//img.uscri.be/pth/4fcf04e80dce2f7af1047f39cf936b790e8e8205
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Variations sur la peau

De
222 pages
La peau, les ongles et les cheveux ne sont pas superficiels. Ils ne se limitent pas non plus à des organes scrutés par le regard médical. Ils possèdent différentes fonctions dans le champ socioculturel et peuvent être appréhendés scientifiquement, avec profit, par les sciences humaines et sociales. Des analyses pluridisciplinaires soulignent, ici, l'importance de ces acteurs oubliés ou méconnus.
Voir plus Voir moins

VARIATIONS SUR LA PEAU
Torne2

(Ç) L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-07033-2 EAN : 9782296070332

S. Héas, L. Misery (dir.)

VARIATIONS

SUR LA PEAU

Torne 2

L' Harmattan

Le Corps en question
Collection dirigée par Florence Braunstein

"Le corps en question" aborde le problème du corps dans les sciences humaines aussi bien dans les domaines de la philosophie, de la littérature, de l'art ou de l'histoire et de l'anthropologie. Il n' y a pas de limites pour envisager le sujet dans le temps ou l'espace. C'est "un corps ouvert" à toutes les problématiques mais la collection privilégie les sujets de recherche originaux rarement abordés, les auteurs, les époques n'ayant pas fait l'objet de réflexion sur le corps. Les ouvrages de la collection ne répondent pas à d'autres exigences que celles de la grande qualité.

Dernières parutions

B. GALINON-MELENEC, F. MARTIN-JUCHA T, Le corps communicant. Stéphane HEAS, Laurent MISERY (dir.), Variations sur la peau. Céline ROUX, Danse(s) performative(s). Stéphane HEAS, Yannick Le HENAFF, Tatouages et cicatrices. Sylvain FEREZ, Le corps déstabilisé. Colette JUILLIARD, Les odalisques de J.-A.-D. Ingres. Florence BRAUNSTEIN, Age des héros, âge des guerriers. Dominique PAQUET, La dimension olfactive dans le théâtre contemporain. Lina FRANCO, Georges Bataille. Le corps fictionnel. Jean-François PEPIN, Aspects du corps dans l'oeuvre de Romain Gary. Société française de Sophrologie, Sophrologie face aux difficultés de la vie.

A tous ceux qui veulent mieux comprendre la complexité de la place de la peau, des cheveux, des poils et des ongles dans notre monde, chez les autres et. .. chez eux-mêmes.

Ouvrages des mêmes auteurs:

Misery L., 2000. La peau neuronale, Paris, Ellipses, collection Vivre et comprendre, mai, 94 pages. Héas S., 2004. Anthropologie des relaxations: des moyens de loisirs, de soin et gestion personnelle?, Paris, L'Harmattan, collection Mouvement des sciences, juillet, 424 pages. Ensemble: Héas S., Misery L. (dir.), 2007. Variations sur la peau, Paris, L'Harmattan, Collection Le Corps en question, septembre, 205 pages. Autres collaborations: Bodin D., Héas S., 2002. Introduction à la sociologie des sports, Paris, Edition Chiron, janvier, 252 pages. Bodin D., Robène L., Réas, S. 2004. Sports et violences en Europe, Strasbourg, Editions du Conseil de l'Europe (disponible en Anglais, Italien, Croate), août, 249 pages. Le Henaff Y., Héas S., 2007. Tatouages et cicatrices: décors sportifs, Paris, L'Harmattan, Collection Le Corps en question, 197 pages. Bodin D., Robène L., Réas S., Roussel P. (dir.), 2007. Sports, violences et racisme en Europe, Strasbourg, Editions du Conseil de l'Europe (online, disponible sur le site du CE et sous forme de CD), novembre, 831 pages.

SOMMAIRE
Ouverture
1. Peau et Histoire

2. Peau et Modernité

3. Peau et Symbolique

Fermeture. .. de la peau?

OUVERTURE
Laurent MISERY* Stéphane HÉAS** * Professeur de Dermatologie et Vénérologie, Université Européenne de Bretagne, Université de Bretagne Occidentale, Brest. Président de la Société Française des Sciences Humaines sur la Peau (SFSHP) laurent. misery@chu-brest.fr ** Maître de conférences en Sociologie, habilité à diriger des recherches, Université Européenne de Bretagne, Université de Haute Bretagne, Rennes. Vice-président de la SFSHP stephane.heas@univ-rennes2.fr stephaneheas@orange.fr

D'autres variations sur la peau? Un deuxième ouvrage quelques mois après le premier? Reprenons la célèbre formule de Paul Valéry: « Ce qu'il y a de plus profond dans l'homme, c'est la peau! ». La peau révèle, en effet, nos tourments physiques, psychiques, économiques, sociaux, etc. Elle incarne notre santé, notre équilibre. Elle est donc un organe de communication au sens fort du terme. C'est pourquoi sa place est si importante dans notre société, comme dans toutes probablement. En musique, les variations sont des procédés permettant de produire de multiples phrases musicales par des modifications apportées à un thème. Les Variations sur la Peau peuvent donc être apportées par des médecins, des psychologues, des biologistes, des sociologues, des philosophes, des historiens, des ethnologues, des anthropologues, des géographes, des linguistes, des écrivains et tant d'autres professionnels. Et ce, quelle que soit leur spécialité dans les domaines de la dermatologie, de la psychiatrie, de la chirurgie, parmi les chercheurs analysant précisément les usages sociaux des corps, les différentes formes de soin, les professions, les organisations de santé, la famille, l'éthique, etc. Chaque année, la Société Française des Sciences Humaines sur la Peau (SFSHP), association sans but lucratif, réunit ces multiples

acteurs au cours des forums Peau Humaine et Société. Tous les conférenciers qui le souhaitent sont sollicités, ipso facto, pour devenir auteurs des Variations sur la Peau. D'autres chercheurs sont invités à partager leurs connaissances spécialisées avec un plus grand nombre de lecteurs à travers ce type de publications. Cette année, un chercheur anglophone nous a rejoints... étendant un peu plus notre aire d'analyse. Après un premier ouvrage (Héas, Misery, 2007), une suite parait légitime devant le foisonnement d'idées et d'échanges. Cette seconde mouture permet de prolonger et, nous l'espérons, d'approfondir le caractère fondamental de la problématique (épi)dermique. Toujours, les acquis de I'histoire précisent des habitudes de pensées et d'actions maintenues ou au contraire écartées. Les approfondissements sur tel ou tel point (ongle, cheveu, poil, entame de la peau, etc.) illustrent la complexité de notre rapport au monde suivant les contextes sociaux, culturels. A chaque fois, ces éclairages nous engagent à ne pas juger rapidement tel ou tel comportement, tel ou tel usage, par trop éloigné de nos manières de faire. En ce sens, ces éclairages multiples ne sont pas seulement des avancées scientifiques qui permettent de mieux comprendre l'être humain dans toute sa complexité. Ces éclairages multipliés font aussi, en quelque sorte, œuvre sociale. Ils visent, en effet, à améliorer, même modestement, la teneur des relations humaines, en réduisant les phénomènes d'évitement, de dégoût, voire de rejet, entre les êtres humains. Sous l'apparente superficialité de certaines des problématiques développées, surgit l'importance d'événements singuliers qui ont marqué I'histoire ou plus fondamentalement encore, apparait l'importance de processus au long cours dont les effets sont toujours d'actualité... http://sfdermato.actu.com/sfshp/sfshp.html Héas S., Misery L. (dir.), 2007. Variations sur la peau, Paris, L'Harmattan, Collection Le Corps en question, septembre, 205 pages.

12

1. Peau et Histoire

HISTOIRE DE L'ONGLE
Robert BARAN

Dermatologue, Centre de diagnostic et traitement des maladies de l'ongle, Cannes baran.r@club-internet.fr BARAN .R@wanadoo.fr
Jacques CHEVALLIER

Dermatologue, Vaulx-en-Velin. AEU d'Histoire de la Médecine, Vice-président de la Société Française d'Histoire de la Dermatologie iacques .chevallier@club-internet.fr Résumé: À travers les âges et les croyances populaires, l'ongle développe une histoire riche d'enseignements. La signification de l'ongle a évolué au cours du temps: sa coupe n'est pas laissée au hasard. Ses vertus qu'elles soient curatives ou non sont nombreuses. Son importance symbolique et esthétique demeure, et peut-être est-elle croissante. Mots-clefs: légale. ongles, croyances, histoire, cosmétologie, médecine

Dès la plus haute Antiquité, des traces de l'intérêt porté aux ongles sont attestées. L'art de la manucurie y existait déjà comme l'atteste un document remontant à 2400 avant lC. et découvert en 1964 dans la nécropole de Saqqarah. La perfection réservée au contour unguéal sur certains bas-reliefs de mastabas ou de temples égyptiens confirme l'attachement de l'époque à cette annexe. Pour la sagesse populaire: « toutes les maladies partent de dessous les ongles!». Les guérisseuses de Bretagne grattent, ainsi, les extrémités des malades qui les consultent (Mozzani, 1995, 180).

15

Les fonctions

de l'ongle sont multiples

Certaines sont passives comme la protection des extrémités, ainsi que leur parure. D'autres sont actives: manipulations fines, préhension des petits objets (Dawber, De Berker, Baran, 2001). Certaines sont spécifiques: l'ongle permet d'agripper, de pincer. Les musiciens utilisent des longueurs d'ongle différentes selon qu'ils pratiquent le piano, la harpe ou la guitare (Pillet, Didier-JeanPillet, 2001). D'autres sont inattendues: les matrones se taillaient autrefois, en Italie comme en France, l'ongle du pouce en forme de couteau afin de« couper le filet» des nouveau-nés. «L'ongleoutil» est également un instrument de grattage efficace entraînant dans les formes intenses une véritable usure des ongles.
Les vertus curatives de l'ongle

De multiples vertus curatives ont été attribuées aux rognures d'ongles qui peuvent aussi bien remédier aux maux d'estomac, aux rhumatismes, aux états fébriles que prévenir les convulsions de l'enfant... Une pratique très répandue consistait à enterrer ou à brûler des fragments d'ongles ou à les fourrer dans un petit sac placé sous le berceau.
La longueur des ongles et sa signification

Dès lors, apparaissent d'autres questions dont la plus remarquable est sans doute celle du rapport de l'ongle et de sa longueur, à la sociabilité de l'Homme. Cependant, certaines personnes mettent un point d'honneur à ne pas tailler leurs ongles et à les conserver longs. Quand ce souci n'est pas poussé trop loin, il répond simplement à un certain désir esthétique, voire à une volonté d'élégance raffinée. Les belles désœuvrées y voient sans doute, comme les Chinois, un signe de « haute distinction» en particulier chez les mandarins dont la longueur des ongles symbolisait les splendeurs de l'oisiveté et de la paresse. On les protégeait, d'ailleurs, jalousement dans des étuis somptueusement ornés.

16

Christian Régnier rappelle que gratter à la porte du Roi de France avec l'ongle long du petit doigt était la seule façon permise de s'annoncer pour ceux qui bénéficiaient de la faveur royale. De nos jours, certains sujets, sans lettres de noblesse, se contentent de conserver aussi long que possible l'ongle des auriculaires, parfois d'un seul. Ongle poli et soigné, marque de « bienséance », dit Bichat, ou ongle en griffe, marque d'animalité.
Quand doit-on se couper les ongles? Un choix délicat

I

En France, il était particulièrement important de bien choisir son jour. En effet, se couper les ongles «un jour en R» (mardi, mercredi, vendredi) porte malheur et fait pousser les envies, petites peaux disgracieuses qui se forment autour de l'ongle. Mais le pire est de le faire un vendredi, ce qui «fait allonger les cornes du diable» pour les Bretons. Selon diverses cultures, raccourcir les ongles d'un enfant avant un an aurait des conséquences très fâcheuses, comme le rendre malade, fou, aveugle, bègue, voleur ou incapable de compter. Pour mettre son enfant à l'abri de tous ces dangers, la mère devra couper elle-même les ongles du nourrisson. S'il faut bien choisir son moment pour se couper les ongles, on ne doit pas le faire n'importe où. Dans l'Antiquité, cet usage était interdit à bord d'un vaisseau sous peine d'attirer la tempête. L'ongle est aussi une «niche écologique» (Arrese et coll., 2001). L'espace compris entre le bord libre de la tablette et la peau est une niche écologique d'autant plus riche que l'ongle est long. Il s'y accumule facilement des souillures de l'environnement et des microorganismes, dont surtout des moisissures particulières libérant des mycotoxines avec la possibilité d'une contamination orale.
L'ongle et l'amour

Les ongles entraient souvent dans la composition des philtres d'amour; ces boissons magiques doivent être préparées de

1

Régnier c., « La symbolique de l'ongle» sur www.clubdermaweb.com. Consulté le 07 octobre 2008. 17

préférence le vendredi, jour de Vénus, et naturellement à certaines heures bien précises pour s'avérer pleinement efficaces. Dès le Moyen Âge, par exemple, en France comme en Angleterre, les jeunes filles portaient en amulette des fragments d'ongles de leur bien-aimé pour les contraindre au mariage. Plus prosaïquement, des ongles ornés de motifs décoratifs divers témoignaient, il y a encore une trentaine d'années, de l'existence de stigmates professionnels chez certaines péripatéticiennes d'Amérique Centrale. Mais ces temps sont révolus depuis que la mode s'est emparée de la décoration des ongles, surtout aux USA. De plus, un intérêt soutenu se manifeste pour les ongles artificiels façonnés, prothèses acryliques parfois rehaussées de bijoux, en or ou plaqué-or, fixés au bord libre de la tablette unguéale.
Histoire du vernis à ongles

Il semble donc que de tous temps les femmes se soient appliquées à embellir leurs ongles. Pendant des siècles, les élégantes les ont polis à l'aide d'une fine poudre abrasive, généralement de la pierre ponce, et enduits de diverses teintures, en particulier de henné, probablement utilisé dans l'antique Égypte et toujours à la mode. Des feuilles de balsam rouge mélangées à l'aluminium étaient en vogue en Chine à l'aube de l'invasion mongole (1250-1276). Autour de 1920 se situe véritablement la naissance du vernis à ongles. Tout part d'un explosif, la nitrocellulose obtenue en faisant réagir des fibres de cellulose issues du coton ou du bois dans une solution concentrée d'acide nitrique. Après ébullition, la nitrocellulose devient soluble dans des solvants organiques qui, suite à leur évaporation, laissent un film dur et brillant, la laque. Elle présente un double avantage, un séchage rapide et un aspect lisse et brillant surprenant. Mais on n'imaginait pas que l'on pourrait passer, un jour, de l'explosif aux durcisseurs unguéaux, puis aux vernis anti-fongiques.
L'aspect médico-légal

Dans les cas de violences physiques (strangulation, viol, etc.) : les ongles sont responsables d'égratignures à la face interne des 18

cuisses, à l'abdomen et au cou. La section des téguments superficiels occasionnée par le bord libre de l'ongle exhibe une forme en croissant dont la concavité est souvent le siège d'une ecchymose arrondie (Macia, Postel-Vinay, 1996). Les dermatologues sont ainsi appelés à la rescousse de ScotlandYard (Baran, 1996) ! Il est demandé aux onychologues les possibilités d'identification d'un individu à partir d'un ongle... Dans les cas de dopage, sportifs ou non: les ongles sont davantage révélateurs que les urines. Cette nouvelle méthode a déjà été testée
avec succès dans la recherche d'héroïne ou de cannabis chez les

toxicomanes. L'analyse toxicologique des ongles en médecine légale (Palméri et al., 2000) peut être classée en trois groupes: les tests effectués chez les sujets en état d'assuétude, les tests post-mortem, la détection en cas d'exposition intra-utérine. En réalité, on connaît depuis longtemps les stigmates unguéaux de l'empoisonnement par l'arsenic (les bandes de Mees).
L'importance de I 'onychodiagnostic

La médecine générale peut retirer de très utiles renseignements de l'examen des ongles, ainsi que l'avait recommandé le lyonnais Maurice Favre en 1941 ; la séméiologie unguéale doit entrer dans l'enseignement et la pratique de la grande séméiologie médicale. L'onychologie est devenue une réalité médicale scientifique, à part entière, et aux possibilités thérapeutiques chaque jour grandissantes.

19

Références

Arrese J. E., Goffin V., Piérard-Franchimont c., Piérard G.E., 2001. «Ongles sales et mycotoxines », Rev Med Liège, N°56, pp. 38-40. Baran R., 1996. «Les dermatologues à la rescousse de Scotland Yard », Histoire de l'Ongle, N°2, p. 5. Dawber R.P.R., De Berker D.AR., Baran R., 2002. « Science of the nail apparatus », in : R. Baran, R.P.R. Dawber, Nail diseases and their management, Oxford, 3rd ed., Blackwell Science, pp. 147. Echinard B., 1946. «L'histoire du vernis à ongles », Histoire de l'Ongle, N° 2, pp. 6-9. Favre M., 1941. « Le signe de la chute spontanée des ongles des gros orteils. Notes de séméiologie médicale. Onychodiagnostic et onychomanie », J Med Lyon, N°51, pp. 305-317. Macia R., Postel-Vinay N., 1996. «L'ongle sous le regard du médecin légiste au XIXème siècle », Histoire de l'Ongle, N°2, pp.2-5. Mangin H., 1946. Etude clinique et psychologique des ongles, Paris, Ed. Joseph-Charles. Mozzani E. 1995. Le livre des superstitions, Paris, R. Laffont. Mozzani E. 1996. «Ongles et croyances », Histoire de l'Ongle, N°l, pp. 3-6. Palmeri A, Pichini S., Pacifici R., Zuccaro P., Lopez A, 2000. «Drugs in nails. Physiology, pharmacokinetics and forensic toxicology», Clin Pharmacokinet, N°38, pp. 95-110. Pillet J., Didier-Jean-Pillet A, 2001. «Ungual prostheses », J Dermatol Treat, N°12, pp. 41-46.

20

HISTOIRE DE L'EPILATION DE L'ANTIQUITE A NOS JOURS
Jacques CHEVALLIER

Dermatologue, Vaulx-en-Velin. AEU d'Histoire de la Médecine, Vice-président de la Société Française d'Histoire de la Dermatologie iacques .chevallier@club-internet.fr Résumé: L'acte d'épilation pratiqué dans un but cosmétique ou thérapeutique existe depuis l'Antiquité. La recherche de méthodes nouvelles, plus performantes, moins douloureuses, n'a eu de cesse jusqu'à aujourd'hui. Huit techniques (rasoir, pinces, épilatoires adhésifs, épilatoires chimiques, rayons X, épilation électrique, épilation laser, inhibiteurs de la pousse du poil) sont passées en revue. Mots clefs: histoire, épilation, teignes, cosmétologie.

L'acte d'épilation pratiqué dans un but cosmétique ou thérapeutique existe depuis l'Antiquité. La recherche de méthodes nouvelles, plus performantes, moins douloureuses, n'a eu de cesse jusqu'à aujourd'hui. Pour être précis, il faudrait distinguer l'épilation qui est un acte mécanique consistant en l'arrachage du poil et la dépilation qui consiste à faire tomber les poils indésirables, quelle que soit la technique utilisée (Baspeyras, 2006). En pratique, l'épilation semble surtout d'ordre cosmétologique, esthétique mais il ne faut pas oublier les indications médicales, thérapeutiques dont l'histoire est particulièrement ancienne.
L'épilation thérapeutique

Elle consiste en l'avulsion des poils ou des cheveux dans le but de guérir certaines affections de la peau, et plus souvent du cuir

21

chevelu. L'histoire de l'épilation, suite logique de l'épilation esthétique plus ancienne, prolonge l'histoire de la teigne. La «calotte» ou «chapeau de poix» de Guy de Chauliac fut pendant des siècles le seul traitement vraiment actif des teignes (Feulard, 1886). Il était basé sur la notion bien établie que la teigne guérissait lorsque les cheveux avaient disparu. La méthode était d'une cruauté sans nom d'autant qu'elle s'adressait surtout aux enfants. Dans la recherche d'une méthode moins barbare la méthode «en douceur» des frères Mahon fut rapidement adoptée. .. puis, abandonnée devant la supercherie de ces guérisseurs de teignes. La calotte refit son apparition. Mais l'épilation fut de nouveau à l'honneur avec l'épilation à la pince intronisée scientifiquement par Bazin à l'hôpital Saint-Louis en juillet 1852. Il avait observé l'existence des champignons dans les parties les plus profondes des racines des poils. L'évolution de cette technique a été réalisée par les successeurs de Bazin. Quant aux indications, Juhel-Rénoy en 1887 cite le favus: «Sans épilation, pas de guérison! », la trichophytie, mais avec une efficacité moindre et une difficulté accrue par la friabilité extrême des cheveux (Juhel-Rénoy, 1887). L'indication de la pelade est très controversée, mais pratiquée par Besnier. L'épilation des teignes a pu être tentée par l'acétate de thallium mais la toxicité du thallium a rapidement fait arrêter ce traitement (Rédarès, 1930). En revanche, la radiothérapie par rayons X, découverte par W. K. Rontgen en 1895, a été largement utilisée. La chute des cheveux ou poils sur les zones irradiées a été observée par les premiers expérimentateurs dès 1896. En France, à Paris, J. Belot avec Brocq et Sabouraud précisent les méthodes et indications qui sont surtout les trichophyties (90 à 95% de succès), le favus, le sycosis (Belot, 1905). Le but est d'entraîner une épilation rapide, indolore mais passagère. L'hospitalisation des enfants teigneux n'est plus nécessaire. Les complications locales aiguës semblent modestes (les doses sont faibles, car on ne cherche pas à détruire le poil) et les complications tardives inconnues. Aujourd'hui, les lasers épilatoires, en dehors de l'hirsutisme, traitent des pathologies cutanées comme le pili incarnati de la barbe ou de la zone du maillot, certaines folliculites, etc.

22