Sur les soleils de Houroud (Poèmes)

De
Publié par

Publié le : mercredi 1 janvier 1997
Lecture(s) : 41
Tags :
EAN13 : 9782296347229
Nombre de pages : 76
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

CHEHEM WATIA

Sur les soleils de Houroud
poèmes

Editions L'Harmattan
5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

L 'Harmattan lN C 55, rue Saint Jacques Montréal (Qc) - Canada H2Y lK9

À Kadigea, à Hemeda et à Fato : mère nomade, mère courage. À Amina Saïd, voix libre et profonde dont les vers ouvrent les portes même de la nuit.

De par sa nature même, la ferrl1ne est un être faible et vulnérable à la tentation. Si on la laisse sortir de chez elle, bors la surveillance de son père, de son mari ou de son oncle, elle aura vite fait de se laisser entraîner sur la voie du pêché par des bom1nes qui ne cbel'ebent que le plaisir et qui l'abandonneront aussitôt satisfaits.
M. Mohamed Omar AKHUNZADAH, chef des Talibans, Afganistan.

PREMIÈRE PARTIE

La femme qui brûle
Les yeux sont seuls encore, capables de pousser un cri
RENÉ CHAR

NÉONS IRRADIÉs I

Blottir le regard dans un cafard ombrageux L'outrageant clin d'œil au profil Elle tombe cette pluie et se transforme En ombre lente de tes cuisses. J'avais admiré ta marche aux pieds nus Dieu que ses seins éclatants, Cendres cotonneuses de braises... Ma plaie est mal éteinte.. . Délires de ta bouche rieuse, Ta gorge avide de lueurs de désirs Ma sourdine prière dll lépreux, Étranger à mon corps, j'ai ébloui le gîte de ta mort... L'Océan gronde encore ces milliers de flammes! Et comment ai-je vécu de ces funérailles des rêves? II Pourtant les chemins de mort Sonnaient la frayeur des chants. J'ai eu peur de ma vie, Que l'idée vivante pollue l'espace sans fin: La mort... La mort a pris ce qu'il ne fallait pas / prendre. III La mort a pris l'amour. L'amour cet amour obscur

11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.