Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La demande d'aide chez l'élève

De
136 pages
Comment, dans une interaction verbale avec l'adulte expert (le professeur par exemple), l'enfant ou l'adolescent est-il capable de formuler une demande d'aide dont la réponse va lui permettre de progresser dans son apprentissage ? L'élève qui prend conscience de son besoin d'aide, puis qui formule sa demande, gère son apprentissage de façon autonome. Voici analysé ce processus complexe qu'est la demande d'aide.
Voir plus Voir moins
Minna Puustinen
LA DEMANDE D’AIDE CHEZ L’ÉLÈVE
Avancées conceptuelles, méthodologiques et nouvelles données
LA DEMANDE D’AIDE CHEZ L’ÉLÈVE
Figures de l’InteractionCollection dirigée par Alain Trognon et Michel Musiol
 Lesouvrages publiés ressortent principalement du champ des interactions langagières et des actions de communication. La perspective est pluridisciplinaire mais l’approche est résolument micro-sociale. De plus en plus de travaux qui concernent à la fois les interactions et la cognition fleurissent dans le paysage scientifique et répondent au moins partiellement à la demande sociale qui aspire à une meilleure compréhension de phénomènes aussi complexes et divers que l’apprentissage dans et par le groupe en pédagogie, ou bien encore les processus de coordination de l’action en psychologie du travail et en psychologie sociale. En plus d’enrichir les connaissances relatives à l’interaction comme domaine empirique, la collection proposera des instruments de travail novateurs et critiques à destination des experts d’un maximum de domaines d’application correspondants. C’est en faisant interagir les disciplines, leurs concepts et leurs méthodes, que l’on veut réinterroger les comportements aux confins du paradigme de l’interaction. Un dialogue fructueux naîtra de la confrontation de la psychologie et ses sous-disciplines avec l’intelligence artificielle, la philosophie, la linguistique, la logique et la neurobiologie. Déjà parus Luc-Olivier POCHON, Raisonnements dans l’analyse de données expérimentales en sciences de l’éducation, 2012. Edith SALES-WUILLEMIN,Psychologie sociale expérimentale de l’usage du langage. Représentations sociales, catégorisation sociale et attitudes: perspectives nouvelles, 2005. PERRET Jean-François, PERRET-CLERMONT Anne-Nelly, Apprendre un métier dans un contexte de mutations technologiques(nouvelle édition mise à jour), 2004. COLLECTIF,Apprendre à parler: influence du mode de garde, 2004. Benoît SCHNEIDER (dir.),Emotions, interactions et développement, 2002. A-N. PERRET-CLERMONT et M. NICOLET,Interagir et connaître, 2001. Virginie LAVAL,La promesse chez l'enfant,1999.
Minna PUUSTINEN
LA DEMANDE D’AIDE CHEZ L’ÉLÈVE Avancées conceptuelles, méthodologiques et nouvelles données
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01337-4 EAN:9782343013374
Sommaire INTRODUCTION................................................................................ 9 CHAPITRE 1 : LA DEMANDE D’AIDE ET L’APPRENTISSAGE AUTORÉGULE ................................................................................. 13 1.1. La demande d’aide de l’élève : un processus complexe ......... 13 La complexité conceptuelle........................................................ 13 La complexité méthodologique.................................................. 17
1.2. La demande d’aide et l’autorégulation des apprentissages ..... 24 Qu’est-ce que l’autorégulation des apprentissages ?.................. 24 Les indicateurs d’autorégulation ................................................ 29 La mise en place de la demande d’aide autorégulée : le rôle du développement et de l’éducation parentale ................................ 40 La demande d’aide autorégulée et l’impulsivité ........................ 58
CHAPITRE 2 : ETENDRE LES FRONTIERES DE LA DEMANDE D’AIDE .............................................................................................. 692.1. La demande d’aide de l’élève : les points de vue de la psychologie des apprentissages et de la pragmatique de la communication ............................................................................... 70 La fonction de la demande d’aide ou le point de vue de la psychologie des apprentissages.................................................. 70 La forme de la demande d’aide ou le point de vue de la pragmatique de la communication ............................................. 71 La demande d’aide chez des collégiens : une étude préliminaire .................................................................................................... 74 Une analyse de la forme et de la fonction .................................. 80 2.2. La demande d’aide, la recherche d’informations et les nouvelles technologies ................................................................... 88 La demande d’aide et les nouvelles technologies ...................... 90 La recherche d’informations et les nouvelles technologies........ 92 Une nouvelle façon de définir la frontière entre la demande d’aide et la recherche d’informations......................................... 94 PERSPECTIVES ET CONCLUSIONS............................................. 99REFERENCES .................................................................................1097
INTRODUCTION Cet ouvrage traite de la demande d’aide de l’enfant et de l’adolescent dans des situations d’apprentissage. Il s’agit d’étudier 1 comment, dans une interaction verbale avec l’adulte «expert »(par ex. le professeur), l’enfant ou l’adolescent est capable de formuler une demande d’aide dont la réponse va lui permettre de progresser dans son apprentissage (Puustinen, 2010). Depuis les travaux désormais classiques de Nelson Le Gall (1981, 1985) et Ames (1983), la demande d’aide de l’élève est considérée comme un instrument d’acquisition de connaissances dans des 2 situations d’apprentissage . En effet, l’élève qui prend conscience de son besoin d’aide, qui décide de demander de l’aide à quelqu’un de plus compétent puis qui formule sa demande avant de traiter et d’évaluer l’aide obtenue, gère son apprentissage de façon autonome. L’élan lancé par ces chercheurs ne faiblit pas – des publications signées par de nouveaux chercheurs apparaissent régulièrement sur ce thème – et le développement des nouvelles technologies n’a fait 3 qu’accentuer ce phénomène. Depuis de nombreuses années (voir par ex. Puustinen, 1996), je suis pourtant frappée par un même phénomène: les études sur la demande d’aide ne tiennent pas toujours compte de la complexité du processus de demande d’aide, que ce soit sur le plan méthodologique
1  Lestermes «expert »et «novice »sont utilisés, ici, dans le sens vygotskien, l’expert étant plus compétent ou, en termes de Verba (1999), plus « sachant » que le novice par rapport à la tâche. 2  Lorsqu’elleest instrumentale, c’est-à-dire lorsqu’elle vise la compréhension du principe de résolution de la tâche en cours (voir chapitre 1.2). 3 Le développement des environnements informatiques pour l'apprentissage humain (EIAH) a contribué à mettre l’accent sur l’importance de la demande d’aide dans les apprentissages. En effet,même si la plupart du temps, les EIAH sont basés sur l’idée que l’utilisateur prend en charge son apprentissage de manière autonome, la notion d’aide y reste omniprésente (Puustinen, Volckaert-Legrier, Coquin, & Bernicot, 2009) : il est nécessaire de fournir aux usagers des explications et d’autres types d’aides afin de leur permettre de continuer de gérer tout seuls leurs apprentissages face à l’environnement informatique (voir Karabenick & Puustinen, 2013). 9