Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Dabo "Lyon, c'était mon destin"

2 pages

Dabo "Lyon, c'était mon destin" Mouhamadou, te voilà enfin lyonnais, on t'imagine heureux ? Oui, c'est un grand plaisir de venir jouer à l'Olympique Lyonnais, un club qui s'est qualifié ces douze dernières années pour la Ligue des Champions.

Publié par :
Ajouté le : 04 octobre 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

DJIBRIL CISSÉ PRÊT POUR LYON ?

de le-foot-gazette-des-transferts

LYON N'A D'YEUX QUE POUR MATHIEU

de le-foot-gazette-des-transferts

Dabo "Lyon, c'était mon destin"

Mouhamadou, te voilà enfin lyonnais, on t'imagine heureux ? Oui, c'est un grand plaisir de venir jouer à l'Olympique Lyonnais, un club qui s'est qualifié ces douze dernières années pour la Ligue des Champions. Comme je n'ai jamais disputé cette compétition, c'est une satisfaction pour moi de venir ici pour franchir un palier.

Quelles ont été tes autres sources de motivation au moment de t'engager avec l'OL ? Je suis ravi de pouvoir participer au nouveau challenge de l'Olympique Lyonnais. L'entraîneur a changé, le groupe est jeune, j'espère apporter quelque chose à l'équipe à la fois sur le plan humain et sur le plan sportif. J'ai emmagasiné jusqu'à présent pas mal d'expérience pour me mettre au service de l'OL.

Il y a un an, pourquoi avais-tu choisi Séville plutôt que Lyon ? Les contacts ne se sont pas concrétisés à l'époque et j'ai pris la direction de Séville. Mais je ne regrette rien. Le fait que j'arrive finalement un an plus tard à l'Olympique Lyonnais prouve que c'était peut-être mon destin.

Que retiens-tu de ton passage en Espagne ? J'ai joué vingt-quatre matches de championnat. En Espagne, c'est particulier, l'effectif est très élargi et il y a beaucoup de turnovers. Mais j'ai disputé trente-sept matches toutes compétitions confondues, c'est une grande satisfaction.

On te présente comme un latéral polyvalent, as-tu néanmoins un couloir de prédilection ? Je suis droitier mais je peux jouer des deux côtés. Il y a de la concurrence, à moi de travailler et le coach fera ensuite ses choix.

Arrives-tu à Lyon pour bousculer Anthony Réveillère et Aly Cissokho qui n'ont pas beaucoup de concurrence ces dernières années ? Je ne dirais pas que j'arrive pour les "bousculer". Dans un club, c'est toujours important d'avoir de la concurrence, à condition qu'elle soit saine. Je travaille pour postuler, le coach fait ensuite ses choix. Dans tous les grands clubs, il y a de la concurrence. Si on aime notre métier, on doit pouvoir affronter ce genre de choses.

Bafétimbi Gomis a-til joué un petit rôle dans ce transfert ?

Pas un petit mais un grand rôle ! Du centre de formation où nous partagions nos chambres à l'équipe première, nous avons partagé plein de choses à l'AS Saint-Etienne. C'est facile pour moi de venir dans une équipe où je connais pas mal de de joueurs. Chez les Espoirs, j'ai côtoyé Hugo Lloris et Yoann Gourcuff, j'ai aussi rencontré Jimmy Briand en équipe de France A. Connaître plusieurs joueurs va faciliter mon adaptation.

Est-ce pour retrouver ton pote "Bafé" que tu as signé à l'OL ? Non, on ne peut pas résumer les choses ainsi. Même si c'est important de connaître des joueurs dans son nouveau club, c'est d'abord un choix de carrière : je veux franchir un autre palier en découvrant la Ligue des Champions. Après, c'est vrai que "Bafé" est beaucoup plus qu'un ami, c'est un frère. Ensemble, nous avons surmonté pas mal de choses.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin