Cette publication est accessible gratuitement

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
Quand votre coeur bat anormalement...
Il existe différentes variétés d'arythmie. Pour éviter tout malentendu et surtout vous soigner au plus vite, il est essentiel de consulter votre médecin traitant qui vous demandera certainement de poursuivre le diagnostic chez un cardiologue, afin de déterminer le type de trouble dont vous souffrez.
L'arythmie, qui peut être bénigne ou maligne, est un trouble du rythme cardiaque, c'est-à-dire une irrégularité des contractions du coeur.
Lesdifférentes arythmies
Les bradycardies: diminution brutale et passagère du rythme cardiaque.
Les tachycardies : accélération du rythme cardiaque. Elles peuvent toucher les oreillettes (tachycardies auriculaires) et donner les maladies suivantes : fibrillation auriculaire, flutter auriculaire, tachycardie paroxystique Bouveret.
Les extrasystoles auriculaires: petites variations du rythme cardiaque. La plupart du temps, les extrasystoles auriculaires ne font courir aucun danger et ne nécessitent pas de traitement. Elles sont le plus souvent occasionnées par un excès de tabac, d'alcool ou d'aliments excitants contenant de la caféine.
Les flutters auriculairesplusieurs battement des oreillettes alors que pendant le : même temps les ventricules ne battent qu'une seule fois .
La fibrillation ventriculairecontractions très rapides et désordonnées des : ventricules, qui entraînent une insuffisance d'irrigation des organes vitaux. Cette variété d'arythmie correspond à une maladie cardiaque (insuffisance coronaire, infarctus), dans laquelle les fibres musculaires du coeur se contractent avec inefficacité. Une interruption de l'action de la pompe cardiaque est susceptible de survenir, qui si elle n'est pas rétablie en quelques minutes, peut entraîner une fibrillation ventriculaire et la mort.
La tachycardie auriculaire paroxystique: soudaine accélération du coeur. Les crises ne durent que quelques minutes mais peuvent aller de 1 à 2 jours. La fréquence se situe alors entre 140 et 240 battements par minute. Quelquefois, la crise s'accompagne d'une sensation de mort imminente et d'angoisse. Cette variété d'arythmie ne fait courir aucun risque au malade, néanmoins en cas de répétition, elles peuvent évoluer vers une insuffisance cardiaque congestive (inefficacité de travail normal de la pompe cardiaque).
Les extrasystoles ventriculaires : contractions des ventricules anarchiques mais néanmoins efficaces.Les blocs auriculo-ventriculairesabsence de passage de : l'excitation nerveuse provenant du sinus de Keith et Flack vers les ventricules.
Ces troubles peuvent résulter de diverses causes comme une cicatrice sur le passage des fibres conductrices, une insuffisance coronaire (angine de poitrine ou infarctus), une cardiopathie congénitale (maladie cardiaque d'origine congénitale), des médicaments utilisés en cardiologie (inhibiteurs bêta adrénergiques, digitaline, inhibiteur calcique), une maladie de Lyme (maladie infectieuse due à la morsure d'une tique infectée par une bactérie), une mononucléose infectieuse (infection par le virus d'Epstein Barr). Habituellement, le bloc auriculoventriculaire n'entraîne aucun symptôme. Néanmoins, dans quelques cas les plus graves, il existe une syncope.
Mieux comprendre son rythme cardiaque
Le rythme cardiaque normal est appelé rythme sinusal. Sa naissance se fait au niveau du sinus Keith et Flack, appelé également noeud sinusal, noeud sinu-atrial ou noeud
sino-auriculaire. Il s'agit d'un regroupement de cellules nerveuses situées dans la paroi de l'oreillette droite. Grâce à ces cellules, le coeur crée une excitation qui va déclencher la contraction cardiaque. L'influx va progresser ensuite un peu plus loin, vers un autre noeud appelé Aschoff Tawara, puis vers le reste du coeur par l'intermédiaire du faisceau de His.
Le tissu myocardique (du coeur) est spécialisé pour propager l'influx électrique et synchroniser les mouvements des différentes parties du coeur.Le rythme cardiaque normal (compris entre 60 et 90 cycles par minutes, sauf chez les sportifs pour lesquels il est de 40 cycles par minute) est sous le contrôle du système nerveux autonome : le système nerveux sympathique et parasympathique, qui permet d'accélérer et de diminuer le rythme de ses battements. C'est ainsi que lors desefforts ou au cours d'une émotion, le rythme cardiaque s'accélère.