//img.uscri.be/pth/74fc35cf6872118af513d6475f73419bc12eecec
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 30,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Mohamed Ali Soilihi

De
478 pages
A travers cet ouvrage, on découvre la scène et les coulisses de la campagne électorale, les meetings et les secrets de l'élection présidentielle de 2016 qui a fait reculer les Comores de trois décennies. Le chef d'Etat sortant avait désigné son vice-président, Mohamed Ali Soilihi, comme son candidat, mais s'était employé à empêcher son élection. La trahison se mit au service de la fraude, de la menace et de la terreur, et le score électoral de 56.36 % obtenu par Mohamed Ali Soilihi fut ramené à 39.66 % de manière artificielle.
Voir plus Voir moins
 I
Mohamed Ali Soilihi
Vérités sur une élection aux Comores
S
S
F
U
S
D
OHAMED M IZIKI R
Abdelaziz
AbdelazizRIZIKIMOHAMED
Mohamed Ali Soilihi
Vérités sur une élection aux Comores
Vérités sur uneélection aux Comores Moham d Ali Soilihi
Mohamed Ali Soilihi Vérités sur une élection aux Comores
Abdelaziz RIZIKIMOHAMEDMohamed Ali Soilihi
Vérités sur une élection aux Comores
Du même auteur, chez L’HarmattanComores : Les institutions d’un État mort-né,2001 La diplomatie en terre d’Islam,2005 Sociologie de la diplomatie marocaine,2014 Ce que le Maroc doit au Roi Hassan II,2014 Mohamed Ali Soilihi. Les Comores à cœur et dans l’âme,2015 © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10467-6 EAN : 9782343104676
REMERCIEMENTS
me  Je remercie chaleureusement M. Mohamed Ali Soilihi et son épouse, M Nouria Aboubacar, qui m’ont accordé des entretiens m’ayant permis de mieux comprendre leur perception des enjeux de l’élection présidentielle qui a eu lieu aux Comores les 21 février, 10 avril et 11 mai 2016.  Je remercie également l’ambassadeur Soilih Mohamed Soilih pour ses divers témoignages, qu’on retrouve tout le long de cet ouvrage et qui, en plus de m’expliquer les secrets et les ressorts intimes de la vie politique aux Comores, m’a servi de guide sur la scène et les coulisses d’une campagne électorale très dense et riche.  M. Mohamed Abdou Soimadou, ami de M. Mohamed Ali Soilihi depuis l’enfance et ancien ministre, a été mon Professeur de français de 1982 à 1984 au Lycée de Fomboni, Mohéli. Il définit les belles années de cette période épique en termes d’«échanges mutuellement enrichissants». Je lui dois beaucoup, et lui sais gré d’avoir accepté l’ingrate tâche consistant à relire le manuscrit de ce livre, comme il l’a fait minutieusement avec le précédent.  Merci à mes amis Abdoulbar Mohamed Toihir, Mohamed Saïd Harouna, Saïd Omar Saïd Bacar Halifa, Mohamed Nassur Lal, Mohamed Yahya Abdoulbak (Roselbak), Hachimia Abdou Ahmed Zamrata et Ali Soilihi Mchangama, pour leur militantisme sincère, leur soutien et leurs encouragements.  Je souhaite remercier, enfin, Raafati, Ève Mélina et Mélissa qui, bien que sachant que je ne dis jamais la vérité quand j’affirme que «quand j’aurais fini le travail en cours, je vais me reposer un peu», ne m’en tiennent pas rigueur. Leur indéfectible soutien m’aide beaucoup.
À la mémoired’Abdourahamani Riziki Mohamed (1949-1996), mon grand frère et le camarade de classe de M. Mohamed Ali Soilihi au Lycée de Moroni dans les années 1960.
«Je préfère perdre l’élection dans la dignité et l’honneur que de gagner dans l’indignité et le déshonneur» :Mohamed Ali Soilihi. «En réalité, dans l’Islam, le chef de l’État se trouve responsable même des pleurs d’un enfant mal nourri» :Allal El Fassi,cité parAttilio Gaudio :Allal El Fassi ou l’histoire de l’Istiqlal,Alain Éditions Moreau, Paris, 1972, p. 296.