Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Jazz et créativité

De
124 pages
Cet ouvrage est la synthèse de plusieurs volumes que l'auteur a consacrés au jazz états-unien des années 1950 et 1960. Il offre au lecteur une discographie raisonnée des enregistrements les plus emblématiques de cette période qu'ont produits les musiciens de deux courants les plus créatifs : le hard bop et la New Wave. L'auteur en apprécie les contenus à l'aune de plusieurs facteurs essentiels qui sont esthétiques, mais aussi sociaux.
Voir plus Voir moins
Univers musical
Roland Guillon
Jazz et créativité Au fil des sessions
JAZZ ET CRÉATIVITÉ AU FIL DES SESSIONS
Univers Musical Collection dirigée par Anne-Marie Green  La collectionUnivers Musicalest créée pour donner la parole à tous ceux qui produisent des études tant d’analyse que de synthèse concernant le domaine musical. Son ambition est de proposer un panorama de la recherche actuelle et de promouvoir une ouverture musicologique nécessaire pour maintenir en éveil la réflexion sur l’ensemble des faits musicaux contemporains ou historiquement marqués. Déjà parus Johanna COPANS,Le paysage des chansons de Renaud, 2014. Paul-Marie GRINEVALD,Guillaume-André Villoteau (1759-1839). Ethnomusicographe de l’Egypte, 2014. Liliana-Isabela APOSTU,La violonistique populaire roumaine dans les œuvres de Béla Bartok et de Georges Enescu,2014. Antoine JANOT,Le cinéma est-il devenu muet ?,2014. Philippe GODEFROID, W: une hontologie.agner et le juif errant Qu’est-ce qui est allemand ? — donner la mort,2014. Angéline YÉGNAN-TOURÉ G.,Le Gbofé d’Afounkaha. Une forme d’expression musicale de Côte d’Ivoire, 2013. Claudie RICAUD,Francis Thomé, compositeur créole, 2013.Dominique ARBEY,Francis Poulenc et la musique populaire, 2012 Leiling CHANG,Dialogues, temps musical, temps social,2012. Françoise ROY-GERBOUD,Le piano des Lumières, Le Grand Œuvre de Louis-Bertrand Castel, 2012. Jarosław KAPUSCINSKI, François ROSE,Le temps et le timbre dans la musique de Gagaku, 2012. Christophe BAILLAT,Vera Moore, pianiste, de Dunedin à Jouy-en-Josas, 2012. Ladan Taghian EFTEKHARI,Bomtempo (1775-1842). Un compositeur au sein de la mouvance romantique, 2012. Joachim E. GOMA-THETHET, François Roger BYHAMOT, Jean Serge Essous. Clarinettiste, saxophoniste et chanteur congolais (1935-2009), 2012. Anouck GENTHON,Musique touarègue,Du symbolisme politique à une singularisation esthétique, 2012.
Roland GUILLON
JAZZ ET CRÉATIVITÉ AU FIL DES SESSIONS
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03820-9 EAN : 9782343038209
INTRODUCTION Cet ouvrage vient conclure une suite de cinq volumes que nous avons consacrés au jazz états-unien des années 1950-1960 (Guillon, 2013, 2011, 2009, 2008, 2006). Il propose une séquence d’enregistrements emblématiques de cette période (voir discographie), afin d’y retrouver les points forts d’une dynamique musicale créatrice. Nous testerons celle-ci selon une grille de critères que nous avons introduits progressivement dans nos précédents ouvrages. Comme toute dynamique de création, celle du jazz de ces décennies a été ponctuée de références dont les unes expriment une continuité par leur permanence ou leur résurgence, tandis que d’autres marquent des ruptures. Ruptures dont les traits les plus aigus finiront par être assimilés pour s’agréger au corpus de cette musique. Une comparaison entre l’évolution du jazz de cette période et celle plus globale de l’Art contemporain, nous a incité à en souligner deux convergences : une densification et une intensification des œuvres, aussi bien sur le plan harmonique que sur celui rythmique (Guillon, 2010). Une autre dimension sensible est celle d’une interactivité entre les composantes de cette musique que ne peuvent exprimer les nomenclatures de styles ou de genres, surtout quand on les prend à la lettre : interactivité entre des partenaires dont les registres se croisent, non seulement sur le plan esthétique, mais aussi avec d’autres qui sont d’ordre social. Ces registres mobilisent donc toutes sortes de tonalités et de sensibilités. Ils peuvent ainsi le faire pour des goûts et des choix en matière d’harmonie et de rythmes, mais aussi au nom de sentiments d’appartenance communautaire dont la nature est religieuse ou politique. Les uns sont directement ancrés sur le
7
sol des Etats-Unis, alors que d’autres sont davantage tournés vers l’extérieur (les Amériques, l’Afrique, l’Europe et le monde méditerranéen, ou même l’Asie). C’est donc cette multidimensionnalité que tout analyste doit chercher à reconstruire, notamment pour en saisir l’authenticité ou le cosmopolitisme, bien au-delà de tout cliché teinté d’exotisme. Nous avons donc retenu un ensemble de sessions discographiques, parce qu’elles marquent autant d’étapes significatives dans la carrière des principaux protagonistes de plusieurs styles, que nous considérons comme les plus créatifs de cette période : le hard bop, le free jazz, et la New Wave (ou New Thing), ainsi qu’un autre style émergent à la fin de cette époque, la fusion. Soit autant de productions ou de moments musicaux qui ont souvent retenu l’attention des médias spécialisés ou celle de publics avertis au fil des années. Sans qu’il y ait eu pour autant unanimité dans leur reconnaissance ou leur appréciation. Nous y grefferons d’autres enregistrements dirigés par les compagnons de route de ces leaders, parce qu’ils marquent d’autres jalons, susceptibles de mieux couvrir le champ de la créativité du jazz de cette période. La confection de notre discographie n’a rien à voir avec un échantillonnage qui chercherait à rendre compte de la diversité ou de l’hétérogénéité des productions. Nous souhaitons au contraire en retenir les lignes forces. C’est pour cette raison que nous privilégions la place des principaux animateurs de cette époque du jazz pour leurs innovations et leur rayonnement. Car, comme nous le verrons, on retrouve derrière leur rôle et leurs œuvres non seulement la force de création musicale, mais aussi la cristallisation dynamique de nombreux thèmes et symboles en prise sur les réalités sociales ou politiques de cette époque. Le lecteur retrouvera donc les marques d’une dynamique créatrice du jazz de ces deux décennies, dont les phases ne sont pas des périodes dont la durée est homogène. Il en suivra les temps forts correspondant à des moments de fixation ou de polarité de plusieurs éléments, dont la nature est esthétique ou sociale, et qui peuvent aussi bien exprimer une synthèse (plus ou moins fusionnelle) qu’être le vecteur de tensions.
8
Nous tenons aussi à insister sur le caractère relativement réduit du nombre d’enregistrements que nous avons retenus, dans la mesure où il ne représente qu’une partie seulement des centaines d’enregistrements que les principaux musiciens des styles que nous avons pointés ont gravés pendant ces deux décennies. Précisons enfin que toutes les œuvres sont à dominante instrumentale, mais qu’elles peuvent aussi être ponctuées de moments d’expression vocale. Nous commencerons donc, dans une première partie, par une présentation chronologique des sessions choisies. Nous nous efforcerons d’en suggérer la nouveauté ou le caractère créatif, et souvent même achevé. Nous chercherons aussi à en esquisser les registres convergents – harmoniques ou rythmiques –, afin d’éviter une lecture trop segmentée, polarisée sur chacune d’entre elles et ses animateurs. Ce sont d’ailleurs ces convergences qui nous ont aidé à fixer les phases selon lesquelles nous les avons regroupées. Dans notre seconde partie, nous aborderons plus précisément leurs composantes musicologiques et thématiques, avec comme objectif d’en apprécier les dimensions sociales. Soit autant de traits institutionnels ou de caractères dynamiques d’une sociabilité communautaire soumise à de nombreux défis. Nous poursuivons donc ici notre propos qui est de privilégier le contenu des œuvres musicales, tout en cherchant à le projeter dans un cadre social et historique dont l’étendue et les temporalités peuvent être variables, comme le montrent certaines ouvertures à d’autres continents. Sensible aux dimensions de densité, de concision et d’éclat aussi bien harmoniques que rythmiques qu’offre cette musique, nous le sommes aussi aux messages qu’elle porte en tant qu’expression symbolique d’un vécu communautaire. On ne peut ignorer en effet que les styles que nous aborderons ont émergé et se sont épanouis dans des conditions sociales qui ont été placées sous le signe de rapports sociaux communautaires, et même intercommunautaires. Le hard bop, le free jazz et la New Wave ont été conçus essentiellement par des musiciens de la
9