Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Rationalisation et Résistance/ Postmodernisme

De
243 pages
Dans le prolongement du précédent numéro (Théorie/Epistémologie/Littérature), le dossier présenté ici s'intéresse aux questions de rationalisation, de résistance, au postmodernisme. Les articles, sur les mobilisations dans les espaces artistiques contemporains aux États-Unis (Violaine Roussel), l'art public (Lisa K. Zottarelli et Elisabeth Liebig), le cinéma (Yann Kilborne), l'avant-garde chinoise (Julia Chi Zhang), proposent autant d'entrées sur une thématique transversale et d'actualité en sociologie de l'art.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

SOCIOLOGIE DE L’ART

NOUVELLE SERIE – OPUS 16










Rationalisation et Résistance/Postmodernisme

Rationalization and Resistance/Postmodernism




















































































C OMITE INTERNATION A L DE
PARRAINAGE SCIENTIFIQUE


Howard S. Becker, Université de Californie - Santa Barbara, USA
Guy Bellavance, I.N.R.S. - Montréal, Canada
Francine Couture, Université de Québec à Montréal, Canada
André Ducret, Université de Genève, Suisse (Fondateur)
Nicole Everaert-Desmedt, Facultés universitaires Saint-Louis, Belgique
Jean-Pierre Esquenazi, Université Lyon III, France
Jean-Louis Fabiani, EHESS, Paris, France
Marcel Fournier, Université de Montréal, Québec, Canada
Nathalie Heinich, CNRS-EHESS, Paris, France (Fondatrice)
Antoine Hennion, Ecole des Mines de Paris, France
Susanne Janssen, Université de Rotterdam, Pays-Bas
Jean-Pierre Keller, Université de Lausanne, Suisse
Jacques Leenhardt, EHESS, Paris, France
Mary Leontsini, Université de Crète, Grèce
Jean-Marc Leveratto, Université de Metz, France
Jean-Olivier Majastre, Université Grenoble II - Pierre Mendès France, France
Jan Marontate, Université d’Acadie, Canada
Raymonde Moulin, CNRS-EHESS, Paris, France
Alain Pessin, Université Grenoble II - Pierre Mendès France, France 
Arturo Rodriguez Morató, Université de Barcelone, Catalogne, Espagne
Daniel Vander Gucht, Université libre de Bruxelles, Belgique (Fondateur) Pierre
Zima, Université de Klagenfurt, Autriche
Vera Zolberg, Université de Newschool for Social Research, New-York, USA






Laboratoire CSRPC Roma
OPuS
Œuvres, Publics, Sociétés
GDR CNRS OPUS

C OMITE DE REDACTI O N


DIRECTION DE PUBLICATION

Florent Gaudez

SECRETARIAT DE REDACTION

Ève Brenel
Sylvia Girel
Pierre Le Quéau

CONSEIL DE REDACTION

Martine Azam, Université Toulouse II
Ève Brenel, Université Paris III
Emmanuel Ethis, Université d'Avignon
Laurent Fleury, Université Paris VII
Florent Gaudez, Université Grenoble II
Sylvia Girel, Université de Picardie - Jules Verne
Jeffrey Halley, Université du Texas, San Antonio, USA
Pierre Le Quéau, Université Grenoble II
Catherine Dutheil Pessin, Université Grenoble II
Serge Proust, Université de Rouen
Alain Quemin, Université de Marne La Vallée
Fabienne Soldini, CNRS-LAMES
Jean-Philippe Uzel, Université du Québec à Montréal, Canada


C OMITE DE LECTURE OP U S 16

PRESIDENT
Jeffrey A. Halley, Université du Texas, San Antonio, USA
MEMBRES
Michael Brown, Northeastern University, Boston, USA
Laurent Fleury, Université Paris VII, France
Antoine Hennion, Ecole des Mines de Paris, France
Serge Proust, Université de Saint-Etienne, France
Pierre Le Quéau, Université Grenoble II, France
Daglind Sonolet, Temple University, USA





http://sociologieart.free.fr






































































© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54319-5
EAN : 9782296543195

Sommaire / Table of Contents

Rationalisation et Résistance/Postmodernisme
Rationalization and Resistance/Postmodernism


Éditorial Jeffrey A. HALLEY 7

Rationalisation professionnelle versus politisation ?
Rapports aux mobilisations dans les espaces artistiques
contemporains aux États-Unis
VIOLAINE ROUSSEL 17

Rationality and Temporary Public Art: an Exploration of
Imposition and Resistance in Temporary Statue Art Events
LISA K. ZOTTARELLI, COLTER ELLIS, ELISABETH LIEBIG 59

Les stratégies de résistances des cinéastes documentaristes
français
YANN KILBORNE 81

The Meaning of Style: Postmodernism, Demystification, and
Dissonance in Post Tiananmen Chinese Avant-Garde
JULIA CHI ZHANG 99


Varia

Comédiens et metteurs en scène portugais : évolution
des modes de formation entre la troupe et l’école
Vera BORGES 145

Lectures sociologiques du roman : à la croisée
de deux projets de connaissance
Anne BARRERE, Danilo MARTUCCELLI 177
Fiches de lecture

Jean-Olivier MAJASTRE
L’art, Le corps, Le désir. Cheminements anthropologiques,
Chloé Charliac 213

Vincent DUBOIS, Jean-Matthieu MEON, Emmanuel PIERRU
Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur
Marie Buscatto 221

Dirigé par Louis JACOB et Blanche LE BIHAN
Lien Social et Politiques,
La médiation culturelle : enjeux, dispositifs et pratiques
Bruno Péquignot 227

Laurent TESSIER
Le Vietnam, un cinéma de l’apocalypse
André Ducret 233

Agenda 239

ÉDITORIAL



E NUMÉRO d’OPuS s’intéresse à la rationalisation et la C résistance/postmodernisme.

Depuis Max Weber et l’École de Francfort, le processus social
et culturel de rationalisation a été un centre de l’intérêt sociolo-
gique. La rationalisation pour Weber met l’accent sur l’accrois-
sement de l’efficacité et de la production, qui est soutenue par
des structures hiérarchiques bureaucratiques. Le problème est
ici pour Weber que ces structures, dans leur orientation vers la
gestion des fonctions, subordonnent les personnes aux types et
aux rôles. Ceci est peut-être un aspect de ce que Max Weber
1désigne comme le désenchantement du monde .

Il existe une ligne d’analyse de Weber à l’École de Francfort qui
se poursuit jusqu’à aujourd’hui, qui prétend que la rationalisa-
tion donne naissance à la résistance, et est engendrée par les
besoins et les intérêts qui se révèlent incapables de s’exprimer
2en termes de processus de rationalisation .

Historiquement, une des sphères importantes dans laquelle ceci
est clairement à l’œuvre est celle de l’art et de la culture. Mais
comment cela se développe-t-il exactement ? Un certain nom-
bre d’articles sélectionnés par des pairs évaluateurs explore ce
mouvement contradictoire de rationalisation et de résistance.


1 Cf. M. Weber, A Theory of Social and Economic Organizations, trans. A. H. Hnederson
and T. Parsons, ed. T. Parsons (New York: Free Press, 1947.
2 Cf. J. Halley, “Cultural Resistance to Rationalization: a Study of an Art Avant-
Garde”, in H. Etzkowitz and R. Glassman, The Renascence of Sociological Theory,
1991.
7 Sociologie de l’Art
Dans « Rationalisation professionnelle versus politisation ? Rap-
ports aux mobilisations dans les espaces artistiques contempo-
rains aux États-Unis » Violaine Roussel explore les activités des
artistes américains qui ont été impliqués dans la lutte contre la
guerre d’Irak, et analyse les effets de la rationalisation à l’œuvre
dans leurs sphères d’activité professionnelle sous la forme de
protestations affichées. De nouveaux modèles professionnels
tendent à décourager la « confusion » des logiques politiques et
artistiques.

Lisa K. Zottarelli, Colter Ellis, et Elizabeth Liebig, dans
« Rationalité et art public éphémère : une exploration de l’im-
position et de la résistance dans les événements de sculpture
éphémère » explore l’aspect rationalisé de ces événements,
comme “Cows on Parade”, les réactions à cette rationalisation.
Elles suggèrent qu’il y a une limite aux capacités de l’artiste à
résister à la rationalité formelle.

Dans « Les stratégies de résistance des cinéastes documentaris-
tes français » Yann Kilborne recherche la contradiction entre
les cinéastes français de documentaires, qui mettent l’accent sur
la créativité de ce type de film et la vision de l’artiste, et les
chaînes de télévisions, qui au contraire, répondent à des intérêts
industriels et commerciaux, laissant peu de place à la créativité.
Étant donné ce système dominant, l’article décrit les différentes
stratégies de résistance que les cinéastes adoptent pour essayer
de préserver leur autonomie artistique.

Le postmodernisme en tant que concept qui se développe à
partir des années 1980 a eu une carrière courte, épicée et
étonnante. À partir de nombreuses définitions en compétition,
Fredric Jameson arrive à une caractérisation double qui prête à
controverse : « Le postmodernisme est ce que vous avez quand
le processus de modernisation est complet, et que la nature est
8 Éditorial
définitivement partie.... Le postmodernisme est la consom-
3mation de pure marchandisation en tant que processus .

Notre contribution concernant le postmodernisme, « Le sens
du style : postmodernisme, démystification et dissonance dans
l’art chinois d’avant-garde après Tienanmen », est écrite par Julia
Chi Zhang. Elle examine les significations sociales et culturelles
de la mutation stylistique dans l’art d’avant-garde chinois avant
et après 1989, aussi bien que les transitions significatives
structurelles qui ont pris place dans le monde artistique durant
cette période. Elle met en relation le contenu, le sens et le cadre
symbolique avec l’hyper commercialisation post-1989 occasion-
née par la marchandisation de la Chine et l’intégration accélérée
des artistes chinois dans le marché international de l’art des
années 1990. Elle évoque la possibilité de transcender le modèle
de l’action trop fondatrice, unidimensionnelle avec la théorie
existante du modèle de l’action de la production culturelle
développée par Bourdieu, et la replace à l’intérieur d’une théo-
rie plus centrée sur le sens.

Suivant la politique de la revue, tous les articles sont examinés
anonymement par deux évaluateurs. Je voudrais remercier le
comité pour la lecture attentive des articles qui lui sont soumis.


JEFFREY A. HALLEY
Director, Laboratory for the Sociology of the Arts,
Culture, and Communications (SACC), Artworks, Publics, Societies –
OPuS 2 International, The French National Center For Scientific
Research, University of Texas San Antonio, US

3 <https://ruby1604.utsa.edu/exchange/Jeffrey.Halley/Drafts/RE:%20traductio
n-2.EML?Cmd=reply&Create=0#_ftnref3> F. Jameson, Postmodernism, or,
the Cultural Logic of late Capitalism, p. IX-X.
9 EDITORIAL



HIS NUMBER OF OPuS is concerned with Rationalization Tand Resistance / Postmodernism.

Since Max Weber and the Frankfurt school, the socio-cultural
process of rationalization has been a topic of concern. Rationa-
lization for Weber concerns the increased emphasis on efficiency
and production, which is supported by structures of hierarchy
and bureaucracy. The problem here for Weber is that these
structures, in their orientation to the management of functions,
subordinate persons to types and roles. Perhaps this is an
aspect of what Max Weber referred to as the disenchantment
1of the world.

There is a line of analysis, from Weber to the Frankfurt School
that continues to this day, that argues that rationalization breeds
resistance, generated by needs and interests not able to be
2expressed in terms of the process of rationalization. Histo-
rically, one important sphere in which this is clear is art and
culture. But how exactly does this develop? A number of
articles selected by the peer reviewers examine this contradic-
tory movement of rationalization and resistance.

In « Rationalisation professionnelle versus politisation ? Rapports
aux mobilisations dans les espaces artistiques contemporains
aux États-Unis » Violane Roussel explores the activities of
American artists who have been involved against the war in

1 Cf. M. Weber, A Theory of Social and Economic Organizations, trans. A. H. Hnederson
and T. Parsons, ed. T. Parsons (New York: Free Press, 1947.
2 Cf. J. Halley, “Cultural Resistance to Rationalization: a Study of an Art Avant-
Garde,” in H. Etzkowitz and R. Glassman, The Renascence of Sociological Theory,
1991.
11 Sociologie de l’Art
Iraq, and analyses the effects of rationalization at work in their
spheres of professional activity on the forms of protest chosen.
New professional models tend to discourage “confusion” of
political and artistic logics.

Lisa K. Zottarelli, Colter Ellis, et Elizabeth Liebig, in “Ratio-
nality and Temporary Public Art: an Exploration of Imposition
and Resistance in Temporary Statue Art Events” explore the
rationalized aspect of these events, such as ‘Cows on Parade’,
and reactions to that rationalization. They suggest that there is
a limit to the artist’s ability to resist formal rationality.
In « Les stratégies de résistance des cinéastes documentaristes
français » Yann Kilborne researches the contradiction between
French documentary filmmakers, who emphasize creative
documentaries and artist’s vision, and televisions stations, who,
on the other hand, respond to industrial and commercial
interests, leaving little room for creativity. Given this dominant
system, the article describe different strategies of resistance that
filmmakers adopt in trying to preserve their artistic autonomy.
Postmodernism has had a brief, hot, and puzzling career as a
concept, developing from the 1980s. From the many and com-
peting definitions, Fredric Jameson arrives at a controversial
two-part characterization: “Postmodernism is what you have
when the modernization process is complete, and nature is
gone for good.... Postmodernism is the consumption of sheer
3commodification as a process. ”

Our contribution concerning postmodernism, “The Meaning
of Style: Postmodernism, Demystification, and Dissonance in
Post Tiananmen Chinese Avant-Garde Art,” is by Julia Chi
Zhang. She examines the social and cultural meanings of the
stylistic shift in Chinese avant-garde art before and after 1989,

3 F. Jameson, Postmodernism, or, the Cultural Logic of late Capitalism, p. IX-X.
12 Éditorial
as well as significant structural transitions that took place in the
art world during the time. She relates the content, meaning, and
symbolic framework to the post-1989 hypercommercialization
brought about by China’s marketization and Chinese artists’
accelerated integration into the international art market in the
1990s. In so doing, she raises the possibility of transcending the
overly instrumental, one-dimensional action model within the
existing Bourdieuian theory of cultural production, and
replacing it with a richer, more meaning-centered one.

Following our review policy, all reviews are double blind. I
would like to thank the committee for their careful reading of
the submissions.


JEFFREY A. HALLEY
Director, Laboratory for the Sociology of the Arts,
Culture, and Communications (SACC), Artworks, Publics, Societies –
OPuS 2 International, The French National Center For Scientific
Research, University of Texas San Antonio, USA



13








Rationalisation et Résistance/Postmodernisme
Rationalization and Resistance/Postmodernism


Rationalisation professionnelle
versus politisation ?
Rapports aux mobilisations dans les espaces
artistiques contemporains aux États-Unis
Violaine ROUSSEL, Université Paris VIII – Laboratoire
Théories du politique & Institut des sciences sociales du
politique (CNRS-ENS de Cachan)
vroussel@univ-paris8.fr


Rationalisation professionnelle versus politisation ?
Rapports aux mobilisations dans les espaces
artistiques contemporains aux États-Unis

Résumé : Cet article prend pour terrain les pratiques de
différents types d’artistes américains qui se sont engagés contre
la guerre en Irak. Il analyse les effets de la rationalisation
de leurs univers de travail sur les formes de contestation
qu’ils ont adoptées. On part de leurs rapports à des périodes
passées de forte politisation des univers de la création (les
années 1930 ou 1970 notamment) pour mettre en évidence
les nouveaux modèles professionnels en regard desquels les
protagonistes d’aujourd´hui ont été socialisés et se savent
jugés par leurs pairs, qui découragent au contraire le
« mélange des genres » politique et artistique. On éclaire
17 Violaine ROUSSEL
ensuite ces perceptions à la lumière des transformations struc-
turelles subies par les espaces artistiques : on a affaire à des
univers de plus en plus professionnalisés, institutionnalisés
et spécialisés, dans lesquels l’identification comme « artiste
militant » et l’étiquetage des productions comme « art politique »
tendent à être toujours plus illégitimes. En fonction de la
profession artistique examinée, ces contraintes se font néanmoins
plus ou moins sentir. On explore plus particulièrement la
situation du monde du cinéma.

Mots-clés : professions artistiques, politisation, rationalisation,
États-Unis, mobilisations d’artistes, art anti-guerre.


Professional rationalization vs. politicization?
Artists’ relationships with mobilizations in
contemporary art worlds in the United States

Summary: This paper explores the activities of different
types of American artists who have been involved against
the war in Iraq. It analyses the effects of rationalization at
work in their spheres of professional activity on the forms of
protest chosen. Beginning with their relationship to earlier
historical periods of politicization and mobilization in the
worlds of artistic creation (in particular the 1930s and
1970s), the article goes on to examine the new professional
models through which today’s artists have been socialized and
are evaluated by their peers, who tend to discourage “confusion”
between political and artistic logics. This tendency may be
explained in the light of structural transformations of
artistic spheres: in these increasingly professionalized, insti-
tutionalized and specialized worlds, being identified as an
“activist artist” or having one’s work labelled as “political
art” is more illegitimate than ever. According to the artistic
professions examined, such constraints may be felt to a
18 Rationalisation professionnelle versus politisation ?

greater or lesser degree; all types of artists do not share the
same representations regarding “feasible” modes of protest,
appropriate times to become committed, etc. The case of the
film industry is examined in particular detail.

Keywords: art professions, politicization, rationalization,
United States, mobilization of artists, antiwar art.


¿Racionalización profesional contra politización?
Relaciones de artistas con las movilizaciones
en los espacios artísticos contemporáneos en
Estados Unidos

Resumen : Este artículo toma como terreno las prácticas
de diferentes tipos de artistas estadounidenses comprometidos
con el movimiento contra la guerra en Irak. Analiza los
efectos de la racionalización de sus universos de trabajo en
las formas de protesta que adoptan. Se parte de sus relaciones
con períodos pasados de fuerte politización de los universos
de creación (años 30 y 70 principalmente) par poner de
manifiesto los nuevos modelos profesionales en relación a los
cuales los protagonistas de hoy fueron sociali-zados y se saben
juzgados por sus semejantes, que desalientan la “mezcla de
géneros” entre política y arte. Estas percep-ciones se aclaran
bajo la perspectiva de las transformaciones estructurales que
experimentan los espacios artísticos : se trata de universos
cada vez más profesionalizados, institu-cionalizados y espe-
cializados, en los cuales la identificación de los artistas como
“artistas militantes” y de las produc-ciones como “arte político”
tienden a ser cada vez más ilegítimas. Según la profesión
artística examinada, estas coacciones se hacen palpables en
un mayor o menor grado. Se examina en mayor detalle la
industria cinematográfica.
19 Violaine ROUSSEL
Palabras clave : profesiones artísticas, politización,
racionalización, Estados Unidos, movilizaciones de artistas,
arte antiguerra.
20
Rationalisation professionnelle
versus politisation ?
Rapports aux mobilisations dans les espaces
artistiques contemporains aux États-Unis


Cet article prend place dans le cadre d’une recherche sur les
mobilisations d’artistes américains qui se sont engagés à partir
de 2002 contre la guerre en Irak, que ce soit au moyen de prises
de position publiques plus ou moins visibles, d’implications
dans l’action collective au sein de groupes militants et/ou, quel-
quefois, de la production d’œuvres chargées d’une portée ou d’un
1message anti-guerre . Il apparaît immédiatement à qui observe
les activités de ces artistes que les règles de jeu qui enserrent les
pratiques de ces professionnels, qui appartiennent à différents
mondes de l’art, orientent les modes et formes de leur
politisation et se traduisent dans leur engagement anti-guerre.

Qu’ils soient artistes plasticiens, musiciens, cinéastes ou poètes,
ils appartiennent désormais à des espaces rationalisés et profes-
sionnalisés, produits de processus historiques de division du
travail et de différenciation sociale de plus en plus poussés. Ces
univers sont habités par des mécanismes de rationalisation au
sens où ils sont étroitement réglés suivant des normes pragmati-
ques et officielles qui organisent les conduites, les standardisent,
rendent les relations sociales plus facilement anticipables. Ils
dessinent les contours de modèles professionnels définissant
l’artiste comme un maître dans le maniement de codes et de

1 On a mené une centaine d’entretiens avec des artistes (peintres, dessinateurs,
photographes, musiciens et interprètes, acteurs et metteurs en scène de théâtre et
de cinéma, graffiteurs, poètes), principalement à Los Angeles et à New York,
entre 2004 et 2009.
21 Violaine ROUSSEL
techniques, sous le contrôle de toute une hiérarchie interne de
pairs qui jugent et décernent éventuellement des titres et rétri-
butions spécifiques. Le « bon professionnel » des arts tend alors
à se distinguer d’une figure de l’artiste « bohême », peu spécialisé
et contestataire. Dans ce contexte, si la structuration de ces
espaces artistiques contraint l’engagement, c’est d’abord au sens
où l’identification comme « artiste gauchiste » ou « militant » et
l’étiquetage des productions comme « art politique » (distinct de
« l’art d’avant-garde ») sont devenus largement illégitimes et
disqualifiants dans l’ensemble des « mondes de l’art » considé-
rés. Dès lors, il n’est pas étonnant que les protagonistes de
l’opposition à l’intervention en Irak optent souvent pour des
modes d’engagement discrets et minimaux, les exposant peu au
danger de la labellisation politique et partisane : la séparation
visible entre leur travail et leur identité d’artiste, d’une part, et
leur prise de position citoyenne contre la politique américaine
au Moyen-Orient, de l’autre, est la modalité la plus courante de
leur mobilisation anti-guerre. On peut tracer les grandes lignes
ed’une évolution au cours du XX siècle que ce type de posi-
tionnement illustre, en pointant des mutations dont les effets
sont particulièrement mis en évidence dans le contexte de la
guerre en Irak et des réactions qu’elle suscite.

En fonction de la profession artistique examinée, ces contraintes
professionnelles, qui déterminent des formes de résistance pen-
sables et acceptables et en excluent d’autres, se font néanmoins
plus ou moins sentir. Le cas des mobilisations contre la guerre
en Irak fournit l’occasion de contraster les situations, sur la base
de l’enquête empirique que nous avons menée : selon qu’ils sont
peintres, musiciens, acteurs et réalisateurs de cinéma, créateurs
de posters satiriques, les opposants à la politique du gouverne-
ment Bush n’ont pas les mêmes représentations des modes
d’action faisables, des « bons moments » pour agir, des alliés
possibles, du futur probable. Les comportements jugés « trop
risqués » du point de vue des logiques de la profession et de la
22 Rationalisation professionnelle versus politisation ?

carrière diffèrent également. Le monde du cinéma fournit un
cadre d’exploration intéressant de ce point de vue, dans la mesure
où cet espace se trouve en position paradoxale : les logiques
organisationnelles et les rationalités qui le composent tendent
souvent à décourager le marquage politique et l’engagement
anti-guerre, alors même que c’est en son sein que les mobilisa-
tions peuvent être les plus visibles pour un public élargi.

Pour saisir de tels effets de la rationalisation de leurs univers de
travail au quotidien, dont ils dépendent économiquement et
dont ils tirent leur identité d’artiste, sur les formes d’engage-
ment et de contestation de ces protagonistes, il nous faut, dans
une première partie, les remettre en contexte et en perspective
historique : on part ici des rapports des artistes américains aux
événements et périodes passés de mobilisation et de forte poli-
tisation des univers de la création, des années 1930 aux années
1970 notamment, pour comprendre comment les nouveaux
modèles professionnels, en regard desquels les protagonistes
d’aujourd’hui ont été socialisés et se savent jugés par leurs pairs,
découragent le « mélange des genres » politique et artistique.

Dans un second temps, on éclaire ces perceptions à la lumière
d’approches qui ont mis en évidence les dynamiques de divi-
sion des activités, de constitution et d’autonomisation d’espaces
spécialisés largement auto-organisés, dotés de leurs propres
règles, hiérarchies et instances de contrôle (qu’on les désigne
2comme « champs », « systèmes », « secteurs », peu importe ici) ,

2 On s’inscrit ici à la suite de travaux classiques convergents de ce point de vue :
èreE. Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 2004 (1897, 1 édition) ;
èreM. Weber, Le savant et le politique, Paris, 10/18, 2002 (1919, 1 édition) ;
P. Bourdieu, « Les modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, n°2-
3, 1976, p. 122-132 ; N. Luhmann, Art as a Social System, Stanford, Stanford
University Press, 2000. Pour plus de détails sur notre positionnement dans cette
perspective : V. Roussel, Le « tableau inachevé » : Éléments de discussion de l’articulation
entre sociologie de l’action et modélisation des structures sociales, Habilitation à diriger des
recherches, Université Paris VIII, Juin 2007.
23 Violaine ROUSSEL
au sein desquels les acteurs sociaux puisent les repères, normes
et codes déterminant les conduites à tenir : les « mondes de
l’art » sont alors, non seulement des jeux d’interdépendance,
lieux de transactions et de coopérations autour de la production
3d’œuvres , mais surtout un ensemble d’univers profession-
nalisés dont les rapports au politique ont changé au cours des
décennies passées, dans le sens d’une distanciation entre ces
sphères sociales (artistique(s) et politique). Les variations décou-
lant des différences entre les professions artistiques et de leur
inégale autonomisation vis-à-vis du politique se traduisent dans
les formes de résistance anti-guerre que les artistes croient
pouvoir investir.


RÉSISTANCES D’ARTISTES EN CONTEXTES : LA QUESTION DES
HÉRITAGES MILITANTS

Pour saisir les mobilisations d’artistes contre la guerre en Irak,
le chercheur pourrait être spontanément tenté d’établir des
continuités historiques, politiques et militantes, avec l’activisme
d’artistes américains qui a pu se manifester, sous des formes
différentes, des années 1930 à la décennie 1970. Pourtant, il
importe de relever d’emblée que ces références et héritages
potentiels ne sont en pratique que très peu appropriés et mis en
avant par les artistes actuels et de comprendre pour quelles
raisons.


3 L’attention aux systèmes complexes de coopération en jeu dans la production
d'oeuvres est ce qu’on emprunte surtout ici à Howard Becker, dans un usage
relativement livre de son concept de “monde de l’art”, cf. H. Becker, Art Worlds,
University of California Press, 1984 (traduction : Les mondes de l’art, Paris,
Flammarion, 1988).
24