//img.uscri.be/pth/5c04a21e9b73c15e87d201e43cfe14e42072ff34
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Noir africain contemporain à la recherche de son identité ?

De
194 pages
Après plus d’un siècle d’esclavagisme suivi d’une colonisation qui ont fait émerger les valeurs occidentales, comment l’Afrique noire peut-elle se reconstruire, comment l’être noir a-t-il les moyens de recouvrer son identité? À ces questions existentielles et fondamentales, l’avenir de tout un continent dépend des réponses qui y seront apportées. Convoquant ses pairs pour établir une véritable réflexion, l’auteur allie les théories politiques aux cas pratiques de leurs exécutions et mises en place. D’un style ludique et pertinent, Alfred Mbuyi Mizeka développe les axes de pensée de toute une communauté dans un seul et unique but: recouvrer la dignité et ressouder l’unité du peuple noir. Loin du pathos anti-colonialiste, l’auteur propose de véritables solutions pour améliorer la vie de ses confrères, interroger les pratiques quotidiennes en vue de changer les mentalités.
Voir plus Voir moins
Le Noir africain contemporain à la recherche de son identité ?
Du même auteur
L’Intelligence cognitive du jeune enfant d’Afrique noire, Paris, L’Harmattan, Coll. Psychologiques, septembre 2001.
Du village aux amphithéâtres. Itinéraire d’un universitaire africain
L’Enfant noir d’Afrique centrale(sous presse)
Alfred Mbuyi Mizeka Le Noir africain contemporain à la recherche de son identité ? Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0116424.000.R.P.2011.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
À mon fils Léon, qui a permis de ralentir le rythme de ma course vers l’issue fatale.
Remerciements Entreprise de longue haleine, la rédaction d’un ouvrage, bien qu’une œuvre individuelle, ne se réalise pas sans la contribution de plusieurs personnes. C’est dire notre inca-pacité à énumérer sans oublier aucun nom de toutes les personnes de bonne volonté dont l’apport sous une forme ou une autre nous a été très précieux. Ce n’est pas dissimuler ou contourner l’immensité de cette tâche que de tenter, comme nous allons le faire, de mettre en exergue les noms de quelques personnes pour la part particulière qu’elles ont prise dans l’aboutissement de notre aventure intellectuelle. Ayant longtemps nourri le désir et l’espoir de réaliser un travail en commun, c’est à Madame Marie-Rose Mu-keni Beya que nous en avons fait part. Professeur de Psychologie de développement de l’enfant à l’Université de Kinshasa, cette dame qui a été notre étudiante dans les premières années de notre carrière universitaire, a gardé à notre égard un souvenir agréable et c’est donc sans hésiter qu’elle s’est montrée immédiatement partie prenante. Malheureusement, son état de santé risquant de lui poser de problèmes dans ce paysage dévasté qu’est devenu le Congo, elle n’avait pas d’autre choix que de quitter Kins-hasa pour se rendre à New York. Nous la remercions pour nous avoir mis en contact avec ses deux assistants, Messieurs Danny Kanionga et Franck Kabongo, qui, avec amabilité, ont pris sur eux la peine de trouver des sujets à qui ils ont fait passer l’entretien semi-directif, notre instrument d’enquête. Sans cet apport, notre travail se serait limité à une population de Libreville, nous
privant ainsi d’élargir notre perspective d’enquête. Les mots nous manquent pour leur exprimer nos très sincères remerciements ainsi que toute la dette morale dont nous leur sommes redevables. Véritable cheville ouvrière, Denis Mbuyi mérite d’être considéré comme notre «alter ego». Après que nous lui ayons fait part de l’esquisse de notre première ébauche, non seulement il s’est empressé de nous faire ses sugges-tions bien pertinentes relatives à la restructuration de l’ensemble de nos idées, mais il n’a cessé, tout au long de la rédaction, surtout en rapport avec les publications sur l’esclavagisme et la colonisation, de nous faire parvenir des documents inédits que nous aurions eu toutes les pei-nes du monde à trouver sur place. Ce livre est donc aussi le sien. C’est à Madame Ntsame Mba Flora, notre jeune collè-gue qu’est revenue la tâche bien ingrate et bien ennuyeuse de procéder au traitement statistique des données recueil-lies. Loin de se limiter à prendre part à l’élaboration de cette partie technique, elle s’est donné la peine de relire l’ensemble du travail une fois achevé. Sa collaboration a donc été essentielle et elle-même est réellement partie pre-nante à cette aventure. Ils sont nombreux, tous ceux qui ont eu la gentillesse d’accepter la tâche pénible de lire avec beaucoup de soins une partie ou l’ensemble du livre. Je pense en particulier à Jean Ze Ondoua, à Aloyse Eyang, qui, en plus du travail de lecture, a bien voulu mettre à notre disposition ses do-cuments sur la traite des Noirs. Qu’ils trouvent ici nos sincères remerciements. C’est avec sa gentillesse habituelle que Madame Læti-tia Lishou a accepté d’exécuter tout le travail de traitement de texte et de montage du prêt-à-clicher conformément aux exigences et normes de notre éditeur. Nous ne cesse-rons jamais de lui dire combien nous lui sommes redevable pour la matérialisation et la finalisation de cet