//img.uscri.be/pth/ee2531a1e90c6a35a731d0722e9e6b52c342bc34
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La culture pop au panthéon des Beaux-Arts

De
290 pages
Dangerous... Non, pas seulement un tableau. Un chef d'œuvre de Mark Ryden. Non, pas seulement un album. Un opus de Michael Jackson. Dialogue entre deux artistes, concerto pour peintre et orchestre, pour chanteur et palette, la portée de l'œuvre dépasse ici le support de distribution massive, n'est pas réservée à l'élite des musées mais part à la rencontre des esprits du monde entier. Fruit de la rencontre de deux esprits artistiques passionnés par l'éclectisme culturel du monde et de ses civilisations, cette œuvre est unique en son genre.
Voir plus Voir moins
Univers musical
Isabelle Petitjean
La culture popau panthéondes BeauxArts
Dangerous, de Mark Rydenà M ichael Jackson
La culture pop au panthéon des Beaux-Arts
Univers Musical Collection dirigée par Anne-Marie Green  La collectionUnivers Musicalest créée pour donner la parole à tous ceux qui produisent des études tant d’analyse que de synthèse concernant le domaine musical. Son ambition est de proposer un panorama de la recherche actuelle et de promouvoir une ouverture musicologique nécessaire pour maintenir en éveil la réflexion sur l’ensemble des faits musicaux contemporains ou historiquement marqués. Déjà parus Alain LAMBERT,Principes de la mélodie, Musiques populaires, philosophie, et contre-cultures,2015. Claude ROLE,François-Joseph Gossec, Un musicien à Paris, de l’Ancien Régime au roi Charles X, 2015. Michel BOSC,Jill Feldman, soprano incandescente. Bien au-delà du baroque, 2015. Dominique SALINI,Les pouvoirs de la musique, Dudiabolus in musicaau showbiz traditionnel : la Corse, un laboratoire exemplaire, 2014. Philippe MALHAIRE,Émile Goué (1904-1946). Chaînon manquant de la musique française,2014.Franck JEDRZEJEWSKI,Dictionnaire des musiques microtonales -1892-2013 (Nouvelle édition revue et augmentée), 2014. Roland GUILLON,Jazz et créativité.Au fil des sessions,2014.Johanna COPANS,Le paysage des chansons de Renaud, 2014. Paul-Marie GRINEVALD,Guillaume-André Villoteau (1759-1839). Ethnomusicographe de l’Egypte, 2014. Liliana-Isabela APOSTU,La violonistique populaire roumaine dans les œuvres de Béla Bartok et de Georges Enescu,2014. Antoine JANOT,Le cinéma est-il devenu muet ?,2014. Philippe GODEFROID, Wagner et le juif errant : une hontologie. Qu’est-ce qui est allemand ? — donner la mort,2014. Angéline YÉGNAN-TOURÉ G.,Le Gbofé d’Afounkaha. Une forme d’expression musicale de Côte d’Ivoire, 2013. Claudie RICAUD,Francis Thomé, compositeur créole, 2013.Dominique ARBEY,Francis Poulenc et la musique populaire, 2012.
2
Isabelle Petitjean
La culture pop au panthéon des Beaux-Arts
Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06025-5 EAN : 9782343060255
4
5
À mon père,
musicien et peintre. À Alain…
6
Prologue
Dangerous…Non,pas seulement un tableau. Un chef d’œuvre de Mark Ryden. Non,pas seulement un album. Un opus de Michael Jackson. Composition, mélange, interactions, partage, éclectisme, nous sommes là enprésence d’un dialogue entre deux artistes, d’un concerto pour peintre et orchestre, d’un concerto pour chanteur et palette.
Dangerousn’estpasqu’une fresque visuelle et sonore, c’est aussi unepochette de disque destinée à la distribution massive. Laportée de l’œuvre dépasse ici le support, ne se réservepas pour l’élite des musées maispart à la rencontre des esprits du monde entier prêts à relever le défi de son, ou plutôt ses messages.
Dangerous est – etpour moi, comme pour tous les fans autres amateurs, éclairés ou non,qui ont unjour croisé cette p– unochette des yeux, avant d’y con-sacrer leurs oreilles mystère.
Fruit de la rencontre de deux esprits artistiquespassionnés par l’éclectisme culturel du monde et de ses civilisations,prêts à passer les clivages desgenres et des stylespour créer un autre univers ou, simplement,proposer un autre regard sur leur monde, cette œuvre est unique en son genre.
Elle a été inspirée, elle a inspiré et continue de le faire, mais elle reste à jamais la conjonction de deux formes d’intelligences singulières etpluridisciplinairesque sont Mark Ryden, le peintre, et Michael Jackson, l’Artiste.
Dangerousest le témoin d’un mondejacksonien dans lequel le regardguide, accompagne, enseigne, communique. Michael Jackson est de ceuxqui avaient comprisque son siècle serait visuel ou ne seraitpas. Si sa musique est le socle fondamental de son œuvre, le medium d’expression sur lequel s’appuie son chant, ses chorégraphies et ses scénographies (qu’il s’agisse de
7
spectacles ou de courts-métrages), c’est bienpar le regardqu’il a choisi de toucher, de se donner à voir, à entendre, à sentir même. Nonpas lui. Mais cepour quoi il lui semblait être venu sur terre et avoir mérité ses dons.
Michael Jackson apresque tout apprispar le regard : la danse, le travail de studio, le dessin et lapeinture, l’impact du style vestimentaire, la mise en scène, laphotographiepour ne citerque les axesprincipaux. Ce n’est doncpaspour rienque le signe transculturel de l’œil, issu du mythe d’Argos et de l’ocelle dupaon, de l’égyptologie et de la chrétienté, est devenu, avec les années, l’un de ses symbolesporteurs récurrents. Michael Jackson a éduqué notre regard, nos oreilles et notregoût. Il a guidé nosyeuxpendant des années,par sesgestes, sonjeu de scène, ses chorégraphies et les accessoires symboliques qui se devaient d’attirer notre attention tout en nous « parlant ».
Depuis cinq ansqueje travaille en tantqu’universitaire sur la musique et laproduction de Michael Jackson, depuis trente et un ansquejet entendue l’ai « vu » pour lapremière fois, le reconnaissant avant de le connaître, Michael Jackson m’a toujours fascinée et subjuguée. Il est le seul magicienqui ait réussi à me faire croireque tout étaitpossible. Parmi son immense legs,Dangerousa faitpartie, dès le début, des œuvres pivots sur lesquelles ontporté mes recherches, aupointquej’en propose, aujourd’hui, à force de discussions sur le sujet, de questionnements, d’échanges avec vous, une édition.
Ce travail,qui a nécessitéprès de trois années de recherches, de fréquents retours aupupitre, un lent mais nécessaire murissement, tantôt depaisibles mises en lumière, tantôt des éclairs fracassants et éblouissants etqui a reçu les encouragements de Mark Ryden, ne se veut en aucun cas être une finalité. Il neprétendpas à l’exhaustivité, pas plus qu’à l’énoncé d’une hypothétique Vérité.
D’ailleurs,y a-t-il une seule Vérité ?... Michael Jackson voulait survivre à travers ses œuvres et, comme lespeintres de la Renaissance qu’il aimait tant, il a, pour ce faire, dressé devant
8
nous d’énigmatiques monuments sensés soulever l’interrogation,plutôtque trouver des réponses conclusives et créer un mouvementperpétuel de réflexionqui continuera, après son départ, à faire avancer le monde. N’est-cepas là le rôle de l’artiste ? Celui de déployer unpouvoir intemporelqu’il a reçu en cadeau et dont il nepeut seprévaloir, celui d’être un canal, unguide, une lumière destinée, au même titreque d’autres avant lui, que d’autres, après lui, à éclairer le chemin et les esprits.
Cet ouvragepropose une analyse du contexte de création du tableau Dangerous, de ses sources d’inspirationpicturales et sculpturales. Elle ne s’attardepas longuement sur la symbolique jacksonienne,qui constituerait(et constitueraprobablement) à elle-seule l’objet d’un ouvrage entier, maispart duprincipeque le lecteur en connaît déjà, pour une bonne part, les tenants et les aboutissants. Mais elle montre combien laproblématique centrale soulevéepar la fresque de Mark Ryden est, finalement, une thématique récurrente, historique et tristement intemporelle dans l’histoire de l’humanité.
Laplupart des tableauxpeintspar Mark Ryden, et Dangerousparmi eux, donnent à voir des conflits de force dont l’artiste ne livre jamais le vainqueur.
Certes, il est naturelpour l’esprit humain de tenter d’organiser un tel foisonnement éclectique en un récit cohérent : il est même difficile de ne point céder à la tentation. Aussi, l’exercice analytiqueque nous avons entrepris ici a tenté de demeurer, autantquepossible, sur une voie médiane,préconisée par Mark Ryden lui-même, en re-contextualisant l’ensemble du tableau autantque ses éléments constitutifs, sansjamaispouvoir et chercher à tout expliquer : « Lesgens croientgénéralement qu’une image doit « signifier »quelque chose d’autre, mais ce n’est tout simplementpas vrai, la signification, c’est l’image […] Mes tableaux ne sont pas conçus de façon à ce que chaque
9