Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Trump face à l'Europe

De
267 pages

L’élection, fin 2016, de Donald Trump comme quarante-cinquième président des États-Unis peut-elle changer favorablement les relations des États-Unis avec le monde ainsi qu’il s’y est engagé ?


"Une voie difficile", estime le président russe Vladimir Poutine. D’autant plus difficile que depuis leur fondation en 1776, les États-Unis ont consacré plus de 93% de leur existence à faire la guerre aux peuples pour s’approprier leurs richesses et imposer leur hégémonie.


Les dirigeants du "pays de la guerre" ont fait des millions de morts et de personnes déplacées, détruit des pays entiers, et favorisé le développement de la misère et du terrorisme jusqu’au cœur de l’Europe.


Aussi, le dossier "Europe", non de la petite Europe de Bruxelles mais de la grande Europe, qui s’étend de Lisbonne à Vladivostok, est l’un des plus importants auquel Donald Trump doit faire face.


Après avoir détruit l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie, comment les États-Unis portent-ils la guerre en Europe ? Et, face au péril, quel est ce nouveau monde qui met l’espoir en chantier ?



Journaliste d’investigation indépendant et écrivain, Jean-Loup Izambert, auteur de plusieurs ouvrages qui font référence (« Le Crédit Agricole hors la loi ? », « Faut-il brûler l’ONU ? », « 56 – l’Etat français complice de groupes criminels »), décrit dans ce nouveau travail d’enquête les attaques incessantes des Etats-Unis contre l’Europe entière.


Avec « Trump face à l’Europe », l’auteur porte à la connaissance des lecteurs des faits importants dont ne traitent pas les médias. Il en révèle d’autres par des témoignages collectés auprès d’acteurs du monde du renseignement, de l’économie et de la finance. Éclairant le lecteur sur une succession d’événements, il l’interpelle sur les préparatifs de guerre qui malmènent la paix, et montre comment les États-Unis divisent le continent européen et les deux conceptions du monde qui s’opposent.


Un ouvrage essentiel à la compréhension des enjeux et du devenir de la civilisation européenne.

Voir plus Voir moins

1

Retrouveztoutesnosactualités
surlesréseauxsociaux:

Facebook.com/isedition
Twiter.com/is_edition
Google.com/+is-edition

©2017–ISEdtion
MarseileInovation.37rueGuibal
1303MARSEILLE
www.is-edtion.com

ISBN(Livre): 978-2-36845-131-1
ISBN(Eboks): 978-2-36845-132-8

ResponsableduComitédelecture: PascaleAverty
Directriced'ouvrage: MarinaDiPauli
Ilustrationdecouverture: ©Shuterstock

Colection«Faitsdesociété»
Directeur: HaraldBénoliel

LeCodedelapropriétéintelectueleinterditlescopiesoureproductionsdestinéesàuneutlisation
colective.Toutereprésentationoureproductionintégraleoupartiele,faiteparquelqueprocédéquece
soit,sansleconsentementdel'auteur,desesayants-droits,oudel'éditeur,estiliciteetconstitueune
contrefaçon,auxtermesdel'articleL.35-2etsuivantsduCodedelapropriétéintelectuele.

2

JEAN-LOUPIZAMBERT

T R U M P
FACE À L'EUROPE

3

DUMÊMEAUTEUR

Lekrachdes40banques(Éd.LeFélin,198)

LeCréditAgricolehorslaloi? (Éd.Carnot,201.Traduitenruse:
Éd.RiaNovosti,202)

CréditLyonais,lamascarade(Éd.Carnot,203)

ONU,violationshumaines(Éd.Carnot,203.Trad.anglaise: Éd.Carnot
USABoks,203)

Faut-ilbrûlerl’ONU? (Éd.duRocher,204)

LesDémonsduCréditAgricole(Éd.L’Arganier,205)

Pourquoilacrise? (Éd.Amalthée,209)

Crimesanschâtiment(Éd.20cœurs,2013)

56–Tome1: L'Étatfrançaiscomplicedegroupesc
2015)

56–Tome2: Mensongesetcrimesd'État

riminels(Ed.ISEdtion,

(Ed.ISEdtion,2017)

4

CHAPITRE1-
UNNOUVEAUMONDESELÈVE

Conaisesil -ze l’Ovous TroCS ?tresed rueière lesql en ues
constele la pai choix df ia teld eapsynoitaevédolte x ud pementen
préservant chacun leur souveraineté et leur identité. C’est la raison
esentieledesat qa seuénemp sear Washington cotnerl a «amsino
commune»européenQ .e tse leuouvece nondeau ms eq iu? èlev

«L'es,leiuop tne rune ôljor r ueoian,lc nietnrtaxister p'est d'e-ios ra
même, en soi-même, chez soi. Il n'y a pas de réalité internationale qui ne
soitd'aborduneréaliténationale»,afirmaitlegénéraldeGauleen
décembre1959.
Mais,unesoixantained’anéesplustard,levsiaireonn ed erèitam ne
poltiqueétrangèreatendtoujoursunhértireli fIlt audi’l .eéengi ed er d
1
Unprintempsrused’AlexandreLatsa pourcomprendrecommentla
France a, depuis 1969, déserté le chantier de l’édification de la grande
EuropequivadeVladivostokàLisbone .se vés dPrivion,d’audaceet
deprojetcivlisationel,touslesdriants qui ont sugecédéaugénéralde
Gauleont,enunetrentained’anseé eMétd Trai le puis, deastricht
(février192),enfermélaFrancedanslepeitrec oinocidentaldu
continent.

Unprintempsrusen’estpasseulementunlivredegéopoltiquefort
intéres tleoiémC’. t estnavu'd gangiv eis, drnn tFraançaigeantdesociété

1.psemntri pUn ur se,parAlexandreLatsa,Éd.desSyrtes,2016.

5

instalatérn io Rdeune édéF s 2ispudeie 0 s8, setêpmet sel ru
contemporainesdel’Histoirequisouf snt lurle.tneaP oc enitnsanten
revuelesanj iu eed n1n ioer séserp al edecnedisériBoe dintsEls 91à
décembre19adsns nov cé u, esbonavrad tl snis’Hirtocoe e mm
quotidienlelentmaiscontinuetprospèreredresnemeed t al édéFtira on
deRusie,AlexandreLatsalivrelesélémentses sleitnecoa ldetiuctrnson
européenenincet esquom de. Dtcrésiitue xacarli’l ecn-e: icsante
immixtiondesdrigeantsdeWashingtondansesafairesintérieuresetla
montéeenpuisltipolaire dont naecd uomdn eums lea uocsoM trevuo
portes, avec ses partenaires de l’Organisation de Coérpioated n
Shanghai (OCS) et d’autres organisations plurinationales.
Àl’Ouest,riendenouveau.Quandleventsouflsa iehedW ,nc gnot ’est
uniquementpouratilsta if n’dmeêpcher la sel resiesisra bnfcoe d
constructiondela«maisoncommune»européen à l. Et? eE’ts

GeorgiArbatov,conseilerpoltidirigeanusieurs tr istd uaPlp ed euq
communiste d’Union soviétique, spécialiste en relations internationales
etfinconaisonncantrent 98 1euqi ud droNer ,ur deAmére l’ 7ed s
représentantsdel’Administrationétasuniena tiava sel ,ee n unis evert
peitrp nrapénemee stleoursveangr bdsed ssa ep rhes ceation dète
époque: «Nousalonsvousrendrelepiredeservices: ona sulonsvouspriver
d’enemi! »etsinummoc ecanefntde ienbi, » . « mndueréteLa piée,
répétéeàlongueurdepropagande,prévsiblf ,elica à eiséd au gnerers trav
de l’Union soviétique, a disparu du jour au lendemain avec la
supresiondu«rideaudefer».Cetedécsion, à 2 891 ne eégasivne
2
l’intiativedecolAndruri e Iors dtauebarod ra seovopet ri p pse
driq euqleu sapsy ,s communistes de ses sngtnaeré prasedae séci

2. Membre du Parti communiste d’Union soviétique, ancien responsable des
relations avec les partis communistes et ouvriers des pays socialistes, drigeant
du KGB (1967-1982). Secrétaire général du PCUS de 1982 à 1984, anéedeson
décès,IouriAndropovseral’undesdri al ed eniggetsanom cinumsetsl à iro’
modficationdesraponti curtarutal eser s, distemmuns coraiterp e tnrost
poltiqueetéconomiquedelaRuslop al eteluvnore dntmelee et du iiquede
coexistencepacfique.

6

modalitésen1987etdeviendraefectiveen1989.Elesefixaitplusieurs
objectifs : lever les obstacles à l’ouverture du grand espace naturel
européendeVladivostokàLisbonà l’impérialismee ,neelev raté inus ne
toutprétexteluipermetantdejustfineecrpsés arel mitaireetson
hégémoniedanscetespace,créerdenouvel e snasiel t fesoravrusturct
dévelopementpoltieuqomonéc, t eueiqlad osicuEar e’l– OCsie S,
Unioneuropéen earueatsiueiqUE (),EAO grnasitaoi nud traité de
sécuritécolective(OTSC),Forum
économiqueinternationaldeSaintPétersbourg,etc.–,engagerdenouvel relatioesel sanitnson as uedv c
versantouestdel’Eurasie–dontl’UEEA estuneébauche–,et
redéployer les forces de paix et de progrès à partir de plusieurs centres
géostratégiques(Brésil/Rus/ednnihCfA/euqir/Iie Sude du).
Lemondemultipolaireébauchépouvaitainsisemetreenplacesurles
principesdecoexistencepacfique,d’élargised senoz sed tnemt eixpae
decopérationsmutuelageuvantnt aemes setrenlee pes elpuA .s xu
espacesfigésetstérilesnésdelaGuerfre u sdeoicéderaientainsides
pôles dynamiques, catalyseurs de paix et de progrès. Quelques mois de
l’ansuée 1989 avaientfipour que«l’eneminéces eriaà »
l’impérialismeUSdisparaise.

Trente ansplustard,sansdoute intoxiquésparleurpropre
propagande,ilsemblequelesdri sap sruojuoeinun sneia’t tneags ntasét
3
réalisé que « l’homme au couteau entre les dents » a, depuis bele
4
lurete,apeus ,elel salgns ri fonctionementdescircuitsfinanciers

3.« L’hommeaucouteauentrelesdents»estuneaficheéditéeen1919pour
apelerà«votercontrelebolchevisme».Elesymboliseradurantdelongues
anéeslalutntcoe coe lreemsinummu snad ,ropane pe dogand eemtnl sage
ne vise, selon les périodes, qu’à détruire, dénoncer, asasiner.
4. En 1982, l’une des principales langues enseignées à l’École des diplomates de
Moscou était le portugais. De nombreux jeunes cadres de l’époque sont
devenus,danslesanées20s entre relationtn sed si pmroatsed ,sruetca al
FédérationdeRusugalPort du hors ned se(p yauesr petsilue ieugnal al tnod )
oficielt ese ambi Moz l’Aque,,al gnlonieé auGtuor plete, isgarB el slel ,lisé
équatorialeouMacao.

7

internationaux,maîtriseaus es lue qes i relatiobien lesanitnolasni tnre
systèmes d’information les plus sophistiqués, s’active au sein
d'organisations internationales à la promotion de la paix et du
codévelopement,etdri smpris dees, y co eedgrtpe snes perisemantrfor
sociétéstransnationales.
Dèsledébutdesanées190,privésd’enemitnfediableenraisonde
ladispartiondu«rideaudefer»,lesdrions eut a lnaegé stusatnein
hantisedevoirseconstruire«l’Europetoutentièred’unboutàl’autrede
notreanciencontinent»,selonlaformuledugénéraldeGaule.Cela
signfiaitquel’Europeocidentalealaitserap rehcoréF al edontiradé
deRusrtiaei ,nuoi t’dec ln avays es psA’d .eic eLitnontneur eéeopn
risquealorsdedevenirlapremièrepuismondnce .aaiel
Vingtansplustard,nepouvantdévelop re q eud se peuplesavec les
rapsysteur ème erm anutedl mê eed n al r neosiaatinn iodes om dotr
5
économique, ce cauchemar les habite encore plus fortement. Au cœur
deleursnuitsblanches: lanaisum epitlialod eran dcen ’undmo’où est
exclue toute hégémonie d’un État sur les autres, à commencer par cele
desÉtats-Unis.

L’OrganisationdeCon io Sdepatérue à été conçO(SC ) aahgnah i
partirdelaplate-formeinformel een blie étaq », CinhgiahSna e «d ti
19 6 par la éRuplbqieup polureaie dinCh le,aK ehkaznatsel ,
Kirghizistan,laFédérationdeRus eiead Tlet natsikij.eC testructure
avait pour objectif, dans un premier temps, de renforcer la confiance
entre partenaires fondateurs, d’entreprendre des désarmements dans les
régions frontalières de ses membres et de promouvoir les copérations
régionales. L’Ouzbékistan rejoindra le groupe des pays fondateurs et, le
15juin201,l’OCSseraoficielementconsitt enclaéeusi ,eé .eDup
cele-ciadévelopésesstructuresetcréque qumie cnei ydannu esede
monterenpuisance.

5.Rapiéocs téantratsnanoi selipacilateolsnq eul ses sap tnp n o’tsse ctifobjeour
deconstruiredespartenariatsmutuel têr’l eétnia avtngaeemtnervice deux au s
généraldespeuples,maisderechercherleprofitfinanciermaximumimmédiatpar
tousmoyensetcap sel rihcirenr ou pocaitros rs g leus denp irrisea.sév

8

Moinsdedixannéesaprèsquelesmédiasocidentauxaient
claironné«lachuteducommunisme»,lanaisancedel’OCS–structure
politique,financière,économiqueetmlitaire–marquelepasage
d’unmondebipolaireàunmondemultipolaire.En204,laMongolie
devientmembreobservateurdel’OCS; lesannéessuivantes,d’autres
grandspaysysontàleurtourinvitéscommeobservateurs(Inde,
Iran,Pakistan);en209,leSriLankaetlaBiélorusieensont
partenairesdediscusion.En2010,l’OCScompteplusieurspays
invitéscommel’Ukraine,l’Arménie,l’Azerbaïdjan,l’Indonésie,les
Phlipines,leVietnam,leLaos,leCambodgeetquelquesautres.En
2014,MoscouetPékinpréparentla«dédolarisation»del’économie
mondiale avec les pays qui s’ope sm etosent ot ài turépmilai
souhaitent jeter les bases de nouveaux raportspolitiqueset
économiques.L’IndeetlePakistanendeviennentmembresen2016.
Lapopulation deshuitpaysmembrespermanentsdel’OCS
représente 3,2 milopulationiards d’habitants –45%de la p
mondiale–sur37,5milionsdekilomètrescarés.Eleregroupeprès
de40%desresiuanurd’s ceurobrahc ud % 04 ,m nat gazt duon e ,terule
25 % des resesrcon mouép elortlaidd seompris le, non cse sem merb
actuel ou eursle psur ne tmevrtaboesy’d tnioreréhda .Mais
géographiquement, l’Eurasie en devenir couvre près de 54 milions
dekilomètrescarésoùviventprèsde5mil.stnatibhad’s rdiaAvec
deuxlanguesdetravail,lechinoisetlerus mt et s esiSpC On’eeec’asl le,
dévelopeul aepedemtnq s lupirai péete Union européene
(51im lionsd’habitantssur4,38mila ocitreslomèe kins drés),bien
qu’ayant des problèmes de plus grande ampleur à surmonter: teritoire
près de dix fois plus vaste, diversités géographiques, climatiques et
6
cultureles,difiqids,ueesncur jeré ert quampteS col’OC61 , n02.E e ct
États observateurs (Afghanistan, Iran, Mongolie et Biélorusie),six

6.Aucoursdesondévelopement,l’OCSaparfoisp
deCopérationetdeSécurité.VoirlessitesInter
www.strategic-culture.org.

9

rislenomd’Organisation
net:www.infoshos.ruet

partenairesdediscusmbodge, Azerbaïdkn,aT ruuqei ,aConiSr (Lai ,naj
7 8
ArménieetNépal)etetCEI).roisinvités(Turkménistan,A SEAN

Uneorganisationdecompétenceseficace

Ici, pas de parlement central sans pouvoir, pas de commisiondehauts
fonction slaud udneved ri nesioat, nss parisei anomivlbse qui décident se
d’arméededizainesdemiliersdefonctione lear ivaie dréi qus t enntge
centainesdemilionsdecitoyenscommeàBruxeldes use ctueespeeR .s
souverainetés et idenitioat nésue ’sna pS CtOs’l t,asteÉl ann
supranational.
Les organes de direction de l’OCS sont uniquement composés de
membres élus par les populations des pays lors des diférentes
élections, tous égaux entre eux. La structure de l’OCS se partage
entrePékin
(secrétariat),Tachkent(Centrerégionalducontreterorisme)etMoscou(Conseildesafaires).Objectifsprincipauxde
l'OCS: renforcerlaconfiancemutueleetdéveloperdesrelationsde
bonvosinageentreÉtatsmembres; facliruc et relopérationdansles
domainespoltifs icnetcierx,aut emmcoimonqseuq,seuocé iqueset
techniques, culturels et éducatifs, ainsi que dans les domaines de
l’énergie,des transports,dutourisme etde l’environement;
sauvegarderlapaix,lasécuritéetlastabli régtéle;iona œuvreràla
créationd’unnouvelordrepoltiimon euqte eocé naiopll teinatrnsu qu
justeetdémocratique.Sefixantpourbutdelut telee tron cerrorisme,
le séparatisme et l’impérialisme des États-Unis, l’OCS a décidé la
fermeturedesbasesétasunienesursesteroti.seri
L’OCS est organisée autour d’un Conseil des chefs d’État,quise
réunitchaqueanete re pét es,décisionrtantes ul smiopdnl sep d’un
Conseildeschefsdegouvernement,quiélaborelastratégiede

7.ASEAN: Asaico.ntoit'lsAeid uus-dse des nations de
Fondéeen1967àBangkok,elap xid epuorger ecee dysterégion.
8.CEI: ConfédérationdesÉtatsindépendants.
Organisation intergouvernementale fondée en décembre 191composéede
neufÉtatsmembresisusdesancienubépquli sesiéovuqit .seser

10

dévelops an dntmee tega bude le vots etiaend mol seotsunuelde
l’organisation.Plennecso ndter erse s commutsurtcrusueiru s
réunisannt dts pesleartnemte ssed nim res istèous de tatnl ser peéres
secteurscivilsetmlitairescomplètentl’architecturedesorganismes
décisionels. Un Conseildescordinateursnationauxaencharge
d’harmoniserl’actionconjointedesmembressurl’ensembledes
questions traitées. Le Secrétaire général de l’OCS et les membres du
Comité directeur exécutif sont élus pour une période de trois ans. Les
représentants des pays membres sont responsables de leurs choix devant
leursparlementsnationauxrespectifs.
Le26octobre20ter-rtium int ess’S OCl’, 5osnoC nu’d eétod
banquesd’afaires réunisantlesprincipalesbanquesdechaqueÉtat
membre et,le14juin206, d’unConseildesafaires composédes
principaux dirigeants des secteurs économiques-clés de chaque État
membre suot el soraverist on fdeeD .sfs ceito jbapxuincis pre seux d
projetsdedéveloptetalupop ud snoievrud setne nafemeritoirede
l’OCS (santé, éducation, formation, logement, emploi) et de déveloper
desrelationsd’afairesmutueldes ec surtent avantemeadsnl segauees s
l’énergie, desnouvele dontieclogichnos teerptol a tedsee
l’environement.Lalibrecirculationdespersonsed pac uatine xe tres et
Étatsmembresestégalementàl’ordredujour.

Auplanmliat’O le,iratisanrgoC écéS tiruitradeé n io Tdulective
(OTSC),dontsesontdotésen201laFédérationdeRus,ei la
Biélorusna ,hktsaKazl eie,iKgrihiztsna , aikdjtaisetn e lrA’linéml ,eaT e
conuplusieursévolutionsrapides.
Depuis209,uncommandementunfié eno e fot und’inrce entiterv
rapide ont été mis en place afin de contrer toute agresionmlitaire
contrel’undesesmembresetlutte le sme,aiilpmrél i’tnereoc rrorisme,
le crime organisé et le trafic de stupéfiants. En octobre 207,l’OTSC
copèreavecl’OCSetapteorxp eon s ecneiréolonhcete, dgique
prévention et de défense à chacun de ses membres, y compris par
l’équipement,leperfectionementdelacoe témse sra ees dontinadirle
dévelopervuoc s ed œnamagngnteaunmm eessrd ziiap ulisuementenes
demiliersd’hommesendifrd a snezoL’. SCOTrénestp iotn sedigeles

1

opérations propres à l’OCS, mais également des initiatives mlitaires
nationalesetmultinationalesdesÉtatsmembres.
Avecledéveloprasil’Eu sone eturtc stsd erusenemeed tnegremé ec
commepremièrepuisial de progrès ecn etep lô eomdnaed tiap l ,x se
paysdel’Unioneuropéenedoiventdésormaischosir: poursuivreleur
déclinsouslahouletdee sinU uo tÉ s-star leur sretrouvete éte uoevarni
leurdynamismeens’asociantauxnationsmembresd el'UEEAet
parfairecetenouveleconstructioneuropéene.

BRICS: aucœurdumondemultipolaire

Àpartirdesanées20et e spmel smêm ,an des e tsaitganis’orque
dévelopaitl’OCS,legroupeBRICs’estconsitué.Réunisantdansun
premiertempsleBrésil,laFédérationdeRuse et’IndRépu la euqilb,el i
populaire de Chine, il tient ses premiers sommets en Fédération de
Rusie(209),puisauBrésil(2010).L’an polonté vol, laetnavius eétique
du gouvernementd’Afriquedu Sud d’œuvrerpourun monde
multipolaire,ainsiqueledynamismedesmli'dax eufairessud-africains
etdelaboursedeJohane’l tnesud eértndas ay pe lnsburgesvori, fa
groupe,quidevientalorsleBRICS.
Complémentaires,tousagisamun comdt’ uenncord surtrois
objectifsesentiels:préserveretrenforcerla paix,refusertout
impérialisme,asurerledévelopla osicomonéc, t eueiq tnemelerutluc
deleurspays.Ceteales i,es sep raetanrilarevetintmeit vecnao’s nagr esi
tisoévelde ders antihc sed tnaegagnet etsoitr énsieant des lpement
importants. Cescoeutrapénoitum slemeovtn ageuses nt avant
permetreauxpaysmembresdesortirprogresvinemeed t al iscrete u d
diktat des organisations financières pilotées par les États-Unis. En 2016,
legroupeBRICSrasemble3,6mil% de 45 s de prè ari dds( sttiosbah'nati
la population mondiale) sur 26 % du tert le reidlopt iatènae ,e
représenteprèsde27% duProduitMondialBrut.Maissurtout,
l’ensembledespaysdu BRICS,malgrélesobstaclesdreséspar
Washington,afichentuntauxdecrois etnaston cismae èrégcn enel a
progresion: v1é0s,6 neer2p c6n u%a ,e,v42015 en ,9 %3ionde5,3%
en2017.

12

Organisationsouple,eledéploieunemulitntude d’iiativesdanstous
lesdomaines.Dansuntrèsintérespublcle artiant euver al snad éie d
géopoltiqueConflits, Olivired eaMsinoR uo, geocav, atctdo rued netior ,
membreduComitéscientfiquedel’Insiturnteint lanoitaetni’dligence
économique et stratégique, relève, par exemple, que l’«onpeutse
satisfaire de voir que le BRICS a globalement adopté un système juridique de
droitécrit(celavautnotammentendroitconsitioutnel,droitdelapropriété
intelectuele,droitcivil…).Cecipouraitrae e unduirfetdebasculeinverseà
9
celui impulséactuelement par les ÉstatinU-» sréalisations. Les
économiques et sociales des pays membres de l’OCS et du groupe
BRICSatvéd oleenitset suihaoup ya,sq onvuaexurent de ipersans
passeb sed see nauqganit or finsmes resel suoshercou finudcas icna sre
capitalistesanglo-saxons.
CetS BRIC sLe. yspas reut ud tenretnI eti eydanimuqe va toucher d’a
donles e odnéesesentielon n sogaorese d te s edasinnoit
fonctionats ceommemne de ses ,nlrdt veaeisa ,stédr u setolsahc eitn sr
10
etprojetsencoursouendiscusais . Mropel’Euoingé tiod tnemela
prendretoutesaplacedansceprocesd eerfnsu e xiad tee d placeorntme
dévelopementéconomiqueetsocial.

Naisancedel’Unionéconomiqueeurasiatique

Lesdirigeantsdel’Unioneuropéeneneces sed erdant de pren
décsinorantcos c àesiréduasei e81,xl embr nove 201,lesprésidentsde
laFédérationdeRusie,delaBiélorussin tahsakaz Kdu nu tneiangeie t
acro nioni el ’yUrémaénnt dL ’cAruAeE.a)ru(q EeUoqniiemuéi sotca
adhérale9octobre2014.Puis,aprèsdiscusoi nte aprobationdes
parlementsdechaqueÉtat,ycomprisceuxdu Kazakhstan,du
Kirghizistan etdu Tadjikistan,lanouvele Union économique
eurasiatiqueaprisunenouvelivnaj tubdé de nneomiis5.01 2er

o
9.gua Leredesdroits ,ein ,1 de vier Oli pareguooC ,siaMR norshoér-slinf, ts
hiver2014,p.61à64.www.revueconflits.com.
10.Voirwww.infobrics.org.

13

Cetenouvelalon qe, cuisoniagin eronatiultion msatituelecœurdu
continenteurasien,sedévelopa lur su dsebaratnolovuér ,taides nit e
États souverains et a pour objectif prioritaire de dynamiser la prospérité
économique de sesmembres.Rejetantle modèle d’insitution
supranationale,l’Union économiqueeurasiatique(UEEA)estune
« union de nations ». Destinée à favoriser la reconfiguration des mlieux
bancairesdesonteritoire,ledévelop erutcurtsed te sdet enemasfrins
acordsavecdiférentspays,elelagtnemua e teinierv éntsibienen
matièredepoltiquedouanièrequedepoltiiqétrgne éueqrahcsé eu ,edm
publics,desécuritéetdeluteanti-coruption.
Letraitéinsitné le 29 mai 201 4 àsAatan ,acipu dletatnauU'l ,AEEgis
Kazakhstan, fixe les ententes intervenues entre la Fédération de Rusie,
laBiélorusazhktsnatel eaKprincipe et les ed sruetadnof se in.ioUnl’
L’objectifestalorsdepas e efsoà uner d i'tngéaritnod rme plus avancée
troispays,quiposèdentdéjàunterinreodauum.nc mox eu Dire ito
nouveaux membres la rejoignent par la suite : l’Arménie (en
octobre 2014) et le Kirghizistan (août 2015). Courant 2015, l’UEEA
comptait180milpaeb’nh dunusri ostsanitim 02 ed sulp ulionsde
kilomètrescarés.LanouveleUnionpour progreeté’erdnas tisivement
de la Finlande à la République islamique d’Iran, en pasantparcertains
paysd’Europecentraleetdu sud(Hongrie,Républiquetchèque,
Bulgarie, République de Serbie). La Turquie – mais également la
Mongolieetd’autrespays–estintéresra tivae éurpoleravecele.
Début2015,malgrédespresionsétasunienur sescéeusilu psr rexe se
Étatspoursabotercescopér eesemt chep ê leroitaé snonocuqim
dévelopementdel’UEEA,unequarantainedepaysetdegroupes
d’intégration (Égypte, Turquie, Israël, Iran, Inde, Vietnam, Cuba,
Venezuela, République arabe syrienonte notamment)
oficieled seé r sedozenre-é libge chans tneme éifingiés durlecre dir
avecele rtsiri eecivnim-poan, urSoi imle10,4H daevbmer2 .Fin non anie
desAfairesétrangères,estimaitque« euq noisulcnoc 'llano p ue tirerdela
situationactuel e'é lqupodee 'h ltseuq .nif as nis ts-Uhe àtoucnoeigéméÉ atd se
Laforceetlapuisancedel'Europediminuentelua sesi».q euvrre Eobset d’
danslemêmetemps,«laRusie,desforcesémergentesetdesÉtatspuisants,

14

dontl'Iran,dévelopentleursrelations,cequico
1
mondemultipolaire».

ntribueàformerunnouveau

Deuxconceptionsdumondes’opposent

Deuxgrandestendancessontaparuesdepuislesanées20et
peristentens’amplfiant.
D’uncôté,lesÉtatscapitalistesocidentauxcona isentunegrave
crise,profonde,structurelrac étcauq ,es in urienseriar phciesementde
privilégiés à un pôle de la société tandis que la grande masedes
populations voit sa situation se dégrader de manière continue.
De l’autre, les États membres des pays de l’OCS, de l’UEEA et du
BRICS, où la misère recule, où le bien-être de l’ensemble des populations
est en légère mais constante augmentation, et où de grands projets sont
en chantier ou en prévision. Dans tous les domaines, les membres de
l’OCSenrichisentetfortfitnl eio t erdrnatintel, eionaejer ttenttoute
interventiondepuisacn exeétrieure dans leurpse ecaéuovl à paa eixaut
dévelopement.Cetélanpoltid ea uœcru énergieuise sonqp eu
relationssansprécédenttistne seéuRd etiondéraa Fére lsie,la
République populaire de Chine et leurs partenaires directs (Kazakhstan,
Kirghizistan, Tadjikistan et Ouzbékistan) comme avec les nouveaux États
qui les rejoignent, tels l’Inde, le Pakistan ou la République islamique
d’Iran.Ceux-ci,parlesprincipesqu’ilsmetetne nrptaique et les
réalisationsauxquelesilsœuvrentdepuis20a tt,1t daireneur ns l
dynamiqueunemulitudedepays.
Fin juin 2016, les dirigeants des pays membres de l’OCS réunis à
Tachkent, en Ouzbékistan, signaient les mémorandums portant sur
l'adhésiondel'IndeetduPakistan.LaRépubliqueislamiqued'Iran,
qui est alors membre observateur au sein de l'organisation, a, eleausi,
de sérieuses chances de devenir membre de plein droit de l'OCS. Les
avancéesdecetn ioésprvaer lnto enagrtasi sd naaneltaoité naineuvera so

1.statÉ sed elaidnmoe nimogéhéL’ aifuche à s-Unis to
24novembre2014.

15

n,RIANovosti,

uneconstructioneuro-asiatiquecolectivedonux anteespleu p à matière
réflexionsurleursraportsavecl’Oc s tesse e cris sa danpme értêdi,tne
gueres.
Unfait,parmid’autres,ilustrelapuis ud ecna nere aiolipltmue ndmo
formation.LeformatduG8,clubinformelquiréunisaitquelques-unes
desplusimportanteséconomiesdumonde,acester exis014 en 2'd é
aprèslaréunfiration de Rutica donlae ri C eémceva al édéFsie.À
l’époque,lesdirigeantsdesgrandespuisancesocidentalesontrefuséde
participer au sommet du G8 présidé par la Fédération de Rusieetcensé
se tenir à Sotchi. Au lieu de cela, la France, la Grande-Bretagne, les
ÉtatsUnis,l'AlI 'ln ilatatnea Ceo eald gnma le,Jae n,poetenuunsommetdu
G7àBruxellc ec ed serbmem pteou dnssa, ube.sF nier16, les août 20sés
parlessucens ou c drsBRu SCId te’l e,SCO ont iqueonoms écè
reconsidéréleurpostionetafirmévouloir«rétablirlaconfianceperdue
danslesrelationsaveclaRusie».Maiscen’estplusainsiqueleschoses
fonctionent.Letempsoùlespuisancesoces dntieuaaqcls leatnedi
doigts pour décider des relations internationales est terminé. Le monde
change,etdésormais,nilaFédérationdeRus in ,eibupéR al euqil
populaire de Chine, ni les autres membres du BRICS ou d'autres grandes
puisbesoin d'une queomdnaiel s'nno tans ce noitadanmmcoree quonlc
duG7pouralf ia eeloCmmtn .’avade ler euqr rt enmarejut emst
AlexandreLatsa,«del’hiverserben19p ir uaspd tnmeimée Cr en2014,ce
sontdeuxconceptionsdumonde,maisausseg noitsed ideux méthodes de
12
teritoiresquis’oposent».

Embourbésdanslacrisedeleursystème,lesdriuniens ents étasaeg ted
l’Unioneuropéenen’acisemepnte e vr ueedlg érhio n otmnéer seaip
cause par le nouveau monde multipolaire qui prend forme et leur
échape.Latsaobserveainsiqu’«endévelopantunepoltiquedepuisance
surlelongterme,laRusieapon nu ruop ,siamorés dîtraai crombresant
d’Européens,maisausid A’rfciians, d’Asiatiques uo r edesortisantsdumonde
musulman, comme une forme d’anti-modèle, de contre-modèle capable de

12.Un print mespr use p. 016,il 2 avr ,ap r51.9Lae a,tsexAldranryS ,set.dÉ sed

16

proposerunealternativeàlavoiesansisaluqeue dans les’estengagélemodèle
13
dominantactuel».
Cetemontéeenpuisancedel’OCSetl’afaiblisent fina ,reicenm
économique et social continu des États-Unis en pleine crise conduisent
lesdriegstna ed nu eufti enea avWashington dans al rugean dntpoe usre
paixmondiale.Ilsmultiplientlesatet qsaeedut uosortes–médiatiques,
économiques, financières, sociales, subversives et mlitaires–contreles
États qui refusent leur diktat. Ils ciblent principalement les États
membres de l’OCS ou sur le point d’y adhérer, mais ausitouteporuE’l .e
Cesataquesrépétéescontrelespeuplesetjustfiéesàcoupsde
campagnes médiatiques mensongères tout au long de l’histoire des
ÉtatsUnisenontfait«lepaysdelaguere».

13.n Uinprmpterus sep ra,axdnA elatsare L. de, ÉdsetryS s lirva ,p., 1620.60 1

17

CHAPITRE2-
«LEPAYSDELAGUERRE»

Depuis leur fondation, les États-Unis ont consacré l’esentieldeleur
existenceàfairelaguereauxpeuplespourpileer leru sirhcsesetimposer
leurhégémonie.Comment«lepaysdelaguere u» porait-ilêtreunacteur
delapaix?

DepuisleurDéclarationd’indépendance,le4juile1t 76,jusqu'à
2015,lesÉtats-Unisontétéenguere2 %ed9 3ostisn , a 39eu l 2rs
anmeoparnido eoctn la périEt, pourcnet ! e'd ssixeéee,quasiment
touteslesopérationsmlianteportncées lat smiiaer ldea ed ssiup al nif
14
SecondeGuerÉotnatt sé-tUén ipsar .l eIsl s eum noidla e’lfitde
tourner les pages de l’histoire des États-Unis pour constater que celes-ci
s’écriventenletresdesangtantlaguerune doe est néeconstantedela
poltiquedeWashington.

Après leur invasion du Mexique entre 1914 et 1917, l’ocupation
mlirnveou gt enemeriaH’d itïa te tr neevsrmene tuddu Nicaragua, le

14.« RéseauInternational» s’estintéresaioat, ns secrépoliat ed uédéa néepar
anée,depuis176.Cetue ges lue qtempoc ne dnerp en ee listresmajeureset
fait abstraction de certaines actions subversives et ilégalesmenéescontredes
ÉtatssouverainscommeleChli G,nare odeplu eisu srusyap ed oi n’lnU
européene.LesÉtats-Unisontétéenguere239 2es da nedl ue reé seexistenc,
www.reseauinternational.net,23février2015,
htp:/www.infowars.com/america-has-bew-ra-ntafot-9--3-thee-im2-out-of-
239-years-since-176/

18

ArbenzauGuatemalaen1954,laguereduVietnam (195à1975),
l’invasion de Cuba dans la Baie des Cochons en 1961, les tentatives
inombrablesd’asasc AIrtnoiF e ledstCa erolet ds ralC d eanstiigeants
cubains–maisausicontredesmliocmmet snat eépnd itsisntdaen
Patrice Lumumba –, le coup d’État en Grèce afin d’y instalerune
dictaturemli eriat emu dgiréseerntmel eervn uneocer1974), o(1967 à
AlendeauChliec on ningtu de’a e1(79 aWhs)3 ,snsdar ni es ld eevretni’
afmuliaires intérieures d’unetosmp ser onud’d etatÉop si ru
hégémonie.
Aucoursdestrentedernièresanes És, lée tne snoU-inatsthivaa l
Grenade, le Panama et Haïti et renversé leurs gouvernements. Ils ont
organisédesopérationsd’insursni-uetcou dion ntree corectionau
Nicaragua, au Salvador et au Guatemala. Washington a soutenu le
renversementdugouvernementlégalementéluen20 au .9urasHond
Depuis202,ilssontengagésdansdesefortsincesants,dontuncoup
d’État qui a échoué, pour renverser le gouvernement du Venezuela et
déstabliserl’ArgentineetleBrésil.
Lorsdetroisépoquesdiférentes–1918,1949et201–,les
dirigeantsdesmêmesÉtatsoc vitaed etauxiden fav ont,éà rosiinitl i’
Washington,laconstitutiondeblocsmlitaires.Ceux-ciontprovoqué
des situations qui ont toutes eu pour conséquence le déclenchement de
conflitsmajeurs: plusdecentmiled snoierimrè etel a morts pour la P
Seconde Guere mondiale,etdespaysentiersdétruitsavecle
déploiementdecorpsexpédtionreaiique rue Républl aejnu soctnerse
desSoviets.Ilsselivrentàdesmasompr y cis jescraoc siama,sénmadn
lorsqu’ilsutlive, chimiques, renosdet ars s me ddertseitcum noissa
biologiquesouàuraniumapirvua:lpseeu pes drentco, Vietnam,Cuba,
Indiens d’Amérique latine, Afghanistan, Irak, ex-Yougoslavie, Liban,
Palestine, Libye… L’agent orange utlil erep e éstnocamtnn ieleupie v
15
pendant dix ans, de 1961 à 1971, continue de tuer en 2016.
L’anthropologueetjournalisteindépendanteJoël e onéPtehcnéd ecno

15. Lire le remarquable travail d’investigation réalisé par André Bouny, publié
sousleitreApocalypseVietnam,AgentOrange,parAndréBouny,Éd.Demi-Lune
(www.edtionsdemilune.com).

19

dans ses reportages, publiés sur le site Internet d’information et de
réflexionwww.internationalnews.frdrbarbarie des, laig ed stnae
Washingtonetdecertainsdeleursaliés:«Laquanitéderadioactivité
lâchée sur l’ex-Yougoslavie, l’Afghanistan et l’Irak corespondraitàquatrecent
milefoisceled sulp ec xued quin cnti mteaned oshi’Hirdontma, lefoissurle
16
seulIrakàcejour».
Dèslesane ,06M eleé91 s du ent,-Orioyenirhces sd eaftises(pétrole,
gaz,mineraisprécieux)etdesapostie des cibles iguq,es re a’lnuostn téra
privilégiées de Washington. Les dris voiste nt ytn sgaeirlamiép
déclencherunesucesiondeguer10.7E nru sne2 rs en cos toujoue
mars2015,PhysiciansforSocialResponsiblity(PSR),uneONGbaséeà
17
Washington, a publié une étude importante qui démontre que le bilan
humaindeplusd’unedéceniede«guer te cetronlee rorisme»,depuis
lesataquesdu1mbteep s2 er0ins 1,3 à au moimevèlé’s ,1lionde
morts en estimation base.Celui-cipour tiaapéd emêmserles
2milueéqesnces d luoc tna sedsnocles ses s démort ,onoisnpmir noc
opérationsmlitairesétasunienesetd’Europeoc non in ,elatnedi plus
celesengendréesparlesgueral tryS biL e eytronlae ie. ces
Publiéparuneéquipedechercheurs,cerap pages ert de 97o tsle
premier décompte du nombre total de pertes civiles dues aux
interventions«antiterteisorUns- is’lgédi eed stÉtas » menées sous
enIrak,enAfghanistanetauPakistan.Ilconsituelapremière
tentative – par une organisation de renommée mondiale – de produire
uncalculscientfiosq elbidérc tnemeuer pdee brom ndunestuéespar
cete«guerecontreleternée les États-Unsi ,vace oremsiq » no’uem t
l’Unioneuropéene.NafezMosadpolied, gue toloia,snalg mhA qe
auteurdenombreuxarticlesdanslapres es lur sséliiaécps ,esialgna e
opérationsclandestinesenlienavecleter cesseaue sm setrécisi,r opse
queotatl e séd ledons o«ni sel ritnevretgeens cèpas réndcidentalesenIraketen

16.LireD’HiroshimaàBagdad,31août205,etArmesàuraniumapauvri: 20ans
après, où en est-on ?aj 7eivn20r ,1Joë, parle Pénochetsur
www.internationalnews.fr.
17.od B,tnuoC ytlausaC gurey Fiter s afaesr01Y hteo f
PSR.

20

« War on Teror»,m sra5102 ,

Afghanistandepuislesanées19 mor desirects d0– s de xua set stcapmi
privationsdeguereàpluslongterme–,pourrovi4 n miaê ti ertne’dlions:
2milionsenIrakentre191et203,et2mil esuac à snoiuede la “grecontrele
terorisme”.Cebilanpouraitmêmeatel eerdni 8 à 6 smilionsdemorts,sil’on
18
prend en compte les estimations hautes de la surmortalité en Afghanistan ».
Àpartirdesanées190-20statÉ sel ,galent és vo-Unis a’emtntaquer
àl’Europe,ydéclenchantunesuces de conf nsion suom ioilstp ul
ouverts depuis la destruction de la République fédérative socialiste de
Yougoslavie.Laguereestdoncbienunedonetna ed alnotseéc
poltiqueétrangèreétasunien al eéhceuge .èD s1918 sera déclenre
contrelebolchevisme; luisucé la deraGnudee Secoremondiale,dans
laquelel i ralavoirès s apulonà tncer agneoregni-Us’s Éeststaséleurs
transnationalessoutenirlepartinazidanssonacesionaupouvoir; àla
«guerefroide»desanées50,dricontgée e « re lsilaicosian » emsant
enUnionsoviétique,lesdriisubston hingsaW ed stnaegtueront,àpartir
de201,leurnouveleguerecontreunenemi ie ,tc evnsibieltefois,
sans frontières, désigné sous l’apeleation de «gurnoc ert ele
terorismeinternational».Cetenouvele donciteritnaes uénepermet
deremplacerl’enemiconventionelidentfi bgauele et lareencadrée
par les conventions et traités internationaux par des notions abstraites
théologiques:Washington,«centre»del’Ocident, juge qui tse el
«bien»etle«mal».Cetehé tieorer p temm edrenesed « gueres
discriminantes»etdes’ingérerdanslesafni seriaeuretériautrs d’atstseÉ
au nom de la défense des intérêts étasuniens maquillés en « défense des
droitsdel’Homme»etdela«démocratie».

18.mitre Qualahintsna ,uaP ka de morts en Afgped siu1tiaoinssetn n eakIr90,par
NafezMosad sa trcielem,d qhAtilop loe ed ruetxuerbmonng aueogau, isla
danslapresebritanique(TheGuardian,TheIndependent,SydneyMorning
Herald)etLeMondeDiplomatique,contributeuràlaCommisionnationale
d’enquêtesurle1etbms peniisera u’ qx auveinigstoitas snl rua setentatsde
Londres,RéseauVoltaire,Londres,1avril2015.

21

UnÉtat-voyouaubandesnations

Depuisdesdéceniles ogvureense ,el sÉts s-atntmedes uqit tnesinUarp
exécutions extrajudiciaires, les séquestrations de persones,latortureet
lesarestationsilégales,l’asasinatdedristp egnalotiques.Ilsontmis
19
enplacedesprisonsecrètes,utlisentlaguerete chimique,biologique
lemeurtreplanfi é ted e la morsables der tnopsslI nos ro ds.neecaves d
milionsdecivilsinocentsparleursgueringé et es. renc’dcoe sitnoucap
Ilssoutienentmlides groupes tef ninaicrèmene tirtaenemett roristes
dontcertainssontformésdansdescampsmliis États-Un xua seriat
même,bombardentdesÉtatseruvnsaiooY asogumoc l em,el aliv,kl I’ara
Libye,la Syrie.Ilsviolentdesconventionsetrésolutionsdes
organisationsinternationales,espiontnemsel mprot enlti deénr étbeét
représentantsdesÉtatsauseindel’ONU.
Drapés de la toge de la démocratie, ils sont la plaque tournante du
tervot-u,youn, ta Éroemsifes qual eux-mêmeul o’tna niisq iéMac
Namara,ancienSecrétaired’ÉtatàlaDéfense,Wilalmu mB, anciien
20
fonctioncoreu enrmi , paari eudD pétearntme’É dt taé tevircniao ,
d’autres,NoamChomsky,profeseurémériteduMascauhestsInsitute
21
of Technology (MIT) de Boston. Les gueressubversives,localesou
régionales déclenchées par ces gouvernements contre des pays d’Afrique,
d’Asie,duMoyen-OrientetenEuropemêmefontresurgircetaspect
desguerescontemporainesdemanièrerécurente: lesoutiencontinu,
organisé,planfiéetgrandiss, atstU-instd seÉ ridianger pas le tna
d’Angleterdu» s iee, àfeol G enu Fran de t dece eéprt s «rahcmono
myriaded’organisationsteroristesislamistes.CommentlesÉtats-Unis,

19.LireFaut-ilbrûlerl’ONU?,mazI puoL-naeJ roc Rdu. Éd, rtbeeh.r pa
20.L’État-voyouetLesGueresclérates,parWiliamBlum,Éd.duParangon.
21.Profesd uIM Té émiretn, univede Bostooc eriatisrurenupoursacrtique
delapenséepoltiqueetéconomiqueétasunienst l’auteur eoN ,C masmohe yk
de nombreux ouvrages, dont plusieurs ont été traduits en diférenteslangues,
dontlefrançais.IlarécemmentpubliéLadoctrinedesbonesintentions, É .da xu
10/18,Lafabricationduconsentement: paro plae De nédomrctaei ,gande médiatique
auxÉd.AgoneetlatrilogieComprendrelepouvoir, auxÉd.Aden.

2

quiontconsacrél’esà ede ciraufe lli xeer unge taseeneltireaux
peuples enpiétinant traités et conventions internationales,
pourmodéatcrde, a l al e eied tê rti-sl sag eels derantpaix la ntiea
sécurité?

Pour chacune de ces périodes, la propagande préparant et entretenant
lesconflitscommelesactionssives et/ou de geuuvbrereséconomiques
etmlitairesmenéescontredesÉtats,prenentnaisanceaucœurde
l’Administration étasunienni ,isatndnsioessmfo (’droaginee ttuts,
laboratoiresd’idées,ONG)dédiésàcet tnos ic-xueC n.iocton fe
subvention rap séveou glet enemrnses tel ét scoéisnattranles.iona
Toutescesguere s eins’irspt enudp ircnpi enénocé en 1917 par l
président étasunien Wos iW wordlequlon , selsonU-inatstseÉ lel
s’atribuentlepouvoirdedécideràl’échelp rauqleit eitnola ei tnrean
belnt agérason raiiDa. rtto ion sns leuq te a ertua sur pmroattnt aravli
lestextesfondamentauxpubliésàlaveileuede Geconla S de re
mondialeparlejuristeconsitutionaliste,intelectueletphilosophe
2
alil arhmScmae Cndt(18Zolo,profe-1985) ,Daniloseurde
23
philosophie du droit à l’université de Florence, explique comment la
guercaraune nue devese t e polttnatud esys emètércttiise qunscoique
desÉtats-Unis:
« La conception “spatiale” de la “doctrine Monroe” avait donc été forcée
etretournéeensoncontraire: oédiigol enu sleérupmoe iand x euaeiru
Étatsetauxpeupleservantàjustfimp ietojprn uerérial se soustraaytn
lui-même à toute détermination d’espaces et de frontières. L’empire des

2.ue Grediscriminatoirescepase sdnargq isgoeld teu,deCarlSchmit,Préfacede
Danilo Zolo, notes et commentaires de Günter Maschke, traduction de
FrançoisPoncet,Éd.Kris,201.
23.DaniloZolo,égalementprofesté’dsedurue eépoitnvaué en Ce trrui enes
d’Oxford, est auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Lajusticedes
vainqueurs,deNurembergàBagdad,Éd.ActesSud,209,etCosmopolis: Prospects
forWorldGovernment,Éd.PolityPres,19également directue r(a, 7.)sialgn tse lI
de la revue du Centre de philosophie du droit international et de la poltique
globale«JuraGentium».

23

États-Unis prenait ainsi une dimension globale et polymorphe,
parvenant à imposer au monde entier le monopole de son économie, de
savsird ud noitatérprteinn soe de,nd t,le ionarnatinteoit on du mo
même de son propre langage et de son vocabulaire conceptuel: “Caesar
24
dominusetsupragrammaticam”.»
LedévelopcontredeementdesactivitésdeWashington àl’en
l’Europe tout entière fait que les continentalistes européens ne peuvent
plusconsidérerle«paysdelaguere » comtrneiaeremu nap etoy l, al
encoremoinscommeunale peOn nié. el seg rraattup uxéaids memê
qu'unpaysdontlesdrigeantssèmentlaguerpaes, cevos e tred nasuov
espionent,vousmententcontinueluq isniad sec ert – emenigeantsle
pratiquent dans les organisations internationales –, sanctionentet
pilnetnet ,sesirpernt eos vnte etenaugrul relposes im vout des.oi eu l lrs
25
Déjà, avec la doctrine Monroe de 1823, tout en déclarant «laiserle

24.Litéralement«Césarègneausur li srg aammaeri» (NDT).Surlatendance
de la puisvocabulaire,saance impériale américaine à imposerson
terminologie, ses concepts propres aux peuples soumis à son hégémonie, cf.
CarlSchmit,USAunddievölkernemrsed dom enreImn ripeisalsmuechtliche Fo,in
PostionenundBegrifeimKampfmitWeimar–Genf,Versailes,1923-1939,op.cit.,
p.202.DansGuerioere trcminitae dissecapse sdangrs dee qugilo,CarlSchmit,
préface de Danilo Zolo, notes et commentaires de Günter Maschke,traduction
deFrançoisPoncet,Éd.Kris,201mmenet coes dtairlo,oolZ see n toniDa.
Günter Maschke, traduction de François Poncet, Éd. Kris,201.
25. Le 2 décembre 1823, James Monroe, cinquième président des États-Unis
(1817-1825), énonce la doctrine qui portera son nom et fixera pour un siècle et
demilesfondementsdeladiplomatieaméricaine(«l'AmériqueauxAméricains»).
Selon le discours de Monroe, l’ensemble du continent américain ne peut plus
êtresoumisàlacolonisationou àl’ingérenceeuropéene,quiseront
considérées comme une menace pour la sécurité et la paix des seuls États-Unis,
et ces derniers s’abstiendront d’intervenir dans les afairesdespayseuropéens.
Enréalité,lesÉtats-Unisn’ontjamaiscesd sy uertuap séd eer les aconsidér
continentaméricaincommeleurarnoitulovér al à’e dneaiub cusqur, j-couière
janvier1959quiapeloctnerl i’pmréaies à la révolte el arp selpuee smli
étasunien. Les États-Unis multiplieront leurs interventions dans les afaires
intérieures des autres peuples du monde sur tous les continents.

24

VieuxContinentauxEuropéens»,lesÉtats-Unisconsidéraientl’ensemble
del’hémisphèreocintde calmeoml ue rpsèherd i’nfluence , où ils
s’ar ,senocéilopuqittilas onler res edd ciet erdio teaient loget ues omiq
mlitaires.Depuislesanées19erèilucitrap tuoe mtt0n,d peiu sal
déstablions dét encléechB seaklaq snli’usation dser pen» s « ,elseà obtî
resurlet enx euvis te tnetsilautcae doppripoorruxea-itnurnagaa edse
pourmenerunesucescontrelaion decampagnesmédiatiques
Fédération de Rusie etlespayseuropéensquidéfendentleur
souveraineté.Pourcamouflerleursagiseme tnoc stnpaa lrelet eix
progrès, ils multiplient les organes de propagande afin de tromper
l’opinion publique. Tel est l’objectif de la création, début 2016, d’un
départementdepropagandeanti-rusouv à ctiné deseirl’Europedu
Sud-Est,del’EstetlaRusie.

Faute de « rideau de fer », les cercles impérialistes étasuniens ont
besoinderetrouverunenidt tenfemirgpag oémeneihuqiableàl’estde
l’Europe–laFédérationdeRus eisaruE’l ed ru lee dinaf– ei ,œc
désigneràl’opinioncommeunenbaidsilone i el «èse lt.anpr Aépir lem
rouge»desanéesdeGueriaéds s ècenp ral sem e froide mis en
ocv ,xicionev el udeiaunt eurneca.»ss eps d temla me «

25

CHAPITRE3-
LECOUPDE«LAMENACERUSE»

Pour préparer l’opinion publique à un conflit majeur sur le continent
européen,«lepaysdelaguerdéaisem apngc maur es stiquees liepltiul m »
lethèmedela«menaceruse».Bruxellbuo ,tius see utdos an sntianup ue
vitesesataquesinces ertuE’lsetnnoc noe eusperoQu. gne nseia
l’expériencedesrelationsaveclesÉtats-Unis?

«L’opinion,çasetravailecommelereste»,indiquaitungénéralde
l’OTANreconaisantquel’État-majorUSdisté déalila rait milu se
interventions mlilavie ena Yougosoctnerl nehceé ss recldéait
26
mars19,quialaientdurer78jours.Depuisl’agravationdelacrise
audébutdesanées20snf ninael someyciers nUsin o’tnp ul s, les
Étatsdemenerdesguerst .É atnasd erges rs draveAu tà senol ntco dreteg e rm
27
contributionsd’unmontantofel déclaré de lcpisuid e,2 5imliards
d’eurosant sersenmbres meO’AT,sl tel Nser-oiir ticaleuuq sul eev ise
quileurpermetdefairepayerleursguers er pa.’duartse
Ainsiquel’acomparéNataliaNarotchnitskaïa,drigeantedel’Insitut
delaDémocratieetdelaCoitar ,nosnadnos ouvrage péQuerestet-ilde
notrevictoire?,«parlebiaisdudolà rle lsanpseeyaé depureus rsr, iaont ls fliés
28
commejadisl’Empireromaincoltaectrn uitbitud na ses srpovinces ».Sous
prétexte, selon ses principes déclarés, de « ps urle sav relvuioorom
démocratiques»,de«prévenirlesconflits» e« ted férosreudac piquementdes

26.LireL’opinionçasetravaile…,Lesmédias,l’OTANetl
SergeHalimietDominiqueVidal,Éd.Agone,20.

26

aguereduKosovo,par