//img.uscri.be/pth/3ed523a2e9aa1dd53133ddca3c75e8b3ca5e2801
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,60 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LES MIGRATIONS CREATRICES

De
216 pages
En Suisse, durant la décennie 1980-1990, le nombre d'indépendants étrangers s'est accru de 79%, croissance largement supérieure à celle des indépendants suisses. Du commerce de proximité à l'industrie de pointe en passant par les agences de voyage et les arts graphiques, la plupart des secteurs profitent de ce dynamisme. A travers une description des entrepreneurs étrangers selon leurs types d'activité, leurs nationalités et leurs motivations, cet ouvrage propose une série de pistes pour expliquer ce lien étudié entre migration et création d'entreprise.
Voir plus Voir moins

LES MIGRATIONS CRÉATRICES
Etude de l 'entreprenariat des étrangers en Suisse

MIGRATIONS ET CHANGEMENTS
Collection dirigée par Lorenzo Prencipe

L'histoire de l'immigration en France est une histoire ancienne qui touche un phénomène très complexe. Ancienne, car elle a pris des proportions remarquables depuis plus d'un siècle. Le recensement de 1851 dénombrait déjà 381 000 étrangers. De 1921 à 1930, la France se plaçait au sec9nd rang des pays d'immigration dans le monde après les Etats-Unis. Histoire complexe surtout. On peut même se demander si, pendant une période aussi longue - durant laquelle les données démographiques, économiques, politiques, culturelles et psychologiques ont subi des transformations profondes, aussi bien sur le plan national qu'international -le phénomène migratoire n'a pas changé de nature. Comment affirmer qu'il s'agit du même phénomène alors qu'il ne résulte pas des mêmes causes, ne se réalise pas dans le même cadre institutionnel national et international, ne touche pas les mêmes populations étrangères ni les mêmes générations, ne revêt pas les mêmes formes? Cette collection consacrée aux migrations et aux changements qu'elles comportent ou qu'elles provoquent vise à privilégier les travaux portant sur: - les mutations internes des populations immigrées à travers les générations successives, avec un accent particulier sur le profil socioculturel des nouvelles générations issues de l'immigration; - les mutations introduites dans la vie sociale, économique et culturelle des pays d'origine et du pays de résidence; - les approches comparatives du fait migratoire dans ses paramètres historiques, géographiques, économiques, politiques. Ceux qui pensent que leur recherche pourrait s'insérer dans cette collection peuvent contacter:
Lorenzo Prencipe 46, rue de Montreuil 75011 Paris

Etienne Piguet

LES MIGRATIONS

CRÉATRICES

Etude de l'entreprenariat des étrangers en Suisse

Préface de Georges Tapinos Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

cg L'Harmattan, 1999 ISBN: 2-7384-8271-6

TABLE DES MATIÈRES

PREFACE INTRODUCTION
L'ECONOMIE DES MIGRATIONS EN SUISSE

3 7 9 13 15 17 19 21 22 27 33 35 38 52 59 62 64
69 69 75 85

LES QUESTIONS

LIEES A L'ENTREPRENARIAT ELARGIE

UNE INTERPRETATION PLAN DE L'OUVRAGE

TOUR D'HORIZON INTERNATIONAL
LE CAS NORD-AMERICAIN LE CAS EUROPEEN LE CAS SUISSE SYNTHESE

HYPOTHESES
LES MODELES LE MODELE Du MODELE LE MODELE

THEORIQUES
OU D'ETHNIC-BUSINESS

DE SPECIFICITE

D'OPPORTUNITE AMERICAIN A LA SPECIFICITE EUROPEENNE

DE CONVERGENCE

INDICA TEURS EMPIRIQUES

EVOLUTION
LE DECLIN

DES OPPORTUNITES
DES INDEPENDANTS D'INDEPENDANCE

SECULAIRE

LES NOUVELLES SYNTHESE

OPPORTUNITES

LES INDEPENDANTS ETRANGERS EN 1990
CARACTERISTIQUES STRUCTURE EVOLUTION GENERALES PAR BRANCHES 1980-1990

87 87 92 95

DES ACTIVITES PAR BRANCHES

STRUCTURE SYNTHESE

DES ACTIVITES

PAR GROUPES

97 114

LES INDEPENDANTS
LES GROUPES ANALYSE ANALYSE SYNTHESE NATIONAUX

PAR NATIONALITES
EN 1990

117

DU TAUX D'INDEPENDANCE DE LA STRUCTURE DES ACTIVITES

118 121 127 139 143
146 168 175 175 176 180 181 185 187 187

LA CREATION D'ENTREPRISE
MECANISMES SYNTHESE ET MOTIVATIONS DE L 'ENTREPRENARIAT

CONCLUSIONS
AMPLEUR FACTEURS PRONOSTICS RETOUR SUR LES ENJEUX ET EVOLUTION EXPLICATIFS

SOURCES
SOURCES

ET BIBLIOGRAPHIE

STATISTIQUES

BIBLIOGRAPHIE

Préface
L'immigration étrangère dans les pays d'Europe occidentale a d'abord été une immigration de travailleurs salariés. Le système migratoire qui s'est mis en place progressivement à partir de la fin des années 1950, en réponse à une demande excédentaire de travail, répondait à une logique de marché. La dynamique de la croissance économique et la dynamique propre de la migration ont transformé la circulation de main d' œuvre en migration d'établissement; la durée du séjour s'est prolongée, le regroupement familial s'est consolidé. L'étude d'Etienne Piguet se situe dans le courant de recherche sur l'immigration étrangère en Suisse, marqué par les travaux classiques de D. Maillat, J.-Ph. Widmer, H.-M. Hagmann, O. Blanc, B. Bürgenmeier, W. Haug, pour ne citer que les études en langue française. Mais elle met en lumière une dimension inattendue de l'établissement des étrangers, la création d'entreprise par des migrants. E. Piguet a le grand mérite d'avoir pris le risque d'aborder une terra incognita de la migration européenne, un sujet généralement peu abordé en Europe et pratiquement ignoré en Suisse. S'agissant d'un phénomène nouveau, la difficulté était non seulement d'en prendre la mesure statistique, mais aussi et surtout de proposer des hypothèses explicatives et de les soumettre au test des données. Il lui a fallu pour cela mener une analyse critique de l'ensemble des efforts théoriques qui ont été proposés dans des

Les migrations créatrices contextes autres, et créer une base de données pour analyser les motivations de ces entrepreneurs étrangers. La tâche était particulièrement délicate. La question de l'entreprenariat étranger renvoie à la dimension économique et culturelle de l'immigration, au processus migratoire et aux transformations du système économique du pays récepteur. En ce domaine, l'analyse du système migratoire nord-américain dans lequel l'entreprenariat étranger est à la fois un prolongement de l' acti vité salariale et une possibilité ouverte aux nouveaux immigrants, est un point de départ obligé. Les différents modèles explicatifs et leurs variantes suggèrent de considérer l' entreprenariat étranger comme un phénomène associé à la dimension ethnique de l'immigration, un indicateur de réussite des migrants et d'intégration dans la société d'accueil, ou à l'inverse comme une alternative aux difficultés d'une mobilité professionnelle dans le cadre initial du salariat. Mais il ne pouvait être question d'une simple transposition de ces modèles; l'analyse de la situation suisse imposait une réflexion nouvelle et des données d'enquête adaptées. Les résultats sont à la hauteur des ambitions de l'auteur. A partir de la confrontation des données et des hypothèses explicatives, E. Piguet a été en mesure d'apporter une réponse nuancée mais sans équivoque à la question de savoir ce que représente l'entreprenariat étranger pour la société suisse, ce qu'elle signifie pour le migrant et quelles sont les perspectives d'évolution probables. L'entreprenariat étranger participe de la dynamique de l'économie suisse, ce qui autorise à envisager une consolidation du phénomène. L'entreprenariat étranger ne s'interprète pas comme la formation d'enclaves ethniques, même si l'appartenance communautaire n'est pas sans influence sur la capacité de réunir les capitaux nécessaires et de disposer d'un marché spécifique. Le risque existe

4

Les migrations

créatrices

cependant que le choix de l'activité indépendante traduise des difficultés d'accès et de promotion sur le marché du travail. Les solutions envisagées s'orientent dans une double direction: l'atténuation des obstacles à la promotion des salariés et la constitution d'un statut d'immigrants entrepreneurs.
On peut souhaiter pour l'analyse européens. Georges Tapinos Institut d'Etudes Politiques de Paris que cette recherche exemplaire dans serve de modèle les autres pays

de l' entreprenariat

étranger

5

Introduction
L'entreprenariat des personnes issues de la migration suscite aujourd'hui une très forte attention dans les différentes branches des sciences sociales. Cet intérêt récent pour l'immigré entrepreneur contraste avec le peu de place qui lui est accordé dans les recherches classiques sur les migrations. Il ne saurait pourtant s'expliquer par la nouveauté du phénomène: la spécialisation de certains groupes nationaux ou ethniques dans des activités économiques est une constante historique et les compétences particulières des migrants des siècles passés leur ont souvent permis d'introduire des innovations économiques majeures dans leur pays d'accueil. Dans le cas helvétique, le « Refuge» des Huguenots français dans les cantons réformés du XVIème au XVIIIème siècle en est le plus fameux exemple (Bergier, 1984; Vuilleumier, 1987), mais il faut y ajouter, au XIXème siècle, les cas individuels des fondateurs de certaines des plus grandes entreprises suisses actuelles: Henry Nestlé, Carl Franz Bally, Karl Albert Wander, Charles Brown et Walter Boveri, etc. (Holmes, 1988). Si l'entreprenariat des étrangers recueille un intérêt croissant, cela n'est donc pas dû à sa nouveauté, mais plutôt à une série d'évolutions socio-économiques actuelles, dont les enjeux sont considérables. Quatre de ces enjeux peuvent être distingués: l' entreprenariat en général, la place des travailleurs migrants dans l'économie mondialisée, l'intégration sociale des étrangers et enfin, sur le plan

Les migrations épistémologique, culturelles la question

créatrices SOCIO-

du lien entre les dimensions Détaillons

et économiques

des phénomènes.

ces enjeux:

.

En premier lieu, l' entreprenariat des étrangers se développe en une période de mutation des entreprises dans les pays occidentaux. Après un siècle de déclin, le nombre d'indépendants a connu un accroissement récent et généralisé. Dans le même temps, le rôle de la petite entreprise dans le développement économique a été réévalué. Il est considéré aujourd'hui comme primordial, après avoir été éclipsé dans l'après-guerre par la montée en puissance des très grandes entreprises. Ces différentes évolutions ont mis en évidence le caractère nullement anachronique de l'activité indépendante. En deuxième lieu, l'intérêt pour l' entreprenariat des étrangers s'explique par l'important bouleversement structurel que connaît le système économique. Ce bouleversement se caractérise par la flexibilisation, aussi bien du temps de travail que de 1a vie professionnelle et des rapports salariaux, et par la redéfinition des rôles des différents acteurs du processus de production (Gorz, 1988; Castell, 1995; Crompton et al., 1996). Dans un tel contexte, l'étude de l'activité économique de certains sousgroupes de la population (étrangers, femmes, jeunes, etc.) prend une importance grandissante. Plus sensibles à certaines évolutions car plus fragiles, ces groupes permettent en effet d'observer les transformations d'ensemble de manière plus détaillée. Partant de ce postulat, l'observation de l'évolution spécifique de l'activité des étrangers devient un indicateur de courants plus généraux. En troisième lieu, l'intérêt actuel pour l' entreprenariat peut être lié aux enjeux croissants de l'intégration sociale des populations issues de la migration, thème central dans le débat politique de la plupart des pays d'immigration. Au plan individuel, l'entreprenariat constitue un vecteur potentiel de mobilité sociale et de diffusion au sein des différentes strates de la société. Au plan collectif, l'entrepreneur étranger occupe souvent une

.

.

8

Les migrations créatrices position charnière entre sa communauté d'origine et la société d'accueil. En dernier lieu et sur un plan plus théorique, la mise en évidence des activités spécifiques de certaines catégories de la population en matière d'entreprenariat pose la question du lien entre la dimension socio-culturelle et la dimension économique des phénomènes. Cette question connaît aujourd'hui un regain d'intérêt, que ce soit dans l'étude des déterminants de la croissance économique, du développement du chômage, des questions spécifiques liées à la mondialisation et à la globalisation des échanges ou de l' entreprenariat. Les entrepreneurs étrangers se distinguant souvent des nationaux, par le degré d'interaction entre leurs activités économiques et leurs spécificités sociales et culturelles, ils se situent ainsi au coeur de cette problématique. Les quatre groupes d'enjeux que nous venons d'évoquer permettent de comprendre l'intérêt actuel pour l' entreprenariat des étrangers et constituent, en quelque sorte, la première légitimation du thème abordé dans la présente recherche. Ils forment le contexte d'interprétation dans lequel nos observations devront être situées et nous les évoquerons à plusieurs reprises. Une seconde légitimation tient à la spécificité du cas helvétique: le thème de l'entreprenariat est en effet presque absent du champ d'une recherche pourtant abondante sur l'économie des migrations.

.

L'économie des migrations en Suisse
Une approche de l'activité économique des étrangers privilégiant la fonction de main-d'oeuvre dépendante (salariée par une entreprise ou un patron) a longtemps été seule adaptée au cas helvétique. C'est en effet une migration de travailleurs recrutés pour des emplois biens définis que la Suisse a connue dans l'après-guerre. La subordination du permis de séjour à la garantie d'un emploi, de même que le modèle de rotation de main-d'oeuvre, rendaient

9

Les migrations créatrices l'entreprenariat des étrangers très improbable, sinon impossible. Au niveau suisse, c'est donc dans un champ de recherche nouveau et peu étudié que se situe la présente recherche. Elle se place néanmoins dans le cadre plus large d'une recherche helvétique sur l'économie des migrations dont il est intéressant de retracer brièvement l'évolution. Dans les années soixante paraissent les premières recherches aujourd'hui « classiques» traitant des conséquences de la forte immigration de l'après-guerre (Gnehm, 1966; Hagmann, 1966; Lehmann, 1968). Leurs auteurs s'attachent à une description historique générale du phénomène et des conséquences de la migration dans un contexte de surchauffe économique et de pression inflationniste. Parmi les questions traitées ensuite, on trouve l'effet de la migration sur les prix (J6hr et Huber, 1969; Rossi et Leighton, 1971; Lambelet et Schildknecht, 1973) et sur la structure des salaires (Maillat, 1968). Après le premier choc pétrolier, les intérêts de recherche se tournent vers les implications de la migration en termes de marché du travail (Maillat, 1974, 1976; Bohning, 1974; Frey, 1976; Maillat et Widmer, 1978; Widmer, 1978). Ces recherches mettent tout particulièrement en évidence la grande flexibilité qu'a conféré au marché du travail suisse la présence temporaire de travailleurs immigrés durant les années soixante et le début des années soixante-dix. A la suite des importants changements de sa politique d'immigration, la Suisse connaît ensuite de profondes modifications de sa population d'origine étrangère: augmentation de la part des permis d'établissement, allongement de la durée de séjour, regroupement familial et diversification des origines des migrants caractérisent les années quatre-vingts (Blanc, 1995; Haug, 1995). Ces évolutions, alliées à la perspective d'une nouvelle modification importante de la politique d'immigration dans le cas d'une adhésion de la Suisse à l'Union Européenne débouchent sur une

10

Les migrations créatrices intensification de l'intérêt pour les conséquences économiques de la présence étrangère. Les orientations de recherche s'en trouvent elles- mêmes multipliées.

.

L'étude de la structure par branches et du marché du travail constitue, comme durant la décennie 1970-1980, un important courant de recherche (Stalder, 1980; Schwarz, 1988; Farago, 1996). Récemment, l'accroissement du chômage, particulièrement marqué au sein de la population d'origine étrangère, a attiré l'attention (Blattner et Theiss, 1994) sans que les raisons du phénomène soient véritablement éclaircies à l'heure actuelle. On notera par ailleurs l'intérêt spécifique porté à l'insertion économique des jeunes étrangers et de la seconde génération (Maillat et Lebet, 1980; De Rham, Fibbi et Virnot, 1984, 1985a, 1985b; Gurny, Cassé, Hauser et Meyer, 1984; Fibbi, 1988) et aux déterminants de l'activité des requérants d'asile et des réfugiés (Piguet et Misteli, 1996). L'intérêt pour la question des conséquences macroéconomiques de la migration a pris une importance grandissante dans le cadre de l'analyse des niveaux de qualification des migrants et des conséquences de leur présence en termes de substitution capital-travail et de productivité. La question de l' optimalité de la politique d'immigration poursuivie par les autorités s'est posée avec une intensité croissante. En soulignant la sélection négative en termes de qualification impliquée par le recrutement de saisonniers et la transformation automatique des permis, de même que le caractère contraignant des restrictions à la mobilité géographique et inter-branches, on a débouché sur d'importantes remises en question (Blattner et al, 1985; Blattner, 1986; Dhima, 1991b; Straubhaar et Dhima, 1991; Stalder et al., 1994; Straubhaar et Weber, 1993a). A la recherche d'alternatives, de nombreuses propositions ont été émises en vue de régimes d'octroi de permis de travail optimaux sur le plan économique (Straubhaar, 1989; Crettol, 1990; Wolter, 1990).

.

Il

Les migrations créatrices

.

Le débat sur l'adhésion de la Suisse à l'Union Européenne ou à l'Espace économique européen a lui aussi généré un important courant de recherches. La question centrale étant celle de l'ampleur que pourrait prendre d'éventuels flux migratoires en cas de libéralisation totale et de leurs conséquences économiques (OFIAMT, 1988, 1989; Dhima, 1990, 1991a; TheIer, 1990; Straubhaar et Lüthi, 1990; Gaillard et al., 1991). Bien qu'un certain consensus se soit dégagé pour estimer que de tels flux seraient de faible ampleur, le sujet reste néanmoins à l'ordre du jour de la recherche actuelle. La dimension spatiale du phénomène a aussi retenu l'attention en raison du caractère géographiquement contraignant de l'octroi du permis de travail et de la distribution très inégale de la présence étrangère dans l'espace helvétique (Dhima, 1991b, Filippini et Rossi, 1992; Flückiger, 1995), mais aussi en termes de développement régional (Micheloni et al., 1988).

.

A côté de ces courants principaux de recherche, on peut encore noter un intérêt pour les effets de la présence étrangère en termes de contribution fiscale nette (Weber, 1993; Straubhaar et Weber, 1993b), pour le phénomène du travail au noir (Bürgenmeier, 1992), pour les conséquences des transferts effectués par les étrangers à destination de leurs pays d'origine (Fibbi et Piguet, 1995) et pour l'influence future de la migration sur la croissance économique dans un contexte de vieillissement de la population (Schmidt et Straubhaar, 1996). C'est dans ce contexte d'un corpus d'études déjà important sur l'économie des migrations que doit être comprise la présente recherche. Même si l'emploi indépendant reste d'un ordre de grandeur très inférieur à la main-d'oeuvre dépendante, l'étude de cet aspect particulier de la migration en Suisse vient en effet combler une lacune des connaissances actuelles.

12

Les migrations créatrices

Les questions liées à l'entreprenariat
Deux interrogations principales vont sous-tendre l'ensemble de cet ouvrage: celle, descriptive, de l'ampleur et de la structure du phénomène et celle, analytique, de ses facteurs d'émergence et de ses mécanismes de fonctionnement. L'une et l'autre seront traitées de manière conjointe. Ampleur et structure du phénomène

Au vu de l'absence d'études ayant porté jusqu'à aujourd'hui sur l'entreprenariat des étrangers en Suisse, un premier intérêt de notre démarche va consister à dresser un portrait d'ensemble:

. . .

Quelle est l'ampleur du phénomène? Quelle a été son évolution historique? Comment peut-il être situé en regard d'immigration?

des

autres

pays

Ainsi que nous l'avons relevé plus haut, l' entreprenariat des étrangers s'inscrit dans un contexte de transformations importantes de 1a structure des activités économiques qui touchent l' entreprenariat de manière très générale. Dans ce domaine aussi, on compte peu d'études à l'échelle suisse. Afin de ne pas attribuer aux seuls étrangers des évolutions qui touchent une frange plus large de Ia population, il sera dès lors nécessaire d'élargir les questions que nous venons d'énumérer afin de les appliquer conjointement à la population suisse. De manière plus précise, on pourra se demander quelle est la structure par branche des activités des indépendants étrangers et dans quelle mesure celle-ci se distingue de celle des Suisses. Existe-t-il, comme dans d'autres pays d'immigration, un confinement des étrangers indépendants dans certaines niches économiques spécifiques qui conduit à parler, d'une « économie ethnique» (Waldinger,

13

Les migrations créatrices 1993), ou les étrangers occupent-ils au contraire des créneaux d'activité similaires à leurs collègues helvétiques? Facteurs d'émergence, motivations et mécanismes Une abondante littérature s'est attachée à comprendre les spécificités de l'entreprenariat des étrangers, ceci principalement dans le monde anglo-saxon. Dans certains cas, ces recherches se sont contentées d'énumérer les facteurs favorables et défavorables à l'entreprenariat. Dans d'autre cas, les chercheurs ont proposé des modèles théoriques généraux d'interprétation. Ils se sont en particulier interrogés sur le rôle que peuvent jouer les caractéristiques spécifiques à certains groupes (liens de solidarité traditionnels, liens de famille, représentations collectives propres à une communauté) dans la création d'une entreprise et sur la nécessité d'intégrer ces paramètres socio-culturels, en complément aux facteurs d'explication économiques traditionnels tels que les opportunités locales du marché ou les niveaux individuels de qualification. Les questions qui se posent sont dès lors les suivantes:

. . .
.

Quels sont les principaux facteurs qui influencent l'ampleur et la structure de l' entreprenariat des étrangers? L'appartenance communautaire est-elle déterminante pour

l'entreprenariat ou d'autres facteurs, indépendants de la migration et de l'origine, sont-ils prépondérants? Quelles sont, à cet égard, les spécificités des mécanismes observés en Suisse? Quels pronostics peuvent être faits quant à l'évolution future?

L'objectif est donc de fournir à la fois une description et une analyse de l' entreprenariat des étrangers en Suisse. Cette approche globale du phénomène implique une importante réflexion théorique de départ. Par réflexion théorique nous entendons la présentation et la synthèse des différents modèles d'analyse utilisés dans la littéra-

14

Les migrations créatrices ture existante pour rendre compte de l' entreprenariat des étrangers, mais aussi la discussion approfondie des principaux concepts utilisés et de leur rôle dans l'interprétation. Plus encore que d'autres disciplines, l'étude des migrations se doit en effet d'utiliser avec prudence des catégories de pensée - étranger, ethnicité, culture, mais aussi, dans notre cas, entrepreneur, indépendant, entreprise dont les contours sont souvent imprécis. Par réflexion théorique, nous entendons enfin la nécessité de situer la recherche dans un cadre problématique plus large qui permette de mieux en comprendre les limites mais aussi les ambitions.

Une interprétation élargie
Dans les lignes qui précèdent, nous avons fait émerger les deux axes principaux de cette recherche: la description du phénomène de l'activité indépendante des étrangers en Suisse d'une part, l'analyse de ses facteurs d'émergence d'autre part. Nous avons ainsi clairement ancré notre recherche dans le cadre de l'analyse économique des migrations. L'examen de la littérature existante montre cependant à quel point les analyses de l'activité indépendante des étrangers se trouvent dans une position disciplinaire ambivalente: l'utilisation du terme même d'ethnie-business en est l'illustration, puisque le concept ethnique renvoie à une dimension culturelle, tandis que le concept de business renVOIe à l'économique et donc implicitement à la possibilité d'isoler, au moins sur un plan analytique, la sphère économique du monde social (Malinvaud, 1991). La même conclusion d'ambivalence est obtenue si l'on tente une classification provisoire de quelques-uns des facteurs susceptibles, selon les recherches existantes, d'influencer l'activité indépendante des étrangers. A côté des influences du marché du travail, de la structure des opportunités ou encore de la fiscalité et des facteurs indi viduels, de nombreuses recherches soulignent l'importance des variables spécifiques aux groupes sociaux: Ia

15