//img.uscri.be/pth/4824f8f4ea14f1a26b1535f47c68197f6ea5be57
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

MAXIME, 97 ANS, COMPAGNON, VOYAGEUR, AFFECTUEUX

130 pages
" Janine, je voulais vous dire que je vous aime, c'est le genre de chose qu'on ne dit jamais, mais je voulais vous le dire parce qu'on ne sait jamais ce qui peut arriver dans la vie. Si l'avancée en âge annonce fatalement la fin de la vie, c'est un devoir pour moi de vous faire connaître les sentiments que j'éprouve à votre égard depuis que je vous connais. Vous avez rendu plus passionnant encore chaque instant que je vis. "
Voir plus Voir moins

Maxi111e, 97 ans cornpagon,voyageur,affectueux

Collection Vivre et l'Ecrire
Déjà parus:
- Ecrits de jeunes: 100 lettres d'adolescents Reste encore un peu, j'ai pas fini de grandir Le stylo sauvage J'en ai marre de me retenir J'aimerais bien aider le monde à se lever Le livre de mes pensées secrètes Ici j'ai tout: la maison, le travail, l'école Les visages infinis Réponds-moi vite T'aimer en invisible

- Ecrits d'adultes:
Saisons adultes Merci pour le timbre L'encrier des espérances Sous les pierres mon coeur Donnez-moi donc de vos nouvelles Vivre et l'Ecrire J'en ai croisé bien des chemins Sans elle? Sans ailes Mon frère des limbes Par monts et par mots Écrire pour ne pas perdre la main Grattez l'écorce Des Bas Buissons aux Eaux Vives

- Vivre

et l'Ecrire Limours : Que reste-t-il quand il ne reste rien? Eh ! Ça va pas? Le petit carnet

-Vagues d'Ecrits (Vivre et l'Ecrire en Bretagne) Ça bouillonne dans ma tête

Maxime, 97 ans
cornpagnon,voyageur, affectueux

Vivre et l'Écrire Adultes

Préface de PieITe COCOLON

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique
75005 Paris

- FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

@ L'Harmattan, 2000 ISBN: 2-7384-9170-7

PRÉFACE

«Voici notre récréateur

»

a dit un jour

une résidente soeur.

me présentant

à sa

Récréateur !Voilà un mot bien révélateur, une expression très imagée et que je trouve tout a fait appropriée pour qualifier un métier qu'on n'en finirait jamais d'expliquer, ni de définir: animateur en maison de retraite, animateur en gériatrie, animateur dans une résidence médicalisée pour personnes âgées... Quel vaste chantier! C'est dans ce cadre institutionnel (les résidences de retraite, créées par la C.N.R.O. dans les années 60, aujourd'hui PRO BTP ) que je suis employé depuis plus de 28 ans pour y exercer cette fonction et prendre en charge l'animation. L'animation c'est donner de la vie à un lieu et entretenir des relations avec des personnes vivant dans un environnement, en l'occurrence ici les résidents, chacun avec son identité, et tous les gens qui gravitent autour d'eux. Apprendre tout d'abord à connaître chaque pensionnaire. Ecouter leur histoire, répondre à

des attentes, ressentir des préoccupations, capter ou réveiller des désirs, toucher des sensibilités, effleurer des affectivités, saisir des trésors endormis ou inexploités, mettre en avant des potentialités, affronter des caractères, respecter des personnalités. Etre présent, manifester son humeur, investir les endroits stratégiques et les lieux de passage de la résidence.A chaque rencontre, avoir une attention particulière: un geste, une parole, un sourire, un regard, une mimique.

N'oublier personne. Aimer son public. Emouvoir et s'émouvoir.
A partir de là, des actions se mettent en place et des activités naissent, disparaissent et se renouvellent. Des amitiés se lient, des rencontres se font et se défont parfois. Ainsi s'instaure une dynamique, se crée un climat, une atmosphère avec ses ciels bleus et ses tempêtes, une ambiance qui fait toute la vie d'une maison de retraite et lui

donne une « âme».
Tout au long de ces années, j'ai ainsi rencontré des femmes et des hommes extraordinaires qui en me racontant leur récit m'ont beaucoup appris. Tel Maxime, Compagnon infatigable, suivait toutes les promenades et excursions. Et c'est au cours d'un séjour en Languedoc que j'ai découvert sa 8

passion pour l'écriture

lorsqu'en

posant

«

sa

plume» dans le journal de bord (aIlo les fontaines ), il dessinait des mots et en faisaient revivre tous les moments passés, les sensations partagées. De ce fait, nos relations sont devenues plus fréquentes et m'ont fait découvrir son parcours de Compagnon du Devoir. Je l'écoutais avec intérêt raconter avec simplicité sa manière d'appréhender les situations, d'exprimer avec enthousiasme ses voyages et même les difficultés quotidiennes, somme toute de prendre la vie toujours du bon côté... Quelle sagesse et quelle philosophie! Petit à petit, ses écrits, qu'il continue de découper, recopier, arranger, adapter à sa manière, puisés dans des magazines apportés régulièrement par Janine, occupent une place de plus en plus importante dans le journal de la résidence.Janine, c'est la muse inattendue, que Maxime a rencontrée alors qu'il rendait visite à une de ses voisines malade à qui il vouait une amitié sincère. Créature sympathique, Janine entrait dans la farandole des amis de Maxime. Depuis ils échangent une abondante correspondance toute en couleurs. Les cartes postales de Janine, provenant de divers horizons, réveillèrent une multitude d'anecdotes d'un Compagnon du Tour de France, chargé de près d'un siècle de tour du monde! Et le journal de

la résidence,

« allô

les fontaines »,un jour de festival
et l'attention de

à Brest, a éveillé la curiosité

9

l'association «Vivre Et l'Ecrire »,à qui nous devons la réalisation des pages qui vont suivre. Que dis-je ! Des confidences que Maxime a spontanément accepté de nous faire partager avec le consentement réciproque de Janine. Animateur, récréateur ! Un corps de métier formidable! Vous imaginez quand on est investi du poids des mots: animer, c'est mettre en mouvement, donner du dynamisme, exciter, intéresser, passionner, s'animer, prendre de la vivacité et de l'éclat. Recréer, c'est divertir et délaisser par quelque « amusement». Récréateur ! Être le maître d'oeuvre d'un chantier fablÙeux et toujours innovant; une véritable profession dont l'outil essentiel est l'Homme, ouvrage d'exception. Corne un manuel d'Histoire qui contient le déroulement d'une longue vie de travail souvent laborieux, de famille parfois décousue, de combats et d'épreuves, d'amour ou de sentiments... qui renferme des souvenirs et des photographies... que d'éxperiences vécues!... et que d'enseignements et de valeurs on peut y trouver pour en faire vivre ou renaître de nouvelles richesses!

10

1

COMBIEN DE FOIS ai-je entendu dire: "il faut que j'écrive" ? Quelle est la corvée? De toutes mes familles, je n'ai jamais reçu des courriers d'hommes. Ce sont toujours les femmes qui écrivaient. Tandis que pour moi, écrire est une détente, un plaisir, une récréation, car il faut que je m'applique avec ma grammaire que j'ai si peu fréquentée et pourtant .que j'aime bien! Que j'ai été heureux le jour où j'ai su lire et écrire! C'est grâce à mon brave Papy ou, lorsqu'il était fatigué, à des compagnQns bénévoles qui prenaient la relève pour me donner des renseignements sur mes devoirs. Et c'est grâce à tous ces événements que je suis près de vous aujourd'hui, par cette écriture qui vous transmet mes bonnes pensées.

12

ÉCRIRE SON JOURNAL.

On écrit sur soi pour échapper au chaos et à l'incertitude. L'écriture du journal est fragmentaire, elle se vit au jour le jour. On tient son journal pour se diriger dans la vie. A l'âge de l'adolescence, pour surmonter ou aider sa mémoire ou guider sa vie. On tient un journal de ses vacances, de ses amours. On écrit aussi parfois pour essayer ses idées, jouer avec les mots et les émotions. De petits bouts de poèmes, des phrases qui vous ont plu dans un livre ou telle lettre reçue. On tresse un nid avec tous ces morceaux de langage, et cela aide. Le journal ne se penche pas sur le passé mais s'écrit au présent et s'interroge sur le futur, ce demain pour lequel on se prépare et qu'on ne connaît pas. Le journal, on l'écrit pour soi. Il vise à un dialogue intérieur! Pour d'autres, le journal personnel aide son auteur à découvrir le lien qui se construit entre ses expériences et sa vie de tous les jours. Si c'était une aventure née de la rencontre avec le monde, avec les autres!. . .

13