//img.uscri.be/pth/ac9c64d983418c8d8e9309bffd8dcc165983d6ba
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'obscur enchanteur

De
282 pages

C'est "l'histoire d'un mec", épris de musique et de liberté, avec, pour tout bagage, la chanson française. Notre héros, digne d'un personnage de BD, s'aventure dans un sacerdoce tumultueux. Il va, au gré des rencontres et des opportunités, nous emporter dans une épopée extravagante.

Publié par :
Ajouté le : 01 septembre 2013
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782336322773
Signaler un abus
ANNE AUdigiER
L’obscur enchA nteur
L’OBSCUR ENCHANTEUR
Collection Cabaret dirigée par Christian Stalla Cette collection a pour objectif de perpétuer la mémoire de ces lieux d’expression artistique en publiant des ouvrages qui lui sont consacrés. UN CABARET RUE MOUFFETARD-Christian STALLA C’EST L’DESTIN CÉLESTIN-Gilbert HENNEVIC CHANSON DE PROXIMITÉ (LA) Caveaux, cabarets et autres petits lieux Michel TRIHOREAU – Préface d’Allain LEPREST COMPAGNONS PIANISTES (LES)-Anne AUDIGIER CHEZ GEORGES-Bruno JOUBREL LA CHANSON POUR TOUT BAGAGE- Marcet André Ginette MARTY MARC VINCENT CHANTAUTEUR-Bruno DAGUEBONE AS-TU APPELE DOMINIQUE ?-Pierre LOUKI UN CABARET EN LANGUEDOCLe pet au diable-Jacques PALLIÈS LE CRI VIOLET MES ANNÉES LEPREST-Fabrice PLAQUEVENT ULTIMA -Jean-Baptiste THIERRÉE PETITS LIEUX à CHANSONS de BELGIQUE-Guy DELHASSE
Anne Audigier L’OBSCUR ENCHANTEUR
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01129-5 EAN:9782343011295
PRÉFACE AVANT-PROPOS
CHAPITRE I PUBLIC
CHAPITRE II EN CE TEMPS-LÀ
CHAPITRE III LES BELLES AMOURETTES
CHAPITRE IV MUSIQUE, MUSIQUE…
CHAPITRE V AU CABARET
CHAPITRE VI LES PETITS BOULOTS
CHAPITRE VII RESPONSABLE
CHAPITREVIII MIGRATION
CHAPITRE IX RETOUR AU PAYS
CHAPITRE X CARNETS DE ROUTE
CHAPITRE XI
SOMMAIRE
7
9111317274145697395129137147
LE TROU VERT
CHAPITRE XII
AUTOUR DU TROU VERT
CHAPITRE XIII LA OUATURE OUAH, OUAH !
CHAPITRE XIV C’EST UNE CHANSON…
CHAPITRE XV LA LIBERTÉ
CHAPITRE XVI LA TOUR EIFFEL
CHAPITRE XVII LE CINÉMA
CHAPITRE XVIII
LES ANNÉES GRISES
CHAPITRE XIX PUBLIC
CHAPITRE XX LE TEMPS QU’IL ME RESTE À CHANTER
ET MAINTENANT Remerciements
8
159201217227239249255265267269271
PRÉFACE Merci Anne! Merci mille fois pour ce livre! Par sa lecture tu m’as enfin délivré de cette question obsédante et lancinante, qui m’a si souvent tenu éveillé la nuit entière, qui m’a poursuivi dans les recoins les plus divers de mes activités, ignorant les frontières, les amours, la météo, cette question dont la réponse me fuyait sans cesse: à quoi, dans la longue chaîne de l’évolution de l’espèce humaine, à quoi pouvait bien ressembler le tout premier auteur-compositeur-interprète? À quoi pouvait-il bien ressembler, cet hominidé qui un matin, las de partir à la chasse au mammouth avec les autres mâles de sa tribu, a prétexté de fortes douleurs abdominales afin de rester bien au chaud dans sa caverne, mais dont le plaisir procuré par son entourloupe fut rapidement gâché en songeant que, ce soir-là, les copains risquaient fort de se montrer mesquins, et même pis, à son égard au moment du partage du gibier, et qui donc, poussé par cette angoisse, a imaginé d’accueillir à leur retour les valeureux chasseurs par un petit hommage bien rythmé, sur une ritournelle à trois notes, avec un joli refrain à reprendre en chœur avec lui « Hou ! Hou ! Ayéhou ! » Et qui reçut alors des mains de nos fiers chasseurs, sans nul doute flattés par cette glorifiante reconnaissance de leur mérite, sa portion, congrue, il va de soi, de mammouth. À quoi pouvait-il bien ressembler, ce joyeux loustic qui, le lendemain, fort de son succès de la veille, ne prit même pas la peine d’invoquer le moindre prétexte pour ne pas partir à l’aube grise, sans doute d’ailleurs dormait-il encore, avec ses congénères et qui prit plaisir et loisir, entre deux siestes, à observer les gracieuses femelles de sa tribu s’activant au ménage, au balayage des crottes de chauve-souris, à l’épluchage des tubercules et racines sans manquer, lorsque le soleil se mit à baisser, de torcher vite fait une resucée de son premier tube, se contentant de rajouter un « la, la, la » du plus bel effet à la fin du refrain, trouvaille qui lui valut un triomphe monumental ? À quoi pouvait-il bien ressembler, ce précurseur de la vie de bohème qui put constater au fil des jours l’intérêt croissant de la gent 9