Les prénoms en 2003 : Léa et Lucas toujours en tête

De
Publié par

En 2003, comme en 2001 et 2002, Léa et Lucas sont les prénoms le plus souvent donnés aux nouveaux-nés de Midi-Pyrénées. Les prénoms courts sont à la mode. La palette des prénoms s'est élargie au cours des cinquante dernières années. En 2003, en Midi-Pyrénées, près de 700 bébés, parmi les 29 200 nouveaux-nés, ont été prénommés Léa ou Lucas. Ces prénoms ont été donnés à 2,4 % des nouveaux-nés. Ils sont suivis de près par Emma, Manon, Thomas et Hugo.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 84 : septembre 2005
Les prénoms en 2003 :
Léa et Lucas toujours en tête
Les prénoms les plus donnés en 2003...
en Midi-Pyrénées en France
Léa
Théo
LéaHugo
Léa Théo
Léa ThéoClément Léa
Léa LéaThéo
Lucas Lucas LéaLéaLéa Théo Théo
LucasMathis Léa
Léa Léa
Théo Léa
Léa Emma ThéoLucas
Thomas Théo Théo
LéaEnzo
LéaLéaThéo Léa
Léa Théo
Océane Lucas LucasLucas
Léa
Léa LucasManon LéaLéa
Léa EnzoAlexandre Théo Lucas
EnzoThéo Léa Emma
Lisandru
Thomas
Lucas
Source : Insee, RNIPP
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION RÉGIONALE
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36En 2003, comme en 2001 et 2002, Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4Léa et Lucas sont les prénoms le plus souvent
Directrice de la publication : Magali Demotes-Mainard
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plauxdonnés aux nouveaux-nés de Midi-Pyrénées. Maquettiste : Evelyne De Mas
Ce document est téléchargeable à partir du site internet
Les prénoms courts sont à la mode. www .insee.fr/mp
à la rubrique « publications »
Imprimeur : Douladoure, 31650 Saint-OrensLa palette des prénoms s’est élargie au cours
Dépôt légal : septembre 2005
ISSN : 1262-442Xdes cinquante dernières années. CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG8476
Prix : 2,20 €
Abonnement à l'ensemble des publications
pour l'année 2005 : France 85 €, Étranger 105 €
1Les prénoms en 2003 :
Léa et Lucas toujours en tête
en Midi-Pyrénées
n 2003, en Midi-Pyrénées, près de Les prénoms favoris : Pour les garçons, parmi les dix pré-
700 bébés parmi les 29 200 nou- une grande similitude noms favoris, huit sont communs à la
région et à la France : Lucas, Thomas,Eveaux-nés ont été prénommés Léa de préférences
ou Lucas, soit 2,4 % des naissances. Ils Hugo, Théo, Enzo, Alexandre, Maxime
sont suivis de près par Emma, Manon, Le palmarès des prénoms de Midi- et Mathis. Les parents midi-pyrénéens
Thomas et Hugo. Pyrénées suit de près celui des autres ont préféré par ailleurs Clément et le plus
Si Léa arrive en tête dans la plupart régions : Léa et Lucas ont été les prénoms ancien Romain au duo Nathan et
Antoine.des départements de la région, elle est les plus donnés en 2003 en France.
détrônée par la provençale Manon dans À l’exception de Julie, succès national La carte de France des prénoms
les Hautes-Pyrénées, Océane dans le Gers de la fin des années 1980 qui se maintient « gagnants » de chaque région confirme
et Emma dans l’Aveyron. Lucas, n’ar- bien dans la région, les prénoms féminins la grande similitude des préférences régio-
rive en tête que dans la Haute- les plus attribués (Léa, Emma, Manon, nales.
Parmi les régions voisines de Midi-Garonne. Dans les autres départements Clara, Chloé, Inès, Camille, Sarah, Marie
de la région, les favoris sont Théo, Hugo, et Océane) sont les mêmes en Midi- Pyrénées, l’Aquitaine et le Languedoc-
Clément, Alexandre et Enzo. Pyrénées qu’en France, même si leur Roussillon ont, à un prénom près, préféré
classement diffère. les mêmes 20 prénoms, même si l’ordre
Léa et Lucas : les favoris des années 2000
Pourcentage de l'ensemble des naissances d'un même sexe
Filles Garçons
2001 2002 2003 2001 2002 2003
Prénoms % Prénoms % Prénoms % Prénoms % Prénoms % Prénoms %
Midi-Pyrénées
Léa 2,8 Léa 2,4 Léa 2,4 Lucas 3,0 Lucas 2,7 Lucas 2,3
Manon 2,2 Emma 2,3 Emma 2,2 Thomas 2,7 Théo 2,4 Thomas 2,2
Emma 2,1 Manon 2,3 Manon 2,1 Théo 2,5 Thomas 2,4 Hugo 2,1
Chloé 1,9 Chloé 1,6 Clara 1,6 Clément 2,0 Enzo 2,1 Théo 2,0
Camille 1,7 Clara 1,6 Chloé 1,5 Hugo 1,9 Hugo 2,0 Enzo 1,9
Océane 1,7 Camille 1,6 Inès 1,4 Enzo 1,6 Maxime 1,8 Clément 1,8
Sarah 1,7 Océane 1,6 Camille 1,4 Nicolas 1,6 Clément 1,7 Alexandre 1,5
Lisa 1,6 Lucie 1,4 Sarah 1,3 Maxime 1,5 Quentin 1,4 Maxime 1,4
Lucie 1,5 Inès 1,4 Julie 1,3 Quentin 1,4 Romain 1,4 Romain 1,4
Marie 1,5 Lisa 1,3 Marie 1,2 Léo 1,3 Léo 1,4 Mathis 1,4
Océane 1,2
France
Léa 2,7 Léa 2,5 Léa 2,3 Thomas 2,4 Lucas 2,3 Lucas 2,0
Manon 1,9 Manon 2,0 Manon 1,8 Lucas 2,2 Théo 2,1 Théo 1,9
Chloé 1,8 Emma 1,7 Emma 1,6 Théo 2,2 Thomas 2,0 Hugo 1,8
Camille 1,7 Chloé 1,6 Chloé 1,5 Hugo 1,7 Hugo 1,8 Thomas 1,7
Emma 1,6 Camille 1,5 Camille 1,4 Maxime 1,6 Maxime 1,5 Enzo 1,7
Océane 1,5 Océane 1,3 Océane 1,3 Antoine 1,4 Enzo 1,5 Maxime 1,3
Marie 1,4 Clara 1,2 Inès 1,2 Nicolas 1,4 Antoine 1,2 Alexandre 1,3
Sarah 1,4 Marie 1,2 Marie 1,2 Quentin 1,4 Clément 1,2 Mathis 1,2
Laura 1,2 Sarah 1,2 Clara 1,2 Clément 1,4 Alexandre 1,2 Nathan 1,2
Clara 1,1 Inès 1,2 Sarah 1,2 Alexandre 1,3 Quentin 1,2 Antoine 1,1
Source : Insee, RNIPP
2de classement diffère. Le Limousin, en Le nombre de prénoms a plus que doublé en 50 ans
revanche, se distingue davantage de notre Nombre de prénoms en Midi-Pyrénées*
500région, avec six prénoms différents sur
vingt.
Filles
400
Garçons
La palette des prénoms
300s’élargit
200En 1946, en Midi-Pyrénées, un
prénom rare, c’est-à-dire un prénom
100attribué moins de trois fois au cours de
l’année dans un département, avait été
0donné à un peu plus de 2 100 nouveaux-
1946 1950 1960 1970 1980 1990 2000
nés. En 2003, le nombre de prénoms * hors prénoms attribués moins de trois fois une année donnée dans un département de Midi-Pyrénées.
Source : Insee, RNIPPrares a plus que triplé (7 300). Ils repré-
sentent aujourd’hui 25 % des naissances
contre 6 % en 1946. Les prénoms plus courants en Midi-Pyrénées que France entière
Hors prénoms rares, environ 300 pré- Tri par spécificité décroissante
noms différents avaient été donnés en (1)
Prénoms Midi-Pyrénées (%) France (%) Spécificité
1946 en Midi-Pyrénées. En 2003, on en
0,14 0,04 3,71Noëliecompte près de 800. Cet élargissement
Guilhem 0,12 0,06 2,17
de la palette des prénoms s’observe
Laurie 0,20 0,09 2,15
dans toute la France : en 1946, près de 0,12 0,05 2,14Angel
0,20 0,10 1,95Pablo2 400 prénoms différents avaient été
0,85 0,45 1,89Dorian
attribués, contre 9 300 en 2003. En 1946, 0,78 0,49 1,58Carla
(2)dans la région, 24 prénoms suffisaient 0,79 0,50 1,57Rémi
0,70 0,45 1,57Bastienpour nommer la moitié des naissances,
(3) 0,93 0,62 1,50Maylisalors qu’en 2003, il en faut 118. Le nombre
1,16 0,79 1,47Lisa
de prénoms est toujours plus élevé chez Célia 0,86 0,60 1,43
(1) La spécificité régionale est mesurée par le rapport entre la fréquence midi-pyrénéenne et la fréquence française les filles que chez les garçons.
(2) Sont regroupés Rémi et Rémy
L’accroissement du nombre de (3) és Maylis, Mailys, Maélis, Maéllys et Maélys
prénoms peut s’expliquer, en partie, par Source : Insee, RNIPP
l’originalité orthographique des prénoms
actuels, comme la présence ou l’absence
Pour en savoir plusd’un « h » avec Christelle et Cristelle, le
remplacement de la terminaison « ie » par
• « Prénoms : de l’influence des modes à la recherche d’originalité », Insee Breta-« y » avec Jérémie et Jérémy, l’arrivée
gne, Octant n° 99, octobre 2004.de Mathieu qui distance le traditionnel
Matthieu. « La palette des prénoms s’élargit », Insee Limousin, La Revue, décembre 2003.
« Prénoms : entre mode et tradition », Insee Corse, Économie Corse n° 105, avrilMarie et Jean,
2004.les favoris des
années cinquante « La cote des prénoms en 2005 » de Joséphine BESNARD et Guy
DESPLANQUES - éditions Balland.
Les goûts et les usages changent. Au
http://www.legislation.cnav.fr/textes/loi/TLR-LOI_9322_08011993.htm:
début des années cinquante, Jean, Marie,
texte de la loi du 8 janvier 1993.
Michel, Monique, Nicole et Daniel
étaient les prénoms les plus souvent attri- Pour comprendre ces résultats
bués.
Marie désignait alors près de 10 % Les statistiques présentées ici proviennent du Répertoire National
des naissances féminines. Son influence d’Identification des Personnes Physiques (RNIPP), mis à jour à partir des
a chuté lentement, mais demeure forte, registres d’état civil. Il prend en compte les personnes nées en France métro-
puisque ce prénom figure encore parmi politaine et dans les départements d’Outre-mer.
3les dix prénoms féminins les plus donnés
Les prénoms les plus populaires en Midi-Pyrénées en 2003
en 2003. Jean représentait en 1946 plussont apparus au cours des années 80
de 16 % des prénoms attribués aux gar-
Pourcentage de l'ensemble des naissances d'un même sexe
çons, mais il n’a cessé de3,5
reculer depuis lors.
3,0
Manon Thomas
Léa Lucas2,5 Les prénoms les plus populaires en
HugoEmma
2003 (Léa, Emma, Manon, Lucas, Thomas2,0
et Hugo) étaient très peu attribués en
1,5
1946. Thomas est apparu en plus grand
1,0 nombre à partir de 1970, suivi de Hugo
en 1981. Au milieu des années 80, appa-
0,5
raissent Léa, Lucas, Emma et Manon.
0,0
1970 1980 1990 2000
En France, dans l’ensemble des dix
Source : Insee, RNIPP
dernières années, Léa, Manon et Camille
sont les prénoms les plus souvent donnés
aux filles, et Thomas, Alexandre et Nicolas
ceux qui prédominent pour les garçons.
Dans la région, le palmarès est le même
Des prénoms les plus populaires en Midi-Pyrénées en 1946,
pour les filles mais dans un ordre diffé-
seul Marie résiste
rent ; pour les garçons, Lucas a été préféré
Pourcentage de l'ensemble des naissances d'un même sexe
% à Alexandre.18
16
Le parcours de Léa et Lucas en FranceMarie Jean14
Monique Michel et en Midi-Pyrénées est pratiquement
12
DanielNicole identique ; cependant ils sont donnés
10
relativement plus fréquemment dans la
8
région que France entière. Ils commencent
6 à apparaître dans les années 1980, puis
4 se diffusent de plus en plus depuis le
2 début des années 1990, même si leur
0 popularité faiblit un peu ces dernières
1946 1950 1960 1970 1980 1990 2000 années. Cela fait ainsi six ans que Léa
Source : Insee, RNIPP
caracole en tête des prénoms les plus don-
nés en Midi-Pyrénées comme en France.
Il faut remonter aux années 1960 pour
trouver, avec Nathalie, un succès aussi
durable.
Les prénoms courts
ont la cote
En 1946, la longueur moyenne d’un
prénom était de 6,4 lettres en Midi-
Pyrénées. Elle est aujourd’hui de 5,6 lettres.
La longueur moyenne des prénoms a
dépassé 7 lettres entre 1960 et 1980.
Depuis 1980, le nombre de lettres dimi-
nue sensiblement.
4Les prénoms les plus souvent donnés au fil des années
Filles Garçons
Midi-Pyrénées France Midi-Pyrénées France
1946 1946
Danielle
1947 1947
1948 1948
Françoise1949 1949
Marie Michel
1950 1950
1951 1951
1952 1952
Jean
1953 1953Martine
Martine1954 1954
1955 1955
1956 1956
Patrick1957 1957Marie
1958 1958
1959 Brigitte 1959
1960 1960
Philippe1961 1961
1962 Sylvie 1962
Philippe
1963 1963Sylvie
1964 1964Thierry
Thierry1965 1965
Philippe1966 1966Philippe
1967 1967
1968 1968 ChristopheNathalie
Nathalie 1969 1969
1970 1970Laurent
1971 1971
1972 1972 StéphaneChristophe
SandrineSandrine 1973 1973
1974 1974Jérome
1975 1975Stéphanie Stéphanie
1976 1976
1977 1977Sébastien Sébastien
1978 1978
1979 1979CélineCéline
1980 1980
1981 1981Nicolas Nicolas
Émilie 1982 1982
Aurélie 1983 1983
Aurélie
Aurélie / Émilie 1984 1984
1985 1985Émilie Julien Julien
1986 1986
Julie Julie1987 1987
1988 1988
Élodie Élodie1989 Nicolas 1989
1990 Jérémy 1990
Julie
1991 1991
Marine Kévin
Marion 1992 1992Kévin
Laura 1993 1993Laura
Laura / Manon 1994 1994
Nicolas1995 Nicolas 1995ManonManon
1996 1996
1997 1997
Thomas1998 Thomas 1998
1999 1999
Léa2000 2000Léa
2001 2001
2002 2002 LucasLucas
2003 2003
Source : Insee, RNIPP
5La taille maximale des prénoms de la La longueur moyenne des prénoms a nettement diminué en 50 ans
région a été longtemps de 16 lettres, avec Nombre de lettres moyen par prénom en Midi-Pyrénées et en France
Marie-Antoinette et Marie-Bernadette 7,5
Midi-Pyrénéesdans les années cinquante, Marie-
France
7,0Emmanuelle en 1980 et Pierre-Alexandre
dans les années quatre-vingt-dix. Elle n’est
6,5plus que de treize ou quatorze lettres en
2002 et 2003 ( Jean-Baptiste, Mohamed-
6,0Amine et Mohamed-Lamine).
5,5
En France, la taille maximale a
atteint 19 lettres avec François-Christophe
5,0
en 1966 et 1972, puis Guillaume-
1946 1950 1960 1970 1980 1990 2000
Alexandre entre 1972 et 1990.
Source : Insee, RNIPP
Les prénoms se raccourcissent aussi Fichier des prénoms (édition 2004)
et des diminutifs apparaissent : Tim au
lieu de Timothée ou Tom au lieu de Ce cédérom contient plus de
Thomas. 20 000 prénoms, féminins et
masculins, le nombre de personnes
Désormais, les prénoms comptabili- nées en France métropolitaine et
sant deux syllabes sont le plus souvent dans les départements d’outre-
choisis contrairement aux décennies mer. Il est l’image des inscriptions
précédentes où on en préférait trois. faites à l’état civil selon le premier
prénom déclaré, par année de
naissance de 1900 à 2003.
Sont exclues les personnes nées à
Céline RICHARD l’étranger.
(stagiaire)
Commandez en ligne sur www.insee.fr
Françoise BOUESSE
Choix des prénoms et loi de 1993
La loi du 8 janvier 1993 élargit largement le choix du prénom que l’on peut attribuer à son enfant. L’article
57 du code civil stipule :
« Les prénoms de l’enfant sont choisis par ses père et mère. Si ces derniers ne sont pas connus, l’officier de
l’état civil attribue à l’enfant plusieurs prénoms dont le dernier lui tient lieu de patronyme. L’officier de l’état
civil porte immédiatement sur l’acte de naissance les prénoms choisis. Tout prénom inscrit dans l’acte de
naissance peut être choisi comme prénom usuel. »
« Lorsque ces prénoms ou l’un d’eux, seul ou associé aux autres prénoms ou au nom, lui paraissent contraires
à l’intérêt de l’enfant ou au droit des tiers à voir protéger leur patronyme, l’officier de l’état civil en avise sans
délai le procureur de la République. Celui-ci peut saisir le juge aux affaires familiales. »
« Si le juge estime que le prénom n’est pas conforme à l’intérêt de l’enfant ou méconnaît le droit des tiers à
voir protéger leur patronyme, il en ordonne la suppression sur les registres de l’état civil. Il attribue, le cas
échéant, à l’enfant un autre prénom qu’il détermine lui-même à défaut par les parents d’un nouveau choix
qui soit conforme aux intérêts susvisés. Mention de la décision est portée en marge des actes de l’état civil de
l’enfant. »
Une circulaire du 3 mars 1993 précise ce qu’il faut entendre par « contraire à l’intérêt de l’enfant » ; les
prénoms « ayant une apparence ou une consonnance ridicule, péjorative ou grossière, ceux difficiles à porter en
raison de leur complexité ou de la référence à un personnage déconsidéré dans l’histoire » sont visés ou encore
les vocables « de pure fantaisie ».
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.