//img.uscri.be/pth/3296509082f5be203891e9d5a729a889cef886da
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

De la Lettre à l'Être

De
244 pages
Lacan définit le désir comme la métonymie du manque à être. Or, dans une démarche d'anthropologie psychanalytique, le manque à être paraît relever d'un champ différent : l'identité s'atteste par une combinatoire de lettres qui fait office de signature. Une fois la structure mise en place, l'Être fait toujours défaut. Il est toujours l'Être perdu, et le sujet ne cesse de fabriquer de l'Étant, guidé par un Pousse à Être qui l'entraîne sur la voie d'une écriture de soi. Cette nouvelle approche influe sur le champ de la clinique des psychoses.
Voir plus Voir moins
Alain Cochet
De la Lettre à l’Êt Essai d’anthropologie clinique
re
De la Lettre à l’Être
Alain Cochet
De la Lettre à l’Être
Essai d’anthropologie clinique
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05867-2 EAN : 9782343058672
Sommaire Introduction…………………………………….……...9  (I)Le concept de Scriptal…………….……..……..17  (II)Judéité freudienne………….………….………..33  (III)La machine d’écriture de l’inconscient………………….…………………………..…….53  (IV)Le pont entre Gagnepain et Lacan……..69  (V)Signifiants, Lettres, Imagos……………..….87  (VI)Signe, Icône et Graphe……………………...95  (VII)Structure de l’Imaginaire…………….….107  (VIII)Repérage des structures cliniques…133  (IX)Honte, culpabilité, auto-dépréciation.139  (X)Honte et mélancolie..………………..……….163  (XI)L’a-bord de l’autisme………………………..171  (XII)La psychosomatique……………………....187  (XIII)Fantasme, Mythe, Fantaisie…………..197  (XIV)Dyslexie et nom propre…………..……..211  (XV)L’appui sur le tore…………………………….227 Pour conclure…………………….……….……...233
7
INTRODUCTION
Déclinons le cadre conceptuel de cet essai. Il s’agit d’un travail qui relève d’une approche anthropologique, pour laquelle la psychanalyse constitue l’assise essentielle. En ce sens, ce n’est pas un essai de psychanalyse, mais plutôt une recherche qui s’inscrit dans le discours scientifique, entendu comme recherche des invariants qui gouvernent les champs psychiques et sociaux chez l’Humain. Convoquer d’emblée la science fait bien sûr courir le risque d’une aliénation dans lediscours de la science, au sens de Lacan, qui a pu en montrer les conséquences asphyxiantes pour le sujet. Ce point fera l’objet d’une analyse. Il ne s’agira pas non plus d’une reprisedudiscours analytique, au sens de Lacan, qui nous paraît concerner le champ de la cure, mais il sera fait cas d’un discoursdela psychanalyse qui,par extension, concerne les phénomènes de liens sociaux. Un premier cadrage critique sera posé quant à la nature de ce que Lacan, reprenant Lévi-Strauss, appelle le Symbolique. Il s’agit clairement pour nous d’une catégorie composite, qui fait référence aussi bien aux notions linguistiques dégagées par Ferdinand de Saussure (même si le statut du signifiant se trouve redéfini chez Lacan), qu’à la multiplicité des symboles nous renvoyant à une prise imaginaire sur la réalité, et qu’aux phénomènes de marques, de traces ou d’écriture tels qu’ils sont valorisés dans les différentes cultures humaines. Il nous paraît plus simple de dissocier l’ordre de l’Imaginaire de celui que nous avons appelé le Scriptal (qui concerne les phénomènes d’écriture) et de celui qui concerne le Symbolique, certes, mais décomplété de ce qui est à renvoyer aux deux ordres précédents. Aussi bien
9