//img.uscri.be/pth/c69d581eba29c17a38218c71516458c674d82ad6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

MA SALSA DÉFIGURÉE

De
149 pages
La salsa expression culturelle des peuples des Caraïbes hispaniques constitue une tribune de revendications, loin de ces latitudes dans les capitales européennes cette musique que l'on entend partout à une fonction différente.
Ce livre montre la genèse, le développement et la représentation que se fait le public français quand il s'imprègne de la salsa pour en faire un élément du quotidien. Mais il met surtout l'accent sur l'utilisation commerciale qui en est faite pour l'occasion.
Voir plus Voir moins

MA SALSA DEFIGUREE
« Pa' que afinquen »

DU MEME AUTEUR
La Salsa « pa' bailar mi gente ». Un phénomène socioculturel, L'Harmattan, 1998.
Collectifs: Lafête en Amérique latine, América (Cahiers du CRICCAL N° 27), Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001. Sous la direction de Gérard BORRAS, Musiques et sociétés en Amérique Latine, Mondes Hispanophones N° 25, Presses Universitaires de Rennes, 2000. Dirijido por Gérard BORRAS, Musicas, sociedades y relaciones de poder en América Latina, Universidad de Guadalajara, 2000.

@ L'Harmattan, 2001 ISBN: 2-7475-2496-5

SAUL ESCALONA

Ma salsa défigurée
« PA'
QUE AFINQUEN

»

Préface de Julian Delli-Fiori Epilogue d'Azuquita

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest - HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino - Italie

A Annie, Gautier et Aldred

« LES NUITS DE LA PENA »

Au cœur de Saint Germain-des-Prés dans une petite rue tranquille, se niche La Pefia 1, un des établissements le plus recherché des soirées latines parisiennes. Mais, plus qu'un lieu de fête, François Duchet en a assuré le développement culturel. C'est dans cette ambiance chaleureuse que nous avons souvent discuté de la salsa; un soir, où nous cherchions le titre de l'ouvrage, François Duchet, en résumant les propos ici développés, en a suggéré le titre. Je remercie très sincèrement François Duchet pour son conseil et son soutien, de même, qu'Angela Bird et toute l'équipe Evika, Patrice, Alain, Carlos et, aussi Valérie et Jayne, les ambassadrices de charme de ce merveilleux lieu latino...

1 Située au 3, passage de la Petite Boucherie dans le 6ème arrondissement.

REMERCIEMENTS

Nombreux sont ceux et celles qui ont apporté d'une façon ou d'une autre de pierres précieuses pour faire aboutir ce projet. Certaines personnes méritent une reconnaissance particulière. Mes premiers remerciements vont à Julien Delli-Fiori pour avoir consacré un peu de son précieux temps à la lecture et faire le don d'une préface; à Luis Camilo Argumedes «Azuquita » pour l'épilogue; à Rémy Kolpa-Kop oui pour les conseils méthodologiques et les suggestions ainsi qu'au musicologue Mauricio Luna. À José Henriquez pour son immense collaboration qui va au-delà de l'amitié. Egalement à Camille Lemouchoux, Aurora Sambrano, José « Elloco » Olivares, José Tomjo, Alejandro Santa Cruz, Mikael Gougeon, Eric Duffau, Jean-My Cochais, Gilberto Mier y Teran, Jorge Romero Diaz, Guillaume de Remuzat, Nathalia la Tropikal, Karim Rarnzi, José Luis Echeverria, au webmaster Jack « El Osa» Przybylski du portail (www.salsa-fr.com) et Laude

Menendez du portail www.caribefolk.com (consacré aux musiques des Caraïbes hispanophones). A mes amis Marcos Viloria, José I amirez en Espana y José Cheo Sanchéz en Suecia. À celles qui d'un élan d'amitié m'ont offert leurs précieux conseils: Mayra Lacombe, Pascale Dauriac, Emmanuelle Durand, Françoise Bourdel et plus particulièrement, Géneviève Fournier qui a assuré la relecture fmale. Ma gratitude à Perrine Arnaud pour la réalisation de la couverture.
À tous ceux qui ont répondu à l'enquête.

*

Enfin, nous tenons à remercier le photographe et toutes les personnes figurant sur les photos d'avoir donné leur autorisation pour illustrer ce livre sans avoir lu le manuscrit. L'auteur les dégage de toute responsabilité quant à l'opinion exprimée dans cet ouvrage.

«PA'

QUE AFINQUEN»

La salsa dévoile ses multiples références à ceux qui la réclament.
« Pa' que afinquen », c'est une manière de jouer la musique, d'improviser la danse, en fait, un état d'esprit qui implique une totale disponibilité pour faire la fête où la passion l'emporte avant la raison. Ainsi, « Pa' que afinquen» signifie ce monde de jouissance où les silhouettes bougent en permanence sans pouvoir retourner dans leurs cases comme dans un véritable puzzle. Comme le disent les chanteurs portoricains: d'abord, Cheo Feliciano, « ay! mira que no cantan de corazon...» (ils ne chantent pas de cœur ), c'est-à-dire, vivons les événements quotidiens avec passion même s'ils sont tristes sans penser au lendemain; puis, Ismael Rivera, « déjalo que suba... que ponga un pie... que va a llevar latigazos... à savoir laisse-le aller... qui avance. .., qu'il va recevoir des coups de fouets... parce que la salsa, il faut la danser.