Réaliser et entretenir son mur végétal

De
Publié par

Mur végétal ou jardin vertical, rien de plus logique que d'opter pour une réalisation totalement naturelle ! Une protection du froid en extérieur ou bien la nature dans son salon. Toutes les raisons sont bonnes pour réintégrer les plantes à notre habitat ! Cependant, réaliser un mur végétal ne s'improvise pas totalement et mieux vaut avoir un bon mode d'emploi. Quant à l'entretenir et à le voir prospérer, rien de plus simple quand on est bien conseillé !


Cette deuxième édition revue et actualisée permet, avec un pas à pas complet et détaillé, de comprendre le fonctionnement d'un panneau végétalisé. Grâce à des photos adaptées et des explications claires, vous apprendrez à le réaliser et à l'entretenir.


L'auteur, Léon-Hugo Bonté, spécialiste des plantes, est devenu une référence en matière d'écologie urbaine.


Un guide pratique et sur mesure pour réaliser de véritables économies.



  • Les murs végétaux

    • Historique et définition

    • Un jardin original et plein de ressources


  • Réalisation

    • Choix de l'emplacement

    • Différents types de jardins verticaux

    • Choix des plantes

    • Réaliser pas à pas son tableau végétal

    • Un tableau végétal de sphaigne en aquaponie


  • Entretien

    • Introduction à l'hydroponie et à l'aquaponie

    • Entretien du jardin végétal


Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Avant-propos
Les murs végétaux et les jardins verticaux s’imposent depuis quelques années comme la grande innovation dans le monde du jardinage.
S’il s’est fait connaître du grand public par de grandes réalisa tions comme tout récemment celle de la façade du musée du quai Branly à Paris, il est tout à fait possible de fabriquer de petites unités de ces jardins verticaux. Ce type de jardins est facilement réalisable à condition d’être un peu bricoleur et de s’intéresser aux plantes.
Nous verrons comment réaliser et intégrer dans l’habitat deux modèles simples de mur végétal de 1 m par 0,80 m et 0,80 m par 0,40 m, fabriqués avec des éléments qu’on peut se procurer facilement dans les magasins spécialisés dans le jardinage d’in térieur. (Nous aborderons aussi la fabrication d’un mur végétal « traditionnel » avec du feutre horticole.) Il sera aussi question de la botanique que l’on peut y planter suivant l’environnement choisi, puis des spécificités de l’entretien que demande un tel jardin.
2
1
Les murs végétaux
HISTORIQUE ET DÉFINITION
Les premiers murs végétaux furent créés il y a une vingtaine d’années, par Patrick Blanc, chercheur au CRNS. Il s’est inspiré de la façon dont les plantes colonisent des surfaces verticales lors de ses observations sur le terrain en forêt tropicale. C’est en cherchant à reproduire ce phénomène naturel qu’il a mis au point cette technique de culture.
Il s’agit en fait d’une culture hydroponiquedans laquelle le support de culture ou substrat est installé verticalement. Au sommet de l’installation, on fixe un dispositif d’irrigation connecté à une pompe située dans le réservoir de solution nutritive. Sur tout le long de la partie basse est placée une gouttière permettant de collecter l’eau de drainage qui retourne vers le réservoir dans le cas d’un système en circuit fermé, ou vers les égouts dans le cas d’un circuit ouvert. L’irrigation est déclenchée à intervalles régu liers, et la solution ruisselle tout le long du support, imbibant le substrat et pourvoyant ainsi les plantes de l’eau et des sels miné raux dont elles ont besoin. Cellesci s’enracinent dans ce subs trat et leur développement aérien (tiges, feuilles) est oblique.
UN JARDIN ORIGINAL ET PLEIN DE RESSOURCES
Des atouts décoratifs Un jardin vertical permet de faire pousser des plantes dans des emplacements inattendus, de jouer avec les espaces de votre habitat en créant des perspectives inédites. Fixé sur un mur en
3
FAIRE SON MUR VÉGÉTAL
intérieur, il crée une fenêtre vivante, agrandit l’espace et poétise la perception du lieu. On peut aussi s’en servir pour camoufler des parties inesthétiques, telle une étagère de rangement.
Dans ce magasin, le mur végétal dissimule la réserve.
Dans une cuisine ou une salle à manger, il offre le luxe incompa rable de prendre ses repas au jardin, quelle que soit la saison, et ce sans empiéter sur la surface habitable. En effet, cette configu ration de plantation limite l’encombrement au sol en maximisant la surface de plantation, le volume de végétation et donc l’impact du jardin sur l’habitat. Ce type d’installation n’est pas réservé aux grands espaces, et dans sa version tableau végétal, il peut s’intégrer dans les pièces les plus petites en leur apportant une nouvelle dimension. Là où on aurait pu n’installer qu’une grande plante verte, on peut désormais voir prospérer harmonieuse ment sur un long terme un véritable jardin, riche d’une diversité botanique comprenant jusqu’à trente plantes au mètre carré.
En extérieur, le mur végétal permet de donner vie à des surfaces de béton, et surtout en ville, de favoriser la biodiversité en servant d’habitat à des insectes et à des oiseaux.
4
Bienêtre et santé
CHAPITRE 1 LES MURS VÉGÉTAUX
On reconnaît depuis longtemps aux plantes des vertus psycho logiquement apaisantes et leur présence est recommandée dans les lieux de vie et de travail. Leur couleur verte est relaxante, mais leur intérêt ne s’arrête pas là. Elles agissent en effet comme unfiltre biologique qui permet de restaurer l’hygrométrie de l’air, de produire de l’oxygène et de fixer et synthétiser certains polluants.
Des scientifiques s’intéressent de plus en plus aux capacités de dépollution de l’air des plantes. Dans les années 1980, une étude de la NASA, initiée par le professeur Wolverton, avait mis en évidence cette propriété des plantes. Le but recherché était la régénération de l’air dans les stations orbitales. Plus proche de nous, l’association « Plant’airpur » est à l’initiative du programme national de recherche « Phyt’air ». L’objectif était de démontrer que le feuillage fixe certains polluants lors de ses échanges gazeux avec le milieu. Cette étude porte principalement sur les polluants rencontrés dans les bureaux comme le très toxique formaldé hyde que produisent les imprimantes et les photocopieuses.
Cette étude se cantonne aux capacités d’absorption du feuillage alors que l’on suppose aujourd’hui que l’écosystème formé par les plantes et les microorganismes symbiotiques du sol constitue un outil autrement plus efficace. La capacité d’absorp tion du feuillage est limitée par son taux de saturation alors que celle de l’ensemble plantes/microorganismes est illimitée. Dans ce schéma, les polluants sont fixés par le substrat lors de ses échanges gazeux avec le milieu, dégradés par des bactéries aérobies en particules assimilables par les racines des plantes qui les utilisent pour leur métabolisme. En clair, les polluants sont dégradés jusqu’à devenir de l’engrais. L’efficacité du système est intimement liée à la porosité du substrat et donc à sa capacité d’échanges gazeux avec le milieu. Un mur ou un tableau végétal fabriqué avec du feutre horticole offre un très grand échange gazeux. Ceci en fait potentiellement un outil de dépollution hors pair.
5
FAIRE SON MUR VÉGÉTAL
Les études précédemment citées et d’autres mettent en évidence la prédisposition de certaines plantes à absorber certains polluants... Tableau des plantes dépolluantes
Les polluants et leurs sources Benzène et monoxyde de carbone Fumée de tabac, solvants de peinture, détergents, encres et produits pétroliers
Trichloréthylène Peintures, solvants, vernis, laques
Formaldéhyde Fibres de papier, imprimantes, photocopieurs, revêtement de sol, isolation
Ammoniac Dégraissants et produits de nettoyage
6
Les plantes efficaces Sanseviera Draceana Marginata et Janet Craig Gerbera Jamesonii Spathiphyllum Chlorophytum Spathiphyllum Gerbera Chrysantème Draceana Wameckii Ficus Aloe Véra Philodendron Chlorophytum Chamaedorea Azalée
Réa. : P. Mendras Photo : Francis Latreille
FAIRE SON MUR VÉGÉTAL
Réalisation : P. Mendras
8
2
Réalisation
CHOIX DE L’EMPLACEMENT Lumièreet éclairageartificiel Pour se développer de façon harmonieuse, les plantes ont besoin d’un apport lumineux approprié. C’est un élément essentiel de leur alimentation. C’est en combinant le dioxyde de carbone et l’eau (CO +H O), grâce à l’énergie fournie par la lumière, que la 2 2 plante produit sa matière (les hydrates de carbone). Ce processus se nomme la photosynthèse. Dioxyde de carbone + eau + lumière = matière végétale. Les plantes possèdent un métabolisme très actif. Elles peuvent, si tous les facteurs environnementaux sont bons, consommer une quantité importante de lumière. Avant d’installer un jardin vertical, il faut veiller à ce que l’exposition de celuici soit propice aux types de végétaux envisagés. Dans le cas d’une exposition faible (au nord ou loin d’une fenêtre), on devra privilégier des plantes dites d’ombre comme des fougères. On pourra aussi en intérieur apporter un complément lumineux au moyen d’éclairage horticole de type lampe à décharge(MH iodure métallique à dominante bleue et ou HPS sodium à domi nante orange) ou de tubes fluorescents. Il existe aussi depuis peu dans le commerce des systèmes Conseil d’éclairages horticoles, équipés Pour optimiser le rendu des de LED, qui semblent se prêter couleurs de votre jardin vertical très bien à la culture verticale et limiter l’étiolement des en intérieur. Le prix d’achat plantes, on préférera les lampes élevé est à mettre en balance à décharge et les fluorescents à avec la très faible consomdominante bleue. mation, environ 5 fois moins
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

J'arrête de... stresser !

de editions-eyrolles

suivant