Education pour tous, culture et développement

De
Publié par

Le paradoxe de l'éducation pour tous dans un monde pluriel et aux pratiques éducatives diversifiées est au coeur de cet ouvrage. Il s'agit, pour chacun des intervenants, et à partir de sa posture, de se rendre compte que le principe et la pratique de l'éducation pour tous sont une équation à géométrie variable, qui se réalise dans le respect de la diversité, du type et du niveau de la demande sociale d'éducation. Ce débat, qui introduit l'après-2015, est dominé par la problématique de l'éducation au développement durable.
Publié le : mardi 1 mars 2016
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782140003431
Nombre de pages : 362
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
7
,
ONKOUA
Sous la direction dePierre FONKOUAEn collaboration avec le Réseau africain francophone d’éducation comparée (RAFEC)
Éducation pour tous, culture et développement
Enjeux et perspectives de l’éducation dans l’espace francophone
Cahiers africains de recherche en éducation n°9
ÉDUCATION POUR TOUS, CULTURE ET DÉVELOPPEMENT
Enjeux et perspectives de l’éducation dans l’espace francophone
Cahiers africains de recherche en éducation Comité scientifique
Pr Afsata Pe Koudougou, Burkina Fasoaré-Kaboré, Université d Pr Abdel Baba Moussa, Université d’Abomey Calavi, Bénin Pr Amade Badini, Université de Ouagadougou, Burkina-Faso, Pr Belinga Bessala, Simon, Université de Yaoundé I, Cameroun Pr Emtcheu, André, Université de Yaoundé, Cameroun Pr Fonkoua Pierre, Université de Yaoundé I, Cameroun Pr Kongotoua, Augustin, Université de Bangui Pr Malet Régis, Université de Bordeaux, France Pr Matchinda T. Brigitte, UNICEF, Cameroun Pr Marmoz Louis, Université de Paris Versailles, France Pr Mossoa, Lambert, Université de Bangui Pr Jaillet, Alain, Université de Cergy Pontoise, France Pr Tchombe M Therese, Université de Buea, Cameroun Pr Ongoka Pascal Robin, Université Marien Mgouabi, Congo Pr Louzolo Kimbembé, Université Marien Mgouabi, Congo Pr Mawete Samuel, Université Marien Mgouabi, Congo
Directeur de publication Professeur Pierre FONKOUA, Université de Yaoundé I –Cameroun Fondateur de la Revue : Professeur Louis MARMOZ
Sous la direction de Pierre FONKOUAEn collaboration avec le Réseau africain francophone d’éducation comparée (RAFEC)
ÉDUCATION POUR TOUS, CULTURE ET DÉVELOPPEMENT
Enjeux et perspectives de l’éducation dans l’espace francophone
nd Actes du 2 colloque Réseau africain francophone d’éducation comparée
Cahiers africains de recherche en éducation – n°9
Déjà publiés : N° 8 : Principes et modalités de l’enseignement des langues et cultures nationales au Cameroun N°7 : La décentralisation de l’éducation en Afrique subsaharienne La décentralisation comporte des risques de création de disparités entre les régions; l’État qui est le garant de la justice sociale doit donc veiller à l’équité, prendre les mesures préventives et de remédiation des inégalités observées. N° 6 : La formation des chefs d’établissements scolaires en Guinée Une clef de l’amélioration des systèmes éducatifs est la formation des chefs d’établissements en raison de son caractère multiplicateur. La Guinée a développé dans ce domaine des actions importantes. N° 5 : Réalités de l’enseignement africain Différentes approches – celles de la sociologie, de l’économie, de la biologie et de l’analyse littéraire – sont utilisées ici pour mieux comprendre les réalités de l’enseignement africain. N° 4 : La recherche en éducation au Congo/Kinshasa Plus de 800 recherches en éducation ont été réalisées au Congo-Kinshasa entre 1980 et 2003, au cours de périodes pourtant particulièrement troublées. N° 3 : L’éducation de base pour tous dans la Francophonie à l’heure de la mondialisation : perspective comparative Cet ouvrage permet de faire le point sur la mise en œuvre du plan d’action adopté en avril 2000 à Dakar par le Forum mondial de l’éducation. N° 2 : La scolarisation des filles au Cameroun Un tableau général des problèmes posés par la scolarisation des filles au Cameroun, en regard des autres pays africains et de celle des garçons, est présenté ici par les principaux spécialistes du pays. N°1 : L’éducation dans la société africaine En introduction à celles qui suivront, les chercheurs qui ont contribué à cette publication analysent les relations entre la société et l’éducation à partir des situations concrètes de sept pays. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07847-2 EAN : 9782343078472
SOMMAIRE
PRÉFACE............................................................................................................ 7 Session 1 Éducation pour tous : un défi transculturel ..................................... 15 L’enseignement supérieur à Madagascar et à Maurice : Une étude comparée Andrianasy Angelo DJISTERA......................................................................... 17 Effectif par classe, performance scolaire des élèves et stratégies de gestion des grands groupes au Burkina Faso Afsata PARE/KABORE et Aïssa GAMBRE/IDANY ............................................................................................ 27 Armée, conflictualité familiale et prise en charge psychologique et éducationnelle au Cameroun Jacques Philippe TSALA et Jean Pierre MELOUPOU ..................................................................................................... 53 L’enseignement islamique au Bénin. État de l’offre et contribution à l’EPT d’ici à 2015 Abdel Rahamane BABA-MOUSSA et Aristote DAKPO ........... 69 Session 2 Éducation non formelle et réalisation de l’EPT............................... 91 L’Accès à l’enseignement primaire au Cameroun au regard du droit à l’éducation Paul Thierry ELOBO ..................................................................... 93 Analyse psychologique de l’accouchement traditionnel dans l’Adamaoua et l’est du Cameroun Évelyne AMANA............................................................. 109 Session 3 Questions éducatives autour du développement durable ............... 123 Enseignement et apprentissage de l’EVF/EMP/VIH et sida et développement des compétences de vie courante Renée Solange NKECK BIDIAS .............. 125 Problématique des représentations sociales des TIC en orientation scolaire et professionnelle au Cameroun Bruno TAYIM DZOUNESSE ........................ 143 Formation à l’éthique dans la formation initiale des enseignants Marie Thérèse Angèle ABEGA et Epse OKOUDA ................................................................ 149 Ressources éducatives technologiques et élaboration d’un projet professionnel par les étudiants à l’ENS de Yaoundé. Brigitte MATCHINDA, Vandelin MGBWA et Marcelline Yolande DJEUMENI TCHAMABE........................ 175 Session 4 Décentralisation, éducation et développement durable ................. 183 Décentralisation et micro planification de l’offre scolaire au Burkina Faso : état des lieux et perspectives dans quelques communes en milieux urbain et rural Mangawindin Guy Romuald OUEDRAOGO ................................................. 185
5
La place de l’université dans les transferts de technologie Anasthasie OBONO MBA ................................................................................................................ 223 Éducation à l’environnement pour un développement durable : analyses comparées des comportements des élèves des cours moyens des zones équatoriale et sahélienne du Cameroun. Renée Solange NKECK BIDIAS et Marion MOINEAU.......................................................................................... 233 Trouble de l’image du corps et fléchissement scolaire grave chez l’adolescente victime de viol. Une approche comparative des dispositifs d’accompagnement scolaire. Vandelin MGBWA, Aline MAGUIABOU TCHIDJO et Pierre FONKOUA...................................................................................................... 253 Session 5 Langues, cultures, éducation et mondialisation ............................. 265 Langues locales et éducation interculturelle a l’ère de la mondialisation Gianna PALLANTE et Paul Thierry ELOBO ............................................................ 267 Quels types des savoirs et quels contenus pour l’école africaine aujourd’hui ? Samuel MAWETE ........................................................................................... 285 Session 6 Éducation inclusive, réalités et perspectives.................................. 301 Éducation pour tous en 2015 : le devenir des enfants des migrants Nana Aicha GOZA .............................................................................................................. 303 L'expérience camerounaise de l'autonomisation des déficients visuels par l’usage des technologies innovantes Daniel KENGNI TIOMO ..................... 317 Session 7 Éducation pour tous : Une question de la diversité des pratiques... 333 De la diversité des pratiques éducatives a l’illusion de l’Éducation pour tous Pierre FONKOUA ........................................................................................... 335
6
PRÉFACE
Le second colloque international du Réseau africain francophone d’éducation comparée (RAFEC) tenu à Yaoundé du 10 au12 septembre 2013 a exploré, dans une perspective comparative, les relations établies dans la définition et la mise en place des politiques éducatives des pays de l’espace francophone, les efforts engagés pour l’atteinte des objectifs de l’EPT poursuivis par les pays africains. De nombreuses recherches et études, respectivement, mettant des relations entre « éducation et culture », « éducation et développement », « culture et développement » dans ce colloque ont contribué à faire avancer les principes et les modalités dans la mise sur pied d’une Éducation pour tous, tant désirée par les gouvernements de l’espace francophone. L’accès de tous au bien-être dans le temps et dans l’espace entraîne la question suivante : quelle éducation, selon quels enjeux culturels et pour quel développement ? Éduction et culture peuvent en effet être considérées comme « deux faces, rigoureusement réciproques et complémentaires d'une même réalité : l'une ne peut être pensée sans l'autre et toute réflexion sur l'une débouche immédiatement sur la prise en considération de l'autre » (Forquin, 1989).
La culture se définit en général dans un continuum à travers une dimension individuelle, qui la désigne comme « l'ensemble des dispositions et des qualités caractéristiques de l'esprit cultivé, c'est-à-dire la possession d'un large éventail de connaissances et de compétences cognitives générales » (Forquin, 1992), et une dimension collective où elle renvoie à « l'ensemble des traits caractéristiques du mode de vie d'une société (...) un patrimoine de connaissances et de compétences, d'institutions, de valeurs et de symboles constitués au fil des générations et caractéristiques d'une communauté humaine particulière » (Forquin, 1992). Cependant, quel que soit le sens considéré, le propre de la culture est de faire l’objet d’une transmission par le biais de l’éducation. Cette dernière peut être considérée, selon Ki-Zerbo (1987), comme « une migration spirituelle sans déracinement de l’être humain et comportant un moment d’intégration, de socialisation, ou encore d’enculturation, synchronique d’une auto-éducation qui est une affirmation de plus en plus grande de la liberté de l’esprit en condition socio-historique ». Aussi loin que l’on puisse remonter, les définitions de l’éducation traduisent bien ce lien, en mettant en évidence, comme le fait Charles Hadji, la double dimension éthique (capacité individuelle de juger l’être au regard de valeurs universelles) et socialisante (capacité à partager des éléments de culture avec ses semblables).
7
Considérer les liens entre éducation et culture appelle quelques interrogations notamment : quels sont les enjeux qui en découlent face à l’accélération des mutations culturelles observées dans le contexte actuel de mondialisation ? Comment appréhender les relations de pouvoir qui sous-tendent l’accès à la culture ainsi que les processus de domination et d’exclusion qui en découlent ? Comment assurer l’articulation entre une « culture conquise » dont le système scolaire est porteur et une « culture soumise » (Balion, 1981) à laquelle on accède dans d’autres lieux et par d’autres voies, qualifiées parfois d’éducation non formelle ou informelle ?
De la même manière, les liens entre éducation et développement s’alimentent à deux sources. D’une part à l’éducation qui englobe toute action visant « la formation et le développement d'un être humain » et peut se définir comme « l'action qui permet à un être humain de développer ses aptitudes physiques, intellectuelles ainsi que ses sentiments sociaux, esthétiques et moraux, dans le but d'accomplir autant que possible sa tâche d'homme » (Reboul, 1992), mais aussi comme « le résultat de cette action ». D’autre part au développement perçu, depuis l’émergence de la théorie du capital humain (Shultz, 1964), comme une composante essentielle du développement des pays tant du sud, que du nord.
Ainsi, l’UNESCO reconnaît-elle que « l'un des premiers rôles dévolus à l'éducation consiste dès lors à donner à l'humanité la maîtrise de son propre développement. Elle doit permettre à chacun de prendre son destin en main afin de contribuer au progrès de la société dans laquelle il vit, en fondant le développement sur la participation responsable des individus et des communautés » (Delors, 1997).
Les échanges entre experts soulèvent les questions suivantes : peut-on considérer éducation et développement comme deux faces d’une même réalité de la même manière dans les pays du sud que dans ceux du nord ? Quelles formes d’éducation privilégier pour assurer le plein épanouissement des individus et des communautés ? Quels liens entre l’offre d’éducation et le système de production ? Enfin, le lien entre développement et culture n’est pas seulement la résultante, par transitivité de la relation établie ci-dessus entre « éducation et culture » d’une part, et « éducation et développement » d’autre part. En effet, le développement, qu’il soit individuel ou collectif, est tributaire d’un environnement : celui dans lequel baigne l’individu qui se développe, et celui qui caractérise la société ou le pays concerné par le processus de développement. Constatant les limites d’une conception du développement qui serait la seule conséquence de la croissance économique, c'est-à-dire « l'ensemble des transformations techniques, sociales, démographiques et culturelles
8
accompagnant la croissance économique » - celle-ci traduisant « l'accroissement durable de la production globale d'une économie » (Capul et Garnier, 1996), il est envisagé comme alternative de concevoir le développement comme un processus qui tienne compte à la fois de la nécessité d’accroître les richesses, mais aussi de celle de prendre en compte les besoins socioculturels, socioéconomiques et sociopolitiques des individus et des communautés.
L’éducation est considérée comme un processus qui s’opère tout au long de la vie et un droit fondamental pour chaque enfant. Elle est une composante indissociable de tout processus de développement et en ce sens, peut contribuer à faire des individus et des communautés les principaux acteurs et bénéficiaires du développement. On peut dès lors mesurer à sa juste valeur l’engagement de la communauté internationale à promouvoir l’éducation pour tous (EPT) après 2015. Les notions d’éducation, de culture et de développement prennent souvent des connotations qui conduisent à des différences dans les pratiques selon les contextes. Dans une telle condition, comment l’éducation est-elle appréhendée dans les réflexions et les pratiques générées par la mise en relation avec la culture et le développement ?
C’est la relation triangulaire entre éducation, culture et développement et les questionnements qu’elle soulève, qui servent de base à la problématique de ce second colloque international du RAFEC avec pour but de susciter la réflexion sur l’organisation de l’éducation, la mise en place et le fonctionnement des systèmes éducatifs dans différents pays du monde après 2015.
Culture, Éducation et Développement constituent donc le triptyque autour duquel s’articuleront les communications et débats qui auront lieu. Toutefois, il semble difficile aujourd'hui d’aborder la question de l’Éducation, sans y inclure la question transversale de la langue d’éducation (autre élément culturel) qui constitue certes une problématique ancienne, mais qui conserve toute son actualité au regard de l’intérêt que lui accordent encore les grandes rencontres internationales sur l’éducation.
L’analyse comparative envisagée à travers ce colloque, sur les politiques et pratiques éducatives centrées sur la culture et le développement, implique donc que l’on pose, entre autres, la question suivante : quelles langues, pour quelle éducation et pour quel développement ? Cette dernière sera traitée aussi bien dans le contexte de l’éducation formelle à travers la problématique du choix des langues enseignées et/ou des langues d'enseignement que dans celui de l’éducation non formelle et de l’éducation informelle pour poser la problématique des langues d’alphabétisation et d’éducation des adultes.
Ces rapports complexes portant sur l’éducation à l’ère de la mondialisation forcent à ouvrir de nouvelles perspectives de réflexion en vue de créer les conditions favorables à un développement durable à l’échelle planétaire. La prise en compte de cette problématique dans une perspective pluridisciplinaire
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.