Miscellanea philosophiques (Diderot)

De
Publié par

Denis Diderot
Miscellanea philosophiques
Format DjVu
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
> >
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
Miscellanea philosophiques (Diderot) : Notice
NOTICE PRÉLIMINAIRE
À la fin de son article Diderot, de l’Encyclopédie méthodique (Philosophie ancienne et moderne), ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 213
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >
Denis Diderot
Miscellanea philosophiques
Format DjVu
> > > > > > > > > > > > >
Miscellanea philosophiques (Diderot) : Notice
NOTICE PRÉLIMINAIRE
À la fin de son articleDiderot, de l’Encyclopédie méthodique(Philosophie ancienne et moderne), Naigeon nous donne quelques renseignements sur les procédés de travail de Diderot. Les voici : « Diderot, dit-il, avait contracté depuis très-longtemps l’habitude d’écrire sur les premiers feuillets de ses livres, et souvent sur des feuilles volantes qu’il y insérait, le jugement qu’il portait de ces différents ouvrages et ses propres réflexions sur l’objet général de la discussion. Montaigne faisait à peu près la même chose, comme il nous l’apprend lui-même dans le passage suivant : « Pour subvenir, dit-il, à la trahison de ma mémoire et à son défaut, si extrême qu’il m’est advenu plus d’une fois de reprendre en main des livres, comme récents et à moi inconnus, que j’avois lus soigneusement quelques années auparavant et barbouillés de mes notes ; j’ai pris en coustume depuis quelque temps d’adjouster au bout de chasque livre (je dis de ceux desquels je ne me veux servir qu’une fois) le temps auquel j’ai achevé de le lire, et le jugement que j’en ai retiré en gros, afin que cela me représente au moins l’air et l’idée générale que j’avois conceue de l’auteur en le lisant. Je veux transcrire ici aucunes de ces annotations. » (Essais, liv. II, chap. x.) Naigeon ajoute : « Ce qui mérite surtout d’être remarqué, parce que rien ne peint mieux l’originalité du caractère de Diderot et ne fait mieux connaître la tournure particulière de son esprit, c’est qu’en parcourant les titres, souvent inconnus, des ouvrages sur lesquels il a fait des observations, on voit qu’il lui importe fort peu que le livre qu’il analyse soit bon ou mauvais : dans le premier cas, il s’élève rapidement à la hauteur de son sujet ; sa vue s’agrandit pour ainsi dire avec l’horizon qu’elle embrasse ; il s’empare des principes de l’auteur, les applique, les généralise et en tire de grands résultats ; dans le second, il refait dans sa tête le livre dont il parle et s’en sert comme d’une table de chapitres, qu’il remplit ensuite à sa manière. C’est à ce sujet que M. d’Holbach lui dit un jour qu’il n’y avait point de mauvais livres pour lui ; et rien n’est plus exact. Diderot lui-même ne se défendait pas trop de cette facilité avec laquelle il prêtait aux autres son talent, son imagination et ses connaissances ; et lorsque après avoir lu sur sa parole tel ou tel livre dont il avait fait l’éloge, on lui faisait remarquer qu’il n’y avait rien de tout ce qu’il y avait vu, il répondait naïvement :Eh bien, si cela n’y est pas, cela devrait y être. » Naigeon clôt le chapitre des quelques extraits tirés par lui des papiers de Diderot par ce renseignement : « Les notices qu’on vient de lire font partie de ce que Diderot appelait sesMiscellanea. » Ce titre nous était dès lors recommandé, et c’est ainsi que nous désignerons, à la fin de chaque grande division desŒuvres, les feuilles volantes, les essais, les extraits, les notes se rapportant à cette division. Nous ne nous astreindrons pas pour ces fragments à l’ordre chronologique, fort difficile, sinon impossible à rétablir ; nous nous bornerons à donner d’abord les morceaux originaux, ensuite les articles de critique, enfin les passages insérés dans des ouvrages portant le nom d’autres auteurs.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.