Activités langagières, pratiques pédagogiques et rituels

De
Publié par

Les contributions réunies dans cet ouvrage, prenant pour objet les activités et les interactions langagières en contexte scolaire, interrogent la diversité des conceptions et des pratiques pédagogiques, le rôle des rituels et du langage au sein de l'éducation et de la formation des enseignants. En privilégiant une approche multidisciplinaire, les auteurs, de divers pays, abordent ces problématiques.
Publié le : lundi 15 février 2016
Lecture(s) : 27
Tags :
EAN13 : 9782140002298
Nombre de pages : 278
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce livre poursuit les réexions du premier colloque international concernant « e » (Université Gutenberg, Mayence, Allemagne,juillet 2012). Il est l’aboutissement du deuxième colloque international «
» et des échanges qui l’ont prolongé (UPEC, Créteil, juillet 2014). Les contributions réunies dans cet ouvrage, prenant pour objet les activités et les interactions langagières en contexte scolaire (en particulier plurilingue), interrogent la diversité des conceptions et des pratiques pédagogiques, le rôle des rituels et du langage au sein de l’éducation et de la formation des enseignants. En privilégiant une approche multidisciplinaire, les auteurs, de divers pays et de différentes attaches (universitaires, formateurs, acteurs associatifs), abordent ces problématiques dans une pluralité de perspectives, tant méthodologiques que contextuelles.
Les enfants et la musique Les médiations culturelles et artistiques. Quels processus d’intégration et de socialisation ?
Schulsysteme, Unterricht und Bildung im mehrsprachigen frankophonen Westen und Norden Afrikas Schule und Unterricht in Frankreich. Ein Beitrag zur Empirie, Theorie und Praxis
P
a
s
s
a
g
e
a
u
x
A
c
t
e
s
Activités langagières, pratiques pédagogiques et rituels Une approche interculturelle à l’école et en formation
Sous la direction de Frédérique Montandon & Carla Schelle
Téraèdre
Activités langagières, pratiques pédagogiques et rituels
Une approche interculturelle à l’école et en formation
Collection « Passage aux Actes »
sous la direction de Christine Delory-Momberger
L’objet de la collection « Passages aux Actes » est de sortir des cercles étroits des spécialistes des études et des travaux issus de colloques, de symposiums ou de journées d’études universitaires et de les mettre à la disposition d’un public élargi sous forme d’ouvrages collectifs conçus dans cette intention.
Sous la direction de Frédérique MONTANDON& Carla SCHELLEACTIVITES LANGAGIERES,PRATIQUES PEDAGOGIQUESET RITUELSUne approche interculturelle à l’école et en formation
ISBN 978236085071-6
©Téraèdre 2016 www.teraedre.fr
SOMMAIRE
Introduction - Frédérique Montandon, Carla Schelle
7
Première partie : Approche didactique des activités langagières et des pratiques pédagogiques15 Dispositifs, pratiques langagières et pédagogiques : quelques ques-tions posées à la discipline français – Yves Reuter 17 Analyser la médiation didactique et les processus de biographisation en situation de « dictée à l’adulte » : une voie pour la formation pro-fessionnelle des enseignants ? – Christelle Berthelot 31 La construction de l’objet dans les cours au Sénégal, en France et en France : des comparaisons et des reconstructions comparées – Carla Schelle, Christophe Straub 43
L’alternance codique dans le processus de traitement des « erreurs » : le cas des cours de langues vivantes étrangères au Sénégal et en Alle-magne – Sandra Früchtenicht, Mamadou Mbaye 59
Les impacts des contextes culturels sur les activités langagières en di-dactique du FLS en France et au Sénégal – Fatima Chnane-Davin, Ousseynou Thiam 73
Deuxième partie : Rituels et interactions87 La spécificité des rituels avec des élèves scolarisés en ULIS école – Éric Bernad 89 Rituels de compétences et d’apprentissage non verbal de la langue française dans les salles de classe béninoises – Sarah Fichtner 105
Le début du cours dans les classes au Sénégal et dans les pays germa-nophones. Le commencement de cours comme pratique rituelle – Oliver Hollstein 117
Troisième partie : La question du rapport à la langue129 Entre langue d’accueil et langue d’origine : une histoire à construire – Christine Delory-Momberger 131 Comment adapter les modalités d’accueil et de communication de l’école francophone albertaine en fonction des familles immigrantes dont la culture est influencée par la tradition orale ? – Michèle Venet, Malanga-Georges Liboy 139 Interactions et apprentissages formels et informels chez des enfants du primaire lors d’échanges scolaires franco-allemands – Christiane Montandon, Bernd Wagner, Brigitte Leclaire 153 Rapport au langage et formation des adultes de bas niveau de quali-fication – Jérôme Mbiatong 173 La biographisation collective pour créer des espaces d’ « intérité » où apprendre en confiance – Anne Dizerbo 189 Lectures, histoires pédagogiques et recherche biographique dans la région de la Chapada Diamantina, État de Bahia-Brésil – Elizeu Clementino de Souza, Neurilne Martins Ribeiro 199
Quatrième partie : Témoignages et pratiques. Poids du contexte sociohistorique dans le rapport à la diversité linguistique215 L’enseignement du français dans le contexte francophone algérien entre utilité et idéologie : cas de l’enseignement du français de spécia-lité à l’EPSTA et l’ENST – Houa Belhocine217
La situation actuelle de la langue dans le domaine scolaire maghré-bin : l’exemple de la Tunisie – Maike Bouassida 239
La Caravane des dix mots. Un détour artistique pour une approche culturelle et citoyenne de la langue française et de la francophonie – Émilie Georget 255
Les auteurs 267
Introduction
Frédérique Montandon, Carla Schelle
Au cours du premier colloque international concernant « L’École et l’enseignement en France, en Afrique francophone du nord et de l’ouest et en Allemagne » (juillet 2012, Université Gutenberg à Mayence, Allemagne), nous avions largement échangé au sujet du rôle important et de la fonction centrale du langage, ainsi que celui de la langue nationale et du plurilinguisme dans le contexte de l’action pé-dagogique et éducative, au sein de la formation professionnelle des enseignants. Ces riches interactions entre la quarantaine des participants se sont avérées vives, engagées et ont ainsi ouvert des questionnements prometteurs. Parallèlement, certains de ces participants ont poursuivi les échanges en les intensifiant, ce qui a amené les chercheurs à susciter une véritable coopération en organisant des symposiums, en donnant des conférences sur le thème de la diversité des contextes scolaires et du plurilinguisme, et à publier leurs contributions sur les contextes scolaires en 1 Afrique francophone . Nos questionnements et ouvertures vers de nouvelles recherches nous ont conduits à nous retrouver lors d’un colloque organisé par le 2 laboratoire LIRTES de l’université Paris Est Créteil (UPEC) et le la-boratoire de la faculté des sciences de l’éducation de l’université Gu-tenberg de Mayence en juillet 2014 à Créteil. Le thème de la langue, de l’activité enseignante au regard des activités langagières, des conditions d’apprentissage du langage, mais aussi des rituels présents lors de ces activités complexes s’est donc trouvé au centre de la problématique du colloque. Interroger le rôle et la place du langage et des langues dans les systèmes éducatifs, des interactions verbales et non verbales au sein de la classe permet de comprendre comment les
1 Voir par exemple en langue allemande la publication éditée par Carla Schelle : Schulsysteme, Unterricht und Bildung im mehrsprachigen frankophonen Westen und Norden Afrikas, Münster, Waxman, 2013. 2 LIRTES, EA 7313, Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales.
7
apprenants accèdent à des activités sociales, psychiques, culturelles, représentationnelles, identitaires essentielles. L’ouvrage aborde en effet le questionnement des pratiques et usages langagiers sous l’angle des environnements culturels diversifiés, soulignant ainsi la nécessité d’aborder ces questions complexes de l’activité enseignante en envisageant la diversité des contextes : les comparaisons entre pays enrichissent la réflexion et révèlent des spécificités ou des ressemblances. La diversité des pays ici représentés (France, Afrique francophone, Allemagne, Canada, Brésil) a permis de privilégier une lecture interculturelle, et d’appréhender ainsi une diversité de perspectives dans le rapport au langage, qu’il soit celui de la langue maternelle, d’une langue seconde, ou encore de la langue officielle, et qu’il soit oral ou écrit. La fonction déterminante du maniement des registres langagiers chez les élèves permet également de mieux comprendre la diversité de leurs usages, ce qui amène à prendre aussi en compte la place des rituels au sein des activités pédagogiques (rituels d’accueil, rituels de contact, rituels de réparation, rituels de séparation, en un mot tous les rituels d’interaction et parmi eux les rituels conversationnels). La confrontation des contextes, des méthodes et des caractéristiques des apprentissages de la langue – langue maternelle, langue seconde ou langue étrangère – vise à proposer, à partir des dispositifs pédagogiques présentés et étudiés, des orientations nouvelles et expérimentales en matière de formation des enseignants. Une approche multidisciplinaire (sciences de l’éducation, éducation comparée, didactique, linguistique, psychologie sociale, anthropologie) et interculturelle permet de mieux appréhender la manière dont les enseignants recourent aux rituels dans les diverses situations d’enseignement ou d’apprentissage des langues. Il s’agit d’aborder d’une part, les caractéristiques de l’oralité, et d’autre part, les conditions mises en place pour aborder la langue écrite, en analysant les supports, objets, exercices, consignes, en un mot l’ensemble des activités qui accompagnent l’apprentissage de la littéracie. La question des représentations identitaires est également centrale et fortement reliée à la question du langage et du plurilinguisme. L’approche biographique de plusieurs auteurs met aussi en avant ce rapport à la langue et à la formation de son identité au sein d’un contexte scolaire ou éducatif. La manière de se situer vis-à-vis de la langue induit ainsi un certain rapport au monde. Les diverses représentations du monde élaborées grâce aux activités
8
langagières peuvent s’avérer sources d’enrichissement et de diversité culturelle mais aussi être à l’origine de conflits identitaires et facteurs de tensions concurrentielles. Une importance particulière est donc donnée aux actions et usages des individus vis-à-vis des activités langagières, ainsi que les répercussions dans les processus de subjectivation. La connaissance des contextes culturels variés et diversifiés enrichit cette réflexion. Cet ouvrage est ainsi le témoin d’un travail coopératif entre chercheurs issus de différents pays d’Europe, d’Afrique et d’Amérique. Il permet d’approfondir la compréhension de l’autre et d’envisager de nouvelles perspectives concernant la diversité de procédures méthodologiques et théoriques. Ainsi que l’expliquent les contributions présentées ici, les compé-tences fondamentales pour l’apprentissage des langues, pour l’école et pour la formation ne peuvent pas être « ordonnées » d’en haut, de l’extérieur. Les pratiques sociales, les pratiques de communication et d’apprentissages mutuelles doivent être générées dans des négociations récurrentes et vécues de façon sensée par les acteurs et les participants. Le discours scientifique offre des méthodes d’observation, des modalités de recueil de données et de leur exploitation, et grâce à ces nouvelles connaissances, élargit la compréhension et la discussion critique. Les chapitres de cet ouvrage abordent ces enjeux, complexes et sin-guliers, poursuivis par chaque système éducatif, que ce soit au sein de 3 l’école maternelle ou élémentaire, en ULIS école, au collège, ou en formation des enseignants. Les thématiques privilégiées aujourd’hui concernent la question du rapport à la langue lors de situations pédagogiques mises en œuvre au sein de la classe, mais aussi la présence plus ou moins importante des rituels et l’impact des contextes culturels spécifiques à chaque pays. Ces rapports à la langue, mais aussi à autrui lors des interactions verbales et non verbales, apparaissent à la fois similaires et variés au sein des pays étudiés : dans une approche comparative de différents pays, que peuvent nous apprendre ces observations sur leur rapport respectif à la langue et sur la manière dont les enseignants opérationnalisent ce rapport dans les situations pédagogiques ? Les analyses des interactions langagières, des conceptions et des pratiques développées au sein de l’école proviennent d’auteurs issus
3 Unité Localisée d’Inclusion Scolaire.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.