//img.uscri.be/pth/571e6650a2a46d0646ce0862c901a2d8f88b8369
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'enfance nazie

De
322 pages
Cet ouvrage dissèque les mécanismes par le biais desquels les nazis ont fait germer le fanatisme et la haine parmi la population allemande. Basé sur l'étude de manuels pour l'apprentissage de la lecture dans les écoles, ce livre, illustré de documents originaux, est articulé sur six thématiques dont les enfants étaient abreuvés afin qu'ils suivent le Führer. Le régime pratiquait une redoutable déshumanisation, condamnant les jeunes à devenir des adultes destinés à tuer et à être tués.
Voir plus Voir moins

Ralph KEYSERSL’Enfance nazie
Une analyse de manuels scolaires
1933-1945
L’Enfance nazie
Après L’Intoxication nazie de la jeunesse allemande (L’Harmattan, 2011)
et Der Stürmer, instrument de l’idéologie nazie (L’Harmattan, 2012), voici le Une analyse de manuels scolaires
troisième volet de la vaste entreprise conduite par Ralph Keysers pour disséquer
1933-1945les mécanismes par le biais desquels les nazis ont fait germer le fanatisme et la
haine dans les cerveaux de la population allemande. Basé sur l’étude de manuels
pour l’apprentissage de la lecture dans les écoles élémentaires, ce nouveau
travail, illustré de documents originaux, est articulé sur six thématiques dont
les enfants étaient abreuvés par leurs maîtres afn qu’ils suivent le Führer dans
ses fantasmes et projets les plus fous. On découvrira dans ces pages comment,
par l’intermédiaire de l’enseignement, le régime pratiquait une redoutable
déshumanisation, condamnant les jeunes à devenir des adultes destinés à tuer et
à être tués.
En complément, Ralph Keysers a eu l’heureuse idée d’évoquer les manuels
spécifques utilisés dans les « écoles juives » du troisième Reich et dans le
territoire de Dantzig, ainsi que — à titre comparatif et en prenant soin de se
démarquer de la théorie dénaturante du « totalitarisme » — ceux qui avaient
cours en URSS et en RDA.
Du corpus informatif parfaitement maîtrisé et magistralement présenté par
Ralph Keysers, le lecteur sortira non seulement considérablement enrichi sur le
plan historique, mais aussi prévenu du danger qu’il y a pour l’éducation à s’écarter
des valeurs rationalistes et humanistes.
Thierry Feral
Ancien diplomate, spécialiste en civilisation des pays germanophones et docteur
en études germaniques, Ralph Keysers a été maître de conférences à l’Université
de Pau.
Préface de Dominique Baudis
Allemagne
ISBN : 978-2-343-01172-1 d’hier
33 € et d’aujourd’hui
L’Enfance nazie
Ralph KEYSERS
Une analyse de manuels scolaires • 1933-1945
Allemagne d’hier et d’aujourd’hui
Collection fondée et dirigée par Thierry Feral
L’Histoire de l’Allemagne, bien qu’indissociable de celle de la France et de l’Europe,
possède des facettes encore relativement méconnues. Le propos de cette collection est
d’en rendre compte.
Constituée de volumes facilement abordables pour un large public, tout en préservant le
sérieux et l'érudition indispensables aux sciences humaines, elle est le fruit de travaux
de chercheurs d’horizons très variés, tant par leur discipline, que leur culture ou leur
âge.
Derrière ces pages, centrées sur le passé comme sur le présent, le lecteur soucieux de
l’avenir trouvera motivation à une salutaire réflexion.
Dernières parutions
Didier CHAUVET, Hitler et le pustch de la Brasserie. Munich, 8/9
novembre 1923, 2012.
Ralph KEYSERS, Der Stürmer, instrument de l’idéologie nazie, 2012.
Marie-Laure CANTELOUBE, Anna Seghers et la France, 2012.
Jacques MEINE (sous la dir. de), Edmond Vermeil, le germaniste (1878-1964).
Du Languedocien à l’Européen, 2012.
Evelyne BRANDTS, Rainer RIEMENSCHNEIDER, Déchi-rures culturelles,
expériences allemandes. Les rapports de civilisations dans l’œuvre de
Catherine Paysan, 2012.
Didier CHAUVET, Le nazisme et les Juifs. Caractères, méthodes et étapes de
la politique nazie d’exclusion et d’extermination, 2011.
Ralph KEYSERS, L’intoxication nazie de la jeunesse alle-mande, 2011.
Hanania Alain AMAR, Arthur Koestler, La rage antitotalitaire, Essai, 2011.
Titus MILECH, Le lieu du crime. L'Allemagne, l'inquiétante étrange patrie,
2011.
Laura GOULT, L'enlèvement d'Europe. Réflexion sur l'exil intellectuel à
l'époque nazie, 2010.
Jacques DURAND, Le roman d'actualité sous la République de Weimar, 2010.
Thierry FERAL, Le « nazisme » en dates, novembre 1918-novembre 1945,
2010.
Marie-Amélie zu SALM-SALM, Témoignages sur les échanges artistiques
franco-allemands après 1945, 2009.
Alexandre WATTIN, Rétrospectives franco-allemandes, 2009.
Maud DUVAL, L’Influence de la sœur chez Goethe, Kleist, Brentano et
Nietzsche, 2009.
François WETTERWALD, Les morts inutiles, présenté, annoté et commenté
par Thierry Feral, 2009.

Du même auteur
Cinq mots forts de la propagande nazie, Klincksieck, Paris, 2008.
L’intoxication nazie de la jeunesse allemande, L’Harmattan, Paris, 2011.
Der Stürmer, Instrument de l’idéologie nazie, L’Harmattan, Paris, 2012.
© L’HARMATTAN, 2013
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-01172-1
EAN : 9782343011721À Gérard,
qui a connu cette période.
À Joséphine-Charlotte et Héloïse,
pour qu’elles ne connaissent jamais cela.Sommaire
— Avertissement ����������������������������������������������������������������������������������������� 11
— Préface, Dominique Baudis, Défenseur des droits �������������������������������� 13
— Introduction �������������������������������������������������������������������������������������������� 15
— Glorification de la Jeunesse hitlérienne ������������������������������������������������� 21
— Glorification du Führer �������������������������������������������������������������������������� 95
— Glorification de l’Aviation ������������������������������������������������������������������� 123
— Glorification de l’Armée ���������������������������������������������������������������������� 149
— Glorification de la SA 181
— Le culte des morts �������������������������������������������������������������������������������� 201
Cas particuliers
— 1/ Livre pour les enfants allemands de la Volga ���������������������������������� 217
— 2/ Livre pour les enfants des écoles juives ������������������������������������������� 237
— 3/ Livre pour le territoire « EST » �������������������������������������������������������� 253
— 4/ Deux livres utilisés en RDA ������������������������������������������������������������ 263
— Le Tambour – Réflexion à approfondir ����������������������������������������������� 285
— Postface, Doyen Christian Manso �������������������������������������������������������� 297
— Conclusion �������������������������������������������������������������������������������������������� 299
— Bibliographie ���������������������������������������������������������������������������������������� 303
— Remerciements ������������������������������������������������������������������������������������� 313avertiSSementS
L’utilisation du terme « Transposition » a été choisie délibérément afn
de pouvoir adapter plus librement, en langue française, la phraséologie
allemande de cette époque.
Il a également été décidé de présenter ces extraits dans une police de
caractère différente de celle de l’analyse.
Manfred Schäfer, élève de première année dans une école berlinoise en
1941, a accepté d’éclairer tel ou tel point en raison de son vécu personnel.
Une réfexion distancée de la part d’un lecteur d’une autre génération,
n’ayant pas vécu cette période de l’histoire, m’a semblé utile. Madame
Leila Bouhassane a accepté d’ajouter ses remarques au bas des textes.
Enfn, nous tenons à nous excuser auprès du lecteur pour la qualité de
certaines images. Certains des manuels retrouvés étaient très abimés et
présentaient des traces d’usure dues au temps et à une mauvaise conservation.
Néanmoins, nous avons décidé de conserver ces images et de les inclure dans
cette analyse pour leur intérêt historique et idéologique.
11Préface
À travers ce livre, L’Enfance nazie, Ralph Keysers poursuit les travaux
qu’il avait engagés dans ses ouvrages précédents sur la relation des nazis à la
culture et à l’éducation, instrumentalisées aux fns de propagande et d’endoc -
trinement et sur la manipulation de l’opinion publique.
Son ouvrage Les cinq mots forts de la propagande nazie est une analyse
des techniques nazies visant à discréditer un adversaire politique. Son livre
L’Intoxication nazie de la Jeunesse allemande met en évidence la manière dont
les nazis ont mis la mauvaise graine et amplifé l’antisémitisme auprès des
enfants. Son livre sur l’infâme hebdomadaire Der Stürmer met en évidence
les procédés utilisés par les nazis pour faire accepter la « solution fnale ».
Les vignettes que nous propose l’auteur reposent sur une analyse des
manuels scolaires, consacrés principalement à l’apprentissage de la lecture. Les
élèves en sont les destinataires, mais aussi puisqu’ils y sont souvent
représentés de telle sorte que s’inculque en eux une vision très particulière de la
société, la place qu’ils y occupent et les valeurs qu’ils doivent promouvoir et
mettre en œuvre.
L’endoctrinement est ainsi au cœur du projet nazi, ancré sur un discours
de haine et de rejet en même temps qu’une glorifcation des réalisations et
objectifs du Führer, du projet nazi et de ses instruments.
L’endoctrinement de la jeunesse a notamment pour fn de pérenniser le
modèle social que porte le régime, et, partant, de garantir le maintien du
régime. La pédagogie, la psychologie… sont ainsi mobilisées pour asservir
plutôt qu’émanciper.
13La comparaison avec les livres utilisés en URSS et en RDA souligne la
parenté entre les régimes totalitaires.
La Convention internationale des droits de l’enfant stipule, dans son
article 29, que « l’éducation de l’enfant doit viser – notamment- à préparer
l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans
un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes et
d’amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux ».
Ce que nous démontre le travail de Ralph Keysers est que de tels principes
ne sont jamais garantis et que la démocratie exige une vigilance constante tant
il est vrai que l’éducation ne porte pas en soi les germes de la liberté, mais
qu’elle peut être pervertie pour nourrir les plus sombres projets.
Vigilance donc qui doit consister à développer chez les enfants leur
capacité à l’autonomie de jugement, au recul critique, ainsi que le respect des valeurs
humanistes universelles, telles que les énonce la Déclaration universelle des
droits de l’homme.
Dominique BAUDIS,
Défenseur des droits
14introDuction générale
La documentation concernant l’enseignement primaire (élémentaire) sous
le IIIe Reich est foisonnante. Elle est disponible sous de multiples formes.
Les textes sont nombreux et les livres traitant de ce sujet sont légion. Les
approches différentes que l’on peut constater de la part des auteurs ont éveillé
notre curiosité.
1Le lexique de la Deuxième Guerre mondiale met l’accent sur la
consolidation du régime dans le système éducatif par l’élimination des personnes
jugées comme adversaires politiques, confessionnels, etc., impliquant le
licenciement des enseignants de confession juive et un peu plus tard l’éviction
des écoles publiques des enfants de même confession. S’y ajoute la fermeture
des écoles privées et la mise à l’écart des enseignants dont la fabilité politique
n’est pas certaine (enseignants à sensibilité communiste, socialiste, etc.)
Le dispositif administratif de l’école primaire élémentaire quant à lui n’a pas
connu de modifcations (contrairement aux autres phases de la scolarité), ce
qui a créé pour de nombreux nationaux-socialistes une déception (réduction
des enseignements académiques au proft du sport).
L’enseignement primaire élémentaire compte quatre années. Le texte
mentionne que l’école primaire (Volksschule) a été le parent pauvre du système
éducatif.
Le régime hitlérien s’est surtout intéressé aux écoles post-primaires en y
modifant les contenus, la durée des enseignements et en créant des « écoles
2idéologiques » telles que les écoles Adolf Hitler et autres .
1 www.Zweiter-Weltkrieg-Lexikon.de
2 L’objet de notre étude sera limité à la première classe de l’école primaire élémentaire. Les manuels pour
débutants mettent en évidence – par l’image – l’endoctrinement.
15Sur la page du site « Wikipedia », Education durant le national-socialiste,
son auteur (anonyme) distingue deux étapes d’action politique pour le système
éducatif : la phase 1933-1935 de consolidation politique avec le licenciement
des enseignants indésirables (la mise au pas) accompagnée de la création de
nouvelles organisations de jeunesse, et la phase 1936-1940 (préparation à la
guerre). Cette dernière a été la période des modifcations.
3La page du Musée historique allemand, quant à elle, met en avant la
période 1936/37 qui a connu des modifcations importantes des contenus de
l’enseignement. Son auteur (anonyme) souligne que ces changements sont
concomitants aux attaques contre les églises et qu’à côté des nouveaux
contenus idéologiques, les rituels et symboles du régime sont omniprésents
(drapeau à la croix gammée, portrait d’Hitler dans les classes, salut nazi, lever des
couleurs, etc.).
Les témoignages de personnes scolarisées durant cette époque sont
également nombreux sur internet. Il est – par exemple – révélateur de lire celui d’un
4enfant autrichien qui, du jour au lendemain, après l’annexion de l’Autriche
s’est vu confronté à un changement radical de son institution. Il note
qu’immédiatement les enseignants, directeurs et inspecteurs non acquis au nouveau
régime étaient licenciés. Les enseignants et les élèves devaient, dès le mois
d’avril 1938, se saluer entre eux, à l’école et en dehors de l’école avec le « salut
allemand ». Les salles de classe ont affché aux murs le portrait d’Hitler. Les
lois raciales ont également été appliquées dès l’annexion. Les enfants et
enseignants de confession juive ont dû quitter les écoles publiques sur-le-champ
(création de quelques écoles juives). Le témoin note que des groupes de la
jeunesse hitlérienne se rendaient à la sortie des écoles juives pour « passer à
5tabac » les enfants israélites .
Les écoles privées ont été nationalisées. Les contenus des enseignements sont
alignés sur ceux du Reich (vénération du Führer et de l’État, glorifcation de
l’Armée et des faits d’armes…)
Le dossier « la Jeunesse hitlérienne sous le national-socialisme » (Jugend
6im Nationalsozialismus) publié sur internet dans sa première partie détaille
en cinq points la politique éducative du régime :
a) Détruire la pédagogie libérale et ses tendances réformatrices (pour les
nazis, l’école n’est pas un lieu de libertés individuelles).
b) Éviction des élèves et des enseignants de confession juive.
3 www.dhm.de Schule im NS-Regime 1933-39
4 Jugend, Schule & Erziehung im 3. Reich
5 W. Shirer dans son livre Le IIIe Reich note l’extrême brutalité nazie en Autriche.
6 http://projects.brg-schoren.ac.at/nationalsozialismus/jugendns.html
16c) Les livres d’apprentissage de la lecture ont été récrits pour promouvoir
le culte du Führer, le militarisme et affrmer les rôles respectifs des sexes (les
garçons sont de futurs soldats, les flles de futures mères).
d) L’école doit développer l’éducation physique et les valeurs morales. Les
enfants sont formatés pour devenir des nationaux-socialistes fanatiques.
Toutes les matières enseignées doivent contenir des thèmes politiques
conformes à la vision du monde national-socialiste.
e) La Jeunesse hitlérienne est le troisième pilier de l’éducation.
Les auteurs de ce site précisent que l’objectif éducatif est de familiariser
les enfants avec la guerre et de les y préparer. Ils doivent apprendre à sacrifer
leur vie pour le Führer, le peuple et la patrie.
Les points les plus importants : penser militairement, courage
inconditionnel, obéissance aveugle, audace, fdélité absolue, engagement, abnégation.
Ces « valeurs » doivent être renforcées et consolidées par le biais des livres
d’apprentissage de la lecture. Tout ce qui est important pour le régime doit y
fgurer. Le point essentiel est que les écoliers deviennent des combattants du
nouveau Reich.
Par le biais des livres d’apprentissage de la lecture (et du calcul), les enfants
7sont préparés à leur future mission dans la communauté nationale . Au centre
de celle-ci les devoirs de soldat. Les livres sont caractérisés par une image
du quotidien (où trônent drapeaux à la croix gammée et symboles nazis,
drapeaux de la Jeunesse hitlérienne, salut nazi, etc.), par une militarisation (la
présence de nombreuses illustrations d’hommes et femmes (à un moindre
degré) en uniformes et les jouets à caractère militaires, par des récits vantant
la vie excitante des membres de la Jeunesse hitlérienne.
Le culte du Führer est propagé, soit par une photo en page 3, soit par un récit
mettant en scène une rencontre d’un enfant avec le chef de l’État.
8Gesa Hoeltje souligne le rôle de la Jeunesse hitlérienne dans le dispositif
éducatif dans l’État hitlérien. Celle-ci a pour mission de propager la « pensée
allemande ». L’école celle de promouvoir la vénération du Führer et de l’État.
De ne pas inculquer trop de savoir, mais juste ce qui est utile au peuple et à
l’État.
D’autres ouvrages sur le IIIe Reich consacrent aussi un chapitre à
l’éducation. Pierre Ayçoberry (La société allemande sous le Troisième Reich) note
(p. 196) que le régime a utilisé deux canaux pour conquérir la jeunesse : celui
de l’école étatique et celui de la Jeunesse hitlérienne, flière du parti. Il fait
référence à certains pédagogues nazis qui partaient du principe que l’homme
nouveau se distinguerait par ses capacités d’action et non pas par son savoir. Il
cite une de leurs phrases : « on ne devient national-socialiste que par la vie de
7 Pierre Ayçoberry utilise le terme de communauté populaire.
8 www.martinschu.de
17camp et par la marche au pas ». L’école primaire, selon P. Ayçoberry, semblait
se nazifer rapidement et fut matériellement sacrifée ; son prestige fut atteint
par une réforme impopulaire.
La lecture des instructions ministérielles (décret du 15/12/1939 concernant
l’éducation et l’enseignement à l’école primaire) signées par le ministre du
Reich pour la Science, l’Éducation et l’Éducation Populaire stipule les idées
directrices de la politique éducative nazie pour les enfants âgés de 6 à 12 ans :
(p. 6). L’objectif (premier) de l’école primaire est d’éduquer la jeunesse
allemande à devenir membre de la communauté raciale populaire
(Volksgemeinschaft) et ceci dans un engagement total pour le Führer et la Nation. L’école
doit aussi être consciente que le but de son enseignement est de transmettre à
la jeunesse allemande les connaissances de base et les aptitudes lui
permettant de participer au travail et à la vie culturelle de notre peuple.
Les directives générales sont explicitées (p. 9) : « L’école allemande a pour
mission d’éduquer la jeunesse à devenir des hommes et des femmes sains
physiquement, moralement et intellectuellement, fortement enracinés dans
leur patrie et leur culture, et d’engager chacun à son poste pleinement pour le
Führer et le peuple ».
9Un documentaire réalisé par la chaine de télévision Arte souligne
l’intoxication des enfants par le régime nazi. Julian Bryan (l’auteur) déclare en 1938,
lors de sa conférence à l’université de Columbia : « Je n’exagère pas en disant
que l’on inculque à ces enfants âgés de 5 à 6 ans la philosophie de la haine.
Ils haïssent non seulement les juifs et les Russes, mais aussi les Américains et
les Anglais et tout ce qu’ils représentent. Récemment, Goebbels a dit dans la
presse que l’Amérique est une nation de Gangsters. Cela peut vous faire
sourire et vous amuser. Mais ce n’est pas notre avis. On apprend non seulement
à ces enfants à se sentir supérieurs aux autres races, mais aussi à penser que
les autres races et les autres nations sont des criminels ».
Le documentaire aborde aussi la persécution des églises par le régime nazi.
L’auteur présente à ce sujet l’évêque von Galen qui s’indigne de
l’endoctrinement de la jeunesse dans les organisations nazies. Le flm montre un éga -
lement un camp du service du travail. Julian Bryan commente ces images
(les jeunes en action) qui en disent long sur l’endoctrinement des adolescents.
« Les plus jeunes sont entièrement dévoués au nouveau régime. Ils étaient
encore des enfants quand Hitler est arrivé au pouvoir... Depuis ils ont été
hypnotisés pour ainsi dire par cinq années de propagande. Le service du
travail embrigade chaque année 30 000 jeunes Allemands. Durant leur séjour,
ils reçoivent également une instruction politique... C’est comme cela qu’on les
prépare à la guerre ».
Julian Bryan flme la ville de Nuremberg (lieu du rassemblement annuel
du parti nazi). Il précise aussi qu’elle est le siège de l’infâme journal de
Strei9 1937 – Un été en Allemagne nazie, documentaire diffusé sur ARTE le 14 août 2012.
18cher. « Julius Streicher est notamment l’éditeur du Stürmer, journal
violemment antisémite. Comme le dit J. Streicher, "Ne te fe pas au renard des plaines
10et pas plus au serment des juifs ". Pour couronner le tout, le journal de J.
Streicher connaît une large diffusion. Tel un infâme porte-voix qui propage
de façon éhontée la haine raciale à travers le monde ».
Quant aux manuels scolaires, édités durant la période nazie, ils ont fait
l’objet de plusieurs travaux récents en Allemagne. Ils témoignent d’une prise
de conscience de l’intoxication nazie des enfants de l’école élémentaire durant
la période de 1934 au début 1945. À titre d’exemples, deux travaux sont à
citer :
a) Une étude des approches d’infltration dans les manuels par les nazis
due à Elke Urban du Musée scolaire de la ville de Leipzig dans le cadre de
son atelier « Histoire de l’école ». Ses travaux ont débouché sur une exposition
tournante d’ouvrages scolaires de ces 100 dernières années. Le dossier
illustrant les livres exposés a été publié sur internet ;
b) La thèse de doctorat de Jan Thiele présente (p. 146) présente une analyse
de la place d’Hitler « l’ami des enfants » dans les manuels de première année.
11Jan Thiele se réfère (p. 11) aux travaux de Pöggeler qui déclare que le livre
d’apprentissage de la lecture au-delà de sa fonction pédagogique, par le choix
des textes et des images, contribue à transmettre une vision du monde et une
idéologie.
Les personnages mis en avant dans les manuels de première année sont en
priorité les enfants juste un peu plus grands que les apprenants. Plus
particulièrement les Pimpfe admirés par les petits. L’attention des petits n’en est que
renforcée. Cet aspect psychologique est souligné dans notre étude.
Les différents chapitres de ce livre regroupent par thèmes les accents
idéologiques imposés par le régime nazi (glorifcation du Führer, de l’Armée, de
la Jeunesse hitlérienne, etc.). S’y ajoute pour comparaison une courte étude
sur un livre publié en Union soviétique pour la minorité germanophone, une
brève étude de deux livres d’apprentissage de la lecture en République
Démocratique Allemande (DDR), d’un livre utilisé dans les écoles juives allemandes
en 1935 et d’un livre utilisé en 1941 dans le Gau Danzig – Westpreussen.
10 Les livres racistes édités par J. Streicher ont été étudiés dans mon livre précédent : Der Stürmer,
Instrument de l’idéologie nazie, L’Harmattan, Paris, 2012.
11 Pöggeler, Franz, Politische Inhalte in Fibeln und Lesebüchern des « Dritten Reiches », Frankfurt/M,
1988 (S. 75-104).
19glorification
De la JeuneSSe hitlérienne
Après avoir retracé l’histoire des mouvements de jeunesse sous le IIIe
1Reich dans l’introduction de son livre Jugend im Dritten Reich , Arno Klönne
détaille dans le deuxième chapitre de celui-ci la composition des 20 000
adhérents de la Hitler Jugend (HJ) en 1932.
Selon ses sources, 69 % étaient de jeunes travailleurs et apprentis, 10 % de
jeunes employés du secteur tertiaire, et 12 % d’écoliers. Un pourcentage élevé
des adhérents était au chômage. Cette composition refète (en symétrie) les
adhérents au parti nazi.
Dès la prise de pouvoir des nazis (30.01.1933), la HJ réclame le monopole
absolu en matière de mouvement de jeunesse.
1 Klönne Arno, Jugend im Dritten Reich, Piper, München, 1982.
21Légende : Dehors, les troubles-fêtes. Unité de la jeunesse dans la Jeunesse
2hitlérienne .
3Elle impose la dissolution de l’organisme fédérateur des mouvements de
4jeunesse . Les biens de ce dernier sont réquisitionnés. Les mouvements de
jeunesse confessionnels adoptent, alors, des attitudes variées. L’évêque
luthérien du Reich (nazi) facilite les passages des scouts luthériens vers la HJ,
tandis que les responsables des scouts catholiques y opposent une vive
résistance. Malgré le Concordat, l’État nazi lance une série d’attaques (y compris
physiques) et des campagnes de propagande à l’encontre des cadres de
l’organisation de la Jeunesse catholique. Les mesures vont jusqu’à interdire aux
fonctionnaires d’inscrire leurs enfants dans les associations catholiques avec
menaces de sanctions.
Au sujet de la socialisation allemande national-socialiste Adolf Hitler
déclare :
« Cette jeunesse n’apprend rien d’autre que de penser allemand, d’agir
allemand et quand ces garçons intègrent, à l’âge de 10 ans, notre organisation,
là pour la première fois ils respirent un air frais puis après quatre années de
5 6section de jeunes , ils passeront à la section des grands de la Jeunesse
hit2 Affche réclamant le monopole des mouvements de jeunesse pour la Jeunesse hitlérienne.
3 Der Großdeutsche Bund (successeur du Großdeutscher Jugendbund), consulter les articles sur Wikipedia.
4 Guido Knopp note (p. 81) qu’au matin du 5 avril 1933, 50 membres de la Jeunesse hitlérienne ont
attaqué le bureau berlinois « du comité national des associations de jeunesse allemande ». Sous la direction
d’un chef local de la HJ, les assaillants ont saccagé les bureaux et se sont emparés des dossiers du service
du personnel, ce qui a permis aux nazis de s’attaquer aux opposants. Cinq jours après cette opération de
« démolition » le même commando HJ s’est attaqué au Comité national des auberges de jeunesse.
5 Jungvolk (jeune peuple) appelé communément Pimpfe (les petits) : section des 10 à 14 ans.
6 Hitler-Jugend : section des 14 à 18 ans.
22lérienne et là nous les y gardons à nouveau quatre années. Et là, nous ne les
rendons plus aux anciens promoteurs de classes sociales et de castes, mais
7 8nous les intégrons directement au parti, au Front du Travail , à la SA ou à la
9 10SS , au NSKK, etc.
Et lorsqu’ils y auront effectué deux années ou une année et demie de
service sans être devenus de parfaits nationaux-socialistes, ils iront au service
obligatoire du travail durant six ou sept mois où ils seront «dressés» avec le
symbole de la bêche allemande. Et s’il reste, après six ou sept mois, encore
quelque chose de cette conscience de classe sociale et de cette prétention de
caste cela sera pris en charge par la Wehrmacht pour être extirpé durant
deux ans et lorsqu’ils retournent à la vie civile après deux, trois ou quatre
années de service nous les réintégrons immédiatement dans la SA, SS, etc. ;
durant toute leur vie, ils ne seront plus libres. Et si quelqu’un me dit : oui,
mais il en restera toujours quelques-uns : Le national-socialisme n’est pas en
fn de vie, mais au contraire bien au début. »
Discours tenu à Reichenberg le 4 décembre 1938 (reproduit par Arno Klönne).
Par déduction, seuls les enfants de 0 à 10 ans échappent partiellement au
régime nazi. Partiellement, car, nous le verrons par la suite, l’école primaire
joue également un rôle important dans ce système de socialisation.
Au sujet du façonnage de la mentalité de la jeunesse, Guido Knopp note
(p. 34) que la HJ a intoxiqué l’esprit de toute une génération avec des idées
d’une conception du monde (Weltanschauung) irrationnelle. Sur l’ensemble
du territoire, les chefs de la HJ ont soumis les jeunes à un lavage de cerveau, à
une manière de penser « brune ». Aucune activité, aucun campement, aucune
excursion ne se déroulent sans une leçon sur l’idéologie nazie.
L’attractivité de la HJ, selon Arno Klönne, reposait sur des raisons
multiples.
Elle offrait à une grande partie de la jeunesse de participer à des activités
de jeunesse auxquelles beaucoup n’avaient pas accès avant 1933. Celles-ci
étaient ciblées par public et elles comblaient un réel besoin, en particulier,
pour les jeunes des campagnes, les jeunes ouvriers et les enfants des couches
moyennes non engagés dans des organisations confessionnelles intégrant des
activités de loisirs.
7 Arbeitsdienst > Reichsarbeitsdienst : service du travail obligatoire d’une durée de 6 mois. Obligatoire
pour les bacheliers. À partir de 1939, ce service devient pour les jeunes flles (durée un an). Le
travail pour les jeunes consistait à réaliser de grands travaux (autoroutes, constructions de défense militaire,
etc.). L’optique d’Hitler était la préparation militaire. L’armée en a pris le contrôle dès le début de la guerre.
W. Shirer (À Berlin, p. 19) note Arbeitsdienst : service de travail obligatoire, corps semi-militaire très
entrainé de jeunes nazis fanatiques.
8 Sturmabteilung : section d’assaut, lire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sturmabteilung.
9 Schutzstaffel : section de protection.
10 Nationalsozialistisches Kraftfahrerkorps : unité de la SA (de fait une unité de préparation militaire pour
les unités motorisées). Une sous-section de la Jeunesse hitlérienne était rattachée à cette unité motorisée.
2311Grâce à la branche féminine (BdM ), les jeunes flles pouvaient pratiquer un
sport et d’autres activités non existantes auparavant.
Les enfants des familles modestes obtenaient des bourses pour participer à
des camps de vacances l’été ou à des camps de ski l’hiver.
Les multiples compétitions organisées par la HJ contribuaient à renforcer
12cette attractivité (Reichsberufswettkampf ), mais exerçaient aussi une
pression constante sur les jeunes. Chaque unité voulait avoir le plus beau foyer,
le livret le plus intéressant, la plus grande recette de collecte (WHW), le plus
bel orchestre, le plus beau chœur, etc. La HJ se différenciait des associations
pré-1933 par la prise en charge d’activités du domaine public (telles que les
différentes collectes y compris celles de matières premières pour l’industrie
militaire,) voire d’activités d’auxiliaires de polices (service de patrouille),
d’activités économiques (aide à la ferme), organisation de transferts d’enfants
vers la campagne durant les bombardements.
Le régime faisait miroiter aux jeunes responsables de la HJ (à l’issue des
diverses formations) des postes à responsabilités dans les diverses branches du
parti.
Dès la prise de pouvoir d’Hitler, les enseignants appartenant au parti nazi
se sont imposés dans les commissions de réforme des manuels scolaires. Le
temps de mise en application des nouvelles directives et les délais techniques
nécessaires à la réalisation de la production de nouveaux manuels font que
ceux-ci sont disponibles, pour l’essentiel, en 1934/35. Chaque district scolaire
avait une autonomie pour la réalisation de ses manuels. Curieusement, dans
ce secteur le rouleau compresseur nazi n’a pas été employé. L’unifcation pro -
gressive des manuels scolaires, à ce niveau, n’a lieu que pendant les années de
guerre, et ceci pour des raisons économiques (manque de papier). Selon Jan
13Thiele , 120 manuels scolaires différents d’apprentissage de la lecture ont vu
le jour durant la période nazie.
11 Bund Deutscher Mädel, BDM (Ligue des Jeunes Filles Allemandes) : mouvement allemand pour les
jeunes flles de 14 à 18 ans, le seul autorisé après l’arrivée au pourvoir du régime nazi en Allemagne en 1933.
Il s’agit de la branche féminine des Jeunesses hitlériennes. Toutes les autres organisations y sont soit
incorerporées soit interdites par le régime ; par la loi du 1 décembre 1936, l’appartenance au mouvement devient
obligatoire. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bund_Deutscher_M%C3%A4del
Sous-divisions : Jungmädelbund (10 à 13 ans) et Bund Deutscher Mädel (14 à 17 ans).
Le sport y occupe une place centrale (2/3 de l’ensemble des activités). À compter de 1938, des unités
spéciales (17 à 21 ans) préparent les flles à leur futur rôle de mère.
12 Reichsberufwettkampf : compétition destinée aux apprentis qui permettait au régime de mieux contrôler
la formation professionnelle. Selon Zentner & Bedürftig, cette compétition était aussi destinée à renforcer
la confance des jeunes non organisés vis-à-vis du régime. P. Ayçoberry note p. 205 : « la HJ prit en main
le championnat national professionnel qui récompensait les plus habiles en travaux manuels, et surtout la
préparation militaire sous forme d’exercice de tir, de manœuvres sur le terrain, de transmissions par radio,
parfois de vol à voile et de navigation ».
13 Voir bibliographie.
2414Les jeunes Pimpfe disposaient d’un carnet / livret sur lequel étaient
mentionnés les sorties, ses camps, sa formation continue, etc.
Sur la couverture du livret ci-dessus, le jeune Pimpf sonne le clairon (le
réveil ?) lors d’un camp de vacances (comme un soldat !).
1935, Schauen und schaffen
Apprentissage des lettres j et ä.
Youpi, youpi, comme c’est chouette aujourd’hui !
Tous déflent avec nous. Oui, tous en rang, les uns derrière les autres.
Ils se rapprochent.
Le livre met en scène trois garçons et une flle en uniforme de la Jeunesse
hitlérienne. Elle est présentée comme une attraction (battement de tambour).
Les « jouets », en bas de page, sont sans doute des cadeaux d’anniversaire
(tambour, drapeau du Jungvolk, ballon…)
14 Terme familier pour le Jungvolk (10-14 ans). Cf. Thierry Feral, Le National-Socialisme : Vocabulaire et
Chronologie, L’Harmattan, Paris, 1998, p. 97 : « Pimpf : nom familier donné aux membres du Jungvolk ».
251935, Schauen und schaffen
Lettre F
Notre drapeau fotte devant nous.
Des tambours et des ffres résonnent. Les garçons allemands et flles allemandes
déflent.
1-2, 1-2, au même pas cadencé.
15Regarde le porte-drapeau avec le drapeau noir.
Beaucoup de fanions fottent parmi le peloton. Toutes les fenêtres arborent un
drapeau.
Chacun est heureux aujourd’hui.
Maintenant, les garçons et les flles chantent.
Jeunesse allemande, en avant !
Après la suppression des autres mouvements de jeunesse, le régime fait
l’éloge du mouvement de la jeunesse du parti nazi. La Jeunesse hitlérienne, à
l’instar de la SA, défle constamment dans les rues pour affrmer sa domina -
tion sans partage.
1935, Rheinische Kinder
Dès la page de garde du livre, un groupe de Pimpfe défle, drapeau de la
16Jeunesse hitlérienne et tambour de lansquenet en tête.
15 Extrait Hitler’s Kinder, Horst Blanke : « c’était notre devoir de répondre présent pour la bataille fnale.
Puisqu’aussi bien le drapeau est plus fort que la mort ! »
e16 Landsknecht : terme du 15 siècle ; mercenaires recrutés par l’empereur Maximilien d’Autriche parmi
les habitants de la campagne (contrairement aux mercenaires suisses avec lesquels les lansquenets étaient
en confrontation). Les lansquenets partaient au combat au son d’un grand tambour.
26La page suivante met à nouveau en scène un groupe de Pimpfe avec, pour
17décor un camp. Les garçons déflent (comme les soldats), s’exercent à la
18trompette et au tambour de lansquenet . Les autres s’entraînent à défler
comme les militaires et en bas de page, un jeune est assigné à la garde du
camp comme le font les soldats en campagne.
Transposition
Écoutez, nous battons le tambour, boum, boum, boum,
Écoutez, nous jouons de la trompette, tè tè tè tè
17 Leila Bouhassane souligne l’importance de la musique (tambour, trompette de fanfare, etc.) Le tambour
occupe la place la plus importante (c’est le premier instrument que l’on entend). La musique joue ici un
rôle de « militarisation ».
18 Le tambour de lansquenet est omniprésent dans la vie de la Jeunesse hitlérienne par son impact
rythmique et psychologique au niveau de l’esprit (cette lobotomisation des esprits n’a pas encore été étudiée !).
2719Il faut lever le camp .
Nous allons défler : qui veut ne pas en être ?
L’exercice va plaire.
Le cor doit résonner encore plus.
L’œil aux aguets, le pas de marche !
Allez, les fatigués, vous venez ?
20L’image de cette page présente le décor du camp de vacances , elle se
focalise sur l’endroit où se prépare le repas. Endroit à nouveau idyllique. Il
21faut préparer soi-même son repas et faire un feu (tout ce dont les enfants de
6 ans rêvent et qui leur est interdit).
Transposition
22Emil Müller commande :
Cours, va chercher du petit bois pour notre feu,
Werner, va chercher de l’eau
Maintenant, apportez les lentilles
Willi, apporte nos cuillères
Approchez, approchez distribution de repas.
Souris, souris où ? Où ? Dans les fougères.
19 Extrait de Hitler’s Kinder, Carl-Albert Schelter « les enfants n’avaient pas la possibilité de partir en
vacances (avant). Ils restaient sur le balcon ou dehors dans la rue ou s’ils avaient de la chance, ils avaient
peut-être une grand-mère qui avait une ferme quelque part dans le Mecklembourg et pouvait y aller et
c’était tout. Et tout d’un coup, les enfants avaient deux ou trois semaines de vacances. Ils sortaient de chez
eux. Ils ne connaissaient pas du tout cela les enfants : partir en voyage ».
20 Extrait de Hitler’s Kinder, Klaus Boelling : « À l’âge où je suis entré au Jungvolk, c’était un bonheur.
C’était un bonheur d’être avec des enfants du même âge et des plus grands et de plus être à se bagarrer
dans la rue ou de grimper aux arbres, mais de faire des voyages… »
21 Extrait de Hitler’s Kinder, voix off « Romantisme, chanson, vie de camp : des recettes connues pour
enivrer l’âme. Devant le feu et ses ensorcellements. Une mixture traître qui prend effet sur la durée ».
22 Le fait de citer un nom est intentionnel. Cela doit personnifer la relation et renforcer le slogan de la HJ
« Jugend führt Jugend » (La jeunesse dirige la jeunesse).
28Le désir d’aventure (dresser et vivre sous une tente, au grand air, sans les
parents, aller chercher du bois, allumer un feu, etc. En fait, faire comme les
23grands… ). De plus, apprendre des choses nouvelles, comme lire une carte,
s’orienter… Au second plan, on aperçoit un Pimpf qui s’exerce à manier les
drapeaux de signalisation (maritime ?). Exercice complexe pour un enfant de
6 ans. Cet entraînement doit susciter de l’admiration de la part des petits.
24Sur ce dessin « les chères têtes blondes » déflent dans les rues, drapeau
en tête. Les passants (père et enfants) saluent les jeunes avec le salut «
allemand ».
Gauche, droite
Qui est fatigué ?
Nos drapeaux, en avant, en avant !
Personne ne sort des rangs.
Nous voulons chanter.
Quand est-ce que nous arrivons ?
Dans un quart d’heure.
Voilà le pré.
Notre chef crie, halte !
25Hourra, aujourd’hui c’est la fête de l’été .
23 Les mouvements de jeunesse étaient bien implantés en Allemagne. Dès l’arrivée au pouvoir des nazis,
les associations de jeunesse laïques sont interdites et les membres sont intégrés dans la Jeunesse hitlérienne
(qui s’est largement inspirée de leurs concepts). Les mouvements de jeunesse confessionnels sont intégrés
eux aussi (progressivement et au plus tard en 1938) dans la HJ.
24 Leila Bouhassane souligne que faire défler les petits à l’image des grands constitue une autre étape de
la « militarisation » et renforce la cohésion du groupe.
25 La fête de la Saint-Jean est la transcription de la fête préchrétienne du solstice d’été. Les nazis
souhaitaient occulter cette référence.
2926Le Secours d’hiver .
Les tambours et les fanfares résonnent.
Tous les enfants apportent des choses.
27Chacun veut avoir une petite feur .
W-H-W souhaite obtenir des dons
Pendant les hivers rigoureux, le W-H-W procure pain et vêtements.
28Edgar Gielsdorf note (p. 75) que les actions de collecte étaient
nombreuses, en particulier pour les matières premières et pour récupérer de
l’argent. Tous deux manquaient au IIIe Reich. La jeunesse était sans cesse
mobilisée pour collecter ce qui faisait défaut au gouvernement. Il y avait des
collectes de vêtements, de vieux papiers et de vieux matériaux. Plus tard,
durant la guerre, il y aura des collectes de fourrures pour les soldats du front
de l’Est et bien d’autres collectes.
Les réunions habituelles au foyer étaient remplacées par du porte-à-porte. On
sonnait à chaque appartement et on récupérait tout ce qui était signalé dans
les greniers et les caves.
Il y avait aussi les collectes dans les rues avec les boîtes à collecte. À cette
occasion, on vendait des épinglettes pour vingt pfennigs. Une compétition
animait les Pimpfe « C’était à qui aurait la boîte de collecte la plus lourde ».
26 Secours d’hiver : WHW (Winterhilfswerk). Organisation créée durant l’hiver 1931/32 pour venir en aide
aux chômeurs et aux indigents avec de l’argent, des vivres, des repas, des vêtements et des matériaux de
chauffage. Le secours d’hiver était géré par la fédération des œuvres sociales. Le parti nazi a organisé de
son côté (déjà avant 1933) des actions de secours d’hiver concurrentes. À l’appel d’Hitler et de Goebbels
du 13 septembre 1933, le premier secours d’hiver national-socialiste a été lancé. Les activités du WHW
étaient nombreuses, collectes de fonds et de vêtements dans les maisons et les rues. Goebbels a lancé une
campagne (7.11.1933) de promotion de « l’esprit communautaire ». Il impose certains dimanches aux
restaurants de ne servir qu’un plat unique Eintopfsonntag et réclame aux clients de verser la différence de prix
entre ce repas et un repas habituel au secours d’hiver. L’état impose également un prélèvement sur salaire.
Les collectes permanentes ont été ressenties comme un harcèlement.
27 Fleur en papier offerte au donateur. La personne qui n’en portait pas était cataloguée comme opposant.
28 Gielsdorf Edgar, Vom Christkind eine Landsknechttrommel, Emons Verlag, 2004.
30Le texte et le dessin (ci-dessus) mettent en scène une action commune de la
Jeunesse hitlérienne et de la SA pour la collecte du secours d’hiver. Les deux
Pimpfe, en haut de la carriole, rangent les objets amassés.
29Heini, Willi, par ici !
Hourra, notre feu !
Comme il s’envole !
Tous le regardent.
Tous chantonnent
tant de cercles illuminés dans le ciel
ah ! Notre beau feu
Sieg heil, Sieg heil !
Nous exclamons-nous.
Ce dessin met en scène la veillée d’un camp de la Jeunesse hitlérienne. Les
jeunes sont assis autour d’un feu de camp. Ils chantent au son d’une guitare.
Dormir sous la tente, loin des parents, rester éveiller la nuit, allumer un feu,
porter un uniforme comme les grands, etc. Tout cela doit représenter pour les
enfants de 6 ans, les lecteurs de ce livre, un idéal d’aventure.
29 Pour Leila Bouhassane, ce texte met en valeur la camaraderie. Le feu de camp suscite dans l’imaginaire
une soirée agréable entre amis où on rit, chante…
31