//img.uscri.be/pth/fdc3d40ed80c744edc78448a0f8b5c180d14cfb1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La femme photographe en Amérique latine

De
166 pages
Au XIXe siècle, les pays d'Amérique latine sont devenus indépendants. La photographie fut alors utilisée pour construire cette liberté, souvent problématique, aussi bien par des hommes que par des femmes. Mieux, les femmes s'emparèrent de la photographie à la fois pour comprendre le monde et se comprendre elles-mêmes. Grâce à l'étude détaillée de photographes devenues célèbres (Tina Modotti, Annemarie Heinrich, Grete Stern,...), ce livre s'interroge sur la photographie et sur l'art, sur l'Amérique latine et sur ses pays, sur la société et la politique, sur les femmes d'hier et d'aujourd'hui.
Voir plus Voir moins
Eidos RETINA
Série Collection
Alejandra Niedermaier
La femme photographe en Amérique latine
La femme photographe en Amérique latine
ème Ce livre est le 95 livre de la
dirigée par François Soulages & Michel CostantiniComité scientifique international de lectureArgentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata), (Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia,),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St Clément d’Ohrid),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo (Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. Sevilla),France(Michel Costantini & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Pázmány Péter, Egyetem),Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica), Taïwan(Stéphanie Tsai, Unv. Centrale de Taiwan, Taïpei)Série RETINA3 François Soulages (dir.),La ville & les arts11 Michel Gironde (dir.),Les mémoires de la violence12 Michel Gironde (dir.),Méditerranée & exil. Aujourd’hui13 Eric Bonnet (dir.),Le Voyage créateur14 Eric Bonnet (dir.),Esthétiques de l’écran. Lieux de l’image17 Manuela de Barros,Duchamp & Malevitch. Art & Théories du langage18 Bernard Lamizet,L'œil qui lit. Introduction à la sémiotique de l'image30 François Soulages & Pascal Bonafoux (dir.),Portrait anonyme31 Julien Verhaeghe,Art & flux. Une esthétique du contemporain35 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou36 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou au cinéma37 Gezim Qendro,Le surréalisme socialiste. L’autopsie de l’utopie38 Nathalie ReymondÀ propos de quelques peintures et d’une sculpture39 Guy Lecerf,Le coloris comme expérience poétique40 Marie-Luce Liberge,Images & violences de l'histoire41 Pascal Bonafoux, Autoportrait. Or tout paraît42 Kenji Kitayama,L'art, excès & frontières43 Françoise Py (dir.),Du maniérisme à l’art post-moderne44 Bernard Naivin,Roy Lichtenstein, De la tête moderne au profil Facebook48 Marc Veyrat,La Société i Matériel. De l’information comme matériau artistique, 149 Dominique Chateau,Théorie de la fiction. Mondes possibles et logique narrative51 Patrick Nardin,Effacer, Défaire, Dérégler... entre peinture, vidéo, cinémae 55 Françoise Py (dir.),siècleMétamorphoses allemandes & avant-gardes au XX 56 François Soulages & Sandrine Le Corre (dir.),Les frontières des écrans57 Agathe Lichtensztejn,Le selfie aux frontières de l’egoportrait58 François Soulages & Alejandro Erbetta (dir.),Frontières & migrations Allers-retours géoartistiques & géopolitiques60 François Soulages & Aniko Adam (dir.),Les frontières des rêves61 M. Rinn & N. Narváez Bruneau (dir.),L’Afrique en images.62 Michel Godefroy,Chirurgie esthétique & frontières de l’identité63 Thierry Tremblay,Frontières du sujet. Une esthétique du déclinSuite des livres publiés dans la CollectionEidosà la fin du livre Publié avec le concours de
Alejandra Niedermaier
La femme photographe en Amérique latine
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-10453-9 EAN : 9782343104539
À mes filles Laila et Milena, toujours
Introduction Une photo habite notre imagination et notre imaginaire, elle est, dans le continuum du visible, un trou noir brillant qui nous fait basculer dans un autre espace et un autre temps et qui nous confronte à l’altérité. (…) Toute photo est cette image rebelle et éblouissante qui permet d’interroger à la fois l’aller et le retour, l’ailleurs et l’ici, le passé et le présent, l’être et le devenir, la fixité et le flux, le continu et le discontinu, l’objet et le sujet, la forme et le matériau, le signe et …l’image. 1 François Soulages 2  Ce livre naît de l’union de deux constellations différentes. D’une part, le langage photographique a accompagné le processus de constitution des nations latino-américaines et, d’autre part, les femmes ont largement et activement contribué à cette construction. Depuis son 1  François Soulages & Alejandro Erbetta,Frontières & migrations. Allers-retours géoartistiques & géopolitiques, (dir.), Paris, L’Harmattan, collection Eidos, série RETINA, 2015.2 Les écrits réunis dans le présent livre ont spécialement été choisis pour cette édition française. Il s’agit d’une conjonction de textes issus des ouvragesLa mujer y la fotografía: una imagen espejada de autoconstrucción y construcción de la historia, publié en 2008chez Leviatan, en Argentine, etLa expansión de la imagen espejada, bientôt publié par la même maison d’édition.
7
apparition, la photographie assiste les processus historiques en tant que savoir et catégorie de pensée qui construit et traverse l’imaginaire d’une personne et d’une société, et dans notre cas, d’un genre.  Notre objectif est d’analyser la façon dont la structuration de ces nations a été élaborée conjointement par des hommes et des femmes, en mettant particulièrement en exergue la participation féminine.  Les différentes archives, relatives à la photographie et à la femme, à la fois brossent un portrait de l’époque et parcourent l’Histoire. Ce livre prétend faire connaître les femmes liées à la photographie durant la période allant de 1840 à 1940.  Selon Michel de Certeau, le mot « histoire » fluctue entre deux pôles : l’histoire qui se raconte, qu’il dénomme «Histoire », et celle que l’homme construit, qu’il nomme «GeschichteLors de ses recherches, l’historien part du ». premier terme pour arriver au second, manifestant ses propres valeurs culturelles et réalisant, d’une certaine manière, une réécriture. Sous l’influence de Certeau, nous tâcherons d’évoquer le passé en tant que produit d’un travail et d’une construction sociale.  Comme, d’une certaine manière, le sens de l’histoire peut être compris à partir de toutes petites productions (puisque l’ensemble des significations que chaque photographie contient participe au tissu symbolique de son époque), nous privilégierons majoritairement dans cette recherche la préservation des histoires de femmes photographes anonymes, en réalisant un travail de recherche approfondi sur celles-ci. Ces histoires sont rassemblées dans la seconde partie.  La troisième est dédiée à l’histoire de ces grands noms de la photographie qui ont largement influencé les générations qui les auront succédés et qui, bien qu’occupant déjà une place de choix, tiennent lieu d’hommage  En outre, nous devons considérer que l’histoire de la photographie est non seulement le fruit de ses auteurs, mais aussi de l’histoire de ses applications, de ses usages, et de tout ce qu’une lecture transversale implique. L’existence
8
de multiples pratiques inhérentes au champ de la photographie invite à réaliser de vastes recherches sur cette historicité en vertu du fait qu’elle-même contribue à la compréhension de ce langage et facilite sa déconstruction en différents textes visuels. L’une des principales caractéristiques de la photographie est sa capacité à produire du sens duquel se dégage sa spécificité historique et culturelle.  Le récit de l’histoire ne rend pas seulement compte des différents événements narrés. Il provoque aussi des images de ces mêmes événements, de manière analogue à la figure rhétorique de la métaphore. Dans ce cas, le double traitement de la photographie et de la femme convertit les images en un document qui doit être interrogé. De plus, les images photographiques ne sont pas les seuls documents qu’une recherche avec ces caractéristiques nécessite pour apporter une idée aboutie sur le sujet. Au cours de notre recherche, nous sont apparus d’autres documents sous différentes formes, qui combinés aux images ont grandement contribué à donner de la précision. Pour chaque cas, j’ai toujours eu la sensation de me rapprocher d’histoires uniques qui méritaient d’être protégées et conservées. L’imbrication entre chaque récit personnel, chaque situation historique et les pratiques photographiques s’avère très intense. Cette imbrication demande un effort de compréhension de chaque phénomène.  Si nous nous penchons sur les mécanismes de recherche et d’écriture de différents processus historiques, il en résulte que les études féministes et de genre ont établi, ces derniers temps, un corpus narratif incorporant l’écoute et la compréhension de l’autre. Le concept de genre gravite autour des conformations culturelles, historiques ainsi que des relations sociales subséquentes. L’objectif étant d’apporter de la visibilité au lien particulier et progressif qu’entretient la femme avec la photographie, en considérant les contextes historiques et bien sûr socioculturels. L’histoire du genre est liée de manière très particulière à la photographie. Comprendre ce lien suppose
9