d’avoir eu des parents ouvriers, ou plus
phique 3). encore agriculteurs.Les langues régionales
Lorsque l’immigration a eu lieu avant se transmettent de moins
l’âge de 35 ans, l’éducation des enfants a
en moins Langues reçueseu lieu en France. Dans ce cas, une fois
sur deux, le français a été l’unique langue Si la transmission des langues étrangères et langues utilisées
d’éducation et l’éducation familiale a légèrement progressé tout au long du
entièrement en langue étrangère est siècle, il n’en est pas de même des langues Un adulte sur cinq déclare qu’« actuelle-
rarissime. régionales : avant 1930, une personne ment il lui arrive de discuter avec des
Par ailleurs, même chez ceux qui n’ont sur quatre parlait une langue régionale proches (conjoints, parents, amis, collè-
reçu de leurs parents qu’une langue avec ses parents, le plus souvent de gues, commerçants…) dans une autre
étrangère, l’usage avec les proches de façon habituelle (graphique 4). Cette langue que le français » ; 15% citent une
la langue étrangère apprise en famille proportion passe à une personne sur dix étrangère et 6% une langue
n’est déjà plus systématique : un quart dans les années 1950, puis une sur vingt régionale. Alors que les langues régio-
d’entre eux ne l’utilisent plus. Quant à dans les 1970. De plus, depuis nales ont été transmises par les parents
ceux qui n’ont entendu leurs parents le milieu des années 1950, les langues aussi souvent que les langues étrangè-
régionales sont deux fois plus souvent res, leur usage est loin d’être aussi fré-
reçues comme langue occasionnelle quent. D’une part les langues régionales
Les langues régionales que comme langue habituelle. qui ont été reçues sont beaucoup plus
Proportion d’adultes à qui les parents La tendance ne s’est pas retournée dans rarement utilisées que les langues
parlaient une langue régionale les années 1980 et 1990. Les enfants étrangères : 37 % de ceux à qui leurs
En % nés durant cette période n’ont pas été parents ont parlé une langue régionale
20 interrogés à l’enquête, n’ayant pas dans leur enfance la parlent parfois
atteint 18 ans. Mais leur faible contact aujourd’hui, contre 66 % pour les lan-
15
avec les langues régionales peut être gues étrangères. D’autre part, la moitié
appréhendé indirectement : 3 % seule- des personnes qui disent parler une
10
occasionnellement ment des adultes interrogés ayant des langue étrangère ne l’ont pas reçue de
enfants nés durant cette période disent leurs familles, contre moins de 20% des
5 leur avoir parlé une langue régionale. utilisateurs de langues régionales.
habituellement
La probabilité d’avoir été élevé dans une L’usage des langues régionales est
0
langue régionale est multipliée par dix caractéristique des générations nées
pour les natifs de Corse ou d’Alsace. Elle avant 1940 et, même compte tenu de la
Générations est également plus élevée qu’ailleurs structure par âge, il est particulièrement
Champ : adultes vivant en métropole pour les natifs des Pyrénées- Atlantiques, fréquent chez les agriculteurs et rare
Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee
des Pyrénées-Orientales, de la Moselle, chez les cadres (graphique 5). Les langues
étrangères apprises dans le cadre d’une
transmission d’une culture familiale, plus
Langues parlées à leurs enfants par les adultes à qui les parents parlaient fréquentes chez les adultes nés après
une langue étrangère 1940, concernent surtout les ouvriers,
mais aussi les employés, les artisans et
...cette langue Dont : adultes à qui les parents parlaient uniquement
les commerçants. Quand une langueuniquement une langue étrangère...français
11 %uniquement étrangère a été apprise à l’école, son
...français ...cette langue46 %
usage augmente avec les générations,uniquement uniquement
27 % 20 %...cette langue et il est caractéristique des cadres, des
seulement
professions libérales et des professionsoccasionnellement
24 % intermédiaires.
Source...cette langue
...cette langue ...cette langueseulement
habituellement habituellementoccasionnellement
19 % 29 % L’enquête Étude de l’histoire familiale de24 %
1999 a été conçue avec le concours de
l’Institut national d’études démographiquesChamp : adultes vivant en métropole
et réalisée par l’Insee. Elle fait l’objet d’uneLecture : Parmi les adultes vivant actuellement en métropole, qui ont reçu de leurs parents uniquement une langue étrangère et
exploitation concertée entre les deux insti-qui ont eu des enfants, 20% ont parlé uniquement dans cette langue avec leurs enfants quand ceux-ci avaient 5 ans.
Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee tuts. Pour la première fois, elle comportait
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
1950-1954
Avant 1920
1920-1924
1925-1929
1930-1934
1935-1939
1940-1944
1945-1949
1955-1959
1960-1964
1965-1969
1970-1974
1975-1980
INSEE
PREMIERE Proportion d’utilisateurs actuels d’autres langues que le français Définitions
Agriculteurs
Langues régionales : dans la présente
Artisans, comm., chefs d'entr. étude, sont considérées comme telles, tou-
tes les langues historiquement parlées sur
Cadres et prof. intell. sup.
une partie du territoire de la France métro-
politaine, sachant que certaines languesProf. intermédiaires
périphériques comme le catalan, le basque
Employés ou le flamand ont un statut de langue natio-
nale de l’autre côté de la frontière. Cette
Ouvriers conception des langues régionales a ame-
né à en exclure les créoles à base fran-
Inactifs n'ayant jamais travaillé
çaise.
Ensemble Langues étrangères : dans cette caté-
gorie, sont classées toutes les autres lan-
0% 5% 10% 15% 20% gues, mêmes si ce sont des langues locales
(sicilien, vénitien,..) ou minoritaires et à
...une langue étrangère.. une langue étrangère
cheval sur plusieurs pays (berbère,...une langue régionale non reçue des parentstransmise par les parents
kurde,..).
Champ : adultes vivant en métropole Élevées en France : sont considérées
Lecture : 18% des cadres et des professions intellectuelles supérieures utilisent actuellement une langue étrangère qu’ils n’ont
comme telles les personnes qui, soit sont
pas reçue de leurs parents, 6% une langue étrangère qui leur a été transmise par leurs parents et 4% une langue régionale. Les
nées en métropole, soit y sont arrivées
données ont été corrigées pour tenir compte des différences entre les structures d’âge des catégories sociales : pour
avant l’âge de cinq ans. Il est possible quechaque groupe on a calculé ce que serait le taux de pratique si la répartition par âge du groupe était identique à celle de l’en-
certaines d’entre elles aient passé unesemble de la population adulte.
partie de leur enfance à l’étranger.Source : Enquête Étude de l’histoire familiale 1999, Insee
Élevées à l’étranger : à l’inverse sont
considérées comme telles les personnesun volet consacré à la « Transmission familiale Les questionnaires ont été remplis en
qui ne sont pas nées en métropole et sontdes langues et parlers », qui se composait même temps que les bulletins du recense-
venues y vivre après cinq ans. Parmi elles,de trois questions : ment de mars 1999 par 380 000 adultes vi-
certaines sont nées dans des régions ou desvant en métropole, dont les plus âgés sontA. En quelles langues, dialectes ou « patois »
pays totalement ou partiellement franco-nés avant la guerre de 1914. Pour gagnervos parents vous parlaient-ils d’habitude
phones.en représentativité sur le thème des lan-quand vous étiez enfant, vers l’âge de 5 ans ?
gues régionales, on a volontairement sur-Votre père (ou l’homme qui vous a élevé)
représenté certaines aires géographiques1.vous parlait d’habitude en…..
(Flandres, Alsace, Moselle, Corse, Pays2. …et aussi en…. Bibliographie
Catalan, Pays Basque, Bretagne) dansVotre mère [mêmes questions]
l’échantillon, avant de redresser les résul-
B. En quelles langues, dialectes ou « patois »
tats lors de la publication. Le traitement du « La dynamique des langues en France :
parliez-vous à vos jeunes enfants quand ils
volet sur les pratiques linguistiques a béné- une vue d’ensemble sur le XXe siècle »
avaient 5 ans (ou leur parlez-vous actuelle-
ficié d’un financement de la Délégation gé- Héran F, Filhon A., Deprez C., Population
ment s’ils sont plus jeunes ?)
nérale à la langue française et aux langues et sociétés, n°376, Ined 2002.
1. Vous leur parliez d’habitude en ….
de France (DGLFLF). « Étude de l’histoire familiale : l’édition
2 … et aussi en….
La présente publication a été réalisée à par- 1999 de l’enquête Famille », Cassan F.,
C. Et actuellement, vous arrive-t-il de discuter tir d’un jeu de pondérations provisoires. Héran F., Toulemon L., Courrier des statis-
avec vos proches (conjoints, parents, amis, Seules les définitives, dispo- tiques n° 93, Insee 2000
collègues, commerçants,…) dans une nibles dans quelques mois, permettront « L’unification linguistique de la France »,
autre langue que le français ? des analyses détaillées au niveau des ré- Héran F., Population et sociétés n° 285,
Oui / Non Si Oui, laquelle ou lesquelles ? gions. Ined 1993.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2002 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : J.-W. Angel,
R. Baktavatsalou, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin, B. Ouvré
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : T.Pécheux
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP02830
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2002
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.