Essais sur l'archéologie du signe d'Henri Maccheroni

De
Publié par

Une oeuvre réalisée par Henri Maccheroni en 1976 et qui a pour nom L'archéologie du signe provoque une succession de textes qui interrogent les fondements de l'oeuvre, qui l'excèdent, et qui investissent des questionnements propres à l'écriture théorique et poétique. Les auteurs dont le premier fut Jean-François Lyotard se répondent, se commentent et trouvent leur autonomie dans la pensée singulière de chacun. Ici Germain Roesz rassemble ces textes et explique comment se construit le dialogue.
Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 259
Tags :
EAN13 : 9782296200494
Nombre de pages : 137
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'ARCHÉOLOGIE DU SIGNE D'HENRI MACCHERONI

Collection Esthétiques Dirigée par Jean-Louis Déotte
Comité de lecture: Carsten Jacques Boulet, Jacques Boulet, Alain Brossat(Culture Juhl(Scand.), Germain Rcesz(Ars), Georges & politique), Pierre Durieu, (Al.), Anne

Véronique GossotQp),

Fabbri, Daniel Payot, André Rouillé, Peter Szendy, Humbertus

Von Hameluxen

Teyssot(USA),

RenéVinçon(It.),

Suzanne Liandrat -Guigues Pour situer notre collecrion, nous pouvons reprendre les termes de Benjamin annonçant son projet de faire en sorte

revue: Angelus Novus: « En jusrifiant sa propre forme, la revue dont voici le projet voudrait

qu'on ait confiance en son contenu. Sa forme est née de la réflexion sur ce qui fait l'essence de la revue et elle peut, non pas rendre le programme inutile, mais éviter qu'il suscite une productivité illusoire. Les programmes ne valent que pour l'activité que quelques individus ou quelques personnes étroitement liées entre elles déploient en direction d'un but précis; une revue, qui expression vitale d'un certain esprit, est toujours bien plus imprévisible et plus inconsciente, mais aussi plus riche d'avenir et de développement que ne peut l'être toute manifestation de la volonté, une telle revue se méprendrait sur elle-même si elle voulait se reconnaître dans des principes, quels qu'ils soient. Par conséquent, pour autant que l'on et, bien comprise, une telle attente est légirimement sans limites -, la puisse en attendre une réflexion réflexion que voici devra porter, moins sur ses pensées et ses opinions que sur les fondements et ses lois; d'ailleurs, on ne doir plus attendre de l'êtte humain qu'il ait toujours conscience de ses tendances intimes, mais bien qu'il ait conscience de sa destination. les plus

La véritable destination d'une revue est de témoigner de l'esprit de son époque. I.:actualité de cet esprit importe plus à mes yeux, que son unité ou sa clarté elles-mêmes; voilà ce qui la condamnerait - tel un quoridien- à l'inconsistance si ne prenait forme en elle une vie assez puissante pour sauver encore ce qui est problématique, pout la simple raison qu'elle l'admet. En effet, l'existence d'une revue dont l'actualité est dépourvue de toute prétention historique est justifiée... »

)} Série « Ars coordonnée par Germain

Roesz

La collection Ars donne la parole aux créateurs. Du faire au dire, Ars implique les acteurs de la création (les fabricants ainsi que les observateurs de la fabrique) à formuler - sur un terrain qui semble patfois étranger -leurs projets, leurs ambitions, leurs inquiétudes, leurs découvertes. Sur les modes analytiques, critiques, politiques, polémiques, esthériques et dans les formes du journal, de l'essai, de l'entretien, du collage, il s'agit d'énoncer une parole du faire-créateur. Rendre manifeste, de la revendication à l'adhésion, ce qui tisse les contradictions

tion contemporaine. Une complémentarité nécessaire en quelque sorte de la collection « Esthétique Dernières parutions Jean- Hughes Banhelemy, Penser l'individuation,
Rwand4 Vincent Schutz, 1994-2004: rks jàits, Simondon et 14 philosophie rk 14 nature, 2005

et les débats de la créa».

2005

rks mots, rks œuvres, sous la direction

de Laure Coret,

Manine Braun-Stanesco, Émergences
Lowy, Guère à Id guerre! art contemporain 2007
lëprenve rks arts, l'écran,

- ejJàcement, errance du regard sur lespierres, Ars, 2006 Ars, 2006

Anthropologie,

et musée:

quels liens? sous la direction de Roger Somé et Carine
14 scène,

Le réel à

14 rue,

sous la direction de Geneviève Jolly, Ars 2007

COLLECTION

ESTHÉTIQUES

-

SÉRIE ARs

1èxtes réunis par Germain Roesz

ESSAIS SUR L'ARCHÉOLOGIE DU SIGNE D'HENRI MACCHERONI
MICHEL BUTOR, JEAN-FRANÇOIS LYOTARD, RAPHAËL MONTICELLI, JEAN PETITOT, GERMAIN ROESZ, MICHEL VACHEY

Photographies

d'Henri

Maccheroni

2008

L' Harmattan

iÇ) L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan I @wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05840-8 EAN : 9782296058408

Remerciements Michel Butor, Maryse Candela, Michel Demange, Jean-François Lyotard (t), Henri Maccheroni, Raphaël Monticelli, Jean Petitot, Tessa Tristan, Michel Sicard, Michel Vachey (t)

Essais sur

du signe

Élément des vingt-et-une

pièces de la série l'Archéologie du signe, 1976 (F:30, toile blanche et léopard)

8

Essais sur

du signe

Élément des vingt-et-une

pièces de la série tArchéologie du signe, 1976 (F:30, toile blanche et léopard)

9

Essais sur

du signe

Élément des vingt-et-une

piècee de la sétie l'Archéologie du signe, 1976 (F:30, toile blanche et léopard)

10

Essais sur

du signe

Avant propos

Un artiste est souvent accompagné des écrits de ses amis poètes, philosophes, historiens. Ces rencontres tiennent de l'éclaircissement réciproque, de l'amitié et produisent des textes critiques, des essais, des livres dits d'artistes (de nature bibliophilique, rares, surprenants). Cet accompagnement dépasse l'habituel fait critique. Lun et l'autre s'apprennent mutuellement sur la pratique de l'autre, mais aussi sur les propres enjeux de l'artiste ou du philosophe. Ce livre relatel une rencontre inhabituelle. Il y a certes l'œuvre (que fait Henri Maccheroni photographe et peintre) dite L'Archéologie du signe de 1976, mais ce qui ici est singulier est l'écho qu'a suscité ce travail. Jean-François Lyotard lui consacre un texte La Partie de peinture, Michel Butor répond aux répons avec urot et Almageste, Jean Petitot poursuit avec un commencement Berechit, et Michel Vachey avec Henri I1nsigne n'achève pas la suite. Il y a aussi l'accompagnement presque conclusif de Raphaël Monticelli. Il faudrait y ajourer le dialogue entre Michel Sicard et Michel Butor dans Problèmes de l'art contemporain à partir des travaux d'Henri Maccherom2 dont nous donnons quelques extraits.

C'est une œuvre qui produit des ondes comme une pierre qu'on jetterait dans l'eau, des ondes qui persistent, qui irradient comme des traces

1. Et transcrit.

2. Christian Bourgois éditeur, 1983.

11

",ssalS sur

du signe

archéologiques bien sûr et qui incorporent qui la peinture qui le texte de l'auteur précédent, qui le texte à venir immanquablement.

Le livre qui en découle ici est davantage qu'un livre. Il donne les textes des auteurs en conservant leur chronologie3, mais il permet de comprendre comment une époque accueille, accompagne une œuvre; puis il indique comment à chaque suite on revisite l'écrit qui nous précède, comment on le réévalue, l'estime, feu et contre-feu, adossement et respect, ouverture et tentative par l'ajout pour mieux faire comprendre un inaltérable secret. e est l'enjeu de ce livre en livrant les successions qui s'interpellent. J'ai osé par ce recollement inaugurer le livre par mon propre texte mais en indiquant que cet emplacement n'est que le dernier d'une longue série, comme tout texte, digne de ce nom, inaugure à chaque fois la volonté d'écrire. Il faut encore préciser que la construction originelle des textes a été maintenue (architecture, paragraphes, écarts, mots séparés, discernés) et renvoie d'une certaine manière à des modèles analytiques et stylistiques d'époque. Le feuillet iconographique qui accompagne l'ensemble permet de comprendre l' œuvre dans ses attendus formels, conceptuels mais aussi dans sa matérialité (laçage). Germain Roesz

3. Mais aussi une fausse chronologie. Mon texte qui vient après tous les aurres se situe en début d'ouvrage parce qu'il commente et met en perspective les textes précédents. Il est en quelque sorte une explication de texte qui propose sa propre autonomie dans le même sens que tous les textes possédaient déjà cette autonomie. Il en va de même du texte de Raphaël Monticelli, placé ici en second, et qui commente et condense ce que porte l'œuvre de Maccheroni et les textes que cela a suscités.

12

Essais

S'Jf

du signe

Œuvre liée à la série l'Archéologie du signe {toile blanche et écrue)

13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.