Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le petit Bronzés illustré par l'exemple

De
176 pages
Les répliques de la trilogie des Bronzés et du Père Noël est une ordure résonnent toujours dans les couloirs d'école et au détour de soirées entre amis. Toutefois, pour mieux en apprécier la subtilité, il est parfois utile d'en connaître la genèse.
Philippe Durant nous dévoile ici les références historiques, littéraires, les clins d’œil et les contrepèteries… aux sources souvent inattendues. Le tout étayé par de nombreuses anecdotes extraites d’interviews des piliers de la troupe du Splendid par l'auteur, menées depuis près de vingt ans.
Grâce à ce précieux ouvrage, on reverra ces films cultes d’un autre œil et on les écoutera d’une autre oreille.
« Ça veut dire qu’éventuellement, si vous étiez au bout du rouleau, on pourrait envisager de conclure ? »
Michel Blanc, Les Bronzés font du ski
« Je ne vous jette pas la pierre, Pierre. Mais j’étais à deux doigts de m’agacer. »
Josiane Balasko, Le Père Noël est une ordure
« – J’ai même essayé de me suicider.
– Comment ça ?
– On n’est jamais très original dans ces moments-là : j’ai mis l’Adagio d’Albinoni, j’ai avalé deux tubes de laxatifs et puis hop !… J’ai perdu 16 kilos et ma moquette. »
Michel Blanc et Dominique Lavanant, Les Bronzés
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

le petit BRONZÉS illustrépar l’exemple
Philippe Durantprésente
le petit BRONZÉS illustrépar l’exemple
nouveaumonde éditions
– Nous, on âdorE çâ, vos films, surtoutLe Père Noël est une ordure. – JE nâi pâs joue dânsLe Père Noël est une ordure!
Grosse fatigue Scénario et dialogue de Michel Blanc
Note introductive
5
a plupart des citations contenues dans cet ouvrage sont issues de ma « collection personnelle », c’est-à-dire des rencontres que, au cours de ma duLSplendid ainsi que Jean-Marie Poiré, Patrice Leconte et Martin Lamotte. (déjà) longue carrière, j’ai eu le privilège de faire avec les ex-membres Entre beaucoup d’autres, le fameux repas de presse desBronzés 3au Fouquet’s en date du lundi 16 janvier 2006. Le reste provient d’extraits d’interviews effectuées par d’éminents collègues et néanmoins amis. Qu’ils en soient ici remerciés : Claudette Baudet (Figures libres), Fadette Drouard (Nord Éclair), Philippe Dupuy (Nice-Matin), Philippe Lagouche (La Voix du Nord), Alain Morel (agence Alamo), Jean Serroy (Le Dauphiné libéré), Patrick Tardit (L’Est républi-cain), sans oublier Stéphanie Gasiglia et Jean-Marc Raffaelli (Nice-Matin).
Philippe Durant
Génériques
Les Bronzés Les Bronzés font du ski Les Bronzés 3, amis pour la vie
7
Réalisation :Patrice Leconte Scénario, adaptation et dialogues :Josiane Balasko, Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte Avec Josiane Balasko (Nathalie Morin), Michel Blanc (Jean-Claude Duce), Marie-Anne Chazel (Gisèle dite Gigi), Christian Clavier (Jérôme Tarayre), Gérard Jugnot (Bernard Morin), Thierry Lhermitte (Robert Lespinasse dit Popeye) et Dominique Lavanant (Christiane), Martin Lamotte (Miguel), Bruno Moynot (Gilbert/Jambier) ; Michel Creton (André Bourseault), Luis Rego (Georges Pelletier dit Bobo) ; Maurice Chevit (Marius), Maurice Aufair et Jean-Marc Henchoz (paysans savoyards) ; Ornella Muti (Graziella Lespinasse), Doris Kunstmann (Madame Franken)
Le Père Noël est une ordure
Réalisation :Jean-Marie Poiré Scénario, adaptation et dialogues :Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Bruno Moynot et Jean-Marie Poiré Avec Anémone (Thérèse), Josiane Balasko (Marie-Ange Musquin), Marie-Anne Chazel (Josette), Christian Clavier (Katia), Gérard Jugnot (Félix), Thierry Lhermitte (Pi erre Mortez), Bruno Moynot (Monsieur Preskovitch), Jacques François (le pharmacien), Martin Lamotte (Monsieur Leblé), Michel Bonnet (le suicidé au téléphone), Jean-Claude Bouillaud (le père de Katia) et la voix de Michel Blanc (l’obsédé sexuel au téléphone)
Petit rappel historique
9
urant les années 1970, une troupe de café-théâtre officiant dans les quartiers nord de Paris fit beaucoup parler d’elle en raison de ses D 1 succès : le Splendid . Le noyau dur était composé de jeunes femmes (Marie-Anne Chazel et Josiane Balasko qui prit la succession de Valérie Mairesse) et quatre jeunes hommes (Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Michel Blanc et Gérard Jugnot) épaulés par Bruno Moynot, plus discret. D’autres comédiens vinrent occasionnellement jouer avec la troupe dont Martin Lamotte, Roland Giraud, Anémone, etc. Début 1978, le producteur Yves Rousset-Rouard, oncle de Christian Clavier, finança l’adaptation ciné-matographique de l’une des pièces du Splendid, avec Patrice Leconte à la réalisation. Sous le titreLes Bronzés, le film sortit en novembre de la même année. 2,3 millions de spectateurs en France. Beau succès qui le classa dou-zième au box-office 1978 (mais loin derrièreLa Cage aux folles). Exactement un an plus tard, apparutLes Bronzés font du ski, sorte de suite au précédent. Succès moindre : 1,5 million (dix-neuvième position dans un box-office dominé parLe Gendarme et les extraterrestres). Délaissant la veine desBronzés, la troupe et le producteur misèrent surLe Père Noël est une ordure, mis en images cette fois par Jean-Marie Poiré. Sortie : août 1982. Résultat : 1,5 mil-lion de spectateurs (contre 5,5 pourL’As des as). Fin de l’aventure en com-mun. Chacun des protagonistes suivit son propre chemin à la fois en tant qu’acteur et auteur (scénario, dialogue, réalisation). En 2005, après avoir été sans cesse sollicitée, l’équipe se reforma au complet pourLes Bronzés 3, amis pour la vie. Christian Fechner s’occupa de la production et Patrice Leconte se retrouva derrière la caméra. Ce film, très attendu (et très médiatisé), er apparut sur les écrans le 1 février 2006. Avec 10,3 millions de spectateurs, il n’eut aucun mal à s’imposer en tête du box-office, devançant largement toutes les superproductions américaines.
Petite précision : Dans de nombreux articles de presse le patronyme de ce grand séducteur de Jean-Claude est orthographié « Dusse ». Pourtant si l’on s’en réfère à son passeport (visible dansLes Bronzés 3), il s’appelle bel et bien « Duce ». À la lecture de ce document officiel, on apprend qu’il est né le 15 avril 1957 à e Paris 20 , qu’il est de sexe masculin et qu’il a habité 22 rue Marcadet (qui est également l’adresse du Centre d’hygiène sociale – Chemin de fer du Nord).
1.En réalité il s’agissait d’un glacier-théâtre puisque chaque spectateur avait le droit à un cornet avec une boule de glace (remplacé, en hiver, par de la soupe dans un gobe-let en plastique).
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin