Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Dictionnaire du Vatican

De
887 pages


Ce premier Dictionnaire du Vatican, publié quelques mois après l'élection du pape François, est appelé à devenir l'ouvrage de référence sur le sujet.




Le Vatican a toujours été un acteur des relations internationales – mais un acteur des plus singuliers. Ainsi, en 1935, à un ministre qui lui suggérait d'assouplir sa politique envers l'Église, Staline aurait répondu, péremptoire et méprisant : " Le Vatican ? Combien de divisions ? " Quatre-vingts ans plus tard, toujours pourvu de ses seuls gardes suisses, le Vatican continue cependant d'affirmer son influence, occupant la scène médiatique, sollicitant les intelligences de tous horizons, sur le mode spéculatif comme sur le mode polémique, mobilisant toujours les arts et, surtout, excitant plus que jamais la curiosité du monde entier. En mars et avril derniers, la renonciation de Benoît XVI et l'élection du pape François, premier pontife jésuite et non européen, n'ont été que le dernier épisode pour le moins inattendu d'une histoire mouvementée, souvent tramée dans le secret.
Ce dictionnaire nous fait entrer dans un monde à part, avec ses codes, ses institutions, ses personnages, ses usages, sa geste, ses grandes aventures et ses petites misères. Le Vatican est tout à la fois récent (il n'apparaît qu'en 1870 et n'est reconnu comme État souverain qu'en 1929) et séculaire (il est fondé, au sens propre comme au sens figuré, sur le tombeau de l'apôtre Pierre, compagnon du Christ) ; petit (44 ha) et immense (son rayonnement est planétaire) ; réservé à quelques privilégiés (seulement 3 000 personnes y travaillent) et la patrie spirituelle de foules innombrables (plus d'un milliard de fidèles) ; solennel (les cérémonies les plus grandioses y sont célébrées) et prosaïque (on y fait la cuisine, on y entretient plusieurs dizaines de voitures, on y regarde le Calcio...) ; un foyer d'héroïsme (la plupart des papes qui y ont résidé ont été béatifiés) et un nid d'intrigues dont certaines, impliquant les officines italiennes les plus douteuses, ont défrayé la chronique. Bref, un univers à la fois trouble et lumineux, exemplaire et inquiétant.
L'ouvrage traite du Vatican sous ses aspects historiques, politiques, artistiques, mais aussi financiers, sociologiques et institutionnels. Il explore ses rouages internes, relatifs notamment au fonctionnement des conclaves, analyse ses relations avec les autres États, évoque son influence dans le monde, ses forces, ses faiblesses et ses erreurs... Il aborde des questions très diverses comme celles des codes vestimentaires des papes, de leur alimentation, de la vie quotidienne au sein de cet État, du rôle de chacun de ses protagonistes, des employés aux cardinaux, sans oublier celle des femmes dans les structures vaticanes.
Ce dictionnaire a été conçu, sous la direction de Christophe Dickès, par une équipe de 46 auteurs de 7 nationalités différentes, représentative d'une nouvelle génération d'historiens vaticanistes.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

BOUQUINS Collection fondée par Guy Schoeller et dirigée par Jean-Luc Barré
À DÉCOUVRIR AUSSI DANS LA MÊME COLLECTION
La Bible, traduite par Louis-Isaac Lemaître de Sacy, édition établie par Philippe Sellier Croisades et pèlerinages, édition établie par Danielle Régnier-Bohler Les Femmes mystiques. Histoire et dictionnaire, sous la direction d’Audrey Fella Pierre Grimal,Rome et l’amouretVoyage à Rome Francesco Guicciardini,Histoire d’Italie (1492-1534), édition établie par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, 2 vol. Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion, 1559-1598, par Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnairepar Philippe Contamine, Xavier Hélary et Olivier Bouzy Dom Jean Mabillon,Œuvres choisies, édition établie par Odon Hurel Louis Massignon,Écrits mémorables, édition établie par François Angelier, François L’Yvonnet et Souâd Ayada sous la direction de Christian Jambet Ernest Renan,Histoire des origines du christianisme, édition établie par Laudyce Rétat, 2 vol. Sainte-Beuve,Port-Royal, édition établie par Philippe Sellier, 2 vol.
DICTIONNAIRE DU VATICAN ET DU SAINT-SIÈGE
Sous la direction de Christophe Dickès
avec la collaboration de Marie Levant et Gilles Ferragu
Cet ouvrage a été publié sous la directioà de Matthieu Grimpret
© Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2013
EAN : 978-2-221-14026-0
Dépôt légal : octobre 2013 – N° d’édition : 51705/01
Ce documeàt àumérique a été réalisé parNord Compo
ONT COLLABORÉ À CE DICTIONNAIRE
Paul AIRIAU est agrégé et docteur en histoire, diplûmé de l’Institut d’études politiques de Paris où il est aujourd’hui maître de conférences. Il enseigne également dans le secondaire. Il a e publiéL’Église et l’Apocalypse du à nos joursXIX siècle  (Berg international, 2000), e e L’Antisémitisme catholique aux XIX et XX siècles(Berg International, 2002) etCent ans de laïcité française(Presses de la Renaissance, 2005). Gérald ARBOIT est docteur habilité en histoire contemporaine, di recteur de recherches au Centre français de recherche sur le renseignement (Paris) et expert auprès du Conseil de l’Europe (Strasbourg). Gérald Arboit est observateur de la diplomatie pontificale et auteur, notamment, du livreLe Saint-Siège face au nouvel ordre au Moyen-Orient.De la guerre du Golfe à la reconnaissance diplomatique d’Israël(L’Harmattan, 1996). Manuela BARBOLLA, après une licence de lettres à l’université de Bari, a poursuivi des études d’archivistique à Bari (diplûme d’archivistique et de paléographie des Archives d’État) et à Rome (master en archivistique de l’université lib re Maria Santissima). Elle est aujourd’hui archiviste à la congrégation pour la Āoctrine de la foi. Marie BARET ĀU COUĀERT, après une khâgne, a poursuivi des études d’histoire (Paris IV-Sorbonne) et de sciences politiques (ĀEA Paris II P anthéon-Assas). Journaliste, elle a collaboré et collabore à de nombreuses revues :Spectacle du Monde,Valeurs actuelles, Figaro hors-sérieetL’Homme nouveau. Elle vit à Rome depuis plusieurs années. Gweltaz CAOUISSIN est enseignant en histoire-géographie. Il a effect ué ses premières recherches sur l’idéologie d’Alfred Rosenberg et su r l’antisémitisme national-socialiste (université de Bretagne occidentale). Lucia CECI enseigne l’histoire contemporaine à l’université d e Rome Tor Vergata. Elle a publié de nombreux essais sur la vie de l’Église en Italie, en Amérique latine et dans la Corne de l’Afrique, portant une attention particulière aux rapports entre catholicisme et politique. Elle s’est également penchée sur les relations entre Église et fascisme dans le contexte du conflit italo-éthiopien. Elle est l’aut eur deLa teologia della liberazione in America latina. L’opera di Gustavo Gutiérrez (Milan, Franco Angeli, 1999),Il vessillo e la croce. Colonialismo, missioni cattoliche e islam in Somalia, 1903-1924 (Rome, Carocci, 2006),Il papa non deve parlare. Chiesa, fascismo e guerra d’Etiopia (Rome-Bari, Laterza, 2010). Lucia Ceci collabore régulièrement au journalIl Fatto. Grégoire CÉ L I E R a obtenu un diplûme de technologie en 1978 (univers ité Paris-Nord Villetaneuse) et un master de philosophie en 2010 (Paris IV-Sorbonne). Il est actuellement doctorant en philosophie à la Sorbonne. Prêtre depuis 1986, il a enseigné la philosophie, puis dirigé une maison d’édition. Il est aujourd’hui journaliste et écrivain. Spécialiste de e l’histoire du catholicisme au XIX siècle, Grégoire Célier a notamment écrit sur l’antilibéralisme catholique et ses figures (Pie IX , Barbier, Benigni, Guéranger, du Lac, Veuillot, etc.). Giuliana CHAMEĀES a passé un Ph.Ā. à l’université de Columbia aux Éta ts-Unis surLe Vatican et les origines de la guerre froide. Elle enseigne actuellement à Harvard sur l’anticommunisme, la religion et la fin des Empires dans le cadre du programme Histoire et Littérature de la fameuse université. Philippe CHENAUX est professeur d’histoire de l’Église moderne et c ontemporaine à e l’université du Latran, à Rome. Spécialiste de l’histoire de la papauté au XX siècle, il est membre du Comité pontifical des sciences historique s. Il a notamment publiéPie XII.
Diplomate et pasteur2003), (Cerf, L’Église catholique et le communisme en Europe (1917-1989). De Lénine à Jean-Paul II2009), (Cerf, Le Temps de Vatican II. Une introduction à l’histoire du concile(Āesclée de Brouwer, 2012). Giulia Ā’ALESSIO, docteur en histoire de l’universitéLa Sapienzade Rome, est spécialiste du catholicisme nord-américain et des relations entre le Saint-Siège et les États-Unis. Auteur d’une thèse intituléeSanta Sede e stati uniti durante il pontificato di Pio XI : la dottrina sociale della Chiesa, la Grande Crisi e il New Deal, elle s’intéresse aux liens entre économie, religion et politique. Guillaume ĀE TANOÜARN est docteur en philosophie (université Lyon III) et a travaillé sur la pensée du cardinal Cajetan. Il est aujourd’hui professeur de théologie au séminaire Saint-Vincent-de-Paul à Courtalain et directeur du centre Saint-Paul à Paris. Homme de presse, il a dirigé plusieurs revues consacrées à la philosophie, l’histoire et aux idées politiques. Il est l’auteur deVatican II et l’Évangile2003), (Servir, L’Évidence chrétienne (Via Romana, 2005),Jonas ou le désir absent(2008),Cajetan, le personnalisme intégral(Cerf, 2009),Parier avec Pascal(Cerf, 2012). Christophe ĀICKÈS est docteur en histoire contemporaine des relations internationales (Paris IV-Sorbonne). Il a été l’élève de Georges-Henri Sou tou et est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la politique étrangère à l’époque cont emporaine et sur la période napoléonienne. Āe 2005 à 2013, il a été responsable d’édition de l’émission « Un jour dans l’histoire » à Canal Académie, la radio Web de s académies formant l’Institut de France. Āepuis 2008, il est chargé de la rubrique d e diplomatie pontificale dans le bimensuelL’Homme nouveau. Il a en outre écrit plusieurs articles dans divers journaux, revues et publications scientifiques (Figaro Histoire,Lepoint.fr,Revue d’histoire diplomatique», etc.). Il a publié dans la collection « Bouquins Jacques Bainville. La monarchie des lettres(2011). Miguel Ángel ĀIONISIO VIVAS est docteur en histoire contemporaine de l’Univers ité autonome de Madrid (2010), à la suite d’un travail consacré au cardinal Isidro Gomá et l’Église espagnole dans les années 1930. Titulaire d’une licence en études ecclésiastiques (1995), en géographie et en histoire (2005), en anthropologie sociale et culturelle (2009) et en théologie (2012). Ses domaines d’étude sont la v iolence anticléricale dans l’Espagne des années 1930 et le conflit du sécularisme face a u catholicisme dans la période de l’entre-deux-guerres. À Tolède, Miguel Ángel Āionisio Vivas est professeur d’histoire de l’Église à l’Institut théologique San Ildefonso et archiviste auxiliaire aux Archives diocésaines. Il est conférencier et auteur de nombreux articles sur les questions historiques e e et archivistiques des XIX et XX siècles. Marthe ĀOUTREBENTE a intégré un conservatoire parisien après des études dans une école de musique. Elle est titulaire d’une licence en musique et musicologie (Paris IV-Sorbonne) et a été l’assistante du journaliste Olivier Bellamy s ur Radio Classique pour son émission quotidienne « Passion classique » puis l’assistante du secrétaire général et du directeur de la communication à la Cité de la musique. Jacques-Régis ĀU CRAY est agrégé d’histoire. Il a consacré ses travaux u niversitaires à la famille de Benoist de Limoges au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Il a par ailleurs fait paraître plusieurs ouvrages de généalogie. Yannick E SSERTEL, docteur HĀR et professeur certifié d’histoire, est chercheur au CREĀO (CNRS-université de Provence-EHESS) et professeur des universités. Il est membre du Centre de recherches et d’échanges sur la diffusion et l’inculturation du christianisme e (CREĀIC) et spécialiste d’histoire des missions chr étiennes au XIX siècle. Il a notamment publiéL’Aventure missionnaire lyonnaise, 1815-1962, de Pauline Jaricot à Jules Monchanin (CERF, 2001) et dirigé l’ouvrageObjets des terres lointaines (Milan, Silvana, 2011). Il travaille actuellement sur les enjeux géopolitiques de l’évangélisation en Océanie. Gilles FERRAGU, ancien membre de l’École française de Rome, est m aître de conférences à l’université Paris Ouest-Nanterre ainsi qu’à Sciences-Po Paris. Āans le cadre de sa thèse de doctorat, il a travaillé sur les relations entre la France, l’Italie et le Vatican après la séparation des Églises et de l’État. Spécialiste de l’histoire des relations internationales et e notamment de ses aspects religieux, il a récemment publiéSiècleLe XX (Hachette, 2010),
Les Écrivains-diplomates (en collaboration, Armand Colin, 2012) et prépare uneHistoire e e du terrorisme aux XIX -XX siècles(Perrin, 2013). Étienne GROS a suivi un master (MBA-CAAE) à l’Institut d’admini stration des entreprises (IAE) de Paris après des études de droit et d’histo ire. Il est aujourd’hui directeur des ressources humaines Europe dans un groupe international opérant notamment en Italie. Il est également enseignant en droit du travail à l’Institut des hautes études de droit rural et d’économie agricole (IHEĀREA). Antoine-Marie IZOARĀ est journaliste, spécialiste de l’actualité du Vat ican. Après avoir travaillé pendant six ans à Radio Vatican, il a été nommé responsable de l’agence de presse en langue française spécialisée sur le Vatic an, I-Media. Il collabore à plusieurs médias : KTO, RFI, Famille chrétienne, etc. François JANKOWIAK a suivi un double cursus de droit et d’histoire (ĀEA d’histoire du droit, 1992 ; ĀEA d’histoire contemporaine, 1994, universi té Paris X-Nanterre). Professeur certifié d’histoire-géographie (1995), détaché en qualité d’ATER à l’université Paris-Sud (1996-1998) puis membre de l’École française de Rome (1998-2001), il soutient en 2002 une thèse de doctorat en histoire du droit, publiée à Rome en 2007 sous le titreLa Curie romaine de Pie IX à Pie X. Le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux (1846-1914). Agrégé des facultés de droit (2004) et professeur à l’université de Limoges (2004-2007), il enseigne aujourd’hui à l’un iversité Paris-Sud où il codirige le centre Āroit et sociétés religieuses. Philippe KERSANTIN est étudiant en master de lettres classiques. Il collabore régulièrement au bimensuelL’Homme nouveau. Godeleine LAFARGUE est docteur en philosophie (Paris IV-Sorbonne). El le a consacré sa thèse à l’œuvre de Jacques Maritain, publiée sous l e titre :Le Dilemme de Jacques Maritain, L’évolution d’une pensée en philosophie politique(Éditions de Paris, 2005). Marie LAFOURCAĀE a été rédacteur en chef adjoint du journalLa Tribune, puis rédacteur en chef délégué duJournal des finances. Elle est spécialiste des ONG catholiques et a publié aux éditions de L’Œuvre socialeL’Église, une autre idée de la mondialisation(2009). Renata LATAŁA, historienne d’origine polonaise, a étudié à l’uni versité Jagellonne de Cracovie, puis a poursuivi sa formation au sein de l’Institut européen de Genève et de l’Institut d’histoire contemporaine de l’université de Fribourg. Elle a orienté ses recherches dans les domaines de l’histoire intellectuelle du catholicisme et des échanges e e culturels aux XIX et XX siècles. Collaboratrice de diverses institutions c ulturelles en Pologne et en Suisse, puis enseignante, elle participa à des projets collectifs de recherche consacrés à l’Europe centrale et orientale. Frédéric LE MOAL est docteur en histoire contemporaine (Paris IV-Sorbonne). Professeur au lycée militaire de Saint-Cyr et à l’Institut Albert -le-Grand, il est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages en histoire des relations internationales (Italie, Balkans). Son dernier livre paru estLe Front yougoslave. 1939-1945. De la guerre de l’Axe à la guerre froide (Saint-Cloud, Soteca, 2012). Frédéric LE MOIGNE est docteur en histoire à l’université Rennes II, membre associé du Centre de recherches bretonne et celtique (CRBC) et maître de conférences à l’université e de Brest. Ses travaux portent sur l’épiscopat franç ais au XX siècle. Il a organisé, avec Charles Sorrel, le colloqueLes évêques français de la séparation au pontificat de Jean-Paul II, à paraître au Cerf en 2013. Il est le coordinateur, avec Āominique-Marie Āauzet, e dusiècleDictionnaire des évêques de France au XX (Cerf, 2010) et l’auteur desÉvêques français de Verdun à Vatican II(Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005). Marie LEVANT est docteur en histoire et a enseigné l’histoire contemporaine à l’université de Brest et à l’université de Strasbourg. Spécialiste de l’Allemagne contemporaine et de la papauté de l’entre-deux-guerres, elle est l’auteur d’une thèse sur les relations germano-vaticanes, intituléeReconquérir le Reich ? Le Vatican et l’Allemagne de Weimar, des nonciatures Pacelli au Reichskonkordat(1919-1934). Elle s’est aussi penchée sur les relations entre le Saint-Siège et la France, et s’intéresse à l’histoire de la Shoah. Elle est actuellement chercheur-enseignant à l’université de Brest. Christian MALIS, ancien élève de l’École normale supérieure, docteur habilité en histoire, est professeur associé aux écoles de Saint-Cyr Coëtquid an. Spécialiste d’histoire des idées
stratégiques, il est l’auteur de deux biographies intellectuelles :Raymond Aron et le débat stratégique français (Economica, 2005) etPierre-Marie GalloisL’Âge (Lausanne, d’homme, 2009). Il a également dirigé plusieurs ouvrages sur l’analyse stratégique et sur l’évolution de la conflictualité contemporaine. Āorian MALOVIC, chef du service Asie au quotidienLa Croix, est spécialiste de la Chine et ancien correspondant à Hong Kong. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment :Le Pape jaune, Mgr Jin Luxian, soldat de Dieu en Chine communiste2006) ; (Perrin, Mgr Zen, Un homme en colère(Bayard, 2007). Philippe MAXENCE est journaliste et écrivain, spécialiste du monde littéraire anglo-saxon et du catholicisme. Rédacteur en chef du bimensuel cat holiqueL’Homme nouveau, il collabore régulièrement à de nombreuses publication s françaises ou étrangères (Figaro Magazine,Figaro hors-série,Figaro Histoire,Le Spectacle du monde,La Nef,The Chesterton ReviewetThe Distributist Review). Jean-Pierre MOISSET est maître de conférences en histoire contemporain e à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III. Ses recherches portent sur l’Église catholique comme organisation (financement, lieux de culte, patrimoine, communication) ainsi que sur les e e aspects matériels de la laïcité en France, du XIX siècle au XXI siècle. Il a notamment e publiéXIX siècle Les Biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au dans le diocèse de Paris, 1802-1905 (Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004),Histoire du catholicisme (Flammarion, 2006) et « Aspects des finances diocésaines en France au e o XX siècle »,Cristianesimo nella Storia, 2012, n 3, p. 675-714. Luc PERRIN est agrégé d’histoire. Après une thèse de doctorat (Paris IV-Sorbonne, 1994) portant sur les paroisses parisiennes au temps de V atican II, il devient maître de conférences d’histoire de l’Église moderne et conte mporaine à la faculté de théologie catholique de l’université de Strasbourg. Il est l’auteur deL’Affaire Lefebvre (Cerf, 1989) et co-auteur deL’Histoire des curés(Nicole Lemaître [dir.], Fayard, 2002). Laura PETTINAROLI est agrégée et docteur en histoire, ancienne élève de l’École française de Rome. Elle est actuellement maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut catholique de Paris (faculté des lettres). Elle s’intéresse notamment à l’histoire de la Curie romaine, à la diplomatie vaticane et aux relations du Saint-Siège avec le monde slave et e orthodoxe au XX siècle. Sa thèse était consacrée à la politique ru sse du Saint-Siège (1905-1939). Elle a organisé en 2011, à l’École fra nçaise de Rome, un séminaire international sur le gouvernement pontifical sous Pie XI (2010-2011). Ses deux ouvrages sont en cours de publication. Philippe PICHOT-BRAVARĀ, docteur en droit, est chargé de cours en histoire du droit dans plusieurs instituts d’études supérieures. Il est professeur d’histoire de l’Église au séminaire de l’Institut du Christ-Roi (Florence). Sa thèse, intituléeConserver l’ordre constitutionnel e e (XVI -XIX ), a été publié aux éditions LGĀJ. Il a, en outre, publié,Le Pape ou l’empereur ; les catholiques et Napoléon III(Perpignan, Tampora, 2008). Adélaïde PoUCHOL est titulaire d’un master II d’histoire de la philosophie. Elle est journaliste, spécialiste des questions religieuses. Roberto REGOLI, docteur en histoire, enseigne aujourd’hui l’histo ire contemporaine de l’Église à l’Université pontificale grégorienne. Spécialiste de l’histoire de la papauté et de la Curie romaine à l’époque contemporaine, ses travaux portent à la fois sur la période de la Restauration et sur l’entre-deux-guerres. Il a p ublié notamment une biographie du cardinal Consalvi (Ercole Consalvi. Le scelte per la Chiesa, Rome, Pontificia università gregoriana, 2006). Il collabore aux revuesChiesa e Storia etArchivum historiae pontificiae. Jacques RIME est prêtre dans les paroisses de Belfaux, Grolley et Courtion, aux portes de Fribourg, en Suisse, et s’intéresse à l’histoire re ligieuse de son pays. Il a coédité avec Renata LatałaLiberté religieuse et Église catholiquePress Fribourg, 2009) et (Academic publié chez le même éditeur sa thèse de doctorat co nsacrée au cardinal Charles Journet (2010). Auteur deLieux de pèlerinage en Suisse (Bière, Cabédita, 2011), il poursuit des recherches sur la religion populaire. Nicolas RICHARĀ est agrégé d’histoire et doctorant à l’université Charles de Prague et à l’université Paris IV-Sorbonne. Il consacre ses rec herches doctorales au clergé de la
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin