Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Côte d'Ivoire : le voile est déchiré

De
164 pages
La crise militaire et politique qui a secoué la Côte d'Ivoire de 2002 à 2011 a été le choc entre deux Côte d'Ivoire antagoniques: celle qui aspire à naître et celle vassalisée qui refuse de disparaître. Les acteurs de cette crise doivent assumer devant l'histoire leurs responsabilités. Et cela passe par la restitution des faits. C'est à cela que répond ce livre.
Voir plus Voir moins

JEan JaURÈS DOUÉCOTE D’IVOIRE :
LE VOILE EST DÉCHIRÉ
La crise militaire et politique qui a secoué la Côte d’Ivoire de 2002 à 2011, a
été le choc entre deux Côte d’Ivoire antagoniques : celle qui aspire à naître
et celle vassalisée qui refuse de disparaître. Répartissables entre partisans
du respect des institutions et pourfendeurs de la démocratie, les acteurs de
cette crise doivent assumer devant l’histoire leurs responsabilités. Et cela
passe par la restitution des faits. C’est à cela que répond ce livre. En tant
qu’acteur, l’auteur démontre que ces neuf ans de crise ont été la dialectique
qui a mis aux prises les puissants contre les faibles, la liberté contre la
vassalité, les collabos contre les résistants.
Pour fnir, l’auteur fustige les ombres qui déambulent sur les parois des
institutions de son pays et qui tentent à tort d’être la vérité. Car pour lui la
vérité, il n’y en a qu’une seule : celle qui se cache derrière le voile qui est
déchiré.
COTE D’IVOIRE :
LE VOILE EST Jean Jaurès Doué, jeune ivoirien né en 1982, termine
un DEA en droit public. Il s’engage dans les espaces
de libre expression pendant la crise ivoirienne de 2002 DÉCHIRÉet en remporte le prix du meilleur orateur avec comme
récompense un voyage en Afrique du Sud en 2006.
Enlevé et torturé pour ses convictions, ce miraculé vit
en exil depuis 2011.
Préface
Arsene Touho
Postface
Me Seri Zokou
ISBN : 978-2-343-04862-8
16,50 €
JEAN JAURÈS DOUÉ
COTE D’IVOIRE : LE VOILE EST DÉCHIRÉ




COTE D’IVOIRE :
LE VOILE EST DÉCHIRÉ
JEAN JAURÈS DOUÉ




COTE D’IVOIRE :
LE VOILE EST DÉCHIRÉ














































© L'HARMATTAN, 2014
5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04862-8
EAN : 9782343048628
SOMMAIRE


LISTE DES ACRONYMES .......................................................9

PRÉFACE ................................................................................. 13


INTRODUCTION .................................................................... 17

PREMIÈRE PARTIE
LA CRISE DE SEPTEMBRE 2002 ......................................... 27

DEUXIÈME PARTIE
LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2010 ................. 63

TROISIÈME PARTIE
LA CRISE POSTELECTORALE .......................................... 101

CONCLUSION ...................................................................... 139


POSTFACE
Par Maître Seri S. ZOKOU..................................................... 143

TABLE DES MATIERES ...................................................... 153



7 LISTE DES ACRONYMES

AJSN : Alliance de la Jeunesse pour le Sursaut National
ANC : Congrès National Africain
BCEAO : Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest
BICICI : Banque International pour le Commerce et
l’Industrie de Côte d’Ivoire
BIMA : Bataillon d’Infanterie Marine
CEDEAO : Communauté Economique Des Etats
d’Afrique de l’Ouest
CNE : Commission Nationale Electorale
COJEP : Congrès des jeunes et des Patriotes
CONARECI : Coalition Nationale des Résistants de Côte
d’Ivoire
FDS : Forces de Défense et de Sécurité
FESCI : Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte
d’Ivoire
FLGO : Front de Libération du Grand Ouest
FN : Forces Nouvelles
FPI : Front Populaire Ivoirien
FRAP : Forum des Analystes Politiques pour la
République
G7 : Groupement des 7
GPP : Groupement des Patriotes pour la Paix
9 JFPI : Jeunesse du Front Populaire Ivoirien
MFA : Mouvement des Forces d’Avenir
MJP : Mouvement pour la Justice et la Paix
MPCI : Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire
MPIGO : Mouvement Patriotique Ivoirien du Grand Ouest
ONU : Organisation des Nations Unies
ONUCI : Organisation des Nations Unies en Côte d’Ivoire
PDCI : Parti Démocratique de Côte d’Ivoire
PIT : Parti Ivoirien des Travailleurs
RDR : Rassemblement Des Républicains
RFI : Radio France International
RHDP : Rassemblement des Houphouetistes pour la
Démocratie et la Paix
SGBCI : Société Générale des Banques de Côte d’Ivoire
SOAF : Solidarité Africaine
UDCY : Union pour la Démocratie Citoyenne
UDPCI : Union pour la Démocratie et la Paix en Côte
d’Ivoire
UE : Union Européenne
UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africain
UNOPACI : Union Nationale des Orateurs des Parlements
et Agoras de Côte d’Ivoire
UPLTCI : Union Pour la Libération Totale de la Côte
d’Ivoire
10


Au président Laurent Gbagbo, celui qui trente ans
durant, a été l’apôtre et l’architecte de la démocratie en
Côte d’Ivoire.

À Simonne Ehivet, celle qui plus qu’une épouse, est
restée pour lui une alliée fidèle et digne dans la
redoutable marche vers la démocratie.

À Charles Blé Goudé, celui dont le courage et la
détermination, symbolisent le rêve d’une jeunesse
africaine éprise de justice et de liberté.

À tous ces patriotes ivoiriens et africains qui, malgré la
fureur de l’épreuve ont gardé la conviction que le
désespoir n’est pas permis.
PRÉFACE


Par Arsène Touho
Juriste, Ecrivain, Diplômé des Sciences Politiques

« On n’écrit pas comme on parle ». Cette maxime
populaire est souvent brandie avec un ton à la fois
préventif et interpellateur devant certaines personnes qui,
tellement obnubilées par le désir de passer pour d’habiles
tribuns s’aventurent sur le terrain de l’écriture, au
détriment de la syntaxe. Ce que je puis vous dire tout de
suite, c’est qu’avec le livre que vous tenez entre vos
mains, la syntaxe ne risque rien. Elle est d’autant plus en
sécurité dans chaque page de ce texte que l’auteur est
l’une des rares personnes, parmi mes amis des années
universitaires, qui rendent possible dans leur personne la
difficile cohabitation de la littérature orale et de la
littérature écrite. Partout où je rencontre des personnes qui
avaient été présentes à l’amphi H de l’Université de
Cocody (Abidjan) le 16 décembre 2005 à la cérémonie
1d’investiture de mon bureau , je me retrouve devant le
même témoignage. Tous me demandent des nouvelles de
mon directeur de campagne dont ils soulignent
systématiquement la dextérité avec laquelle il avait
présenté son candidat que j’ai été. Pour que je me rende
compte de l’étendue du talent de ce jeune homme, il avait

1 Bureau de la section Fesci de la faculté de droit dont j’ai été le
secrétaire général de Décembre 2005 à Décembre 2007
13 fallu que je finisse par accepter l’une de ses nombreuses
invitations à assister à ses prestations dans les agoras
d’Abidjan. C’était au « parlement de Cocody ». Jean
Jaurès avait soulevé la foule, à commencer par le Maire de
la commune et Charles Blé Goudé présents. C’est ce jour
que j’avais compris que la présentation remarquable qu’il
avait faite de ma personne lors de l’investiture n’était pas
une prouesse isolée minutieusement préparée juste pour la
circonstance. Même la Première dame de Côte d’Ivoire,
Simone Ehivet Gbagbo tombe sous le charme de Jaurès ;
voici la déclaration d’amour qu’elle lui fait :
« Ce qui m’a séduit dans la prestation de ce jeune homme
c’est que son intervention était parfaitement structurée
avec une suite dans les idées de telle sorte qu’à travers
son argumentation on pouvait facilement imaginer ce
qu’il allait dire dans les minutes qui suivent. Il mérite son
prix… ». C’était en 2005 à Abobo (une commune
d’Abidjan), à l’occasion de la finale du concours national
des meilleurs orateurs des ‘’parlements et agoras’’, ces
espaces populaires de libre expression, de débats que les
médias internationaux, soutenant la presse militante de
l’ex opposition armée en Côte d’Ivoire, présentaient
comme des endroits de propagande haineuse et
d’endoctrinement politico-social. Aujourd’hui, le
témoignage tant attendu est là pour éclairer l’opinion.
C’est précisément ce qui me parait être l’un des points
constituant la plus-value de ce livre.
Oui, il a déjà été publié nombre d’ouvrages sur ce qu’il est
convenu d’appeler « le 11 avril 2011 » en Côte d’Ivoire.
Mais ce qui n’a jamais été dit et qui ne pouvait être dit par
14 personne d’autre qu’un acteur de premier rang de ce
milieu, c’est le rôle précis que « les parlements et agoras »
ont joué dans le combat pour une Côte d’Ivoire reconnue
comme Etat souverain, un pays à la tête duquel on peut
trouver un président choisi par un peuple lui-même
souverain dans ce choix.
Oui, dans ce livre, vous trouverez le témoignage d’un
acteur dont les mots symbolisent le courage des jeunes
ivoiriens qui assument leur statut d’agitateurs d’idées, qui
sont même fiers d’avoir choisi ce rôle à la place de celui
d’agitateurs de kalachnikov. Les « parlements et agoras »
leur ont servi de théâtre d’opérations pour combattre sur le
terrain de la pensée ; un peu comme les caves et les
souterrains de Paris ont servi de lieux secrets de
retranchements aux jeunes résistants français pour
préparer la riposte face à l’occupant.
Quand vous serez en train d’achever la lecture de ce livre,
vous vous rendrez bien compte que c’est une chance pour
la Côte d’Ivoire qu’il y ait encore dans ce pays des jeunes
qui ont encore envie de s’illustrer par les idées au moment
même où sous leurs yeux, l’inculture, la violence et le
raccourci pactisent pour assurer à d’autres jeunes, réussite
sociale et promotion politique.
Le message non écrit que Jean Jaurès Doué envoie aux
jeunes de sa génération et qui transparait tout le long de
cet ouvrage c’est une invitation à l’affrontement
idéologique par mots interposés. C’est une proposition que
je m’approprie et que j’invite tous les jeunes de notre
génération, toutes sensibilités politiques confondues, à
15