Le cinéma libertaire et libertin

De
Publié par

Le présent ouvrage est le fruit d'une année d'entretiens avec des personnalités du cinéma contemporain, toutes "éprises de liberté" dans leur façon d'aborder le Septième Art, soit de manière "libertaire", soit de manière "libertine". En tout, 25 entretiens avec des personnalités comme Jean-Pierre Mocky, Catherine Robbe-Grillet ou Jean-Claude Dreyfus. On découvrira, au fil de ces révélations, quelques-uns des morceaux de bravoure de ces cinéastes qui n'ont pas eu peur de provoquer, au risque parfois de croiser la censure d'une société souvent trop conformiste.
Publié le : samedi 15 août 2015
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782336388212
Nombre de pages : 418
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Paul Vecchiali, Jean StreF, Serge Bromberg, Jean-Pierre Bouyxou, Jean-
Grandperret, Pip Chodorov, Jean-Pierre Bastid, Alexandre Mathis, Jean-
On découvrira, au îl de ces révélations, quelques-uns des morceaux de bravoure de ces cinéastes qui n’ont pas eu peur de provoquer, au risque de
Jacques Richard , dont l’aïche ît scandale,
, îlm muet en noir et
Sélection Oïcielle montage. Il a réalisé en tout plus de 85 îlms, tous formats confondus.
Jacques Richard
 Le Cinéma  Libertaire etLibertin
a
et Libertin
Jacques Richard
améni  eri at nit
CeL
Photographies (couverture et intérieur) : tous droits réservés
ISBN : 978-2-910142-10-0
2
Le cinéma libertaire et libertin
Jacques RICHARD
Le cinéma libertaire et libertin
PRÉFACE
Que fait un cinéaste entre deux films ? Il pense cinéma, il rêve cinéma, il continue à vivre le cinéma au jour le jour, en préparant un nouveau film. C’est une Passion à plein temps, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an.C’est pourquoi, entre deux films, j’ai eu envie d’animer pendant un an, d’avril 2011 à mars 2012, une émission consacrée au cinéma sur Radio Libertaire, trois fois par mois, et de recevoir des amis, des personnalités du cinéma, dont il me semblait que leurs idées sur le SeptièmeArt pourraient faire rebondir les miennes.Ce fut donc un travail (et un plaisir) d’écoute, pour moi et les auditeurs, mais aussi un travail de « relance » de leurs propos afin de guider leur pensée vers ce qui me semblait être une « exigence morale » vis-à-vis du cinéma lorsqu’il est pratiqué avec exigence justement, pour creuser le sillon des films qui peuvent compter, qu’ils soient adoubés par le public ou non. Parfois ce sont les zones d’« ombres » qui recèlent le plus de « lumière »… Mes invités sont plus ou moins connus du grand public, des réalisateurs, des comédiens dont les noms sont associés à certains succès, mais parfois aussi des chercheurs sur pellicule, des historiens du cinéma, des profes-sionnels du film derrière la caméra, dont les noms ne sont pas forcément immédiatement identifiés par tous, mais chacun fût passionnant, et tous avaient à nous apprendre de leur parcours, de leurs expériences et de leur vision du cinématographe.C’est pourquoi il m’a semblé intéressant que ces paroles ne s’envolent pas à jamais, mais soient rassemblés dans cet ouvrage, pour constituer ces visions du cinéma, en phase avec notre époque.Derrière « la forme » radiophonique, se trouve « un contenu » précieux, que j’ai souhaité partager avec le lecteur.
Pourquoi «LE CINEMA LIBERTAIRE ET LIBERTINTout» ? d’abord parce que cette émission que j’avais baptisée «CINEMA EN FREESTYLE» était diffusée sur les ondes de Radio Libertaire, donc en priorité à destination d’un auditoire plutôt résolument « anarchiste », que les propos et les thèmes échangés l’ont été dans une perspective de « liberté », autour d’un « cinéma libre », et aussi parce que souvent mes invités travaillaient sur la notion d’érotisme au cinéma, dans ce qu’il peut porter de
« liberté » là encore, sinon toujours « libertaire », dans les images et la conception des relations entre les êtres. Il me faut ici remercier trois personnes,Patrick Mullerde Radio Libertaire, qui m’ouvrit les ondes de cette radio vraiment différente des autres:« sans pub, ni Dieu, ni maîtres, sinon ceux du 7e Art »,Francis Bonfanti qui fût le plus souvent l’ingénieur du son de l’émission, ainsi queFlorence, elle aussi parfois à la console du studio, et qui ensuite a mis en œuvre la transcription de ces émissions, travail fastidieux s’il en est, ainsi qu’Anne Lejon et Alain Bartissol.
8
Jacques Richard
Entretien avec Jean-Pierre Mocky
Réalisateur et acteur français, Jean-Pierre Mocky a réalisé notamment « Les dragueurs », « Les compagnons de la marguerite », « A mort l’Arbitre », «Un drôle de paroissien », « le miraculé », «Sa-t-il un français dans la salle « Y », «olo », LAlbatros », l’I», «bis rouge Les saisons du plaisir », « Un linceul n’a pas de poches ».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.