//img.uscri.be/pth/27c7e6f0cd7fb936ec9926e3cb9286814ab09680
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

ROULIS SUR LE MALECON

De
112 pages
Ce cahier de voyage poétique est un recueil d’images et de sensations que l’île de Cuba a inspiré au poète Khal Torabully. Il y a découvert un peuple attachant, digne, oscillant entre le rêve brisé et le désarroi d’un réveil au monde…La révolution, après tout, n’était-elle pas la masse de rêves d’un peuple entier, dont les yeux aujourd’hui s’égarent à espérer un nouveau miracle ?
Voir plus Voir moins

Yloulis sur le )'Vlalecon

@ L'Harmattan,

1999

5-7, ru:: de l'École-Polytechniqu:: 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, ru:: Saint-Jacqu::s, Montréal (Qc) Canada H2Y lK9

L'Harmattan, Italia s.d. Via Bava 37 10124 Torino ISBN: 2-7384-8194-9

KhaI TORABULL y

Roulis

sur le }Vlalecon

Carnet de voyage cubain

Poésie

L'Harmattan

Du même lIllteur The Lines of Khal, recueil en anglais, Pluralité-Babel, Université Lyon II, 1981. Fausse-Île J, Pluralité-Babel, Lyon, 1982. Fausse-Île II, Pluralité-Babel, Lyon, 1986. Le Cahier de Doléances, Pluralité, Ville de Rilllieux, 1989. Le Printemps des Ombres, trilingue, anglais, français et chinois. Toiles de Wen Ging et d'Arfi. Edition Pluralité, 1990. Réédition aux Editions Azalées, La Réunion, 1991. Petite anthologie de la poésie mauricienne, PRL, Lyon, 1991. Cale d'Etoiles - Coolitude, toiles de Raza, Editions Azalées, La Réunion, 1994. Kot sa parole là ? Rôde Parole, bilingue créole - français. Photos de Sobha, toiles d'Edmond Masson, Edition Le Printemps, île Maurice, 1995. Du code au codex, Collection Thierry Lambeli, 1996. Palabres à Parole, toiles de Raza, Edition Le Bruit des Autres, Solignac, 1996, soutien du CNL. L'Ombre rouge des gazelles, (Prix Missives 97 de France Télécom), Editions Paroles d'Aube, Grigny, 1998. Dialogue de l'eau et du sel, Le Bruit des Autres, 1998, CNL.

au peuple cubain, pour le rêve à éclore...

« L'aventure humaine: la terre ». André Malraux ( I).
UN MOUVEMENT VENU DES PROFONDEURS OCEANES

A Lydia-Rosa CRESPO Malecon. orsque l'écume des caraïbes arrose les murs de la vieille forteresse tandis que la chaleur de la fin du jour transforme les grandes flaques d'eau des pluies de juillet en de tièdes brumes, c'est le moment où ce vaste boulevard du bord de mer que l'on appelle Malecon commence à vibrer. Vibrations ludiques, tremblements de l'Histoire. Le Malecon a vu les ombres clandestines des étudiants et des ouvriers agricoles du Mouvement du 26 juillet se joindre dans la nuit pour échapper aux mains tortionnaires des sbires du dictateur. C'était dans les années 50. Fidel Castro, avocat, était alors en prison. Autre murmure, quelques années plus tard, quand les colonnes de guerilleros romantiques et barbus ont surgi des forêts avec les foules paysannes portant leurs drapeaux rouge et noir. Le Malecon a vibré d'un son de liberté. Che Guevarra, Camillo Cienfuegos, Fidel. Ces hommes portaient en eux un rêve. Il s'agissait de transformer le monde et de créer une société plus juste, fraternelle, libre. Qu'est devenu ce rêve? Il semble qu'il soit toujours à réinventer. Malecon. Ce 26 juillet dans la tiédeur de la nuit, l'heure est

L

à la salsa tandis que l'immense défilé des comparsas envahit la ville au son des trompettes, tambours, maracas. Carnaval de lumières. Je revois les yeux remplis d'étoiles des belles danseuses, les noires ouvrières des usines de tabac et des rhumeries, tandis que la danse enivrait la nuit et la mer dans un parfum de magnolia mêlé de rhum. ais lorsque je retournerai à Cuba, le Malecon sera inévitablement empli de la présence de Khal. Poète de la coolitude, son roulis porte une marée de mots qui balancent d'un bout à l'autre du monde, en un mouvement planétaire. La poésie se fait quête de l'essentiel, avec lui, elle parle au cœur. Celies, l'Ile Maurice est une île et Cuba en est une autre; mais la démarche de Khal ne se situe pas au simple niveau des similitudes. Le roulis dont il est question ici est un mouvement venu des profondeurs océanes. Il s'agit d'une écriture dont les lumières sont celles de l'être. Quelles filiations lui attribuer? Tagore, Mmii, Maïakovski, Neruda, Eluard, Hikmet, Rabemananjara ? Khal, comme eux, c'est certain, interpelle. A l'aube du XXlo siècle officiel (pour les Bouddhistes, il est dépassé depuis plusieurs siècles déjà), tandis que le modèle culturel qui domine actuellement un monde de plus en plus unidimentiollilel n'a d'autres finalités que de proposer aux hommes de nager "dans les eaux glacées du calcul égoiste" (2), la poésie de Khal annonce les tiédeurs des courants marins libérés, les cyclones annonciateurs des nouveaux rêves à venir. Didier MAURO

M

10

Antananarivo (1) André MALRAUX. Les noyers de l'Altenburg. (2) Karl MARX & Friedrich ENGELS. Manifeste du Parti Communiste.

II

Cuba, 11.05.1995

L'enfant du Malecon pose le navire sur la vague. Pousse l'horizon au phare. Le gamin de Castro efface la Place de la Révolution sans mine et crayon. Son sourire remet la liberté sur tiges de cannamelle. - Pour lui, les oiseaux courbés par l'orage plongent dans les failles de la nuit. Palaces, squares, arbres déserts, butins de milJe siècles de poussière, l'île commence ainsi son histoire...

L

'enfant de la Havane pose le soleil sur son front. CueilJe la nuit sur la pointe des étoiles.