Chansons, poèmes et histoires courtes

Publié par

« Je suis entrée dans l'oeuvre de Jean-Louis Cadoré, abandonnant rênes et oeillères sur le rivage du quotidien, me laissant immerger dans la colonne luminescente d'une poésie à regard humain, généreuse et vibrante. » Préface de Syvie Méheut pour le premier ouvrage de la collection.

Publié le : vendredi 10 avril 2015
Lecture(s) : 24
EAN13 : 9782336375106
Nombre de pages : 222
Prix de location à la page : 0,0127€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
JeanLouis CADORÉ
Chansons, poèmes  et histoires courtes
Préface de Sylvie Méheut
Collection « Autres Chants »
CHANSONS,POEMES ET HISTOIRES COURTES
AutresChants Collection dirigée par Anne Bernard
Cette nouvelle collection se propose de poursuivre le travail que nous avons accompli pendant trois ans avec « Cabaret en vers ». Si le monde de la chanson donne parfois l’impression d’être entièrement soumis aux impératifs du marketing, les artistes exigeants et inventifs n’ont pas disparu pour autant et continuent, tout au long de l’année, à défendre une certaine idée du répertoire qui ne doit rien à la mode et aux standards esthétiques du moment. Cependant, ils se heurtent le plus souvent au manque d’audace des décideurs de l’industrie culturelle qui, en général, ne brillent pas par leur esprit pionnier. « AutresChants » souhaite donc rendre justice à ces défricheurs de voies nouvelles à qui l’on n’offre pas toujours les moyens de franchir le barrage médiatique et de partir à la rencontre du public qu’ils méritent.
Cet ouvrage est le premier de la collection « AutresChants »
Jean-Louis CadoréChansons, poèmes et histoires courtes Préface de Sylvie Méheut
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05650-0 EAN : 9782343056500
A mes chères et chers disparus
Pour mes enfants et petits-enfants
Avant que je naisse
6
Préface
Je suis entrée dans l’œuvre de Jean-Louis Cadoré, abandonnant rênes et œillères sur le rivage du quotidien, me laissant immerger dans la colonne luminescente d’une poésie à regard humain, généreuse et vibrante. Au moment où j’écris ces lignes, je suis toujours du voyage, me refusant à quitter l’arche où la vie se décline sous « des ciels impavides » et ambrés, où l’amour s’ébat, se dilate et renaît de ses cendres. J’ai croisé des mirages enfouis aux abords d’un paradis perdu, des berges vierges où s’immolent les secrets de l’absence, des sentiers minéraux d’où surgit la grâce avide de l’espérance et des solitudes encloses réfutant le néant. J’ai retrouvé ici le contraire de l’oubli et la clarté secourable qui attise la conscience de l’homme en chemin.
Au fil des pages, comme sous l’archet voluptueux d’une prime saison, l’arche appareille d’une île à l’autre, d’un temps à l’autre. Page après page, la vie s’évase sous sa cape sensuelle et illusoire. La vie offerte aux regards, la vie s’observant de l’intérieur et éclatant comme autant de jetons de feu sur les vitrines du temps. Le poète se fait guide et nous prend par la main, nous naviguons ainsi à deux pas du rêve, dans cet espace-temps dérobé aux vicissitudes de la vie ordinaire
Je te donne à genoux la mer et ses mirages Le soleil parvenu au-dessus des nuages La gerçure du temps pour te parer de jade Un immense printemps aux couleurs de l’amour Un solstice de feu à éclater les cœurs
7
La vie ordinaire, celle qui nous rattrape à chaque coin de rue, nous pousse dans le dos et déchire nos ailes, cette vie qui éloigne l’homme de son chant s’érige ici en antichambre de tous les possibles.
Lorsqu’on part c’est pour Revenir Les tiroirs-caisses de l’amour Recèlent des liasses de joies Les Mont-Blanc grimpent Au sommet des nids de murènes Les chevaux avec les oiseaux Les rues avec les ports Et les espoirs Les espoirs qui reviennent Au galop.
Jean-Louis Cadoré nous tend la clé de ses songes, celle qui ouvre la voie vers de nouveaux lendemains qui chantent et poétisent sur la frise bigarrée du destin. Puisse cette clé ouvrir vos cœurs ainsi qu’elle a ouvert le mien, éloignant mes terres de la désespérance…
Dinan, le 20 novembre 2014 Sylvie Méheut, Prix Heredia de l’Académie française
8
Chansons
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.