Akamayong-Nkemeyong

De
Publié par

Voici un ensemble de textes de rap en langue fang nzaman écrits par le rappeur Roda N'no. Traduite et commentée en dialogue avec une réflexion anthropologique, l'oeuvre allie la culture hip-hop aux savoirs acquis par le biais d'une éducation en contexte rural. Elle est le produit d'un effort de création d'espaces musicaux à l'interstice entre l'urbain et le rural, entre les jeunes générations de Libreville et les anciens de la province.
Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782296509788
Nombre de pages : 140
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
kaA-Nngyomagnoyemek lieuceR sedr paedt xeetue fang  en langtsulitarmaznlInaeruvretu doncoe  earsed ettx:    Ngiques masp et  onN adoR ed l: e hiapgrtoho(pnawO.)agNBSI  : icAlAte iaers-nu13,505e éNd uen978-2-296-99723-e eématn ,9002 nbolaol c eontira nnetiu eld esbmouvrcet réunage fae  nng lenguan ed  paret esetxeur Roda le rappirstp raazam ncén  eéentmeom cet etiudarT .onN nthron aexie ré cnua evgoeuidlaon csei om citçof enu ems ertêneogiqopollœuue, errgrv e eciuoépa  lltcue urp-hi poh xuaovas sriur un univers arittsqieua llaitn etxetnoc ne noit ese ll El.raru eibral sip cauqucate éddunais secasum d nopseinlrsteauicà x tid u nelp orude créatieffort dénar ség seditnore l enteunees jl te nia,larur ent ecetirbu lreàld  uaftiq uli province. Au-dea seeicnd snal eib Lviree ll letusiceu mmili du sieta trdnuri etatienide charémd al tnemirpxe st les ligiques e tel solcéihssneesxté rce, tes verbellid laiL estio quet lardanstd ppro sar nedat ces de,nrgee selaicar seirogéucturantgnes strs coéiétsed  eal psetcosab gaionne ,oba noloelaiusf yni eonred les uvelmiqudyna slI .se tnerffotimae unttlie èr ,uoc leel sedl a sorcellerie et ed nulreviud sys mquti pe,r ounad sésrev ,seritasierivuns lee uod es snoiag baionsadits trs leseré resd eltniceusibptaiér sreia socmmpag banotes de rles adepu  oesins teepadneics seamuh secles, orauvre lœiltted sruserétarb uneaiets es l sna seltlucseru, spécialistes da tr sudh pih-potépuan donabré,  uei-pihel slim Nno estps.Roda ue rudG u  narppes cden ioctseermahc stneréffid o se NnRoda de itnà l autns ti xuadartoitiD.sntoocntraene nt alfaramitnod  eson attachement nal ne sgnaf eugn maza nr ou petedL oh pivllbierur se poextees tleelr aébanoo  ùnes du Ges urbaiuc srutlidutel eanOw égaiaers-nu etAlAci)2 ,oy nre Lumièté Lersivinu( AERC ud niseu  aieogolophriversité Lumièrelogoeip uo rlnugériens nt aophrd eért euavaid xnnéers ahargs. Cupsi sedisuep uloghnets ueiqphrased esiletêuqne 
Recueil de textes de rap en langue fang nzaman
Roda N’no et Alice Aterianus-Owanga
Traduction et commentaires en français
Akamayong-Nkemeyong
 tuaetru eedp ul Lyon 2, elle es te lagénemeér teusi arsicrts,lecomusmd riseneatatrialise lce d.
 
 
 
A
KAMAYONG
  
 
-N
 
KEMEYON
G  
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa  Dernières parutions  Moham ad AL SUBAIE , Lidéologie de lislamisme radical. m La nouvelle génération des intellectuels islamistes, 2012. Théodore Nicoué GAYIBOR (dir.), Cinquante ans dindépendance en Afrique subsaharienne et au Togo , 2012. Christian Thierry MANGA, Le Sénégal, quelles évolutions territoriales ? , 2012. Ndeye Maty Sene, L e commerce des produits maritimes et fluviaux au Sénégal de 1945 à nos jours , 2012. Tiéman DIARRA, Santé, maladie et recours aux soins à Bankoni, Niarela et Bozola (Mali). Les six esclaves du corps , 2012. Tiéman DIARRA, Paludisme, cultures et communautés. Le cri du hibou , 2012. André SAURA, 1975, une année sans pareille à Madagascar , 2012. Coordonné par Céline LABRUNE-BADIANE, Marie-Albane de SUREMAIN et Pascal BIANCHINI, Lécole en situation postcoloniale , 2012. Jérôme TOUNG NZUE, Elites et compromission en Afrique. Légitimation dun système et sous-développement au Gabon , 2012. Joachim E. GOMA-THETHET, Histoire des relations entre lAfrique et sa diaspora , 2012. Amadou OUMAROU, Dynamique du Pulaaku dans les sociétés peules du Dallol Bosso (Niger) , 2012. Marc-Laurent HAZOUMÊ, Développement du Bénin. Léducation au cur de l « Émergence » , 2012. Andoche BAVUINDISI MATONDO, Le système scolaire au Congo-Kinshasa. De la centralisation bureaucratique à lautonomie des services , 2012. Djibril DIOP, Urbanisation et gestion du foncier urbain à Dakar. Défis et perspectives , 2012. Hygin Didace AMBOULOU, Histoire des institutions judiciaires au Congo , 2012. Serge TCHAHA, La francophonie économique. Horizons des possibles vus dAfrique , 2012.
Roda Nno  et  Alice Aterianus-Owanga  
 
A KAMAYONG -N KEMEYONG  
Recueil de textes de rap en langue fang nzaman  
 
3RVWIDFH GH -RVHSK 7RQGD  
 
                                        
      © L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99723-3 EAN  :  9782296997233  
Sommaire  Note sur les choix de transcription 9  I NTRODUCTION  11  Nno Missoune 18  Mintangha 23  Satan 27  Ekowong 29  Adzô meyokh 33  Mandzang 37  Mayi 40  Ye wa yem ma ? 45  Rap a nakeng 47  Beyem 49  Ba Kôme 52  Dole 55  Ébol dzôm ! 58  Me lôa 61  Nzama ta 62  Edzôba 66  Énying é ne mebong 70  ۽ son 73  Me si wu 78  C HAPITRE FINAL - Alice Aterianus-Owanga Rapper en « terrain miné ». Pratiques musicales et dynamismes des imaginaires sorciers 82  Bibliographie 103  P OSTFACE - Joseph Tonda  Etats de « chose » et états d« esprits ».  Roda Nno et léconomie morale du rap gabonais 111   
 
Note sur les choix de transcription
 La transcription orthographique de ce recueil sest effectuée en partie avec laide du dictionnaire de Samuel Galley (1964), mais elle sest surtout appuyée sur les règles de lalphabet scientifique des langues du Gabon (Hombert 1990). Le respect de la phonétique des langues bantu nous a ainsi enjoints à adopter certaines normes de présentation communément admises pour les langues du Gabon, comme la transcription du son « u » par la même lettre. On notera comme exception à ces règles de transcription les noms propres, conservés tels quils sont écrits dans létat civil. La prononciation du fang  nzaman  diffère sous plusieurs aspects des autres variantes de cette langue. Pour permettre une compréhension élargie du propos recueilli, nous avons opté pour les conventions de transcription du Fang plutôt que pour une écriture phonétique. Nous avons néanmoins ajouté des points daccentuation correspondant aux particularités du nzaman . Pour alléger la lecture, nous avons aussi volontairement omis laspect tonal et la longueur vocalique, précisions nécessaires en linguistique, mais secondaires pour une étude en sciences sociales.  Voyelles Phonétique Transcription a Æ a abyali (en nzaman, la naissance) i Æ i minal (mensonges) Un accent circonflexe sur le i rend compte dune liaison par une fricative chuintante avec la consonne précédente, comme dans « mekî ». u Æ u alu (nuit) y Æ ü eyü (tuer) e Æ é évi (la soif) ; en nzaman , é se prononce i ܭ  Æ è mbè-mbè (toujours) ԥ  Æ e mvep (hérisson) ܧ  Æ o ékon (banane plantain) o Æ ô éyôl (nom) ; en nzaman , se rapproche du « u »  Particularités consonantiques ܵ   Æ gh mveghe (bagage) x Æ kh éfakh (plantation) ƾ   Æ ng nlang (conte)
 
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.