Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Lecture en ligne

Publications similaires

Historiques Historiques Historiques
série série Sources
Sources
Pierre SageQuatre générations dans l’industrie
du textile en Normandie
De Antoine Fahr à Jacques Mallez
eLe 19 siècle, c’est la révolution industrielle avec tous ses
bouleversements économiques et sociologiques.
Ce livre, c’est l’histoire d’une famille alsacienne venue en 1833 de
Mulhouse pour participer au développement de l’industrie du tissage
en Normandie.
Ce livre, c’est l’histoire de cette famille qui, pendant trois générations,
se transmet, avec ses joies et ses malheurs, l’usine de tissage située à
Rouen rive gauche, en face du Jardin des Plantes. Quatre générations dans l’industrieCe livre, c’est l’histoire de ces deux belles demeures où vécut cette
famille pendant plus d’un siècle, avec ses transformations parfois du textile en Normandiesurprenantes.
Tous ceux qui connaissent et aiment Rouen rive gauche et tout De Antoine Fahr à Jacques Mallez
particulièrement le quartier de la Mare du Parc et le Jardin des Plantes
auront plaisir à découvrir ce que fut la vie de cette famille, qui a façonné
ce quartier pendant plus de cent ans.
Pierre Sage est ingénieur en informatique et généalogiste
amateur. Il est le co-auteur de Une Vie, Fernand Sage notre
Papé (éd. L’Harmattan), de La Nouvelle généalogie des familles
de Haynin de Hennin Dhennin et Henin et de L’analyse
génétique appliquée à l’étude de la généalogie des familles
de Haynin de Hennin (publiés par l’Association Généalogique
Flandres Hainaut en 2002 et 2014).
Antoine Fahr
(1818-1899) Albert Fahr
(1847-1923) Albert Mallez Collection « Historiques » (1882-1962)
Jacques Mallez dirigée par Bruno Péquignot et Denis Rolland (1913-2013)
Illustrations de couverture : © D.R.
17,50 € Historiques9 782343 045719ISBN : 978-2-343-04571-9 Sources
Pierre Sage
Quatre générations dans l’industrie du textile en Normandie

















Quatre générations
dans l’industrie du textile
en Normandie






















Historiques
Dirigée par Bruno Péquignot et Denis Rolland


La collection « Historiques » a pour vocation de présenter les
recherches les plus récentes en sciences historiques. La
collection est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des
périodes historiques.
Elle comprend trois séries : la première s’intitulant
« travaux » est ouverte aux études respectant une démarche
scientifique (l’accent est particulièrement mis sur la recherche
universitaire) tandis que la deuxième intitulée « sources » a
pour objectif d’éditer des témoignages de contemporains
relatifs à des événements d’ampleur historique ou de publier
tout texte dont la diffusion enrichira le corpus documentaire
de l’historien ; enfin, la troisième, « essais », accueille des
textes ayant une forte dimension historique sans pour autant
relever d’une démarche académique.



Déjà parus
dans la série : Sources


Gérard PONSINET, Guerre aux civils – Guerre des civils dans
les Ardennes envahies de 1914 à 1918, 2012.
Claude VIGOUREUX, Servir la « Gueuse », Lettres d’officiers
(1894-1929), 2010.
Henri-Charles de Thiard de Bissy, Correspondance du comte
de Thiard (Textes revus, avant-propos et notes par Bernard
Alis), 2010.
Yves BLAVIER, Fournier l'Américain. Mémoires secrets et
autres textes, 2010.
Lydia OLCHITZKY-GAILLET, Spoliation et enfants cachés,
2010.

Pierre Sage






















Quatre générations
dans l’industrie du textile
en Normandie

De Antoine Fahr à Jacques Mallez
















































































































































































































Illustrations et photographies intérieures : © D.R.











© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04571-9
EAN : 9782343045719









Sommaire




Avant-propos 7
Préface 9
1 – De l’Alsace à la Normandie 11
2 – Les usines de tissage de la famille 17
3 – Le 21 rue de la Mare du Parc 45
4 – Le 119 rue d’Elbeuf 57
5 – Autour de l’usine de tissage mécanique de la Mare du Parc 67
Annexes 73
Table des matières 117



5


















Eté 1892 : Vue des nouveaux bâtiments de l’usine de tissage de la rue de la Mare du Parc
avec la nouvelle forge à droite de l’usine et la première cheminée sur la droite.
La maison d’Albert Fahr construite derrière l’usine entre 1892 et 1894 ne figure pas sur la photo.
Le bâtiment sur la droite peut être le magasin aux déchets de l’usine Burel.





Avant-propos

C’est en novembre 2012 que M. Croguennec, archiviste normand, prend contact avec la
famille. Il écrivait un livre sur les entreprises du textile à Rouen et dans la région, et souhaitait
avoir des renseignements sur l’usine de tissage familiale de la Mare du Parc. Nous lui répondons
que les archives de l’usine avaient été déposées en 1998 aux Archives municipales de Rouen. Et
c’est M. Lissot, ancien comptable de l’usine, très intéressé par le sujet, qui prend contact avec la
mairie pour les consulter. Mais ce n’est qu’après deux semaines de recherches que ces archives,
qui n’avaient pas été enregistrées lors de leur dépôt, ont été retrouvées grâce à l’opiniâtreté de
meM Gavant, archiviste.

Je me rends le mardi 3 juin 2013 à la mairie de Rouen pour consulter ces archives, quatre
cartons, qui étaient en fait les archives de mon arrière-grand-père Albert Fahr. J’y découvre les
actes fondateurs des sociétés créées par Albert Fahr pour la gestion de l’usine jusqu’en 1919, les
actes d’achat de ses différentes propriétés entre 1883 et 1911, les factures de la construction de sa
maison, des dossiers de contentieux, des contrats de mariage et de succession jusqu’en 1932.

Avec les recherches généalogiques faites par mon oncle Jacques Mallez vers 1995 sur sa
propriété et sa famille normande, les photos que m’avait données ma grand-mère dans les années
1960 et les archives de mon arrière-grand-père, il y avait tous les éléments pour écrire une belle
histoire de famille. Jacques Mallez était très attaché professionnellement et sentimentalement à sa
famille normande venue d’Alsace. Il allait fêter ses 100 ans le 29 août 2013, j’avais donc un peu
moins de trois mois pour écrire cette histoire.

Mais nous n’avons pas pu fêter cet anniversaire, Jacques nous ayant quittés le 13 juillet. C’est
donc à ses trois filles, Isabelle, Claudine et Line, à ses petits-enfants, à ses neveux et nièces, et à
tous ceux qui l’ont connu et aimé que je dédie cette histoire de la famille en Normandie.

Elle retrace le parcours des quatre générations de la famille qui participèrent au
développement de l’industrie du textile en Normandie pendant plus d’un siècle, de 1834 à 1968.
C’est aussi l’histoire des trois propriétés acquises par Albert Fahr et situées autour de la Mare du
Parc à Rouen, l’usine de tissage, la maison de ma grand-mère et la maison de mon oncle. Cette
histoire a été reconstituée grâce aux archives familiales et complétée par les souvenirs personnels
que chacun m’a apportés.

Je remercie chaleureusement Isabelle, Claudine et Line Mallez, pour m’avoir invité à Rouen
et avoir mis à ma disposition les archives de leur père, M. Lissot, pour son efficacité auprès de la
mairie de Rouen et Michel Verret pour cette préface où il exprime tout l’intérêt qu’il porte aux
« ambiances révolues » et aux recherches du « décrypteur des généalogies ».

Et j’ai une pensée particulière pour Laurent Sirot qui a fondé et développé avec succès son
entreprise dans l’informatique, comme son arrière-grand-père Albert Fahr un siècle auparavant
dans le textile. Laurent s’inscrit dans la lignée de ces quatre générations de chefs d’entreprises
dont le dernier a été son oncle Jacques Mallez.

À travers ce récit, chacun retrouvera avec émotion ses souvenirs de jeunesse lorsqu’il rendait
visite à ma grand-mère ou à mon oncle. Les générations futures y découvriront une page de leur
histoire familiale et l’héritage culturel que leur ont transmis leurs ancêtres. Ce récit est aussi un
témoignage de l’histoire, non pas de l’histoire avec un grand H, celle des rois, mais un e l’histoire au quotidien de ceux qui ont forgé notre pays tel que nous le connaissons
aujourd’hui.
Pierre Sage
La Chapelle sur Erdre, le 29 août 2013


7






















Coffret à liqueur aux initiales d’Albert Fahr.







Préface



Je porte toujours un Nous. Nous des parents qui ont engendré ce Je, l’ont mis au jour, élevé du
nourrisson au nom d’humain. Comme ce Nous portait à son tour la parenté, de parents en parents,
voilà Je dans sa lignée.

Et par le croisement des lignées, car il en allait bien sûr du Tu comme du Je, Pierre me disait :
« Voilà, cher Michel Verret, toute ta généalogie, comme de moi ton ami, la mienne ». Qui bientôt
nous feront cousins par Pépin le Bref et Charlemagne, du cousinage universel de notre histoire
1commune . Qui approche le cœur de Pierre Sage apprendra d’abord de lui cela – pièces en main,
merci Pierre.

Qui ne s’exceptant pas de notre commune condition vous livrera, si le cœur vous en dit,
l’histoire récente de sa propre lignée, en autant d’entrées qu’il en sera de plans d’existence, car
notre histoire est multiplane.

Ici donc, lignée industrielle sur quatre générations, issue elle-même de lignée artisane
(tisserands par les hommes, charrons par les femmes), effectuant mutation de classe en migration
géographique, de l’Alsace à la Normandie. Où les voilà, hommes d’usines, entrepreneurs du
textile : dans les mouvements conjoints du capital gardé familial, du travail salarié d’une main
d’œuvre régionale étendue, d’un marché en extension mondiale (tissus pour l’Afrique et les
Antilles). Pierre Sage a le sens des lointains géographiques autant qu’historiques.

Mais cet homme des lointains est aussi l’homme des proximités.
Proximités de la famille, ici suivie en sa propre histoire, et voici en cette histoire d’hommes,
l’entrée des femmes : épouses, filles, cousines, nourrices, femmes de compagnie et femmes de
service – sans parler du peuple invisible des ouvrières à l’usine et des acheteuses par le monde –
car le textile est chose féminine.

Femmes proches, espaces proches : espaces domestiques liés aux espaces usiniers. Car les
maisons de maître ici ne sont jamais loin des ateliers, ni les sombres ateliers de leurs jardins
fleuris. On verra les plans.

Et plus rares que les plans, les photos. Les photos d’intérieurs d’une vie bourgeoise continuée
sur le siècle. Espaces d’intériorité où s’abritent les intimités. Précieuses évocations d’ambiances,
par les meubles et les décors conservés, en poétiques surannées parfois, mémoriellement intactes
cependant. Sans oublier Rosalie la Citroën bien-nommée. Ni la bibliothèque vouée au poète,
comédien et dramaturge Albert Glatigny, car le grand père était aussi mécène.


1 Michel Verret et Pierre Sage sont cousins par la famille Mallez et la famille de Haynin dont la généalogie
remonte jusqu’à Charlemagne.


9


Espaces d’une mémoire heureuse. Dramatique aussi. Du souvenir des férocités historiques,
accomplies autrefois auprès de cette Mare du Parc, où furent brûlés vifs en 1253 et 1266 deux
accusés d’hérésie.

De la mémoire contemporaine aussi celle-là, documentée en photos, des destructions causées
aux usines en 1944, par les bombardements alliés sur la ligne de défense des occupants allemands,
en repli vers leur défaite.

Pierre Sage ne les oublie ni ne les omet, préférant pourtant évoquer « les grands arbres, le
cèdre et le hêtre pleureur » et « le grand rocher sous l’if », près du clair ruisseau dans le parc où
gamin il allait pousser le cerceau avec les petites cousines, avant de leur faire peur plus tard par
ses sprints en vélo, tout juste arrêtés à leur pieds.

Car on l’a compris, il y a en Pierre Sage, le savant décrypteur des généalogies, l’historien des
lignées industrielles et l’illustrateur des ambiances révolues, un aventurier dormant dont l’humour
se plaît à éveiller les sourires.



Michel Verret
er Nantes, le 1 mai 2014


















10




Implantation des familles Fahr et Hilzinger en Normandie (Sources : Google Maps).

Implantation des familles Fahr et Hilzinger et de leurs ancêtres en Alsace (Source : Google Maps).



11