Banjo Attitudes

De
Publié par

Ce prototype africain, dont le banjo à cinq cordes dérive, nous ramène aux origines, aux musiciens d'Afrique de l'Ouest, aux plantations des Amériques où il était l'instrument de prédilection des esclaves. Populaire au XIXe siècle par les minstrel-shows, il fut après la guerre de Sécession, élevé au rang d'instrument de salon et conquit l'audience des salles de concerts classiques. Il retrouvera un solide élan de popularité dans la seconde partie du XXe siècle, au coeur du folk revival et de la musique old time, sans oublier le bluegrass banjo.
Publié le : mardi 1 décembre 2015
Lecture(s) : 48
Tags :
EAN13 : 9782336397146
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
"
"
Univers musical
GérardDESMAELE
Banjo"ttitudes
Le banjo à cinq cordes :son histoire générale, sa documentation
Préface d’Art Rosenbaum Postface d’Étienne Bours
Banjo Attitudes
Univers Musical Collection dirigée par Anne-Marie Green  La collectionUnivers Musicalest créée pour donner la parole à tous ceux qui produisent des études tant d’analyse que de synthèse concernant le domaine musical. Son ambition est de proposer un panorama de la recherche actuelle et de promouvoir une ouverture musicologique nécessaire pour maintenir en éveil la réflexion sur l’ensemble des faits musicaux contemporains ou historiquement marqués. Déjà parus Alain VON RODEN,Essai d’initiation aux musiques médiévales polyphoniques (ou contrapuntiques), Création d’une Chapelle et d’une École musicale parisienne, Capella & Schola Parisis, 2015 Clara TESSIER,Marcel Dortort, un itinéraire musical. Du minimalisme à la synthèse sonore, 2015. Isabelle PETITJEAN,La culture pop au panthéon des Beaux-Arts. Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson, 2015. Alain LAMBERT,Principes de la mélodie, Musiques populaires, philosophie, et contre-cultures,2015. Claude ROLE,François-Joseph Gossec, Un musicien à Paris, de l’Ancien Régime au roi Charles X, 2015. Michel BOSC,Jill Feldman, soprano incandescente. Bien au-delà du baroque, 2015. Dominique SALINI,Les pouvoirs de la musique, Dudiabolus in musica au : la Corse, un laboratoire exemplaireshowbiz traditionnel , 2014. Philippe MALHAIRE,Émile Goué (1904-1946). Chaînon manquant de la musique française,2014.Franck JEDRZEJEWSKI,Dictionnaire des musiques microtonales -1892-2013 (Nouvelle édition revue et augmentée), 2014. Roland GUILLON,Jazz et créativité.Au fil des sessions,2014.Johanna COPANS,Le paysage des chansons de Renaud, 2014. Paul-Marie GRINEVALD,Guillaume-André Villoteau (1759-1839). Ethnomusicographe de l’Egypte, 2014. Liliana-Isabela APOSTU,La violonistique populaire roumaine dans les œuvres de Béla Bartok et de Georges Enescu,2014.
Gérard DESMAELEBanjo Attitudes
Le banjo à cinq cordes : son histoire générale, sa documentation
Préface d’Art Rosenbaum Postface d’Etienne Bours
Illustration de couverture : Old Time Mountain Banjo, dessin de Art Rosenbaum, New York, Oak Publications / London, Music Sales, 1968. Photographie de quatrième de couverture : Gérard De Smaele, Musée des Instruments de Musique à Bruxelles, janvier 2004. Concert avec le violoniste Wiet Van de Leest, dans le cadre de l’exposition « Banjo ! ». Gérard De Smaele,Banjo Attitudes. Le banjo à cinq cordes : son histoire générale, sa documentation. © 2015 – Gérard De Smaele, Fauroeulx, Belgique desmaele5str@hotmail.com Tous droits réservés – Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur. La provenance des photos accompagne chacune des légendes. Dépôt légal : Bruxelles, KBR, 2015 SABAM, 2015 © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07416-0 EAN : 9782343074160
Le banjo à cinq cordes est un cœur pur…
Sa musique parle vrai.
À la mémoire de Mike Seeger, Pete Seeger et Derroll Adams,
amis trop tôt disparus.
Fauroeulx, Belgique
Novembre 2015
Préface
It’s not my gal, it’s not my pal. It’s me… Telle était la devise de « Banjo », le musicien caribéo-américain qui hantait le front de mer du 1 Marseille des années 1920, dont le romancier Claude McKay emprunta le nom, un sobriquet, pour titrer son roman éponyme. Il y est question d’un banjo ténor à quatre cordes, lejazz banjocomme on le nommait à l’époque. Le prototype africain dont cet instrument dérive, avec sa courte chanterelle, nous ramène aux origines, aux musiciens d’Afrique de l’Ouest, aux plantations des Amériques (Antilles et États-Unis), où il était l’instrument de prédilection des esclaves.
Le banjo à cinq cordes, popularisé au dix-neuvième siècle par les minstrel shows, fut après la guerre de Sécession (1861-1865) élevé au rang d’instrument de salon et conquit l’audience des salles de concerts classiques. Parallèlement à cette destinée, pour le moins inattendue, il continuera d’occuper, avec lefiddle(le violon de la musique populaire) d’origine européenne, une place prépondérante dans lafolk music des Noirs comme des Blancs du Sud, et finalement presque partout aux États-Unis. De nos jours, on parlerait d’une fusion culturelle.
Faisant fi des aléas et des caprices de la mode, le « cinq cordes » retrou-vera un solide élan de popularité dans la seconde partie du vingtième siècle ; le revoici dès 1956 au cœur dufolk revivalet de la musiqueold timeressuscitée, sans oublier lebluegrass banjo développé par Earl Scruggs. De nos jours, des musiciens contemporains comme Tony Trischka et Béla Fleck en explorent les nouvelles possibilités créatives tout en opé-rant un retour aux sources.
1  Claude McKay (1889-1948) est un romancier, poète et journaliste originaire de Jamaïque, qui fut naturalisé américain en 1912 et fit partie du mouvement littéraire de la « Renaissance de Harlem ». Il est en 1928 l’auteur deHome to Harlem (Quartier noir, trad. par Louis Guilloux, Paris, Rieder, 1932), un roman qui lui valut le « Harmon Gold Award for Literature ». Marqué par le racisme et la ségrégation régnant en Caroline du Nord, il était engagé dans les milieux révolutionnaires. Le roman qu’il publie en 1929, Banjo: A Story Without a Plot(New York, Harper) est un commentaire sur le colonia-lisme, rédigé lors d’un séjour dans le Sud de la France. Il parut en français sous le titre Banjo, trad. par Ida Treat et Paul Vaillant-Couturier, préface de Georges Friedmann, Paris, Presses universitaires de France-Rieder, 1931, 407 p. ; nouvelle trad. par Michel Fabre, Marseille, A. Dimanche, 1999, 330 p.
En tant que joueur de « banjo américain », je suis très fier d’avoir l’honneur de préfacer cette œuvre magistrale de Gérard De Smaele, le premier livre de documentation sur le banjo à cinq cordes rédigé en 2 français . J’ajouterais même que le monde francophone a de la chance ! Il existe bien entendu des centaines de livres, de méthodes, d’articles sur divers aspects du banjo, mais je n’en connais aucun, même en anglais, qui soit aussi complet, qui résume à la fois l’histoire, l’évolution de la construction, le contexte culturel… du banjo à cinq cordes. Bien plus, l’auteur oriente l’amateur désireux de se renseigner vers les sources et les liens les plus utiles.
Alors que je n’étais encore qu’un jeune garçon, mon père m’a raconté un surprenant souvenir de sa jeunesse : à Paterson, dans le New Jersey, un vétéran nordiste de la guerre de Sécession fréquentait la caserne locale des sapeurs-pompiers et y jouait sur un banjo. Une cheville était plantée sur le côté du manche et, pour cette raison, mon père l’avait jugé « anormal » ! Cette histoire m’avait fort intrigué. Quelques années plus tard, j’ai réalisé que le banjo à quatre cordes, qui fut à la mode entre les deux grandes guerres, était en fait le modèle le moins « normal ».
Plus tard, en écoutant Pete Seeger et les banjoïstes présents dansThe Harry Smith Anthology, j’ai commencé à apprendre les styles tradition-nels. À cette époque, on ne disposait pratiquement que d’une seule méthode,How to Play the Five-String Banjode Seeger. Comme j’aurais voulu tenir en mains un livre comme celui de Gérard De Smaele ! Merci, Gérard, pour cette contribution à la fois personnelle et universelle.
3 Art Rosenbaum , mai 2015
2 En réalité, Gérard De Smaele se succède à lui-même, car son premier essai, édité par le Musée des Instruments de Musique de Bruxelles, date de 1983. Nous n’ignorons pas pour autant la monographie de Nicolas Bardinet (Une histoire du banjo, Paris, Outre mesure, 2003), un livre qui aborde également le ténor et les modèles hybrides ; sans oublier les méthodes et traductions de Jean-Marie Redon, ainsi que d’autres auteurs francophones d’ouvrages plus généraux, tels Jacques Vassal et Gérard Herzhaft. 3  Arthur Spark Rosenbaum (Ogdensburg NY, né en 1938) est un artiste américain, professeur émérite de l’Université de Géorgie.En plus d’avoir enseigné les beaux-arts, Art s’est intéressé, dès les années 1950, à la musique traditionnelledes États-Unis. Après qu’il eut réalisé divers collectages dans le Sud et le Midwest et fait partie des artistes actifs des débuts dufolk revival, Oak Publications édita, en 1968,Old-Time Mountain Banjo,la première méthode – toujours disponible – décrivant avec précision la technique de jeu des banjoïstes traditionnels. Ce faisant, il fait partie, avec Pete Seeger, Mike Seeger et John Cohen, de ceux qui ont le mieux transmis cette forme d’art populaire aux nouvelles générations. Voir son site : http://artrosenbaum.org/index.html.
8
Avant-propos De 2003 à 2015, une mise à jour…
William T. Wiley,Just Us,1985-86.Frankfurter Kunstverein,1987.
Banjo Attitudes(au pluriel) a été inspiré par l’exposition «Banjo !», pré-sentée au Musée des Instruments de Musique (MIM) à Bruxelles du 4 15 octobre 2003 au 14 mars 2004 . Il n’en constitue cependant pas le cata-5 logue. Le texte original, non publié et finalement livré sur mon site en 2004 , était initialement destiné à guider le visiteur dans l’exposition. Le MIM s’étant finalement limité à éditer la fiche signalétique et la photographie des instruments exposés, j’espère que cette publication officieuse pourra combler une lacune.
Bien que, depuis sa rédaction, plus dedix années se soient écoulées, le texte reste quant à lui tout à fait pertinent. On peut aujourd’hui affirmer que les pages blanches qui avaient été livrées aux aléas du futur se sont bien remplies : le banjo à cinq cordes est toujours d’actualité et il se porte bien. De nouvelles réalisations artistiques ont vu le jour, de nouveaux
4 Voir E. Lowell Jacob, « Banjos in Belgium »,Banjo Newsletter, janvier 2004, ainsi que le lien suivant : http://home.base.be/desmaele51/banjo/exposition.html. Une partie des documents personnelsqui ont servi à la préparation de cette exposition a été versée à la bibliothèque du MIM en 2013. 5 Site construit et mis à jour jusqu’en 2009 par Jean Leroy, et ensuite par Myriam Buyst.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.