//img.uscri.be/pth/043e6cf4afff59c8c25c47b05211dfd74594fe7a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 32,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU CONGO-KINSHASA

De
480 pages
Les problèmes de survie alimentaire que connaît le Congo actuellement en guerre se retrouvent concentrés dans la mégapole, Kinshasa. Les habitants y apportent diverses solutions pas toujours favorables au milieu naturel. Un état des lieux est nécessaire pour cerner la " sécurité alimentaire ". Les Plans d'Ajustement Structurels (PAS) introduits par la Banque Mondiale depuis les années 1980 dans l'économie agricole congolaise ont eu un impact au niveau de la sécurité alimentaire et il faut aujourd'hui redéfinir un nouveau cadre à cet " ajustement ".
Voir plus Voir moins

Collection « Congo-Zaïre- Histoire & Société» dirigée par Benoît Verhaegen

Collection « Congo-Zaïre-

Histoire & Société»

Le Congo-Zaïre est l'un des pays les plus importants d'Afrique par sa population, son immensité, ses richesses, sa position-charnière stratégique. Son Histoire est l'une des plus tragiques du continent. La collection « Congo-Zaïre - Histoire & Société» publie des études d'histoire, d'économie, de sociologie, de politique, etc. concernant la société d'hier et d'aujourd'hui. Directeur de la collection: Benoît VERHAEGEN, ex-doyen de la Faculté des Sciences sociales de l'Université de Kisangani Dernières parutions Gérard AL THABE: Les fleurs du Congo- Une utopie lumumbisme, postface de B. Jewsiewicki, 410 p. du

Ryk CEYSSENS : Balungu - Constructeurs et Destructeurs de l'État en Afrique Centrale, préfacé par Jan Vansira, 260 p. Jeanot MOKILI DAN GA K. : Politiques agricoles et promotion rurale au Congo-Zaïre 1885-1997, préfacé par Éric Tollens, 654 p. H. NICOLAÏ - P. GOUROU -MASHINI D.M. : L'espace zaïrois - Hommes et milieux (1949-1992), co-édition Institut Africain, Bruxelles, 600 p. Jean-Philippe PEEMANS: siècle - État, Économie, B. Verhaegen, 282 p. Le Congo-Zaïre au gré du xxe Société (1880-1990), préfacé par

Jean-Philippe PEEMANS: Crise de la modernisation et pratiques populaires au Zaïre et en Afrique, avant-propos de B. Verhaegen, 250 p. Raphaël BA TSIKAMA: L'Ancien Royaume du Congo et les Bakongo - Séquences d'histoire populaire, préfacé par Laurent Monnier, 400 p. Thomas Tl}RN£R Ethnogénèse et Nationalisme en Afrique centrale - Les racines de Lumumba, préfacé par Crawford Young, 500 p. Charles TSHIMANGA: Jeunesse, formation et société au CongoKinshasa 1890-1960, préface de C. Coquery- Vidrovitch, postface B. Verhaegen, 448 p.

Sécurité Alimentaire au Congo

- Kinshasa

Production, Consommation et Survie

Kankonde Mukadi Eric Tollens éditeurs

Sécurité Alimentaire au Congo - Kinshasa Production, Consommation et Survie

K.U.Leuven
Editions L'Harmattan 5 - 7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris - France

L'Harmattan Inc.
55, rue Saint Jacques Montréal (Qc) - Canada H2Y IK9

(Ç)L'Harmattan,

2001

ISBN: 2-7384- 9777 .-2

Introduction
Le soleil se lève tôt dans ce pays tropical. Avec le lever du soleil les oiseaux se mettent à chanter. Réveillés par les chants des oiseaux les enfants ont un regard inquiet et, d'une voix faible et tremblante ils demandent à leur mère: maman, aurons-nous à manger aujourd'hui? Question douloureuse, angoissante et embarrassante pour la mère qui n'a pas de réponse à donner. Son angoisse et sa douleur sont d'autant plus profondes que sa progéniture a passé la journée d'hier sans rien manger; elle s'était contentée de l'eau "plate" à qualité hygiénique douteuse du reste, pour calmer ou plutôt pour tromper la faim. La mère scrute désespérément le ciel; elle ne voit rien venir. Elle a le souffle coupé et des larmes dans les yeux. Sans trop y croire, toute la maison compte sur le chef de famille, le "papa". Stoïquement, celui-ci sort de chez lui. Il prend la précaution de se munir d'un sachet en plastique qui pourrait servir d'emballage à une poignée de farine ou quelques grains de riz qu'un membre de famille pourrait lui offrir. C'est pour cette raison que les "Kinois" -habitants de Kinshasa- appellent, avec humour, ce sachet "on ne sait jamais". Ventre creux, le "papa" s'en va à la recherche d'un morceau de "chikwange" -pâte de manioc- hypothétique. Il fera le tour de toutes ses relations (son capital social) dans la ville mais il rentrera, abattu, désespéré, avec son sachet aussi vide que son ventre et ses poches. Cette situation dramatique et impensable dans un pays aux potentialités agricoles énormes et inexploitées se rencontre malheureusement dans plus d'une ville, dans plus d'un village et dans plus d'une famille à travers le pays. L'insécurité alimentaire fait des ravages dans le pays et particulièrement dans les centres urbains. Les textes présentés dans cet ouvrage sont le fruit d'un travail de recherche d'une équipe de chercheurs travaillant dans le cadre du projet dénommé "Réseau Relationnel sur la Sécurité Alimentaire", PROSECA en sigle (signifiant Projet Sécurité Alimentaire, en raccourci). Financé par la Belgique dans le contexte de la coopération universitaire VLIRABOS par le biais de l'Université Catholique de Leuven, PROSECA fonctionne au Département d'Economie Agricole de la Faculté des Sciences Agronomiques de l'Université de Kinshasa. La question de la sécurité alimentaire nous interpelle tous. Les chercheurs de PROSECA ont répondu à cette interpellation en examinant cette question sous plusieurs aspects: l'état de la situation nutritionnelle, l'offre des denrées alimentaires (disponibilités), les difficultés d'accès à l'aliment disponible (prix élevés, faiblesse de revenu et non intégration des marchés) et les responsabilités institutionnelles, politiques.

7

La pauvreté est un facteur important qui favorise l'insécurité alimentaire. Le non accès aux aliments disponibles dont souffrent bon nombre de ménages est dû à la pauvreté. Kinshasa n'est pas la République Démocratique du Congo (R.D.C.) mais il en est la capitale et le miroir: tous les problèmes vécus à Kinshasa se rencontrent à des degrés divers à l'intérieur du pays. C'est ce qui explique en partie pourquoi le plus grand nombre d'articles présentés ici se rapportent à la Ville de Kinshasa. L'ampleur de plus en plus grande que prend l'insécurité alimentaire à Kinshasa en inquiète plus d'une personne de bonne volonté. Le phénomène est, une ration alimentaire insuffisante et déséquilibrée, fortement excédentaire en apport glucidique et déficitaire en lipides et protéines. Face à cette situation, la population a développé diverses stratégies de "survie": l'élevage artisanal ou familial des porcs et des poules entre autres, le maraîchage, la production et la transformation des produits agricoles vivriers dont le manioc, la cueillette ou prélèvement accéléré sur les ressources naturelles d'environnement (ressources de la biodiversité notamment). A la suite des pillages des années 1990, beaucoup de fermes avaient été dépouillées de leurs "pensionnaires". Le petit élevage porcin et avicole a pris la place, en informel. Cet élevage étant conçu comme solution de survie, l'éleveur ne semble guère se préoccuper de la rentabilité de son activité. Et pourtant, pour assurer la pérennité de cette activité, il faut en assurer la rentabilité, de façon durable. D'où l'importance de connaître particulièrement les coûts de production, surtout les coûts variables. Pour juguler la crise et partant l'insécurité alimentaire, certains amoureux de la terre se sont investis dans les cultures maraîchères pour l'autoconsommation et pour le marché. La production de légumes est devenue leur source principale de revenu grâce à la vente d'une partie de leur production sur le marché de Kinshasa. Parmi les produits agricoles vivriers consommés par la population congolaise en général et la population de Kinshasa en particulier figure en bonne position le manioc. Ce produit fait l'objet d'intenses échanges commerciaux entre Kinshasa et les provinces voisines de Bas Congo et de Bandundu entre autres. Le manioc est consommé à Kinshasa sous plusieurs formes et l'une des formes, la "chikwange", est un produit fini de petites fabriques artisanales ou améliorées qui sont répandues à travers les quartiers de la Ville. Malgré la baisse continue de la production agricole, la population survit grâce aux ressources alimentaires extraites de la faune et de la flore "sauvages" c'est-à-dire les ressources naturelles de la biodiversité. La pression exercée sur l'environnement pour en tirer de quoi se nourrir provoque inéluctablement, lentement mais sûrement la dégradation généralisée des écosystèmes et donc de la biodiversité. Demain, les générations futures seront

8

privées de tout et le développement ardemment désiré aujourd'hui sera à jamais compromis pour le pays. Mégalopolis de plus de quatre millions d'habitants, Kinshasa est approvisionné en denrées alimentaires principalement à partir de son arrière pays économique situé de part et d'autre de l'Equateur. Compte tenu de l'alternance des saisons culturales, il est plus que probable de trouver à Kinshasa, en une période donnée, une part plus grande des approvisionnements provenant d'une source locale donnée plutôt que d'une autre. Il est dès lors important d'étudier la capacité intégrative des sources locales d'approvisionnement car il est bien possible d'assurer un approvisionnement efficace de la Ville à partir des sources locales. Kinshasa n'est pas la R.D.C., a-t-on dit. C'est toute la population du Congo qui est engagée dans la lutte contre l'insécurité alimentaire. Une expérience intéressante de la prise en charge de la population par elle-même dans cette lutte a été vécue en milieu rural de l'Uélé, au Nord-Est de la R.D.C. Il s'agit de l'accueil favorable réservé à l'initiative d'introduction de la culture de soja par les paysans regroupés en associations. On parle beaucoup actuellement de la reconstruction de la R.D.C., pays ou les déséquilibres macro-économiques sont très profonds. C'est dans ce contexte que l'on envisage sérieusement la relance du secteur agricole en vue d'assurer la sécurité alimentaire de la population. De ce fait, il est tout indiqué de réfléchir sur l'expérience d'ajustement structurel de l'économie congolaise, d'étudier l'impact des Programmes d'Ajustement Structurel (PAS) sur le secteur agricole eu égard à l'objectif de sécurité alimentaire, et de définir un nouveau cadre d'ajustement structurel de l'économie nationale.

9

Liste des Auteurs
Banea-Mayambu J-P

Consommation alimentaire, pratiques de survie et sécurité alimentaire des ménages à Kinshasa Rentabilisation des élevages artisanaux des poules pondeuses à Kinshasa Biodiversité et sécurité alimentaire en République Démocratique du Congo Transformation, commercialisation et consommation du manioc: une stratégie de sécurité alimentaire à Kinshasa L'apport du maraîchage dans l'insécurité alimentaire à Kinshasa la lutte contre

Ilunga Kitamba K.

Kankonde Mukadi

Khonde Mavuangi Roger

Kinkela Savy Sunda Lumpungu Kamanda Mobula Meta Lidoga

Agriculture de transition sans ajustement structurel Un modèle d'intégration optimale des sources d'approvisionnement en denrées alimentaires dans la ville de Kinshasa Le rôle du mouvement associatif dans la stratégie de sécurité alimentaire en milieu rural de l'Uele Budget de consommation des ménages: structure et déterminants Cas de quelques quartiers pauvres de la ville de Kinshasa: Kisenso, Kindele et Makala L'ajustement structurel de l'économie et la sécurité alimentaire en République Démocratique du Congo

Mokonda Bonza Florentin Ntoto M'vubu

Tshingombe Mulubay

10

Table des Matières
Consommation alimentaire, pratiques de survie et sécurité alimentaire des ménages à Kinshasa, Banea-Mayambu J-P 1. Introduction et justification de l'étude 2. But, hypothèse et objectifs de l'étude 3. Matériels et méthodes
4 . Ré s ul tats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

35 38 39
3 9

4.1. 4.2.
4.3 .

Profil des ménages enquêtés Dépenses du ménage... ...
Alimenta ti on.

39 41 44 45 45 46 47 49 51 52

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 42

4.4. 4.5.

Résultats des Focus-group Résultats d'autres enquêtes 4.5.1. Enquête CEPLANUT /ISTM
4.5 .2 . En quête CEP LANUT

/ AI CF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 46

4.5.2.1. 4.5.2.2. 5. Discussion Bib Ii0graphi e

Etat nutritionnel des enfants Etat nutritionnel des mères

Annexe Réseau relationnel sur la sécurité alimentaire - Fiche de collecte d'information dans les ménages ****

Rentabilisation des élevages Kinshasa, Ilunga Kitamba K.
1. In trod u c ti on.

artisanaux

des poules

pondeuses

à
5 9

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

1.1.
1 .2.

Problématique But et objectifs de l'étude DéIimitation du sujet Difficultés rencontrées

59 61 61 61 62 62 62 62 62 63
64

H yp 0 th ès e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 61

1.3. 1.4. 1.5.

2. Méthodologie 2.1. Source des données 2.2. Choix des sites et échantillonnage 2.3. Pré-enquête 2.4. Enquête proprement dite 2.5. Spécification des variables
2 .6 . Mod é lis a ti on. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Il

3. Présentation et discussion des résultats 3.1. Situation socio-économique des aviculteurs artisanaux 3.2. Principales sources des aliments pour volailles, races de poules élevées et leur performance "in situ" 3.3. La pro duction des œufs 3.4. La consommation des œufs dans les ménages avicoles 3.5. Les coûts de production 3.6. Estimation de la fonction de production et les quantités optimales de facteurs et de produit. 3.6.1. Fonction de production 3.6.2. Les quantités optimales 3.7. Relation entre profit et production mensuelle par poule Conclusion et suggestions BibIi0graphie
Ann ex es. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

64 64 67 68 69 70 71 71 72 73 73 75
75

Annexe 1 Production-consommation
a vi col es.

des œufs par les ménages
75

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Annexe 2 Tableau 2.3 - Tableau 2.7 Annexe 3 Relation entre secteur d'emploi et la place occupée par l'aviculture dans le revenu des ménages ****

76 85

Biodiversité et sécurité alimentaire en République Démocratique du Congo, Kankonde Mukadi
In tr 0 du c ti on. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 8 9

1. Biodiversité: facteur indispensable à la sécurité alimentaire
1.1. Concepts.

90 92 92 94 95
95

. . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . ... . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 90

1.2.

1.3.

Ecosystèmes de la R.D.C. 1.2.1. Ecosystèmes terrestres 1.2.2. Ecosystèmes aquatiques, marins et côtiers Population 1.3.1. Quelques caractéristiques de la population
congo laise

:

. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

1.3.2.
1 .3 .3 .

Besoins alimentaires de la population congolaise
Rev

98 106 106 113 119 120 127 129

en u. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 1 04

1.4.

1.5.

Ressources alimentaires de la biodiversité 1.4.1. Ressources floristiques 1.4.2. Ressources fauniques 1.4.3. Ressources agricoles 1.4.3.1. Ressources agricoles végétales 1.4.3.2. Ressources agricoles animales Ressources énergétiques et ressources en eau 12

1.6.

Ressources médicinales

130 134 134 134 138 142 144 144 146 148 149 150 151 155 155 157 158 158 162
163

2. Stratégie pour une gestion durable de la biodiversité 2.1. Dégradation des écosystèmes en R.D.C. 2.1.1. Problèmes de dégradation des écosystèmes 2.1.2. Situation sommaire de la dégradation des écosystèmes à travers le pays 2.2. Efforts de restauration des écosystèmes dégradés 2.2.1. Cadre institutionnel 2.2.1.1. Création du Ministère de l'Environnement 2.2.1.2. Création des aires protégées 2.2.1.3. Quelques lois relatives à l'environnement en général et à la biodiversité en particulier 2.2.1.4. Conventions internationales signées par la R.D. C. 2.2.1.5. Recherche agronomique 2.2.1.6. Politiques d'environnement 2.2.2. Participation de la population 2.2.2.1. Implication de la population 2.2.2.2 . Formation et sensibilisation 2.3. Coopération internationale 2.3.1. Convention sur la biodiversité 2.3.2. Paix ou guerre?
Con c I us i on . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Bib

I i 0 graphie.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

165

****

Transformation, commercialisation et consommation du manioc: une stratégie de sécurité alimentaire à Kinshasa, Khonde Mavuangi Roger
In tr 0 duc ti on. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 1 7 3

A. Intérêt de l'étude
B. Pro b I éma ti que.

173 175 176 176 et la 177 178 178 178 180 180

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 1 74

C. Hypothèses de travail D. Approche méthodologique D.1. Plan de sondage et échantillonnage D.2. Revue de la littérature sur la transformation consommation du manioc E. Subdivision du travail 1. Généralités sur le marché de manioc à Kinshasa 1.1. Brève présentation de la Ville de Kinshasa 1.2. Marché du manioc à Kinshasa 1.2.1. Offre des produits du manioc à Kinshasa

13

1.2.1.1. Approvisionnement de Kinshasa en produits de manioc 1.2.1.2. Distribution des produits de manioc à
Kinshasa.

182

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 183

1.2.1.3. Principaux produits de manioc acheminés et distribués à Kinshasa 1.2.1.4. Estimation de l'offre en produits de manioc à Kinshasa 1.2.2. Demande des produits de manioc à Kinshasa 1.2.3. Evolution des prix au consommateur des produits du manioc en 1998 et 1999 1.2.4. Conditions de commercialisation 1.2.4.1. Facilitation 1.2.4.2. Manipulations physiques 2. Transformation du manioc à Kinshasa 2.1. Nécessité de la transformation du manioc 2.2. Description du système de transformation du manioc à
Kinshasa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

184 187 188 189 191 192 192 193 193
193

2.3.

Techniques de transformation du manioc à Kinshasa Transformateurs du manioc à Kinshasa 2.2.2.1. Industrie artisanale de pilage et conditionnement de feuilles de manioc pilées "pondu" 2.2.2.2. Industrie de chikwangue à Kinshasa Activités connexes à la transformation du manioc à Kinshasa 2.3.1. Relations ville-campagne liées à la transformation du manioc à Kinshasa 2.3.2. Le transport des matières premières pour la transformation du manioc à Kinshasa 2.3.3. Les services liés à la transformation du manioc

2.2.1. 2.2.2.

194 199

199 199 201 201 202 202 203 203 204 206 207
208

3. Consommation de manioc à Kinshasa 3.1. Formes de consommation de manioc à Kinshasa 3.2. Habitudes alimentaire 3.3. Rations alimentaires 3.4. Comportement du consommateur des produits de manioc 3.5. Couverture des besoins énergétiques des populations de
Kinshasa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

4. Perception par les populations de Kinshasa d'une stratégie de sécurité alimentaire à base de manioc 4.1. Importance socio-économique du manioc pour la R.D.C. 4.1.1. Le manioc, facteur de développement agricole et économique de la R.D. C

209 209 209

14

4.1.2. 4.1.3. 4.2.

Manioc, produit de réalisation de la sécurité alimentaire à Kinshasa Sécurité vs survie alimentaire des populations de
Kinshasa.

210

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 211

Evaluation de la stratégie de sécurité alimentaire à base des produits de mani oc 4.2.1. Identité des répondants aux différentes enquêtes 4.2.2. Perception de l'importance de l'activité par les
répondants. . . . . . .. . . . . . . . . . . . ... . . .

211 211

. . . . . . . . . . .. ... . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. 212

4.3.

4.4.

Evaluation de la rentabilité des "activités de manioc" par la méthode des marges brutes Activités de survie dans la distribution du manioc à Kinshasa. Le cas particulier des "Mamans Manœuvres" et "Mamans Bipupula" ou "Mamans Kabola" Perspectives d'avenir et recommandations

4.2.3.

213

218 219 220 221

Conclusion Bib 1 i0graphie
****

L'apport du maraîchage dans la lutte contre l'insécurité Kinshasa, Kinkela Savy Sunda Introducti on 1. Problématique 2. Hypothèse de l'étude 3. Méthodologie 4. Intérêt du sujet 5. Subdivision de l'étude 1ère partie Revue de littérature sur maraîchage et sécurité alimentaire les

alimentaire

à 225 226 227 227 228 228

concepts: 229 229 229 229 229

1. Le maraîchage 1.1. Les concepts et termes usités 1.2. L'intérêt de la culture maraîchère 1.2.1. Consommation: valeur alimentaire et nutritionnelle des légumes 1.2.2. Importance socio-économique des activités
maraîchères. ... . . .. . .. .. .

.. . .. .. ... ... . .. .. ... .. .. .. .. . .. .. . .. ... .. ... 230

1.3.

1.4.

La typologie des maraîchers 1.3.1. Les maraîchers occasionnels 1.3.2. Les maraîchers de métier ou professionnels Les conditions régissant la conduite du maraîchage 1.4.1. Les conditions édapho-climatiques 1.4.2. L'installation du champ 15

231 231 232 232 232 233

1.5.

1.6.

1.4.3. Les outils et matériels du maraîchage 1.4.4. L'établissement des plates-bandes 1.4.5. La fertilisation du champ Les légumes les plus communément cultivés au Congo 1.5.1. Selon la partie comestible 1.5.2. Selon leur classification Particularités du maraîchage

233 233 234 234 234 234 235 236 236 236 237 237 238 238 239 240 240 240 240 240 241 241 242 242 243 243 244 244

2. La sécurité alimentaire 2.1. Concept et notion 2.2. Dimensions de la sécurité alimentaire 2.3. Importance de la sécurité alimentaire 2.4. Obstacles à la sécurité alimentaire 2.5. Aide alimentaire internationale comme moyen de lutter contre Ia faim 2.6. Caractéristiques d'une alimentation équilibrée 2.7. Valeur alimentaire du menu d'un ménage kinois moyen 2ème partie L'économie de la pratique du maraîchage 3. Cadre de l'étude: province urbaine de Kinshasa 3.1. Localisation géographique 3.2. Organisation administrative 3.3. Réparti tion des centres maraîchers 3.4. Description des périmètres maraîchers 3.4.1. Centre maraîcher de N'djili/CECOMAF 3.4.2. Centre maraîcher de Kimbanseke 3.4.3. Centre maraîcher de la Funa 3.4.4. Centre maraîcher de BandaI 3.5. Légumes concernés par l'étude 3.6. Identité des exploitants maraîchers 3.6. 1. Sexe
3 . 6 .2 . 3 .6 .3 . Age. S ta tu t mari tal.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 244 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 244

3.6.4. 3.6.5.

Niveau d'instruction Ancienneté dans la pratique du maraîchage

244 244 244 245 246 247 249 250 252 252

4. Economie de la production maraîchère 4. 1. La terre 4.2. Le capital et les intrants de production maraîchère 4.3 . Le travail 4.4. Le profit dans la production maraîchère 4.5. Les outils d'évaluation de la rentabilité d'une exploitation maraîchère 4.6. Les principales difficultés de la production maraîchère 5. Commercialisation des produits maraîchers 16

5.1. 5.2. 5.3. 5.4.

5.5.

Les fonctions d'un système de commercialisation Le circuit de commercialisation d'un produit agricole Particularités de la commercialisation des cultures maraîchères Le marché des produits maraîchers à Kinshasa 5.4.1. La vente des légumes 5.4.2. Prix de vente des légumes Les principales difficultés rencontrées dans la commercialisation des légumes

253 253 254 254 255 256 257 262 262 263 263 263 265 265 266 266 266 267 268 270 270 271 272 272

6. Le revenu généré par le maraîchage 6.1. Le revenu généré par l'activité maraîchère 6.2. Affectation du revenu généré par le maraîchage 6.3. L'auto-consommation des produits maraîchers 6.4. Contribution du revenu maraîcher à la survie des ménages 3ème partie Perspectives de développement du maraîchage face à l'insécurité alimentaire 7. Bilan alimentaire de Kinshasa 8. Les contraintes à la sécurité alimentaire 8.1. Les contraintes à la production maraîchère locale 8.1.1. Les contraintes foncières 8.1.2. Les contraintes naturelles et techniques 8.1.3. Les contraintes économico- financières 8.2. Les contraintes à la commercialisation des légumes 8.2.1. Les contraintes physiques ou logistiques 8.2.2. Les contraintes liées à la facilitation de l'échange 9. Les perpectives de développement du maraîchage dans la province urbaine de Kinshasa ... 9.1. Les aires de production et les aménagements fonciers 9.2. Les potentialités techniques .. ... 9.3. Les atouts économico- financiers 10.Les stratégies du maraîchage pour la sécurité alimentaire de la ville de Kinshasa 10.1. Stratégies relatives à la réforme du système foncier 10.2. Stratégies relatives à la production maraîchère 10.2.1. La réhabilitation des infrastructures hydrauliques 10.2.2. La colonisation des nouveaux périmètres maraîchers 10.2.3. L'approvisionnement en intrants 10.2.4. Le renforcement des services d'encadrement et de vulgarisation 10.2.5. La production d'une diversité des légumes 10.3. Stratégies relatives à la commercialisation des légumes

274
274 276 276 277 277 277 277 280 280 280

17

10.3.1. La vulgarisation des normes de conditionnement et des mesures d'emballage des légumes vendus sur les
marc hés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 280

10.3.2. L'installation des chambres de réfrigération dans certains périmètres maraîchers 10.3.3. La mise en place d'un système urbain de stockage et de conservation des légumes 10.3.4. La réhabilitation des infrastructures de transport
urbain.

281 281

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 281

10.4. Stratégies en matière de financement du maraîchage
Con c I us ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

282
282

Bib Ii0graphi e ****

283

Agriculture Kamanda

de transition

sans

ajustement

structurel,

Lumpungu 287 290
... 294 297 298 299 299 300
1

Introduction-le déclin agricole durant la transition 1. Augmentation de la production agricole
2 . Ex pl 0 i ta ti on s a gri col es.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 293

2.1. 2.2. 2.3. 2.4.

2.5.
Con c I us

Performances récentes Perspectives d'un développement agricole Ajustement des prix Pistes possibles pour le développement agricole 2.4.1. Programmes de production prioritaires 2.4.2. Programmes d'appui à la production L'approvisionnement du monde rural en intrants et produits
manufacturés.
i on

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 30
302

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

BibIi0gra phi e ****

303

Un modèle d'intégration des sources d'approvisionnement en denrées alimentaires: cas de la ville de Kinshasa, Mobula Meta Lidoga
1. In trod u c ti on. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 3 07

1.1. 1.2. 1.3.

Problématique et cadre macro-économique Hypothèse de travail Méthodologie de travail
1 .3 . 1. Echantillonnage.

307 310 311 311 312

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 3 Il

1.4.

1.3.2. Techniques de collecte et d'analyse des données Intérêt et délimitation du sujet.

18

1.5.

Plan du travail

312 313 313 314 3 15 316 317 321 321 321 323 324 324 325 326 326 326 327 327 328 328 328
328

2. Considérations générales 2.1. Le concept d'intégration économique 2.2. Le concept de structure économique 2.2.1. Les caractéristiques de marchés intégrés des denrées alimentaire s 2.2.2. La revue de la littérature 2.3. Les modèles d'intégration des marchés 3. Données empiriques 3.1. Structure du marché de Kinshasa 3.1.1. Avant l'indépendance 3.1.2. Après I'indépendance 3.1.3. La nature des produits enquêtés 3.1.3 .1. Le manioc 3.1.3.2. Le maïs 3.1.3.3. Les haricots 3.1.3.4. Les arachides 3.2. La récolte des données de base et la méthode d'approche 3.3. Interprétation des résultats 3.3.1. Le marché des arachides 3.3.2. Le marché des haricots 3.3.3. Le marc hé de maïs 3.3.4. Le marc hé de manioc
Conc I usi on . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . ... . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...

Bib Ii 0gra phi e
Annexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .

32 9
.. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. 33 1

****
Le rôle du mouvement associatif dans la stratégie de alimentaire en milieu rural de l'Vele, Mokonda Bonza Florentin 1. Position du problème 2. Description du milieu 2.1. Localisation 2.2. Données géographiques ... sécurité 341 342 342 345 346
346

3. La culture de soja dans le périmètre de Dingila 3.1. Historique de l'introduction du soja dans le périmètre de
Dingila. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

3.2. 3.3.

Intérêt porté sur la culture du soja Essai de promotion de la culture de soja 3.3.1. Système de production en milieu Boa

347 348 348

19

3.3.2.

Méthodologie pour la promotion de la culture de
soja. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 351

4. Impact de l'opération sur le milieu 4.1. Du point de vue socio-culturel 4.2. Du point de vue économique 4.3. Du point de vue nutritionnel 5. Leçons à tirer de cette expérience 5.1. L' éclosion d'un mouvement associatif 5.2. L'extension du système de production 5.3. Contribution à l'objectif de sécurité alimentaire 5.4. Les facteurs d'inhibition de l'impact du projet
Con c I us ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

353 353 355 356 358 358 359 360 361
362

BibIi 0gra phi e
****

364

Budget de consommation des ménages: structure et déterminants Cas de quelques quartiers pauvres de la ville de Kinshasa: Kisenso, Kiodele et Makala, Ntoto M'vubu Introduction
1. Pro b I éma ti que.

367
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 367

2. Hypothèses de base 3. But et objectifs de la recherche 4. Méthodologie de la recherche 4.1. La collecte des données 4.2. L'analyse des données 5. Subdivision de l'étude 1èrepartie Considérations générales 1. Quelques considérations conceptuelles 1.1. Le concept déterminant 1.2. Le concept budget ménager 1.3. Le concept pauvreté 2. Milieu d'étude 2. 1. Kin dele 2.1.1. Historique et présentation 2.1.2. Situation socio-économique
2.2. Makala.

368 368 368 368 369 370 370 370 371 371 371 372 ............. 372 372 373 374 374 374

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 374

2.2.1. 2.2.2. 2.2.3.
2.3 . Ki senso

Historique Situation géographique et population Situation socio-économique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 377

20

2.3.1. Historique 2.3 .2. Situation géographique 2.3.3. Situation socio-économique 3. Environnement socio-économique 3.1. Contexte macro-économique 3.2. Indice des prix à la consommation partie Résultat de l' enqu ête 2ème 4. Caractéristiques de l'échantillon 5. Les revenus des ménages 5.1. Structure du revenu des ménages 5.2. Importance des sources de revenus

377 377 377 380 380 381 ... 382 382 383 383 ............................. 384 386 399 399 399 399 400 402
404

..

.......

6. Les dépenses et la consommation alimentaire des ménages 7. Le travail empirique 7.1. Justification 7.2. Matériel et objectif de l'analyse 7.3. Spécification d'un modèle d'analyse 7.4. Estimations, résultats et discussions Conclusion et recommandations
Bib 1i0gra phi e ****

L'ajustement structurel de l'économie et la sécurité alimentaire République Démocratique du Congo, Tshingombe Mulubay
Introduction.. ........... ..... . .......... ............ ..... ...

en

.... ........ 409

1. Ajustement structurel de l'économie congolaise 1.1. Cadre conceptuel d'ajustement structurel 1.2. Leçons d'expériences d'ajustement structurel des économies des pays en voie de développement 1.3. PAS de l'économie en R.D.C
2. Les 0bj ectifs de la sécurité alimentaire en R.D. C .. ...

410 410 411 414 415 416 416 416 417 418 418 419 420

... ... .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... 415

2.1.

2.2.

Les 0bjectifs de la sécurité alimentaire 2.1.1. La disponibilité alimentaire 2.1.2. La stabilité des approvisionnements 2.1.3. L'accès à la nourriture 2.1.4. Deux autres objectifs de la sécurité alimentaire La problématique de la sécurité alimentaire en R.D.C...~ 2.2.1. La disponibilité alimentaire 2.2.2. La stabilité des approvisionnements 2.2.3. Accès à la nourriture 21

2.2.4. 3. Etude 3.1. 3.2. 3.3.

Dimensions démographiques et nutritionnelles

421 422 422 425 426 426 430 430 432 440 443

de l'impact des PAS sur la sécurité alimentaire en R.D.C. Ajustement structurel et sécurité alimentaire Approche méthodologique pour l'étude de l'impact. Etude de l'impact - le diagnostic - évaluation de l'efficacite des PAS 3.3.1. L'effectivité des PAS 3.3.2. L'efficience des PAS 3.3.2.1. La résorption des déséquilibres macroéconomiques 3.3.2.2. La relance de la croissance 3.3.2.3. Tableaux synthétiques 3.3.3. Le pronostic 3.3.3.1. Autour de son application et de ses
rés ul tats.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 443

3.3.3.2.

Autour de l'applicabilité et de la portée des
PAS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 446

4. Les éléments de réussite d'une nouvelle expérience d'ajustement de l'économie 5. Le choix d'une orientation stratégique globale de la sécurité alimentaire en R.D.C. Conclusion et perspectives BibIi0graphie

459 463 474 476

Liste des Tableaux
Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 1.9 1.10 1.11

Tableau 1.12

Caractéristiques du chef de ménage, sexe Caractéristiques du chef de ménage, niveau d'instruction Caractéristiques du chef de ménage, âge Nombre d'enfants d'âge scolaire dans le ménage Enfants présents à l'école par ménage Nombre d'enfants de 0-5 ans dans un ménage Nombre de décès d'enfants de 0-5 ans dans le ménage Taille du ménage Temps passé dans le travail informel Revenu mensuel apporté par le travail Evolution de l'importance du travail informel à couvrir les besoins de la famille Type de dépenses courantes du ménage le mois passé 22

39 40 40 40 40 40 40 41 41 41 41 41

Tableau 1.13 Tableau 1.14 Tableau 1.15 Tableau 1.16 Tableau 1.17 Tableau 1.18 Tableau 1.19 Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 1.20 1.21 1.22 1.23 1.24 1.25 1.26

Tableau 1.27 Tableau 1.28 Tableau 1.29 Tableau 1.30 Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 1.31 1.32 1.33 1.34 1.35

Tableau 1.36 Tableau 1.37 Tableau 1.38 Tableau 1.39

Montant des dépenses des ménages le mois passé 42 Evolution des dépenses totales par rapport aux 3 derniers mois... ........... ..... ...... ............................. 42 Nombre de repas par jour depuis 3 mois 42 Source habituelle des aliments consommés 42 Aliments de base les plus fréquemment consommés depuis 3 mois 42 Aliments de complément les plus fréquemment consommés 43 Evolution des quantités d'aliments consommés depuis trois mois 43 Fréquence de consommation des aliments la semaine passée 43 Age début prise eau 44 Age introduction d'autres aliments que le lait 44 Age de sevrage 44 Mécanismes de survie 44 Apaisement de la faim ou état de satiété après les repas 45 Répartition des ménages suivant la quantité moyenne des lipides consommées par personne par jour 45 Répartition des ménages suivant la quantité moyenne des protéines consommées par personne par jour 45 Répartition des ménages suivant la quantité moyenne des calories consommées par personne par jour 45 Moyennes des nutriments consommés chaque jour par ménage et par quartier 46 Minima et maxima des nutriments consommés chaque jour par ménage et par quartier 46 Malnu trition aiguë 46 Malnutrition chronique 46 Périmètre Brachial 47 Couverture des programmes nutritionnels 47 Mortalité rétrospective des trois mois passés chez les enfants de moins de 5 ans 47 Indice de Masse Corporelle 47 Pourcentage des ménages ayant consommé les aliments de base suivants une semaine avant l'enquête 48 Pourcentage des ménages ayant consommés les aliments d'accompagnement suivants une semaine avant l'enquête 48 Pourcentage des ménages ayant consommés les ingrédients suivants une semaine avant l'enquête 49 ****

Tableau 2.1

Caractéristiques
arti s an aux.

socio-économiques

des

aviculteurs
65

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

23

Tableau 2.2
Tableau 2.3 Tableau 2.4

Sources des aliments, des races, des poules et leurs
performances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 67

Evolution de la production mensuelle des œufs Evolution de la consommation mensuelle des œufs dans les
m éna g es a vi col es.

76

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 78

Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7

Estimation du coût global de production annuelle en US$ Principaux facteurs variables et la production y afférent Relation entre profit et la production mensuelle/poule: essai d'estimation de la fonction du profit par l'approche primale **** Répartition
vé gétal es en

80 82 84

Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau Tableau Tableau Tableau 3.5 3.6 3.7 3.8

des superficies
R.D. C.

des principales

formations
93

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11

Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau

3.12 3.13 3.14 3.15 3.16

Tableau 3.17 Tableau 3.18 Tableau 3.19 Tableau 3.20

Constituants de la diversité biologique en R.D.C. Principales épidémies par province, de 1991 à 1997 Infestations par parasites, insectes ou animaux, de 1965 à 1993 Taux moyens annuels d'accroissement par province Rations alimentaires par province Taux des pertes des principales denrées alimentaires Ration réelle et ration idéale de l'alimentation humaine en R.D. C. Offre et demande des principales cultures vivrières Offre et demande de la viande et du poisson Evolution du salaire réel dans le secteur privé et dans l'administration publique Quelques ressources floristiques alimentaires Quelques ressources floristiques et leur valeur nutritive Quelques ressources fauniques alimentaires Valeur nutritive de quelques ressources fauniques Valeur nutritive de quelques champignons consommés en milieu rural dans la province de Bandundu Quelques ressources agricoles végétales de la R.D.C. Valeur nutritive de quelques ressources agricoles végétales Animaux d'élevage les plus courants et leurs ancêtres
sauvage s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

94 96 96 98 100 101 102 102 103 106 107 112 115 118 118 121 124
127

Races des animaux d'élevage figurant dans la Banque de Données Mondiale pour les Ressources Génétiques des
Animaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 129

Tableau 3.21

Tableau 3.22 Tableau 3.23 Tableau 3.24

Valeur nutritive de quelques ressources agricoles animales en R.D.C. Consommation finale d'énergie au "Zaïre" Evolution des besoins en eau en R.D.C. Plantes médicinales cultivées

129 130 130 131

24

Tableau 3.25 Tableau 3.26 Tableau 3.27 Tableau 3.28 Tableau 3.29 Tableau 3.30

Quelques maladies et les plantes qui les soignent. Quelques plantes et les maladies qu'elles soignent Problèmes de dégradation des écosystèmes naturels en R.D.C. Priorisation des problèmes de dégradation des écosystèmes
naturels.

132 134 135

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 136

Légumes "floristiques" en voie de disparition au KwangoKwilu Paramètres caractéristiques de différentes aires protégées en R.D. C. **** Quelques indications urbanistiques et démographiques de Communes de Kinshasa en 1999 Offre globale estimée en produits de manioc à Kinshasa en 1999 Demande potentielle en produits de manioc Evolution des prix moyens mensuels au consommateur des produits du manioc sur les marchés de Kinshasa en 1998 Evolution des prix moyens mensuels au consommateur des produits du manioc sur les marchés de Kinshasa en 1999 Qualités de chikwangue couramment vendues à Kinshasa Compte des résultats de l'activité de la production artisanale de chikwangue Consommation moyenne par mois et par personne selon la province d'origine à Kinshasa en 1986 Fréquence de consommation hebdomadaire des produits de mani oc à Kinshasa Modèle de consommation des ménages de Kinshasa Consommation alimentaire quotidienne par personne à
Kinshasa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

137 147

Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5

180 188 189 189 189 197 200 204 205 206
207

Tableau 4.6 Tableau 4.7
Tableau 4.8

Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12
Tableau 4.13

Attributs recherchés dans les produits de manioc par les
consommateurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 207

Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 4.17 Tableau 4.18

Bilan énergétique de l'alimentation quotidienne d'un ménage à Kinshasa Identification des personnes interrogées Pourcentage des répondants par motivation d'engagement dans une "activité de manioc" Pourcentage des répondants selon les recettes générées par les différentes "activités de manioc" Pourcentage des répondants selon la source d'initiation à "l'activité de manioc" Rentabilité des activités de manioc **** 25

208 214 216 217 217 218

Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3

Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7
Tableau 5.8 Tableau 5.9

Valeur nutritive de quelques légumes Principaux légumes cultivés à Kinshasa Bilan énergétique et dépenses relatives à l'alimentation j oumalière d'un ménage kinois moyen Répartition des centres maraîchers par commune Calcul du temps moyen mis par opération pré-culturale et post-culturale de l'amarante Calcul du temps moyen mis par opération pré-culturale et post-culturale de l'oseille Principales difficultés rencontrées dans la production
maraîchère. . . . . . . .. .. .. . . . .. . . . . ... . . . .. . . . . . . .

231 235 240 241 248 249

.. . . .. . .. ... . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. 258

Proportion des maraîchers selon le lieu de vente des légumes... 258 Proportion des maraîchers selon modalités et types de vente
de s lé gum es. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 259

Tableau 5.10
Tableau 5.11

Proportion des maraîchers selon le type de conditionnement des légumes Proportion des maraîchers par type de normalisation des unités de vente des légumes

259 260
~..

Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 5.14
Tableau 5.15

Proportion des maraîcherspar type des clients
Proportion des maraîchers par éléments qui contribuent à la formation des prix des légumes Proportion des maraîchers par principales difficultés rencontrées dans la commercialisation des légumes Estimation de la marge brute moyenne de l'activité maraîchère Proportion des maraîchers par affectation des revenus générés par l'activité maraîchère Quantité des légumes destinée à l'autoconsommation ménagère par cycle végétatif Sources de financement habituelles de l'activité maraîchère Modèles-types de production recensés à Kinshasa Proportion des maraîchers par institution d'épargne des maraîchers Proportion des maraîchers par affectation éventuelle du montant de crédit Proportion des maraîchers par critères de sélection des membres pour caution solidaire entre maraîchers **** Evolution des principales productions agricoles **** Infrastructures socio-économiques des quartiers enquêtes à Makala Activités économiques dans la commune de Kisenso

260
261 261 262 264 264 269 273 278 278 279 295

Tableau 5.16 Tableau 5.17 Tableau 5.18 Tableau 5.19 Tableau 5.20
Tableau 5.21

Tableau 5.22

Tableau 6.1 Tableau 9.1 Tableau 9.2

375 378

26

Tableau Tableau Tableau Tableau

9.3 9.4 9.5 9.6

Tableau 9.7 Tableau 9.8 Tableau 9.9 Tableau 9.10
Tableau 9.11

Tableau 9.12
Tableau 9.13

Tableau 9.14 Tableau 9.15 Tableau 9.16 Tableau 9.17

Population active et secteur d'activité à Kisenso Situation démographique des quartiers enquêtés Infrastructures dans les quartiers Mission, Amba et Kumbu Contraintes structurelles au développement économique et social du Congo Caractéristiques des ménages par commune Fréquence des ménages d'après les sources de revenu et par quarti er Part relative des différentes sources dans la formation du revenu mensuel global des ménages Importance relative de chaque source de revenu dans la formation du revenu mensuel globaL Fréquences et montants dépensés mensuellement par les ménages d'après les rubriques et quartiers Dépense mensuelle moyenne des ménages par quartier et par poste de dépense Denrées alimentaires et scores de consommation hebdomadaire dans trois quartiers de Kinshasa Dépenses mensuelles de consommation alimentaire des ménages par catégorie de denrées et par quartier en FC Dépense mensuelle moyenne par catégorie de denrée par
m éna ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

378 379 379 380 383 384 385 385 387 388 391 395
397

Consommation mensuelle et valeur énergétique par personne par jour Signification des déterminants de la capacité économique des ménages **** Récapitulatif du programme Balance alimentaire pour 4 produits vivriers de base Evolution des valeurs des importations agricoles, des exportations agricoles et du déficit global de la balance des
paiements.

398 401 414 418

Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 419

Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 10.6 Tableau Tableau Tableau Tableau

Evolution du volume d'activité de transport en R.D.C. Evolution des certains indicateurs du capital de base Consommation de calories et protéines par jour, par habitant et par province 10.7 Principales mesures de politique agricole dans les PAS 10.8 Evolution du solde budgétaire en millions de zaïre, prix constants de 1989 10.9 Evolution de la balance des paiements 1980-1989 en millions de dollars 10.10 Evolution de l'investissement intérieur et de l'épargne intérieure 1980-1989, en % du PIB

419 420 421 423 430 431 431

27

Tableau 10.11 Evolution du taux de croissance annuel du PIB Tableau 10.12 Croissance du PIB réel Tableau 10.13 Ecarts entre les réalisations et les objectifs de production et d'autosuffisance alimentaire pour les plans 82-84 et 86-90, cas du maïs et riz Tableau 10.14 Evolution des écarts réalisations-prévisions pour le café et le coton-graine Tableau 10.15 Evolution des prix au producteur, des productions et des importations pour le maïs et le riz Tableau 10.16 Evolutions des prix au producteur, des productions et des exportations pour le café et le cacao Tableau 10.17 Evolution des quelques indicateurs macro-économiques intéressant le secteur agricole Tableau 10.18 Evolution des disponibilités des produits vivriers Tableau 10.19 Variation des indices mensuels des prix sur les marchés de détail de Kinshasa Tableau 10.20 Evolution du salaire réel et de l'indice de prix à la consommation Tableau 10.21 Evolution synthétique des quelques indicateurs macroéconomiques Tableau 10.22 Evolution de l'utilisation des ressources en secteur rural Tableau 10.23 Evolution synthétique des productions agricoles Tableau 10.24 Evolution synthétique de quelques indicateurs de la sécurité alimentaire Tableau 10.25 Indicateurs de performance économique pour quelques pays
am cains. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

432 432

433 433 435 436 437 438 439 439 441 442 442 443
446

Tableau 10.26 Objectifs à atteindre et mesures préconisées Tableau 10.27 Séquence mesures - effets - impacts Tableau 10.28 Six modèles de référence pour le choix d'une orientation stratégique globale

453 456 464

Liste des Figures
Figure 1.1 Evolution de la malnutrition aiguë sévère et malnutrition aiguë modérée dans la ville de Kinshasa de 1991 à 1997 . **** Figure 4.1 Figure 4.2 Figure 4.3 Carte administrative de Kinshasa Les principales voies d'approvisionnement
manioc.

36 181

de Kinshasa en 183

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 182

Le circuit de distribution des produits de manioc à Kinshasa

28

Figure 4.4 Figure 4.5 Figure 4.6 Figure 4.7

Evolution des prix moyens mensuels au consommateur des produits de manioc à Kinshasa en 1998 Evolution des prix moyens mensuels des produits de manioc sur les marchés de Kinshasa en 1999 Procédés de fabrication des produits de manioc Importance relative de la production de manioc par province en R.D.C. ****

190 190 198 209

Figure 8.1 Figure 9.1 Figure 9.2 Figure 9.3 Figure 9.4

Carte géographique du territoire de Bambesa **** Diagramme des dépenses mensuelles moyennes des ménages à Kisenso Diagramme des dépenses mensuelles moyennes des ménages
à Kindel e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

344

389
3 89

Diagramme des dépenses mensuelles moyennes des ménages à Makala Diagramme des dépenses mensuelles moyennes des ménages pour tous les quartiers réunis ****

390 390

Figure 10.1 Figure 10.2 Figure 10.3

Approche horizontale du choix d'une orientation stratégique de la sécurité alimentaire Approche verticale du choix d'une orientation stratégique globale de la sécurité alimentaire Schéma de la stratégie nationale de sécurité alimentaire

466 467 473

Liste des Graphiques
Graphique 2.1 Evolution de la production et de la consommation des œufs par les "ménages avicoles" pendant la période de l'étude **** Graphique 10.1 Le modèle de l'économie dépendante Graphique 10.2 Effets d'une dévaluation et d'une libéralisation des prix Graphique 10.3 Effets de la libéralisation des prix et de la dévaluation sur l'autosuffisance et la sécurité alimentaire Graphique 10.4 Effets du réajustement progressif de l'économie selon la démarche inverse aux PAS 448 449 451 469 75

29

Abréviations
ACP Les pays de l'Afrique, Caraïbes et Pacifique AGCD Agence Générale de la Coopération au Développement (Belgique) AICF Action internationale contre la faim APS Association des Planteurs de Soja B.A.P./PNUD Bureau d'Appui au Programme BDPA-SCETAGRI-France Bureau d'Etudes BERCI Bureau d'Etudes et d'Edition BDOM Bureau Diocésain des Œuvres Médicales C.F.D.T. Compagnie Française pour le Développement des Fibres Textiles C.LS. Commonwealth oflndependent States (anciennement Union Sociétique) Crédit d'Ajustement Sectoriel CAS CATEB Centre d'Adaptation des Techniques d'Energie-Bois CECOMAF Centre de Commercialisation Maraîcher et Fruitier CEPLANUT Centre National de Planification de Nutrition Humaine CEPLANUT-AICF Centre National de Planification de Nutrition Humaine - Action Against Hunger (U.S.A.) CEPLANUT-ISTM Centre National de Planification de Nutrition Humaine - Institut Supérieur des Techniques Médicales CERPRU Centre d'Etudes et de Recherches pour la Promotion Rurale Constant Elasticity Substitution CES CIPV Convention Internationale pour la Protection des Végétaux. Comité National d'Action pour l'Eau CNAE Compagnie de Développement Rural du Nord CODENORD Compagnie Minière COMINIERE COTONCO Société Cotonnière du Congo CPB Centre de Promotion du Bois Centre de Recherche pour le Développement International CRDI D.V.D.A. Direction des Voies de Desserte Agricole DMPCC Direction des Marchés, Prix et Crédits de Campagne DTS Droits de Tirage Spéciaux Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture FAO FAS Facilité d'Ajustement Sectoriel FB Franc Belge FC Franc Congolais Fonds Monétaire International FMI FRCF Fonds de Reconstitution du Capital Forestier Generalized Least-Squares GLS Indice de Masse Corporelle LM.C ICCN Institut Zaïrois pour la Conservation de la Nature, aujourd'hui Institut Congolais pour la Conservation de la Nature International Food Policy Research Institute IFPRI Autorité Intergouvernementale pour la Sécheresse et le Développement IGADD Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques du Zaïre, actuellement IJZBC Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques du Congo Institut National pour l'Etude Agronomique au Congo INEAC

30

INERA INS ISDR ISEA ISTM JEEP K.U.Leuven M.S.T. MINAGRI MIPRO MSF NPK NZ OCDE OMC OMS-FAO ONG ONGD OTRACO P.F.R.D.V. PAR PAS PASA PASMAKIN PB PEOS PFEI PIB PIP PME PNA PNB PNRSAR PNUD PNUDIUNOPS PNUE POC POF PRAAL PROSECA R.D.C. R.I.R. REGIDESO S.N.R.D.A. SADC SENADEP SENAHUP

Institut National pour l'Etude et la Recherche Agronomique Institut National de la Statistique Institut Supérieur de Développement Rural Institut Supérieur d'Enseignement Agricole Institut Supérieur des Sciences et Techniques Médicales de Kinshasa Jardins et Elevages de Parcelle Katholieke Universiteit Leuven Maladies Sexuellement Transmissibles Ministère de l'Agriculture Mission de Programmation du Secteur Agricole et Rural Médecins Sans Frontières Azote, phosphore, potasse Nouveau Zaïre Organisation de Coopération et de Développement Economique Organisation Mondiale des Commerces Organisation Mondiale de la Santé - Food and Agriculture Organisation Organisation Non-Gouvernementale Organisation Non-Gouvernementale de Développement Office d'Exploitation de Transport au Congo Pays à Faible Revenu et à Déficit Vivrier Programme d'Appui à la Réhabilitation de l'Union Européenne Programme d'Ajustement Structurel Programme d'Ajustement Structurel du Secteur Agricole Projet d'Appui aux Associations Maraîchères de Kinshasa Périmètre Brachial Petites Entreprises Organisées et Spécialisées Petites Fabriques d'Exploitation Individuelle Produit Intérieur Brut Programme d'Investissements Publics Prioritaires Petites et Moyennes Entreprises Programme National d'Assainissement Produit National Brut Programme National de Relance du Secteur Agricole et Rural Programme des Nations Unies pour le Développement Programme des Nations Unies pour le Développement - United Nations Office for Project Services Programme des Nations Unies pour l'Environnement Petites Organisations de Coopération Petites Organisations Familiales Programme d'Appui à l'Autosuffisance Alimentaire Projet Réseau Relationnel sur la Sécurité Alimentaire République Démocratique du Congo Rhode Island Red (race de volaille) Société de Distribution d'Eau du Congo Service National des Routes de Desserte Agricole Southern African Development Cooperation Conference Service National de Promotion et de Développement de la Pêche Service d'Appui à l'Horticulture Urbaine et Péri-urbaine 31

SENASEM SEP SIDA SNR SNSA SNV SORGERI SPIAF TSP UNICEF US$

Service National des Semences Service d'Etudes et de Planification (Minagri) Syndrome d'Immuno-déficience Acquis Service National de Reboisement Service National des Statistiques Agricoles Service National de Vulgarisation Compagnie Privée Service Permanent d'Inventaire et d'Aménagement Forestier Time Series Processor Fonds des Nations Unies pour les Enfants U.S.A. Dollar

32

Consommation Alimentaire, Pratiques de Survie et Sécurité Alimentaire des Ménages à Kinshasa Banea-Mayambu J-P

1. Introduction et justification de l'étude
Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo (R.D.C.), constitue une grande agglomération humaine avec 5 millions d'habitants (Institut National de la Statistique, 1991). Sur le plan de l'alimentation, la ville est tributaire en grande partie de l'intérieur du pays qui l'approvisionne en denrées alimentaires par trois voies principales. Le fleuve Congo est la voie la plus importante d'approvisionnement de Kinshasa en denrées alimentaires. Grâce à ses affluents navigables répartis sur l'ensemble du pays, il ramène dans la capitale des vivres en provenance de toutes les provinces en amont de Kinshasa (Goossens et al., 1994). La route du Bas-Congo approvisionne Kinshasa en denrées alimentaires produites dans la province du Bas-Congo, mais aussi en denrées alimentaires importées. La route de Bandundu, la troisième voie, amène à Kinshasa les denrées alimentaires produites dans les provinces de Bandundu et du Kasai Occidental. En dehors des vivres en provenance de l'extérieur de la capitale, il y a aussi des vivres produits par quelques unités de production alimentaire installées dans la ville même. On peut citer la production maraîchère dans le périmètre de Kinshasa, les unités agro-pastorales dans le plateau de Bateke et une gamme variée des industries de transformation alimentaire. Ainsi si ces voies variées d'approvisionnement et toutes ces unités de production fonctionnaient normalement, Kinshasa ne devrait pas connaître des problèmes d'alimentation pour sa population. A I'heure actuelle cependant, tous les observateurs reconnaissent que Kinshasa traverse une période alimentaire très critique. La production des vivres à Kinshasa a beaucoup baissé par suite de la crise généralisée que traverse le pays depuis huit ans et surtout par suite de certains événements tels que les pillages de 1992 et 1993, lesquels avaient détruit la grande partie du tissu économique de la ville. Le délabrement des routes du Bas-Congo et de Bandundu ne permet plus un approvisionnement alimentaire optimal de Kinshasa. A titre d'exemple, avant 1992, il y avait une moyenne de 86 et 52 gros camions de cossettes de manioc et d'autres produits alimentaires qui entraient dans la ville de Kinshasa chaque jour en provenance respectivement des provinces de Bandundu et du Bas-Congo (Mbuyi a Mulu et al., 1987). Actuellement, on note seulement 15-20 camions des vivres en provenance de ces provinces. Les deux guerres que la ville vient de connaître en l'espace d'une année, à savoir la guerre de libération qui a abouti au changement de pouvoir politique dans le pays en mai 1997 et la rébellion d'août 1998, viennent de plonger la population kinoise dans une situation alimentaire encore beaucoup plus précaire. Les efforts de redressement socio-économique qui se faisaient voir au début de l'année 1998 se sont complètement effondrés, augmentant non seulement l'insécurité politique, mais aussi l'insécurité alimentaire et même l'insécurité générale de l'existence tout court du Kinois (Beerlandt et al., 1997). Sur le plan de la disponibilité des aliments, toutes les denrées alimentaires en général et celles de première nécessité en particulier sont devenues rares dans la ville. Et là où elles sont disponibles, les prix sont au-delà du pouvoir d'achat des 35

ménages (Projet AB, 1998), lequel ne fait que s'effriter. Sur le plan nutritionnel, la malnutrition protéino-énérgétique dans les ménages à Kinshasa devient l'un des problèmes permanents de santé publique. Les résultats des enquêtes nutritionnelles menées par le CEPLANUT sur financement UNICEF et MSF depuis 1991 montrent que chaque année (CEPLANUT-BDOM, 1998), environ 2 % des enfants de 0-5 ans souffrent de malnutrition aiguë sévère*, et 5 % de malnutrition aiguë modérée** (Figure 1.1). Ceci a encore été démontré par une récente évaluation de la FAO dans 39 centres de santé bénéficiant de l'aide alimentaire à Kinshasa, l'évaluation qui a montré que le nombre d'enfants hospitalisés pour malnutrition aiguë sévère avait triplé entre décembre 1998 et février 1999 (FAO, 1997). Sur le plan de la consommation dans les ménages, les enquêtes du CEPLANUT montrent que depuis bientôt huit ans, 9-11 % seulement des ménages mangent trois fois par jour, la majorité (52-64 %) mangent deux fois par jour, le reste une seule fois ou rien du tout par jour. Même si les études n'ont pas pu apprécier la quantité et la qualité de l'alimentation kinoise, on peut sur base des rapports des centres de réhabilitation nutritionnelle, penser que là aussi les normes recommandées sont loin d'être atteintes dans l'alimentation des ménages de Kinshasa.
Figure 1.1 Evolution de la malnutrition aiguë sévère (série 1) et malnutrition modérée (série 2) dans la ville de Kinshasa de 1991 à 1997 aiguë

10 8 6

4
2
0 2 3 4 5 6 7

.

.

Série 1

Série2

N.B. sur l'axis: Source: *

1 = 1991; 2 = 1992; 3 = 1993 ...jusqu'à pour 1997 En ordonnée, les chiffres indiquent le pourcentage CEPLANUT, compilations des études nutritionnelles à Kinshasa de 1991-1997, septembre 1997

malnutrition aiguë sévère: état nutritionnel caractérisé par un rapport poids-taille inférieur à moins trois écarts types de la population de référence ** malnutrition aiguë modérée: état nutritionnel caractérisé par un rapport poids-taille situé entre -3 et -2 écarts types de la population de référence

Ainsi donc le tableau alimentaire et nutritionnel de Kinshasa mérite réflexion. Comme la figure 1.1 le montre, les proportions d'enfants souffrant de différents types de malnutrition sont restées presque inchangées depuis 1991 jusqu'à ce jour alors que visiblement les conditions socio-économiques des ménages, se détériorent chaque jour davantage. L'inflation augmente chaque jour, les 36

fonctionnaires et enseignants du secteur étatique restent impayés, les prix sont galopants et fixés en FB ou US$. On peut encore citer d'autres faits tels que le chômage élevé et grandissant, les soins de santé et d'éducation inaccessible pour la majorité des ménages. Toutefois, même si la malnutrition à Kinshasa reste un problème préoccupant de santé publique, l'ampleur de la malnutrition n'est pas proportionnelle à la gravité de la détérioration des conditions socio-économiques de la ville. La malnutrition aurait pu être plus expansive que ce qu'elle est actuellement. Cela suggère que les ménages, malgré la situation socio-économique toujours dégradante, disposent des mécanismes de défense contre la crise, mécanismes qui leur permettent de s'assurer une alimentation préservant la plupart de tomber dans la malnutrition. C'est ce qui explique le niveau plus ou moins en plateau de la courbe de la malnutrition aiguë sévère et malnutrition aiguë modérée constatée à Kinshasa (figure 1.1). On dit toujours à Kinshasa qu'on "se débrouille" pour avoir à manger. Il est possible que c'est grâce à ces "débrouillardises" que la malnutrition, tout en restant un problème de santé publique, n'arrive pas encore au niveau des cas connus par les pays de la Corne de l'Afrique vers les années 1985. La sécurité alimentaire est assurée dans les ménages si chaque membre du ménage, en tout temps, a économiquement, socialement, physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive, qui satisfait ses besoins nutritionnels et ses préférences alimentaires et qui lui permet de mener une vie active et saine. Il y a insécurité alimentaire quand les membres du ménage sont sous-alimentés en raison de l'indisponibilité physique des vivres ou de manque d'accès économique, social et culturel aux vivres et parfois d'une utilisation inadéquate des aliments consommés (FAO, 1997; Christiaensen et al., 1995). On peut observer des cas de l'insécurité alimentaire au niveau des ménages, notamment lorsque la consommation alimentaire est inférieure à l'apport énergétique minimal ou lorsque la nourriture n'est pas adéquatement utilisée suite à un problème culturel (tabous alimentaires par exemple) ou une maladie (les infections par exemple). Le maintien de la sécurité alimentaire au sein des ménages dépend de plusieurs facteurs entre autres des stratégies employées par les ménages pour l'acquisition des aliments. En ville le plus souvent, ces stratégies concourent à la mise à la disposition des ménages des revenus monétaires grâce auxquels ils peuvent acheter des vivres. Les ménages avec des bonnes stratégies sont ceux qui peuvent maintenir leur sécurité alimentaire tandis que ceux sans stratégies sont des ménages vulnérables, courant toujours un risque d'insécurité alimentaire (Houyoux et al., 1986; FAO, 1999). L'évaluation de la sécurité alimentaire des ménages n'est pas encore un phénomène courant à Kinshasa. Les enquêtes sont faites plus couramment pour suivre l'évolution de la malnutrition et non pour cerner au mieux la problématique de l'insécurité alimentaire, laquelle est plus vaste que celle de la malnutrition. Dès lors une étude sur la sécurité alimentaire s'avère opportune, en ce moment. L'on sait que les enquêtes alimentaires n'existent guère à partir de 1990. Les enquêtes

37

nutritionnelles par contre sont nombreuses et permettent de dégager des indicateurs indirects de l'insécurité alimentaire tels que la présence des cas de malnutrition dans les ménages, la morbidité élevée dans les ménages. Une meilleure compréhension du phénomène actuel de l'insécurité alimentaire des ménages à Kinshasa requiert une enquête alimentaire et nutritionnelle susceptible d'explorer la problématique de la disponibilité, de l'accessibilité, de la consommation des aliments ainsi que des conséquences nutritionnelles de l'insécurité alimentaire. La connaissance des mécanismes de "débrouillardise" pour l'acquisition d'aliments ou pour la survie en général serait aussi d'un grand intérêt si on veut bien cerner le problème de la sécurité alimentaire à Kinshasa.

2. But, hypothèse et objectifs de l'étude

.

.

.

Il est établi que la situation socio-économique que traverse le pays est difficile et se détériore de jour en jour davantage. Mais dans cette situation critique, la plupart des ménages arrivent quand même à s'assurer une alimentation et à échapper à la malnutrition aiguë. L'effort d'assurer la sécurité alimentaire dans les ménages est manifeste. Le but de la présente étude est de mieux comprendre la problématique de la sécurité alimentaire dans les ménages de la ville de Kinshasa. L'étude part de I'hypothèse suivante: suite à la détérioration des conditions socio-économiques du pays, tous les ménages de Kinshasa vivent dans l'insécurité alimentaire. Toutefois, certains ménages ont développé des mécanismes de survie qui leur permettent de "vivre dans cette insécurité alimentaire" sans des graves conséquences nutritionnelles pour tous les membres de ménage. Comme objectifs, cette étude se propose plus spécifiquement: 1. d'identifier par ordre d'importance, les aliments de base ainsi que ceux de complément les plus consommés dans les ménages de manière à dégager la ration alimentaire moyenne des ménages kinois en cette période; 2. de juger si cette ration alimentaire moyenne permet de couvrir les besoins nutritionnels de différents membres du ménage; 3. de connaître le rôle de chacun des membres du ménage dans le maintien de la sécurité alimentaire du ménage; 4. d'identifier la nature, la fréquence et l'ampleur de l'insécurité alimentaire dans les ménages ainsi que les personnes les plus à risque de l'insécurité alimentaire; 5. d'identifier les différentes stratégies développées par les ménages pour l'acquisition des aliments ou pour générer certains revenus permettant d'assurer continuellement l'alimentation et remplir d'autres exigences vitales (santé, éducation, etc.).

38

3. Matériels et méthodes
L'étude a été conduite en deux enquêtes transversales, l'une dans la période allant du 24 juin au 24 août et l'autre du 15 octobre au 7 décembre 1999. Chaque enquête comprenait un questionnaire à trois parties: une interview structurée avec la mère ou à défaut toute autre personne en charge de l'alimentation dans le ménage; un volet anthropométrique consistant à mesurer le poids et la taille des membres du ménage et une interview qualitative de type "focus group" avec les mères. Dans les enquêtes antérieures de consommation alimentaire et de suivi de l'état nutritionnel, la ville de Kinshasa était généralement divisée en sept strates. Ces strates ont été retenues aussi pour cette étude. Il s'agit de: . cités résidentielles: communes de la Gombe, de Ngaliema et de Limete y compris le quartier Righini de la commune de Lemba; . cités planifiées: communes de Bandalungwa, de Kalamu, de Lemba, et de Matete y compris les quarties des cités vertes et mama Mobutu de la commune de Selembao; . cités anciennes: communes de Kinshasa, de Lingwala et de Kintambo; . cités nouvelles: communes de Kasa- Vubu, de Ngiri-ngiri et de Nd'jili; . cités d'extension-sud: communes de Bumbu, de Selembao, de Makala et de Ngaba; . cités excentriques périphériques: communes de Kinsenso, de Kimbaseke et de Masina; . cités semi-rurales: communes de Mont-Ngafula, de Nsele et de Maluku. Au sein de chaque strate, un échantillonnage en grappes à trois degrés a été tiré. La commune, le quartier et la parcelle ont constitué respectivement le premier, le deuxième et le troisième des grappes choisis. Les enquêteurs étaient des étudiants volontaires de 3ièmegraduat en Nutrition Diététique de l'ISTM (Institut supérieur des sciences et techniques médicales de Kinshasa) et trois nutritionnistes du CEPLANUT. Tous ces enquêteurs reçurent une formation préalable sur la méthodologie de l'étude. La saisie et l'analyse des données ont été faites en utilisant le logiciel EPINFO 6.0.

4. Résultats (1 FC = 0,34 $)
4.1. Profil des ménages enquêtés
Nombre de ménages (N = 625) Tableau 1.1 Masculin Féminin Caractéristiques 488 137 du chef de ménage, sexe 78 % 22%

39

Tableau 1.2 Primaire Secondaire Universitaire Tableau 1.3 < 30 ans 30-44 ans 45-59 ans 60 ans et + Tableau 1.4

Caractéristiques

du chef de ménage, niveau d'instruction 19,5 % 43,8 % 36,7 %

(N = 597)

Caractéristiques 1,9 % 50,3 % 32,7 % 15,1 %

du chef de ménage, âge (N = 293) 24 ans 83 ans 46 ans 44 ans

Minimum Maximum Moyenne Médiane

Nombre d'enfants d'âge scolaire dans le ménage (N = 574) 0/0de ménages II,3 17,5 21,9 17,2 32,2

Nombre d'enfants 1 2 3 4 5 et +
Moyenne: 4 enfants

Tableau 1.5

Enfants présents à l'école par ménage (N = 527)
0/0 de ménages 19,2 52,2 15,7 10,9 2,0

Nombre d'enfants 1 2 3 4 5 et +
Moyenne: 3 enfants

Tableau 1.6

Nombre d'enfants de 0-5 ans dans un ménage (N = 508) 0/0de ménages 5,3 43,8 37,0 10,6 2,4 0,9

Nombre d'enfants

o 1 2 3 4 5 et +
Moyenne: 1 enfant

Tableau 1.7

Nombre de décès d'enfants de 0-5 ans dans le ménage (N = 385)
0/0 de ménages 12,9 51,8 25,9 9,4

Nombre d'enfants

o 1 2 3 et +
Moyenne: 1 enfant

40

Tableau 1.8 Taille < 3 personnes 3-5personnes 6-7personnes >7
Moyenne:

Taille du ménage (N = 624) 0/0de ménages 5,6 24,1 27,8 42,5

7 personnes

Travail informel exercé par le chef du ménage
Tableau 1.9 Temps <5ans 5-10 11-20 > 20 ans
Moyenne: 8 ans Médian: 4 ans

Temps passé dans le travail informel (N = 130)
0/0 de ménages 51,5 22,0 12,1 14,4

Tableau 1.10 Revenu mensuel apporté par le travail (N = 357) Revenu (en FC) <60 60-100 101-200 > 200
Moyenne: 164 FC Médian: 100,00 FC

0/0 de ménages 21,1 31,5 19,3 28,1

Tableau 1.11 Evolution de l'importance la famille (N = 432) Evolution En augmentation En baisse Inchangé

du travail informel à couvrir les besoins de

0/0 de ménages 67,4 19,0 13,6

4.2. Dépenses du ménage
Tableau 1.12 Type de dépenses courantes du ménage le mois passé (en FC) (N = 556)
Type de dépenses Alimentation Soins Energie électrique Consommation d'eau Frais scolaires 0/0 89,0 72,3 51,5 65,0 59,6 Type de dépenses Luxe Transport Braise Toilette corporelle Loyer
0/0

20,0 57,8 54,0 19,2 51,6

41

Tableau 1.13 Montant des dépenses des ménages le mois passé (en FC) (N = 607) Type de dépense Alimentation Braises Courant (énergie électrique) Soins Regideso (eau) Transport Frais scolaires Toilette Loyer Luxe Total Minimum 24,00 2,00 3,00 2,00 2,00 8,00 8,00 5,00 10,00 3,00 16,00 Maximum 1900,00 330,00 200,00 1200,00 150,00 500,00 3 15,00 200,00 450,00 600,00 59.520,00 Médiane 188,00 45,00 30,00 330,00 20,00 85,00 80,00 50,00 220,00 25,00 951,50 Moyenne 325,00 65,20 37,64 452,00 23,46 361 ,00 97,00 40,80 320,00 71,90 390,00 aux 3 derniers

Tableau 1.14 Evolution des dépenses totales (globales) par rapport mois (N = 607) Tendance En hausse En baisse Inchangé
0/0 88,6 5,9 5,5

4.3. Alimentation
Tableau 1.15 Nombre de repas par jour depuis 3 mois (N = 611) Nombre de repas 1 2 3 4 et plus
0/0 22,2 61,1 16,1 0,6

Tableau 1.16 Source habituelle des aliments consommés (N = 618) Source Achat au marché Champ ou jardin Petit élevage Don (amis) Aide alimentaire (CS/Foyer, église) 0/0de réponses 99,1 0,0 0,9 0,0 0,0 consommés depuis 3 mois 0/0de réponses 7,5 7,2

Tableau 1.17 Aliments de base les plus fréquemment (N = 619) Aliment Fufu manioc seul Fufu mais-manioc Fufu mais seul 0/0de réponses 81,8 60,2 II,0 Aliment Riz Banane

42

Tableau 1.18 Aliments de complément les plus fréquemment consommés (N = 619) Aliment Matembele Feuille de manioc Amaranthe Chenille Tableau 1.19 Evolution (N = 598) Tendance En hausse En baisse Inchangé
0/0 de réponses 85,0 84,0 67,1 51,1

Aliment Poisson Pate arachide Viande et poulet

0/0 de réponses 23,5 20,5 Il,3

des quantités

d'aliments

consommés

depuis trois mois

0/0 de ménages 14,1 59,1 26,8

Tableau 1.20 Fréquence de (total = 100)

consommation

des

aliments

la

semaine

passée

Aliment Fufu manioc-maïs Manioc seul ou Chikwangue Maïs seul Riz Banane Poulet Viande Poisson Mpiodi Autres poissons y compris Poissons salées Feuilles de manioc Autres feuilles et légumes Haricot Lait Pain Aliment Fufu manioc-maïs Manioc seul ou Chikwangue Maïs seul Riz Banane Poulet Viande Poisson Mpiodi Autres poissons y compris Poissons salées Feuilles de manioc Autres feuilles et légumes Haricot Lait Pain

Fréquence (N=614) (N=607) (N=594) (N=597) (N=597) (N=601) (N=598) (N=611) (N=608) (N=606) (N=604) (N=604) (N=602) (N=617) 1 à 2 fois 10,8 19,5 8,2 31,0 14,5 20,0 17,5 13,8 40,9 43,5 51,0 52,0 8,9 6,6

Jamais 12,7 58,0 81,6 39,8 81,5 78,7 78,2 1,9 33,4 1,0 5,9 35,9 58,9 19,6 3 à 4 fois 7,0 5,5 2,4 16,8 2,0 1,0 3,3 20,6 15,9 30,7 25,0 9,5 5,0 6,3

Chaque jour 10,8 19,5 7,8 10,4 1,7 0,3 0,7 55,7 7,5 19,6 10,5 2,6 26,5 65,6 5 à 6 fois 2,0 2,3 0,0 2,0 0,3 0,0 0,3 8,0 2,3 5,2 7,6 0,0 0,7 1,9

43

Tableau 1.21 Age début prise eau (N = 405) Age (en mois) 1 2 3 4
0/0 de réponses 77,1 6,7 2,9 2,9

Age (en mois) 5 6 7 et +

0/0 de réponses 0,9 3,8 5,7

Tableau 1.22 Age introduction d'autres aliments que le lait Age (en mois) 1-3 4-6 7 et + 0/0de réponses 64,4 32,7 2,9

Tableau 1.23 Age de sevrage (cessation de l'allaitement) Age (en mois) 1-3 4-6 7-9
0/0 de réponses 47,0 17,4 4,5

.
.

Age (en mois) 10-12 13-18 > 18

0/0 de réponses 4,5 14,4 12,2

Présence d'un enfant de moins de 2 ans dans le ménage: 38,2 % des ménages (N = 617) Allaitement enfant au moment de l'enquête: 69,0 % (N = 429)

4.4. Résultats des Focus-group (N = 25) Trois focus group totalisant ensemble 25 personnes furent organisés.
Tableau 1.24 Mécanismes de survie Réponses Petit commerce informel: devant la maison, au coin de rue, au lieu de travail (aliments, boissons, bois ou braise, produits de toilette, etc.) Cumul des fonctions Commissionnement, intermédiation, revente des produits de première nécessité Suppression de certains besoins (toilette, scolarisation des enfants, soins médicaux, habillement) Réorientation de la consommation alimentaire (consommation des aliments moins chères, diminution du nombre des repas, suppression des interdits alimentaires, ...) Solidarité familiale ou communautaire Agriculture/ elevage de parcelle
0/0 96

88 60 56 56

52 24

44

Tableau 1.25 Apaisement de la faim ou état de satiété après les repas Réponses Oui Non
010 24 76

Les autres résultats n'ont pas montré une certaine particularité par rapport aux résultats du questionnaire et par conséquent n'ont pas été repris.

4.5. Résultats d'autres enquêtes 4.5.1. Enquête CEPLANUTIISTM
Tableau 1.26 Répartition des ménages suivant la quantité consommées (en g) par personne par jour Quantités (en g) < 15 15 - 29 Righini Effectif 0/0 24,4 Il 37,5 9 31,1 14 24,4 Il 100,0 45 Kimbwala 0/0 Effectif 26,2 Il 35,7 15 23,8 10 14,3 6 100,0 42 moyenne des lipides

30 - 49
50 et plus

Total 0/0 Effectif 25,3 22 27,6 24 27,6 24 19,5 17 100,0 87

Tableau 1.27 Répartition des ménages suivant la quantité moyenne des protéines consommées (en g) par personne par jour Quantités (en g) < 15 15 - 29 30 - 49 50 et plus Righini 0/0 Effectif 8,9 4 20,0 9 31,1 14 40,0 18 100,0 45 Kimbwala 0/0 Effectif 19,0 8 31,0 13 16 38,1 Il,9 5 100,0 42 Total 0/0 Effectif 13,8 12 25,3 22 34,5 30 26,4 23 100,0 87 moyenne des calories Total 0/0 Effectif 25,3 22 36,8 32 16,1 14 19 21,8 100,0 87

Tableau 1.28 Répartition des ménages suivant la quantité consommées par personne par jour Quantités (en g) < 1000 1000 - 1500 1500 - 2200 > 2200 Righini 0/0 Effectif 17,8 8 33,3 15 22,2 10 26,7 12 100,0 45 Kimbwala 0/0 Effectif 33,3 14 40,5 17 9,5 4 16,7 7 100,0 42

45

Tableau 1.29 Moyennes des nutriments consommés chaque jour par ménage et par quartier Nutriments (g) Glucides Lipides Proteines Calories Righini 293,00 39,08 48,27 1701,00 Kimbwala 252,42 31,79 31,42 1398,00 consommés Total 273,77 35,56 40,14 1555,06 chaque jour par

Tableau 1.30 Minima et maxima des nutriments ménage et par quartier Nutriments Glucides Lipides Proteines Calories Righini Minimum Maximum 63,14 665,28 1,28 152,42 7,85 119,14 335,28 3.983,00

Kimbwala Minimum Maximum 75,28 63,14 2,00 137,71 5,14 81,00 140,00 4.169,42

Ensemble Minimum Maximum 665,28 1,28 152,42 5,14 119,14 140,00 9227,71

4.5.2.
4.5.2.1.

Enquête CEPLANUT/AICF
Etat nutritionnel des enfants aiguë (indice poids/taille) Malnutrition aiguë modérée (PIT < - 2 Z avec ou sans œdèmes) 8,7 % 7,9 % 3,6 % 4,7 % chronique (indice taille/âge) Malnutrition chronique globale (PIT < - 2 Z avec ou sans œdèmes) 33,3 % 34,6 % 19,9 % 25,9 % Malnutrition
sévère (PIT <

Tableau 1.31 Malnutrition Site enquêté N

Kimbanseke Selembao Kinshasa Pool Kingabwa

895 896 898 895

Malnutrition aiguë sévère (PIT < - 3 Z avec ou sans œdèmes) 2,9 % 2,7 % 0,6 % 0,6 %

Tableau 1.32 Malnutrition Site enquêté N

chronique

-3 Z

avec ou

Kimbanseke Selembao Kinshasa Pool Kingabwa

895 896 898 895

sans œdèmes) 13,5 % 13,5 % 4,9 % 8,9 %

46

Tableau 1.33 Périmètre Brachial (PB) Site enquêté Kimbanseke Selembao Kinshasa Pool Kingabwa N 691 668 756 702 Malnutrition globale (PB < 120 mm) 1,9 % 1,1 % 0,2 % 1,3 % Malnutrition sévère (PB < 110 mm) 0,3 % 0,2 % 0,0 % 0,2 %

Tableau 1.34 Couverture des programmes nutritionnels Site enquêté Kimbanseke Selembao Kinshasa Pool Kingabwa
Couverture en 0/0 5,1 5,6 6,3 7,1

Dans tous les 4 sites, la prise en charge des enfants malnutris est très faible et n'atteint même pas 10 %.
Tableau 1.35 Mortalité rétrospective des trois mois passés chez les enfants de moins de 5 ans Site enquêté Kimbanseke Selembao Kinshasa Pool Kingabwa Taux de mortalité 2,3/10.000/j 1/10.000/j 1/10.000/j

4.5.2.2.

Etat nutritionnel

des mères

Tableau 1.36 Indice de Masse Corporelle (I.M.C.) Niveau de malnutrition Déficit calorique sévère: IMC <16 Déficit calorique modéré: 16 - <17 Déficit calorique marginal: 17 - <18,5 Normales: 18,5 - <25 Surcharge pondérale: 25 - <30 Obèses: >30 Kimbanseke (N = 805) 4,3 % 7,2 % 15,5 % 64,7 % 6,5 % 2,7 % Selembao (N = 798) 2,6 % 4,8 % 18,0 % 64,0 % 7,8 % 2,8 % Kinshasa (N = 745) 0,9 % 1,9 % 9,7 % 63,0 % 16,9 % 7,7 % Pool Kingabwa (N = 794) 1,9 % 2,8 % Il,9 % 67,5 % Il,1 % 4,8 %

47

Tableau 1.37 Pourcentage des ménages ayant consommé suivants une semaine avant l'enquête Aliment Farine de manioc Farine de maïs Riz Banane plantain Patate douce Chikwangue Pains Righini (N=46) 71,7 78,3 23,9 2,2 4,3 2,2 78,3 Kimbwala (N=41) 85,4 75,6 19,5 2,4

les aliments

de base

63,4

Ensemble (N=87) 78,2 77,0 21,8 2,3 2,3 2,3 71,3 aliments

Tableau 1.38 Pourcentage des ménages ayant consommés les d'accompagnement suivants une semaine avant l'enquête Aliment Poisson de mer Amarante doux Lait cowbel en sachet Matembele Arachide Feuille de manioc Margarine Haricots Lait en poudre entier Choux Soja Poisson salé Petit pois Oseille Pâte d'arachide Mfumbua Tripe Chenilles Epinard Aubergine Kikalakasa Viande Lait de soja Beignets Righini (N=46) 54,3 34,8 19,5 10,9 15,2 6,5 19,6 10,9 15,2 4,3 4,3 2,2 4,3 6,5 4,3 2,2 4,3 4,3 2,2 2,4 2,2 2,2 2,2 Kimbwala (N=41) 51,2 29,3 14,6 24,4 17,1 19,5 9,8 4,9 12,2 9,8 12,2 7,3 4,9 2,4

4,9

Ensemble (N=87) 52,9 32,2 19,5 17,2 17,2 12,6 10,3 10,3 10,3 8,0 6,9 6,9 5,7 4,6 3,4 3,4 2,3 2,3 2,3 2,3 1,1 1,1 1,1 1,1

48