//img.uscri.be/pth/cc4a09ed1da5390cf65fc630845bee6424d3792a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'OTAN et le Maghreb

De
200 pages
Ce livre a pour objectif d'introduire dans une perspective critique et analytique le rôle de l'OTAN dans l'espace maghrébin qui a pris une place importante dans les stratégies sécuritaires post Guerre-froide. D'une part, il étudie le rôle de l'OTAN dans un environnement régional en mutation ; d'autre part, il analyse les intérêts politiques et les attentes militaires des pays du Maghreb face à la coopération dans le domaine de la défense et de la sécurité.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Brahim Saidy
Collection Perspectives Stratégiques
L’OTAN et le Maghreb
L’OTANet le Maghreb
Perspectives stratégiques Collection dirigée par Camille Grand La Fondation pour la recherche stratégique (FRS) a pour objet de développer le débat et les recherches stratégiques en France et de faire rayonner la pensée française en matière de politique de défense et de sécurité. Ses travaux englobent les dimensions les plus variées relatives à la défense (questions militaires, technologiques, mais aussi touchant au terrorisme et aux nouvelles menaces). Disposant d’une équipe de recherche du plus haut niveau, elle s’appuie aussi sur un réseau de chercheurs étrangers dont elle cherche à faire connaître les travaux. La collection perspectivesstratégiquesest héritière de l’activité des centres de recherche dont la fusion en 1998 a concouru à la création de la FRS. Déjà parus Jean-Yves MOISSERON, Mohamed HADDAR,La transition économique en Tunisie, 2012. P. BECKOUCHE, Z. LUÇON, A. TAITHE,L’eau en Méditerranée : fonder une stratégie commune. Services de l’eau, climat et sécurité, 2010. François BARLIER (coord.),Galileo. Un enjeu stratégique, scientifique et technique, 2007. Jean-Jacques PARTY,L’ombre déchirée, la puissance aérienne contre la terreur, 2007. Jean-François DAGUZAN et Hélène MASSON,L’intelligence économique. Quelles perspectives ?, 2004.
Sous la direction de Brahim Saidy L’OTANet le Maghreb
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02155-3 EAN : 9782343021553
Table des matières
Préface .........................................................................................7  PierreRazoux Introduction.................................................................................. 11 (Re)penser le(s) relation(s) OTAN-Maghreb : perspectives et limites d’un dispositif régionalde sécurité limité au Maghreb ?................................................... 17  AbdennourBenantar Les États-Unis, l’OTAN, la Méditerranée, la proliférationdes armes de destruction massive et la lutte contre le terrorisme : un dialogue écrasé par la sécurité......................... 45  Jean-FrançoisDaguzan L’OTAN et ses partenaires de la région MENA: pistes de coopération en matière énergétique ........................................67  SamirBattiss L’enjeu de la sécurité maritime dans les rapportsOTAN/pays du Maghreb .............................................................87  JihaneLamouri Le Dialogue méditerranéen de l’OTAN: un point de vue algérien............................................................................. 95 Mohamed Chafik Mesbah Le partenariat du Maroc avec l’OTAN: un cran de sécurité supplémentaire .............................................................................113  BrahimSaidy L’OTAN dans la perception de sécurité nationale de la Tunisie: de l’autoritarisme au Printemps arabe........251.................................. MouniaRahimi
L’OTAN et le Maghreb –Les programmes de formation académique et de coopération pratique........................................137  FlorenceGaub L’évolution des relations de l’OTAN avec la Libye......513..............  HouchangHassan-Yari Le Dialogue méditerranéen à l’épreuve du Printemps arabe....... 167  Jean-LoupSamaan Conclusion ...................................................................................185 Notices biographiques des auteur(e)s ..........................................189
6
Préface Pierre Razoux
Je ne peux que féliciter Brahim Saidy, ancien chercheur post-doctorant du programme «Dialogue méditerranéen» du Collège de défense de l’OTAN, d’avoir pris l’excellente initiative de coordonner un ouvrage col-lectif qui ambitionne de faire le point sur le déploiement stratégique de l’Alliance atlantique dans la région du Maghreb. L’idée même de déploie-ment stratégique sous-entend l’existence d’une stratégie et d’une vision d’ensemble. Les opinions publiques arabes, tout particulièrement dans les pays du Maghreb, sont en effet convaincues de l’existence d’un «agenda caché» de l’OTAN vis-à-vis de leur région. Elles perçoivent l’OTAN comme le bras armé de la politique américaine, soulignant sa récente intervention en Libye qui illustrerait de façon imparable leur théorie. La réalité est pourtant beaucoup plus complexe. Il suffit d’avoir travaillé au sein des instances officielles de l’OTAN ou d’avoir été impliqué dans la gestion des partenariats que sont le Dialogue méditerranéen et l’Initiative de coopération d’Istanbul, pour en être convaincu et regretter l’absence de vision commune et de stratégie concertée de l’Alliance à l’égard de cette région éminemment stratégique. C’est donc très judicieusementque Brahim Saidy a fait appel à la fois à des chercheurs des deux rives de la Méditerranée, à des experts universitaires, mais aussi et surtout à des praticiens expérimentés travaillant au sein de la structure de l’Alliance atlantique pour exprimer leurs points de vue complémentaires. Leurs analyses reflètent bien évidemment des sensibilités diverses qui illustrent la multiplicité des angles d’approche d’un tel sujet.Mohamed Chafik Mesbah, Mounia Rahimi, Houchang Hassan-Yari et Brahim Saidy privilégient l’analyse par pays, tandis que Florence Gaub et Samir Battiss abordent le sujet à travers une logique fonctionnelle. Abdennour Benantar, Jean-François Daguzan et Jihane Lamouri se concentrent, pour leur part, davan-tage sur la problématique sécuritaire. Enfin, Jean-Loup Samaan s’interroge, fort à propos, sur les conséquences de la crise du monde arabe sur ce partenariat entre l’Alliance atlantique et certains pays de la rive sud de la Méditerranée (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Israël et Jordanie).
Brahim Saidy a fait le choix de privilégier l’engagement de l’OTAN vis-à-vis de la zone Maghreb, laissant de côté la région du Levant. Il est vrai que le Machrek suscite davantage de questionnements stratégiques qui semblent aujourd’hui sans réponse: comment résoudre le conflit israélo-palestinien ?Comment normaliser les relations entre Israël et ses voisins arabes ? Comment trouver une issue à la guerre civile qui ravage la Syrie et comment éviter que celle-ci ne se diffuse aux pays voisins, tout particuliè-rement au Liban et à la Jordanie ? Comment éviter que la Turquie, membre à part entière de l’OTAN, n’intervienne militairement en Syrie? L’OTAN doit-elle intervenir militairement en Syriecomme elle l’a fait en Libye –au risque de se rendre encore plus impopulaire au sein du monde arabe et de rendre encore plus délicates ses relations déjà tendues avec la Russie? Comment s’assurer que la révolution égyptienne n’engendrera pas, au bout du compte, un régime déstabilisateur pour la région? Comment s’assurer que la crise du monde arabe, quelles qu’en soient ses manifestations, ne débouche pas sur un vaste conflit sectaire dont feraient les frais les minorités ethniques et religieuses? Comment éviter que l’exploitation des nouveaux gisements gaziersoffshore situésen Méditerranée orientale, au large des côtes israélienne, libanaise, chypriote et égyptienne, n’engendre de nouvelles tensions pouvant dégénérer en confrontation armée ? Au regard de ces défis majeurs, les différends qui empoisonnent les relations entre les Etats du Maghreb font figure de simples querelles de famille. Celles-ci n’en sont pas moins potentiellement déstabilisatrices, tout particulièrement dans l’arc sahélien qui s’impose chaque jour un peu plus comme la véritable frontière sud de l’espace méditerranéen. Cette vaste zone de non-droit est devenue un champ de bataille pour de nouveaux affron-tements idéologiques, religieux et mafieux. Dès lors, qu’adviendrait-il si un ou plusieurs États fantoches prônant un islam extrémiste prenaient racine aux confins méridionaux de l’Algérie, de la Tunisie ou de la Libye? Indubitablement, l’OTAN, tout comme l’Union européenne, fait face aujourd’hui à une nouvelle donne politique et stratégique en Méditerranée qui va l’obliger, si elle veut continuer à apparaître comme un acteur crédible, à s’interroger sur les objectifs de long terme de son partenariat avec les pays de la rive sud. L’Alliance atlantique devra impérativement s’accorder sur une vision cohérente et concertée à l’égard du monde arabo-musulman. Elle devra se tenir prête à coopérer avec des gouvernements majoritairement isla-miques, certes plus représentatifs des opinions publiques, mais beaucoup plus critiques à l’égard des politiques étrangères de l’Europe et de l’Amérique duNord. Elle devra se préparer à faire face à de nouveaux
8
soubresauts sécuritaires, dans l’hypothèse où d’autres pays de la région seraient affectés par le vent de révolte qui balaie le monde arabe depuis le début de l’année 2011. Enfin, elle devra rejeter la tentation de l’isola-tionnisme et conserver son rôle de pont entre les deux rives de la Méditerranée. Si cet ouvrage collectif pouvait y contribuer modestement en alimentant la réflexion, tant universitaire qu’institutionnelle, son objectif serait très largement atteint.
9