Le réveil du génie de l'apprenant

De
Publié par

Inventer et se réapproprier son parcours de formation en combinant événement propice, cognition en situation et langages contextualisés, redevenir le fabricant de nos propres dessins et desseins, d'autres langues diraient Design ou Disegno pour exprimer cette complexité de nos modes d'apprentissage et de notre génie en action. Cet ouvrage nous offre un voyage au coeur de l'Ingenio de Giambattista Vico.
Publié le : lundi 1 juin 2009
Lecture(s) : 235
EAN13 : 9782296230453
Nombre de pages : 118
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE RÉVEIL DU GÉNIE DE L'APPRENANT
Construction d'un projet transculturel à La Réunion

Interfaces et Transdisciplinarités Collection dirigée par Patrick Paul

Déjà parus Patrick Paul et Rémi Gagnayre (dir.), Le rôle de l'art dans les éducations en santé, 2008. Gérard Gigand, Ingénierie du regard transdisciplinaire, 2007. Isabelle Hannequart, Science et conscience de la mondialisation, 2006. Patrick Paul et Gaston Pineau (coord.), Transdisciplinarité et formation, 2005.

Bernard Carmona

LE RÉVEIL DU GÉNIE DE L'APPRENANT
Construction d'un projet transculturel à La Réunion

Priface

de Martine

Lani-Bqyle

L'Harmattan

L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005

@

Paris

http://www.librairieharmattan.com di ftusion. harmattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-09204-4 EAN:9782296092044

REMERCIEMENTS
Je tiens à remercier Gaston Pineau, Professeur Emérite des Universités pour m'avoir accompagné et soutenu pour la présentation de cet ouvrage. Une pensée pour Michel Mendez, qui des lumières tamisées de nuits de son monastère a rendu lisible cet ouvrage. J'offre ce manuscrit aux apprenants de l'île de La Réunion dont les présences, surgissements et émergences ont cocréés les temps de l'action de formation et les temps de présentation de ce récit: Aboudou Alexandre

Ali Didier Hugo James Jean Fred Kengy Laurent Mickaël Nicolas A. Nicolas H. Olivier Thierry Uldrick

PRÉFACE

Voyage au cœur de la complexité...

Certai1lS [...} savent que le vqyage n'est qu'un prétexte à textes. Un prétexte. Qu'zls fassent ou pas tesPèlerinages vers l'inconnu OZtle trop lJU,qu'ils aient visité les confi1lS de la terre, traversé les déserts ou les foreîs, erré sur le
vaste océan Old abordé teS cores lointaines

[.. .J, ce qu'ils voient, ce qu'ils ont

vu, zls ne le donnent jamais

à connaître. Ils se contentent, suprême sagesse,

d'ensemencer dam' nos âmes le goût des espaces, la petjidie des mots, le kaléidoscope des usages, le bruissement musical des langues humaines. Leur vrai sujet est la pluralité du monde et l'unité des eîres. Ils SalJent qu'ils ne traitent que d'eux-mêmes en pqysages, marches et bivouacs, nalJigatio1lS et esmles. Ils nous parlent de nous en faisant semblant de NOUSmtretmir des autres. La pluralité des vécus N'est que l'expression chacuN recèle en soi. Bernard Germain Lacombe. des potmtialités que

Il est toujours ardu, parfois carrément périlleux, de tenter de conjoindre l'expérience - personnelle et professionnelle -, avec les chemins théorico-métaphoriques rencontrés au gré de nos lectures et autres errances cogitatives. Habituellement nous avons les unes, ou les autres, les premières plus faciles d'accès, les dernières faisant quelquefois hurler à l'hermétisme voire aux impostures intellectuelles. Quand dans cette catégorie, d'aucuns osent s'attaquer à quelques monstres sacrés, ils le font avec parcimonie, un grand nom juste orné de quelques accessits, un gros concept conçu ou repris avec de rares satellites, au risque de saturer la pensée ou le lecteur - sinon l'auteur même du texte. En tout cas, ces deux catégories sont en général exclusives l'une de l'autre, voire rejetantes : seul le texte désincarné est noble et scientifique, plus il est désincarné plus il est noble et scientifique, le reste est littérature et encore... Bernard Carmona balaie avec jubilation ces habitudes dissociantes et excluantes, traitant conjointement des deux en composant un tissage

7

chamarré où la richesse, autant que la diversité des motifs abordés, le disputent à leur densité en une reliance hardiment enchevêtrée. Mais, pédago-didacticien jusqu'au bout de la plume, il récupère toujours le lecteur au moment où il aurait pu le perdre, bifurquant d'un mode d'écriture à l'autre - entre rigueur et poésie. C'est bien là le dilemme qui coince ceux qui s'attaquent de front à la complexité: car l'écriture reste, quelle que soit la façon dont on en use, linéaire. Aussi assistons-nous dans cet ouvrage à une constante alternance, soit en cours de chapitre, soit d'un chapitre l'autre, soit au sein d'une même phrase voire d'un même paragraphe, entre pratique et réflexion, l'une appelant l'autre et vice versa - ce qui peut alléger le texte ou, parfois, l'alourdir en d'interminables parties non scindées qui n'en fInissent qu'après le grippage, en cours de route, de notre souffle et de notre pensée. Mais souffle et pensée que l'on rattrape enrichis au gré de passages au rythme plus alerte, où l'écriture s'envole. Dès lors nous y retournons, car l'auteur sait nous charmer avec son authenticité et ainsi, nous incite à l'accompagner dans sa quête. Et nous le suivons volontiers dans ses cheminements culturels, au gré, par exemple, des « trois V» : Vico, Vinci, Valéry (surtout Vico à vrai dire, les autres étant présents de façon plus discrète) à qui il rajoute le regretté Varela; sans oublier les chercheurs-penseurs contemporains, Simon par exemple, le sulfureux Maffesoli, Lévinas (qui l'inspire même pour donner un visage au système-formation)..., adjoints de quelques littéraires dont Hermann Hesse, Céline qu'il ose, Romain Rolland, Dostoïevski, Camus, Marguerite Duras (oui, une femme, quand même), ou du sculpteur Brancusi. ..; nous le suivons aussi avec plaisir dans des aventures marines et métaphoriques au fù d'un vocabulaire, soigneusement déf111i en bas de pages, que l'on (ap)prend au fur et à mesure - pour ceux qui n'étaient pas encore répertoriés dans notre lexique d'usage préféré (devinette: lesquels le rejoindront ?) : entre mots antiques réhabilités et néologismes, relevons design(o), acumen, chunk, pattern, affordance, organisationnologie, sfumato, nascimento, satisfying et satisfIcing, ingenio et ingegno, ingénieumément, mythé, mytheux, révisionnisté, rétroduction... la plupart faisant rougir mon traitement de texte: mais que le lecteur se rassure, tous sont au fur et à mesure soigneusement justifIés et commentés;

8

- vocabulaire fourmillant auquel familiers, labyrinthe, conception, dessin et dessein ;

on peut adjoindre des mots plus émergence, imaginaire, ingéniosité,

- d'autres en intermédiaire, trope, topique (qui perçoit) juge) / dialectique (qui raisonne), récursion, hologramme, tique, homéostasie, autopoïèse, enaction, métanoïa ;

/ critique (qui praxis, heuris-

- ici où là, sont semées quelques expressions voguant entre esthétisme parfois un brin hermétique et étonnement: une «chronogenèse hologrammatique » ; une « navigation dialectique» ; un « apprenti-sorcier de rien»; une «fermentation de congruence»; des «nouvelles vieilleries » ; une « brocante d'artefacts re-bricolés sur le socle du présent »... - ou des images sensibles, voire odorantes, la plus spectaculairement familière étant cette brave vache et sa bouse, animal simple mais qui, nous le découvrons, se perçoit lui-même bien différemment dans le visage des autres: en France où elle est devenue folle, - ah la vache! ; en Inde où elle reste sacrée... j'ajoute pour ma part avoir apprécié, dans les forêts pentues de l'île de la Réunion, apercevoir quelques vaches à bosse paissant paisiblement de travers tel un dahu. Mais c'est une autre histoire. Au f1l de situations pour tous évocatrices, au-delà de l'anecdote personnelle, entre présence à soi et mémoire des autres, Bernard Carmona fIle pour nous des métaphores (défInies comme «mÏ11imythes ») qui fIxeront la mémoire en stimulant la réflexion qu'il y associe: le lancer de valise, la visite de la prison, la malle, la pièce de théâtre, la bibliothèque, images parfois agrémentées de personnages: la caissière, Mum'India... Avec, au-delà des voyages, des lieux vécus ou fantasmés, citons: Trois «A» majeurs sinon majuscules: l'Acropole et l'Atlantide, l'Algérie... ; mais aussi l'Italie, l'Inde, la Réunion, Madagascar... Cette profusion séduit l'aventurier lecteur, tout en lui donnant, parfois, un léger vertige maritime. Mais le voilà, chemin faisant et à sa grande surprise, sentir en mains des perles glanées au passage et qu'il n'aura pas eu besoin d'enfller une à une pour que le collier se constitue. Car cette navigation, entre origine et hypothèses de destination, aura été fructueuse, impulsant aussi pour lui, comme pour les jeunes embarqués, ce «nous temporaire très fort» évoqué à l'occasion. Celui-ci n'est pas

9

sans faire associer sur l'effet « auto-pack! » : avez-vous remarqué que des passagers réunis dans une voiture se comportent différemment qu'à l'intérieur: plus détendus ou plus inquiets, plus bavards ou plus rétractés? Pourrions-nous, ici, nous qui avons été embarqués dans cette lecture, parler du constat d'un effet «bateau-pack»? Et si différents dedans, c'est-à-dire pendant, différents aussi après? Car comment rattacher à un tel projet, croisant contexte et concepts via l'action via la vie, une mission de formation, qui plus est humanitaire traduisons humaniste? Les objectifs de l'auteur sont en effet clairement affichés et répétés à travers ce parcours: mettre en œuvre une action de formation nouveau genre pour des jeunes Réunionnais en grandes difficultés, fécondant ingénierie de la formation avec pédagogie de la rencontre. Pour cela les emmener en voyage - avec une journée en mer vers Madagascar à préparer -, pour une mission de réfection d'une école et apport de manuels scolaires, avec photos à prendre et journal de bord à rédiger. L'enjeu global de cet ouvrage était de taille. Asseoir une lecture articulant apports théorisants culturo-conceptuels et échos sensibles d'expérience personnelle et professionnelle était déjà, en soi, un pari qui laisse la plupart en chemin et qui, là, prend sens dans une profusion largement enrichissante. Ceux que ces théories rebutaient a priori, qui les estimaient stériles ou déconnectées de tout terrain, tournant isolément sur ellesmêmes, ne manqueront pas d'en réinterroger la pertinence et de se réapprivoiser à leur approche, révisant en tout cas leur point de vue. Et rarement l'île de « la Réunion », cœur battant de la réflexion - à la fois ses origines, mises en œuvre et destinations -, n'aura aussi bien porté ce nom.

Martine Lani-Bayle
Professeur en Sciences de l'éducation Université de Nantes

! En psychiatrie, un tel effet est recherché à travers les pratiques « d'enveloppements» ou packs, chauds ou froids, qui peuvent être indiquées pour certaines pathologies dissociation.

de

10

INTRODUCTION

« C'est l'imagination qui est l'œil de l'ingéniosité. L'imagination est une faculté puisqu'en usant d'elle, nous faç'0111JOns es images, des choses. d L 'homme,par l'intentionnalité de sa pensée, engendre les modes des choses, et leur image, brif de la vérité humaine. Nous démontrom le lJraiparce que 1JOUSe faÙom. L'Ingegno est la faculté de co,!/oindre: percevoir par la l topique )/,juger par la critique, raÙonnerpar la méthode dialectique.} )) « La dialectique est un art, non une logique. C'est l'ifficacité de la pemée qui assume les !)Istèmes de pemées contraires, non par amalgame éclectique ou cOnfusi0111zel, par tensio11Sola17santes. )) (Morin E., 2004, p. 55) mais p De Giambattista Vico, - philosophe napolitain du ÀvlIIème siècle, concepteur d'une Nouvelle Science tentant de préserver et réhabiliter l'Ingenium des classiques, résistant inaudible emporté, déporté dans l'oubli par le triomphe naissant du dogme cartésien à l'aube de ce qui aura été notre modernité - à Edgar Morin - concepteur d'une Nouvelle Science systémique, méthode pour une éthique tentant de peindre et façonner des outils pour se mouvoir, entre ombres et lumières au creux des incertitudes laissées en héritage par les incomplétudes et limites concrètes de la méthode cartésienne, aujourd'hui sinon admises du moins soulevées par de nombreux chercheurs, qui fabriquent une épistémologie des faits dans notre quotidien ordinaire et trivial que d'aucuns nomment post-modernité. Ainsi va le chemin du présent travail de recherche: à travers l'analyse de l'ingénierie d'une action de formation conçue en 1998 à l'île de la Réunion: «Accompagnement à l'insertion

2 La topique est à la fois l'art de l'abondant et de l'invention: d'une part, elle contient tous les arguments, d'autre part elle choisit parmi eux, les plus à même de démontrer avec éloquence la meilleure combinaison, la plus adaptée à la résolution de la problématique posée, la plus intelligente, la plus vraisemblable et la plus effective. 3 Vico Giambattista, 2001, La Scimce Nouvelle, traduit par Alain Pons, 560 p.

11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.